Le fils d'un célèbre bourreau est mort en exhibant une tête coupée

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Je ne m'attendais pas à cette chute...

Posté le

android

(336)

Répondre

Allez lire le plus possible sur cette famille, ils ont eu une vie (quasiment tous les membres) des plus "intéressante".
Je ne sais plus quel ouvrage, mais un historien avait rassemblé énormément d'anecdotes sur eux et c'est très prenant à lire. (je vais essayer de le retrouver).

a écrit : Mériterait un Darwin award celui là Ça commence à être fatiguant, dès que ça parle de la mort de quelqu'un, quelles que soient les circonstances, y a un mec qui va sortir "Darwin Award".


Tous les commentaires (72)

Je ne m'attendais pas à cette chute...

Posté le

android

(336)

Répondre

Allez lire le plus possible sur cette famille, ils ont eu une vie (quasiment tous les membres) des plus "intéressante".
Je ne sais plus quel ouvrage, mais un historien avait rassemblé énormément d'anecdotes sur eux et c'est très prenant à lire. (je vais essayer de le retrouver).

Comment a t il fait pour deceder d une chute de 2m ? La tete la premiere ? Sur une table lui brisant la colonne ? J aimerai savoir.

a écrit : Mériterait un Darwin award celui là Mériterait que tu connaisses la définition d'un Darwin Award

a écrit : Allez lire le plus possible sur cette famille, ils ont eu une vie (quasiment tous les membres) des plus "intéressante".
Je ne sais plus quel ouvrage, mais un historien avait rassemblé énormément d'anecdotes sur eux et c'est très prenant à lire. (je vais essayer de le retrouver).
C'est le livre de Robert Christophe,
Sanson, bourreaux de père en fils pendant 2 siècles.

a écrit : Mériterait un Darwin award celui là Ça commence à être fatiguant, dès que ça parle de la mort de quelqu'un, quelles que soient les circonstances, y a un mec qui va sortir "Darwin Award".

D'après les sources, Sanson (Père) était partisan de la guillotine, non pas pour diminuer la souffrance des condamnés, mais pour diminuer ses efforts et les frais d'entretien de ses outils... un brave homme ^^

a écrit : Allez lire le plus possible sur cette famille, ils ont eu une vie (quasiment tous les membres) des plus "intéressante".
Je ne sais plus quel ouvrage, mais un historien avait rassemblé énormément d'anecdotes sur eux et c'est très prenant à lire. (je vais essayer de le retrouver).
En effet la famille de Charles Henri Sanson a marqué l'histoire de France.Il est née dans une famille de bourreau, profession qui se transmettait de père en fils. Son arriere grand-pere fut nommé exécuteur des hautes œuvres par le roi Louis XIV. Aîné, il dut abandonner ses études de physique suite a la paralysie de son père, malgré le dégoût de ce métier. A 18 ans déjà, il assista son oncle pour l’exécution de Robert-François Damiens, qui tenta de tuer luis XV. Son supplice fut particulièrement violent, le régicide étant le crime le pus grave : La main tenant le couteau devait être brûlée au souffre, il fut tenaillé d'un peu partout, puis on rajoute de la poix, de l'huile chaude et d'autre joyeuseté sur ses blessures. Clou du spectacle : il fut écartelé. Le problème était que les bourreaux n’était pas habitué a cette exécution, et le supplice dura donc plus de deux heures. En résumé, ça l'a pas aidé a aimer son métier...
Autre execution marquante, celle de Thomas Arthur de Lally-Tollendal , militaire devenu bouc-émissaire après une défaite cuisante face aux anglais : devant le decapiter avec son épée, il se rata lamentablement et lui fracassa la mâchoire.
Il eut par la suite un rôle crucial lors de la révolution, ou la décapitation était devenu un sport national : il milita en faveur de la guillotine, fut le premier a l'utiliser, et exécuta des grandes figures comme Louis XIV, Danton ou Robespierre

Vu le motif de sa mort, darwin award

a écrit : En effet la famille de Charles Henri Sanson a marqué l'histoire de France.Il est née dans une famille de bourreau, profession qui se transmettait de père en fils. Son arriere grand-pere fut nommé exécuteur des hautes œuvres par le roi Louis XIV. Aîné, il dut abandonner ses études de physique suite a la paralysie de son père, malgré le dégoût de ce métier. A 18 ans déjà, il assista son oncle pour l’exécution de Robert-François Damiens, qui tenta de tuer luis XV. Son supplice fut particulièrement violent, le régicide étant le crime le pus grave : La main tenant le couteau devait être brûlée au souffre, il fut tenaillé d'un peu partout, puis on rajoute de la poix, de l'huile chaude et d'autre joyeuseté sur ses blessures. Clou du spectacle : il fut écartelé. Le problème était que les bourreaux n’était pas habitué a cette exécution, et le supplice dura donc plus de deux heures. En résumé, ça l'a pas aidé a aimer son métier...
Autre execution marquante, celle de Thomas Arthur de Lally-Tollendal , militaire devenu bouc-émissaire après une défaite cuisante face aux anglais : devant le decapiter avec son épée, il se rata lamentablement et lui fracassa la mâchoire.
Il eut par la suite un rôle crucial lors de la révolution, ou la décapitation était devenu un sport national : il milita en faveur de la guillotine, fut le premier a l'utiliser, et exécuta des grandes figures comme Louis XIV, Danton ou Robespierre
Afficher tout
Une famille celebre mais qui manquait de professionnalisme dans l exercice de leur profession. La competence ne ce transmet pas de la meme maniere que l emploi dirait on.

a écrit : En effet la famille de Charles Henri Sanson a marqué l'histoire de France.Il est née dans une famille de bourreau, profession qui se transmettait de père en fils. Son arriere grand-pere fut nommé exécuteur des hautes œuvres par le roi Louis XIV. Aîné, il dut abandonner ses études de physique suite a la paralysie de son père, malgré le dégoût de ce métier. A 18 ans déjà, il assista son oncle pour l’exécution de Robert-François Damiens, qui tenta de tuer luis XV. Son supplice fut particulièrement violent, le régicide étant le crime le pus grave : La main tenant le couteau devait être brûlée au souffre, il fut tenaillé d'un peu partout, puis on rajoute de la poix, de l'huile chaude et d'autre joyeuseté sur ses blessures. Clou du spectacle : il fut écartelé. Le problème était que les bourreaux n’était pas habitué a cette exécution, et le supplice dura donc plus de deux heures. En résumé, ça l'a pas aidé a aimer son métier...
Autre execution marquante, celle de Thomas Arthur de Lally-Tollendal , militaire devenu bouc-émissaire après une défaite cuisante face aux anglais : devant le decapiter avec son épée, il se rata lamentablement et lui fracassa la mâchoire.
Il eut par la suite un rôle crucial lors de la révolution, ou la décapitation était devenu un sport national : il milita en faveur de la guillotine, fut le premier a l'utiliser, et exécuta des grandes figures comme Louis XIV, Danton ou Robespierre
Afficher tout
Le clou du spectacle n'est pas l'écartèlement, mais la castration et le déroulement des boyaux, brûlés sous ses yeux alors que l'on est encore parfaitement conscient.
C'était une pratique aussi utilisé par les Maoris; et pire, je ne sais pourquoi, particulièrement ignoble avec un couteau en dents de barracuda.
Pour la dernière ligne, je suppose qu'il y a une faute de frappe: Louis XIV est mort tranquillement (mais haï, d'où son successeur vite nommé Louis le Bien-Aimé, mais ça n'a pas duré). ;)

a écrit : Mériterait un Darwin award celui là Un stupide accident ne mérite pas toujours un darwin award ^^ par contre s'il est tombé parce qu'il a fait un salto pour impressionner la foule là oui ça mérite. Les sources ne précisent pas les circonstances, il s'agit sûrement d'un simple accident...

C'est pas de chance quand même, 2m c'est pas si haut...

a écrit : Le clou du spectacle n'est pas l'écartèlement, mais la castration et le déroulement des boyaux, brûlés sous ses yeux alors que l'on est encore parfaitement conscient.
C'était une pratique aussi utilisé par les Maoris; et pire, je ne sais pourquoi, particulièrement ignoble avec un couteau en de
nts de barracuda.
Pour la dernière ligne, je suppose qu'il y a une faute de frappe: Louis XIV est mort tranquillement (mais haï, d'où son successeur vite nommé Louis le Bien-Aimé, mais ça n'a pas duré). ;)
Afficher tout
Le supplice le pire à mon sens était l'exécution des nobles indiens maharadja. Sciés en deux la tête en bas pour que ça dure plus longtemps....

Okok mea culpa je trouvais ça assez bête comme décès mais bon
Merci à aZzidus pour les précisions et à raspa d'être un gros condescendant bisou

a écrit : Comment a t il fait pour deceder d une chute de 2m ? La tete la premiere ? Sur une table lui brisant la colonne ? J aimerai savoir. Oui, s'il a glissé, il y a de grandes chances qu'il soit tombé la tête la première...

a écrit : Un stupide accident ne mérite pas toujours un darwin award ^^ par contre s'il est tombé parce qu'il a fait un salto pour impressionner la foule là oui ça mérite. Les sources ne précisent pas les circonstances, il s'agit sûrement d'un simple accident...

C'est pas de chance quand même, 2m c'est pas si haut...
Un accident ne mérite pas un Darwin Award. Il faut avoir fait sciemment une connerie pour concourir. De plus, il n'est pas nécessaire d'être mort de ladite connerie pour le mériter. L'essentiel, c'est de n'avoir pas eu de descendant et de ne plus être en mesure de se reproduire, puisque le prix est destiné à récompenser les cons qui participent activement à l'évolution de l'Humanité en la débarrassant de leurs gènes défaillants...

a écrit : En effet la famille de Charles Henri Sanson a marqué l'histoire de France.Il est née dans une famille de bourreau, profession qui se transmettait de père en fils. Son arriere grand-pere fut nommé exécuteur des hautes œuvres par le roi Louis XIV. Aîné, il dut abandonner ses études de physique suite a la paralysie de son père, malgré le dégoût de ce métier. A 18 ans déjà, il assista son oncle pour l’exécution de Robert-François Damiens, qui tenta de tuer luis XV. Son supplice fut particulièrement violent, le régicide étant le crime le pus grave : La main tenant le couteau devait être brûlée au souffre, il fut tenaillé d'un peu partout, puis on rajoute de la poix, de l'huile chaude et d'autre joyeuseté sur ses blessures. Clou du spectacle : il fut écartelé. Le problème était que les bourreaux n’était pas habitué a cette exécution, et le supplice dura donc plus de deux heures. En résumé, ça l'a pas aidé a aimer son métier...
Autre execution marquante, celle de Thomas Arthur de Lally-Tollendal , militaire devenu bouc-émissaire après une défaite cuisante face aux anglais : devant le decapiter avec son épée, il se rata lamentablement et lui fracassa la mâchoire.
Il eut par la suite un rôle crucial lors de la révolution, ou la décapitation était devenu un sport national : il milita en faveur de la guillotine, fut le premier a l'utiliser, et exécuta des grandes figures comme Louis XIV, Danton ou Robespierre
Afficher tout
La dernière dynastie de bourreaux français est celle des Deibler, qui a commencé à officier à la fin du XIXème siècle avec Louis Deibler, jusqu'à l'abolition de la peine de mort. Le dernier bourreau à avoir procédé à une exécution capitale fut Marcel Chevalier, membre par alliance de cette illustre famille. Ce n'était toutefois pour lui qu'une activité épisodique, compte tenu du faible nombre d'exécutions dans les dernières années de sa charge. Sa profession principale était imprimeur-typographe...

a écrit : Le supplice le pire à mon sens était l'exécution des nobles indiens maharadja. Sciés en deux la tête en bas pour que ça dure plus longtemps.... Alors tu n'as peut-être pas entendu parler du scaphisme ! :o

a écrit : Okok mea culpa je trouvais ça assez bête comme décès mais bon
Merci à aZzidus pour les précisions et à raspa d'être un gros condescendant bisou
Et il descend où ?