Au Japon, pas de bains publics pour les tatoués

Proposé par
le

Si vous êtes tatoué et en vacances au Japon, vous aurez du mal à avoir accès aux nombreux Onsen (bains publics et établissements thermaux de sources chaudes). Les tatouages sont vus d’un très mauvais œil au Japon car ils sont associés à certaines organisations criminelles, et l'accès y est souvent interdit aux personnes tatouées.


Tous les commentaires (53)

a écrit : J'ai rapidement retrouvé ca (il parle des pompiers sous l'ére Tokugawa au début du XVIIe siecle) mais ce n'est pas là que j'avais lu la chose mais dans un article de magasine (magasine d'Histoire) que je vais essayer de retrouver dans la journée.
Bref voila
Bonne journée
https
://inkonnection.wordpress.com/2013/07/21/lhistoire-du-tatouage-traditionnel-japonais/ Afficher tout
Je sais qu'elle est un peu longue mais on dirait bien que tu n'as pas lu la source que tu cites.
Je te rappelle aussi ce que tu m'as écrit:

"Au Japon bien avant tout cela ce n'était pas une marque de deshonneur mais un moyen de reconnaitre quelqu'un... puisque ce sont les "pompier" qui se faisaient tatouer le corp... en cas de mort et brulure, c'était un moyen de les identifier... "

Les pompiers d'Edo, dont tu parles, évoluent à l'époque Tokugawa qui commence au XVIIème siècle.
Or, toujours selon ta source, on tatoue les criminels pour les punir et les déshonorer depuis au moins le VIIIème siècle, soit au moins 900 ans avant que les pompiers n'adoptent le tatouage. Ils le firent d'ailleurs pour d'autres raisons, à savoir la superstition. Les créatures qu'ils se tatouaient sur le corps étaient censés les protéger du péril lié à leurs fonctions. Ta source ne parle pas du tout d'un moyen d'identification.

"Bref voilà, bonne journée" comme tu dis.

a écrit : Et oui, il y en a encore mais tu connais le dicton : " les tonneaux vides sont ceux qui font le plus de bruit"... C'est pour ça qu'on entend que toi?

Véridique j'y suis allé 2 fois et impossible de se baigner, y'a quelques endroits cependant qui acceptent les touristes tatoués. C'est par rapport aux yakuzas que les tatouages sont mals vus au Japon, mais ils commencent à se détendre de ce côté la avec les touristes.

a écrit : Véridique j'y suis allé 2 fois et impossible de se baigner, y'a quelques endroits cependant qui acceptent les touristes tatoués. C'est par rapport aux yakuzas que les tatouages sont mals vus au Japon, mais ils commencent à se détendre de ce côté la avec les touristes. Le tatouage était mal vu avant même l'arrivée des Yakuza et c'est parce qu'il est précisément mal vu que les Yakuza choisissent de se tatouer. C'est un message pour les nouveaux membres: Tu deviens un membre permanent de notre famille et tu te places maintenant volontairement et de façon visible en marge de la société. Il s'agit de faire de l'entrée dans le groupe un voyage sans retour.

a écrit : Je sais qu'elle est un peu longue mais on dirait bien que tu n'as pas lu la source que tu cites.
Je te rappelle aussi ce que tu m'as écrit:

"Au Japon bien avant tout cela ce n'était pas une marque de deshonneur mais un moyen de reconnaitre quelqu'un... puisque ce sont le
s "pompier" qui se faisaient tatouer le corp... en cas de mort et brulure, c'était un moyen de les identifier... "

Les pompiers d'Edo, dont tu parles, évoluent à l'époque Tokugawa qui commence au XVIIème siècle.
Or, toujours selon ta source, on tatoue les criminels pour les punir et les déshonorer depuis au moins le VIIIème siècle, soit au moins 900 ans avant que les pompiers n'adoptent le tatouage. Ils le firent d'ailleurs pour d'autres raisons, à savoir la superstition. Les créatures qu'ils se tatouaient sur le corps étaient censés les protéger du péril lié à leurs fonctions. Ta source ne parle pas du tout d'un moyen d'identification.

"Bref voilà, bonne journée" comme tu dis.
Afficher tout
Jai lu la source ;) et si tu as bien lu au commencement comme en atteste les sources chinoises, le tatouage n'a pas une utilisation judiciaire et n'a rien de degradant ni de déshonnorant
Comme je l'ai dis dans le.post precedent ce n'est pas la que j'ai trouvé l'info mais dans un magasine... mais je ne vais pas faire l'effort de le trouver, car je pense que ce serai bien inutile, je peux me tromper mais j'ai l'impression que tu veux à tout prix avoir raison, tu dois être spécialiste du Japon féodal et du tatouage traditionnel et ta facon condescendante de répondre ne me plait pas trop donc je ne vais plud répondre...
Bref...
Je vais finir de passer une bonne journée

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Vous pourrez difficilement empêcher...je pense que tu voulais dire l'inverse --> Vous pourrez facilement empêcher le client de vous prendre au sérieux.
Je chipote ?
Pas du tout, j'ai effectivement fait une p'tite erreur, merci! :p

a écrit : C'est pour ça qu'on entend que toi? Oh , calmos chaton. De plus, mon commentaire et le tien sont techniquement inaudibles... (Nice try )

a écrit : Jai lu la source ;) et si tu as bien lu au commencement comme en atteste les sources chinoises, le tatouage n'a pas une utilisation judiciaire et n'a rien de degradant ni de déshonnorant
Comme je l'ai dis dans le.post precedent ce n'est pas la que j'ai trouvé l'info mais dans un maga
sine... mais je ne vais pas faire l'effort de le trouver, car je pense que ce serai bien inutile, je peux me tromper mais j'ai l'impression que tu veux à tout prix avoir raison, tu dois être spécialiste du Japon féodal et du tatouage traditionnel et ta facon condescendante de répondre ne me plait pas trop donc je ne vais plud répondre...
Bref...
Je vais finir de passer une bonne journée
Afficher tout
Le gars répond à un de mes posts en disant "c'est pas vrai ce que tu dis, la vérité c'est ça".
Je lui démontre le contraire avec ses propres sources et là le gars il boude.

McMaho tu es magique !

Au plaisir.

Ce qui est mal vu, en dehors du fait qu'ils savent très bien que sur 10 000 000 de personne tatouées qu'ils reçoivent par an chez eux, il est impossible que tous fassent partie d'une organisation criminel... Ce qui est mal vu donc, c'est que la bas, se tatouer est un acte de dissidence, par le tatouage, on dit qu'on appartient à une communauté marginale...
Ce qui est assez drôle quand on fait le rapprochement, en occident, ou se faire tatouer est une pure question de narcissique, de "jsuis libre de mon corps et je m'accepte encore mieux comme ça", pour reprendre l' exemple du tatouage Maori beaucoup cité ici.. La majorité des gens le portant ne sont même pas capable de situer géographiquement le peuple maori...

a écrit : Bien réfléchir à 2 fois avant de vous faire ce superbe dragon / larmes à côté des yeux/ truc Maori tout stylé :
- certains tatouages exotiques ont des significations bien particulières ( j'ai connu quelqu'un qui s'est fait tatoué "cuisine" sur le dos,juste parce que l'idéogramme fai
t joli);
- Not Safe For Work (vous pourrez difficilement empêcher des clients de vous prendre au sérieux si vous avez une tête de mort ou la triforce sur les mains, c'est comme ça );
- errare tatoueurum est;
- prendre cette décision sur un coup de tête peut vous marquer à vie;
- le risque sanitaire zéro n'existe pas;
- le coût du regret (donc du retrait ) est assez élevé. ( ça peut monter au nombre à 3 chiffres Par Séance ).

Prudence donc...
(Et c'est qqun qui a dessiné 3 4 tattoos qui vous l'écrit )
Afficher tout
Donc avec ma croix boudiste, je devrais eviter les bijoutiers d'Anvers ?

a écrit : Donc avec ma croix boudiste, je devrais eviter les bijoutiers d'Anvers ? Très bonne question, Guts.
Avec ta marque sur le cou & Dragonslayer sur le dos il n'oseront même pas lever le petit doigt... ;)

a écrit : C'est marrant ça, c'était le sujet d'hier pour l'épreuve de Français des BTS ^^ Le Français au BTS ça n'existe pas, c'est la CGE (Culture Générale et Expression)

au passage, si vous etes au japon, ne vous engueulez pas avec un mec qui a un gros tatouage style estampe sur le dos, ou ce genre de gros dessin sur le dos de sa veste. c'est un yakuza...