L'anesthésiant 10 000 fois plus fort que la morphine

Proposé par
le

Le carfentanyl est un opioïde de synthèse 10 000 fois plus puissant que la morphine. Cet anesthésiant pour éléphants a probablement été utilisé sous forme de gaz lors de l'assaut donné par les forces spéciales russes lors de la prise d'otages du théâtre de Moscou. Il aurait alors tué au moins 117 otages.

Le gouvernement russe avait justifié sa décision en expliquant que la totalité des otages aurait été tuée sans leur intervention et qu'aucune autre méthode ne garantissait un meilleur résultat.


Tous les commentaires (57)

a écrit : Il existe heureusement un antidote : le chercheur avec qui j'avais fait une sortie dans un parc national en Afrique avait informé tout le groupe du danger de ce produit et nous avait montré l'antidote toujours présent dans la même trousse afin que n'importe qui puisse lui injecter immédiatement l'antidote si jamais on le voyait se blesser avec l'aiguille au cours de la préparation de la fléchette destinée à l'éléphant. Afficher tout Le remède est connu depuis fort longtemps, il s'agit de la naloxone. En France, on inhale la naloxone le plus souvent (spray nasal), on l'injecte plus rarement: c'est bien plus rapide. Et puis les fentanyloïdes sont bien plus dangereux que tu ne le penses, nul besoin de se piquer pour que le produit pénètre ton organisme: il est transdermique, il suffit qu'il touche ta peau.

a écrit : La fin justifie les moyens :) J’avais vu un reportage intéressant sur les otages dans le monde. Il y en a qui valent chers et d’autres pas du tout. Par exemple, les otages Chinois ne valent rien parce que les autorités s’en moquent, idem pour les Russes parce que les autorités tirent dans le tas. Par contre, les Français ou les Américains sont très prisés des preneurs d’otages parce que les journalistes ont font leurs gros titres.

a écrit : La Russie connaît elle aussi un regime démocratique (élections, séparation des pouvoirs etc) différent du nôtre, avec une opinion publique plus patriote et partisane de solutions fortes. Les democraties occidentales ne sont pas toujours des exemples (election par des grands électeurs etc) C'est sur ! C'est ce que disent les opposants Russes réfugiés à Londres.
Enfin ! Ceux qui sont encore vivants.

a écrit : C'est sur ! C'est ce que disent les opposants Russes réfugiés à Londres.
Enfin ! Ceux qui sont encore vivants.
Par cette logique, l'affaire d'Edward Snowdon peut laisser aussi des doutes quant à la vraie démocratie américaine puisqu'il est aussi un opposant politique américain réfugié en Russie. Il y a aussi l'exemple de John Mark Dougan, un polcier américain qui s'est réfugié en Russie car il a parlé de la corruption de la police américain even

a écrit : Oui? Et lorsque les russes ont préféré brûler Moscou que de la rendre à l'armée napoleonnienne, ce n'est pas une preuve de fierté nationale/patriotique? Après ce geste vous voulez dire que les russes ont seulement profité de la situation? Ce fut surtout un choix stratégique important : à cour de vivres, lq grande armée n'a eu d'autre choix que de se replier avec les conséquences que l'on connaît aujourd'hui.

a écrit : Non, le message que voulait faire passer Vlad aux terroristes était clair : quelques soient les dommages collatéraux et les risques pour les otages, on vous fera la peau. D'ailleurs, il avait lui-même déclaré à leur intention : "J'irai vous chercher jusque dans les chiottes!"
Cette méthode ne
fait pas dans la dentelle mais porte ses fruits car elle a le mérite d'être sans ambiguïté. Non seulement les Russes ne paient jamais de rançon, même sous la table, mais ils trucident les preneurs d'otages sans même chercher à négocier. C'est pourquoi le nombre de prises d'otages impliquant des Russes dans le monde est peu important, parce que ce n'est pas rentable pour les malfaiteurs... Afficher tout
Totalement d’accord, d’ailleurs on raconte que quand la décision a été prise le chef du raid aurait dit à Vlad: »et pour les otages? -Je ne vois que des terroristes. »... Nous pouvons être d’accord ou pas mais à long terme les résultats sont là. Proverbe russe à méditer : pour une prison quatre murs c’est trois de trop.

a écrit : Ce fut surtout un choix stratégique important : à cour de vivres, lq grande armée n'a eu d'autre choix que de se replier avec les conséquences que l'on connaît aujourd'hui. Même si c'était un choix stratégique important comme vous le dites, cela ne change pas le fait que les sentiments patriotiques ont poussés les russes à brûler leur ville pour la défendre. En effet, l'incendie a permis de chaser l'armée française. Encore plus, lorsque Napoleon combattait en Russie, il avait promis de libérer les serfs russes (cela se passait juste après la révolution française). Pourtant, même s'ils pouvaient obtenir la liberté, les serfs se battaient, chassaient et essayaient de repousser les français de leur sol. Donc il ne faut pas sous-estimer le rôle du patriotisme et du nationalisme dans cette guerre (d'ailleurs comme dans toute autre guerre).

a écrit : Par cette logique, l'affaire d'Edward Snowdon peut laisser aussi des doutes quant à la vraie démocratie américaine puisqu'il est aussi un opposant politique américain réfugié en Russie. Il y a aussi l'exemple de John Mark Dougan, un polcier américain qui s'est réfugié en Russie car il a parlé de la corruption de la police américain even Afficher tout Il y en a un des deux qui a été empoisonné au Polonium ? Non?
Alors, pas even.

a écrit : Il y en a un des deux qui a été empoisonné au Polonium ? Non?
Alors, pas even.
+1. Pas du tout even, on est d'accord.

a écrit : Même si c'était un choix stratégique important comme vous le dites, cela ne change pas le fait que les sentiments patriotiques ont poussés les russes à brûler leur ville pour la défendre. En effet, l'incendie a permis de chaser l'armée française. Encore plus, lorsque Napoleon combattait en Russie, il avait promis de libérer les serfs russes (cela se passait juste après la révolution française). Pourtant, même s'ils pouvaient obtenir la liberté, les serfs se battaient, chassaient et essayaient de repousser les français de leur sol. Donc il ne faut pas sous-estimer le rôle du patriotisme et du nationalisme dans cette guerre (d'ailleurs comme dans toute autre guerre). Afficher tout Je ne le sous-estime pas. On ne brûle pas une ville telle que Moscou à la légère et il faut certes aimer son pays pour consentir à de tels sacrifices. Mais de manière plus pragmatique, on peut y voir la victoire de l'une des deux écoles qui s'affrontent dans la conduite de cette guerre. En effet, Barclay de Tolly (BdT) et ses (peu nombreux) partisant affirmaient que la grande armée était impossible à battre en bataille rangée. Jugé antipatriotique et surtout défavorisé de par ses origines écossaises, BdT fut remplacé par son rival Kutuzov qui affronta Napoléon à la bataille de la Moskva (ou Borodino). Le premier n'évita l'anéantissement que parce que le second préféra l'attaque frontale à la manoeuvre. BdT revint donc dans les bonnes grâces duu tsar et la politique de la terre brûlée continua d'être appliquée abec les résultats que l'on connaît.
On peut donc voir que si le patriotisme est présent dans cette guerre (et dans la plupart comme vous l'avez dit), l'incendie de Moscou ne fut pas le fruit d'une pulsion soudaine mais un choix mûrement réfléchi s'inscrivant dans une stratégie plus globale. On peut faire un lien avec la prise d'otage dont il est question dans l'anecdote: tuer les otages n'est pas de la barbarie mais une étape nécessaire afin d'accomplir une stratégie à long terme qui a plutôt bien fonctionné jusque là.
Autre chose : que ce soit le GIGN, GSG9, etc, aucun des groupes "étrangers" n'a eu à gérer de prises d'otages de masse avec de nombreux preneurs d'otage (il y en avait 4-5 à Marignane), ou en tout cas gérer avec succès. Donc évitons de critiquer car personne ne sait comment aboutirait une telle situation en France par exemple.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Comment est mesuré ce chiffre : 10000 fois plus puissant ? Il y en a besoin de 10000 fois moins. Ex: 1mg au lieu de 10g.

a écrit : Ce n’est pas très compliqué: tu dilues une première fois 1ml dans 100ml et tu dilues une seconde fois 1ml de cette nouvelle solution dans 100ml ! Et Voilà tu as une solution diluée 10000 fois (100x100) Ah oui je n'y avais pas penser merci !

Posté le

android

(0)

Répondre

On sait avec certitude qu'un gaz a été employé, on sait avec certitude que ce gaz était un fentanyloide, on le sait (biopsie). On pense qu'il s'agit de carfentanyl.

a écrit : Aie les yeux... C'était volontaire. Le côté simple as fu*k de la réponse ultime.

Ils voulaient surtout tester ce produit sur de pauvres hommes à mon sens...

Ils ont surtout voulu tester ce produit sur de pauvres hommes à mon sens...