27 000 arbres chaque jour sont nécessaires pour le papier toilette

Proposé par
le

En 2010, ce sont environ 27 000 arbres qui ont été abattus chaque jour pour répondre à la demande mondiale de papier toilette, qui est en constante augmentation. La consommation est très variable selon les pays : aux États-Unis, la consommation moyenne est de 24 kg par personne et par an quand elle n'est que de 6 kilos en France.


Tous les commentaires (124)

Une solution simple pour réduire sa consommation de papier toilette est d'utiliser à la place des serviettes en tissus lavables (pas avec les autres habits) et réutilisables.

Si on cessait la masturbation, on economiserai quelques kilos

Je pose ça ici
Bien à vous

a écrit : Tu parles de ce qui s'appelle la déforestation "nette", arbres remplacés, à la différence de la déforestation "brute", qui elle est sans remplacement, pour créer des cultures, des habitations, du bois de chauffage, des pâturages, etc...
Et seules 10% des forêts sont protégées dans le mond
e... Ce sont au final 13 millions d'hectares de forêts qui disparaissent chaque année sur la planète ! Alors non : la forêt n'est pas une ressouce inépuisable. Afficher tout
Tu ne vois pas une légère contradiction dans ton raisonnement ? Si on déforeste pour créer des habitations ou des cultures c'est pour récupérer la surface, ça n'a rien à voir avec l'utilisation du bois, que ce soit pour le papier ou l'ameublement. Et tu mélanges les pâturages et le bois de chauffage dans ton énumération. Si on coupe la forêt pour faire un pâturage c'est pour récupérer la surface pour le bétail et c'est à cause de la boucherie, pas du papier ! Et si c'est pour le bois de chauffage, c'est pour récupérer le bois et pas la surface, et donc si on n'a pas besoin de la surface pour autre chose : on replante des arbres pour produire à nouveau du bois. Tu vois la différence ? La déforestation n'a rien à voir avec le papier mais avec l'aménagement du territoire. Au contraire : plus on a besoin de bois et plus on va consacrer de surface pour faire pousser des arbres et moins pour les pâturages ou les lotissements. C'est la loi de l'offre et de la demande.

Nous les muslims on se lave avec de l’eau, c’est assez logique et hygiénique

a écrit : Je vois pas où est le coté écolo d'utiliser encore plus d'eau (potable) pour ça, probablement chauffée pour être à temperature ambiante donc electicité nécessaire etc...
Les chiottes japonaises sont une aberration. Si tu veux être écolo utilise des toilettes sèches.
Les toilettes sèches , c'est très marginal. Dommage, car c'est la seule solution viable et ecolo a 100%.

a écrit : Tu ne vois pas une légère contradiction dans ton raisonnement ? Si on déforeste pour créer des habitations ou des cultures c'est pour récupérer la surface, ça n'a rien à voir avec l'utilisation du bois, que ce soit pour le papier ou l'ameublement. Et tu mélanges les pâturages et le bois de chauffage dans ton énumération. Si on coupe la forêt pour faire un pâturage c'est pour récupérer la surface pour le bétail et c'est à cause de la boucherie, pas du papier ! Et si c'est pour le bois de chauffage, c'est pour récupérer le bois et pas la surface, et donc si on n'a pas besoin de la surface pour autre chose : on replante des arbres pour produire à nouveau du bois. Tu vois la différence ? La déforestation n'a rien à voir avec le papier mais avec l'aménagement du territoire. Au contraire : plus on a besoin de bois et plus on va consacrer de surface pour faire pousser des arbres et moins pour les pâturages ou les lotissements. C'est la loi de l'offre et de la demande. Afficher tout D'ailleurs, en Europe, la surface de forêt à augmente chaque année

a écrit : Les forêts ne sont pas une ressource épuisable comme le pétrole. Les arbres utilisés pour fabriquer le papier sont bien entendu replantés au fur et à mesure. C'est une production agricole comme une autre, et même moins polluante car elle n'a pas besoin de pesticides. La blague est amusante mais elle montre néanmoins que dans l'imaginaire collectif l'abattage des arbres va nous laisser un paysage lunaire. Alors que c'est comme les sapins de noël: il sont plantés exprès pour ça et renouvelés au fur et à mesure. Dire de ne pas utiliser de papier pour sauver les forêts n'a pas plus de sens que dire d'arrêter de manger de la salade pour sauver nos champs. Afficher tout Oui enfin, il y a une énorme différence entre une forêt à l'état sauvage, et une forêt replantée pour l'exploitation. Une forêt sauvage, c'est tout un écosystème. Ce n'est pas seulement des arbres qu'on coupe quand on rase une forêt pour du papier, c'est toute une biodiversité qui est détruite/affaiblie (oiseaux, rongeurs, insectes, etc...) et ce même si on replante des arbres derrière.
Donc, oui le bois est bien une ressource renouvelable, mais ce n'est pas sans conséquence non plus.

a écrit : Moi perso je pense à l'environnement : j'utilise les 3 coquillages !

:'D
Je pensais que çà ne sortirait qu'en 2032 ;-)

a écrit : Soyons écologiques et sauvons nos forêts : utilisez les feuilles de PQ recto et verso !!!! :-) Et arrêtons de faire nos besoins dans de l'eau potable !!!

a écrit : Oui enfin, il y a une énorme différence entre une forêt à l'état sauvage, et une forêt replantée pour l'exploitation. Une forêt sauvage, c'est tout un écosystème. Ce n'est pas seulement des arbres qu'on coupe quand on rase une forêt pour du papier, c'est toute une biodiversité qui est détruite/affaiblie (oiseaux, rongeurs, insectes, etc...) et ce même si on replante des arbres derrière.
Donc, oui le bois est bien une ressource renouvelable, mais ce n'est pas sans conséquence non plus.
Afficher tout
Je dirais même plus. Une forêt est et restera sauvage. L'être humain ne sait pas faire de forêt, au mieux il sait faire des champs d'arbres. Souvent avec une essence unique pour le côté "pratique" ou pour fournir l'industrie, donc rien à voir avec la biodiversité d'un écosystème uniquement géré par Dame Nature.

a écrit : Tu ne vois pas une légère contradiction dans ton raisonnement ? Si on déforeste pour créer des habitations ou des cultures c'est pour récupérer la surface, ça n'a rien à voir avec l'utilisation du bois, que ce soit pour le papier ou l'ameublement. Et tu mélanges les pâturages et le bois de chauffage dans ton énumération. Si on coupe la forêt pour faire un pâturage c'est pour récupérer la surface pour le bétail et c'est à cause de la boucherie, pas du papier ! Et si c'est pour le bois de chauffage, c'est pour récupérer le bois et pas la surface, et donc si on n'a pas besoin de la surface pour autre chose : on replante des arbres pour produire à nouveau du bois. Tu vois la différence ? La déforestation n'a rien à voir avec le papier mais avec l'aménagement du territoire. Au contraire : plus on a besoin de bois et plus on va consacrer de surface pour faire pousser des arbres et moins pour les pâturages ou les lotissements. C'est la loi de l'offre et de la demande. Afficher tout Il n'y a aucune contradiction dans mon propos... Je commence d'ailleurs par dire que ce que tu écris concerne la déforestation "nette" ; et je n'ai aucune objection là dessus...
J'alerte simplement ensuite que tu en parles un peu comme s'il s'agissait d'une généralité, comme s'il n'y avait qu'une seule forme de déforestation, genre "il ne faut pas s'inquiéter de la déforestation, c'est presque mieux après qu'avant" ; ce qui n'est pas le cas, car cela ne concerne qu'une infime partie de la forêt de la planète et l'action de l'homme sur tout le reste (déforestation "brute") est véritablement catastrophique.
Mon propos allait simplement un peu plus loin que de juste savoir d'où vient mon PQ ;)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à priori, couper des arbres est bon pour la planète si c’est fait intelligemment. En effet, un arbre en croissance est un puit de carbone, c’est à dire qu’il fixe du CO2 pour construire sa matière organique, à l’inverse d’un vieil arbre dont la croissance est terminée. Abattre les arbres anciens et replanter des arbres jeunes permet donc de lutter contre l’effet de serre.

a écrit : Les toilettes sèches , c'est très marginal. Dommage, car c'est la seule solution viable et ecolo a 100%. Mais ça n'exclus pas de s'essuyer. Alors en plus si il n'y a pas d'eau....

a écrit : Oui enfin, il y a une énorme différence entre une forêt à l'état sauvage, et une forêt replantée pour l'exploitation. Une forêt sauvage, c'est tout un écosystème. Ce n'est pas seulement des arbres qu'on coupe quand on rase une forêt pour du papier, c'est toute une biodiversité qui est détruite/affaiblie (oiseaux, rongeurs, insectes, etc...) et ce même si on replante des arbres derrière.
Donc, oui le bois est bien une ressource renouvelable, mais ce n'est pas sans conséquence non plus.
Afficher tout
Tu as réfléchi avant d'écrire ça? Tu crois qu'on rase des forêts primaires pour faire du papier ? Il faudrait te renseigner un peu avant de réagir comme si on avait tué un bisounours.

a écrit : Il n'y a aucune contradiction dans mon propos... Je commence d'ailleurs par dire que ce que tu écris concerne la déforestation "nette" ; et je n'ai aucune objection là dessus...
J'alerte simplement ensuite que tu en parles un peu comme s'il s'agissait d'une généralité,
comme s'il n'y avait qu'une seule forme de déforestation, genre "il ne faut pas s'inquiéter de la déforestation, c'est presque mieux après qu'avant" ; ce qui n'est pas le cas, car cela ne concerne qu'une infime partie de la forêt de la planète et l'action de l'homme sur tout le reste (déforestation "brute") est véritablement catastrophique.
Mon propos allait simplement un peu plus loin que de juste savoir d'où vient mon PQ ;)
Afficher tout
Les catastrophes écologiques ne sont pas dues au papier ni au bois de chauffage mais plutôt à l'huile de palme, à la viande et à l'utilisation de (certains) bois exotiques pour l'ameublement, et ça ne concerne pas la France ni même l'Europe, si tu veux apporter des précisions c'est pas pour tout mélanger dans la tête des gens qui te lisent !

a écrit : Tu as réfléchi avant d'écrire ça? Tu crois qu'on rase des forêts primaires pour faire du papier ? Il faudrait te renseigner un peu avant de réagir comme si on avait tué un bisounours. Non je réagissais par rapport à ton commentaire qui laissait penser que les "champs d'arbres" étaient mieux que des forêts à l'état sauvage ou en tout cas l'équivalent. Je reprends ton propos : "Dire de ne pas utiliser de papier pour sauver les forêts n'a pas plus de sens que dire d'arrêter de manger de la salade pour sauver nos champs." Or, on a bel et bien dû raser quelques forêts pour ensuite y installer des plantations d'arbres qui ne sont PAS des forêts. Et là, je soulignais du coup la grosse différence entre une vraie forêt (biodiversité, ecosystème) et une simple plantation à destination d'exploitation.

Et pas la peine de m'agresser, je suis plutôt bien renseignée. Je sais pertinemment que le plus gros responsable de la déforestation (par exemple, 80% de la destruction de la forêt Amazonienne) c'est l'agriculture intensive à destination des élevages (eux-mêmes responsables de plus de gaz à effets de serre que l'industrie du transport). Double peine.

PS : j'attends toujours ton retour suite à ma réponse à ton commentaire des plus risibles sur une anecdote précédente, mais je crois que je t'ai séché sur place pour le coup, sinon, tu n'aurais pas manqué de renchérir, je commence à te connaître un peu.

a écrit : Je dirais même plus. Une forêt est et restera sauvage. L'être humain ne sait pas faire de forêt, au mieux il sait faire des champs d'arbres. Souvent avec une essence unique pour le côté "pratique" ou pour fournir l'industrie, donc rien à voir avec la biodiversité d'un écosystème uniquement géré par Dame Nature. Tout à fait, des "champs d'arbres" je n'aurais pas dit mieux :)

Le problème avec votre discussion, c’est qu’il y a beaucoup de choses à prendre en compte. Je vais essayer d’être synthétique et clair.

Le premier problème est la destruction de biodiversité et d’écosystème. C’est la déforestation pour l’aménagement des territoires ET pour la création d’exploitation (agricole ou forestière) qui en sont les respon-sables. Comme ça été dit au-dessus de moi, une « forêt » créée pour l’exploitation de bois (chauffage princi-palement, mais pour du PQ dans notre exemple) ne créée pas de biodiversité. Et malheureux d’ailleurs ceux qui pense qu’aucuns pesticides ne sont utilisés dans ce type de culture. Alors oui, les produits utilisés ne re-poussent pas les insectes, mais plutôt les champignons pour ne donnés qu’un exemple.

Un autre problème, qui n’en est pas vraiment un, mais je voulais attirer l’attention des gens là-dessus, c’est la capacité des arbres « a absorbé » le CO2 et donc que ça soit bon pour la planète. Enfaîte, cette affirmation est assez fausse. C’est une notion qui a été insinué dans la tête des gens dans les années 80’ lors de la révolution verte, qui s’est avéré être une des plus grandes escroqueries du XXème siècle. Ça ne vous dit rien, mais si, les semences Monsanto, l’apparition à grandes échelles des pesticides, les suicides collectifs de fermiers indiens et j’ne passe. Parmi toutes les informations misent dans la tête du grand public, une en particulier est encore très encré dans nos pensées, et c’est pourtant faux. Celle que les arbres sont bon pour la planète, car ils absorbent le CO2. Alors oui, en effet, pendant sa vie, et surtout sa croissance, un arbre absorbe du CO2. Et à sa mort, et plus précédemment à sa désintégration, à votre avis, il est ou ce CO2 ? Bah il est relâché dans l’air … « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ». Ils n’ont qu’un effet de « stockage » de CO2, mais absolument pas transformation. Donc svp, arrêter d’affirmer que des « champs d’arbre » pour reprendre l’exemple sont bon pour la planète, le seul moment où c’est le cas, c’est lorsque les arbres sont transformés en meuble, car il garde le CO2 en eux, mais à votre avis, ça représente combien en pourcentage ? Une forêt a un bilan carbone NUL.

Source : Mes 6 années d’étude en environnement et des dizaines d’articles scientifiques, mais par pitié n’allez pas vérifier vos sources sur des médias. Eux, n’ont toujours pas compris.

a écrit : Non je réagissais par rapport à ton commentaire qui laissait penser que les "champs d'arbres" étaient mieux que des forêts à l'état sauvage ou en tout cas l'équivalent. Je reprends ton propos : "Dire de ne pas utiliser de papier pour sauver les forêts n'a pas plus de sens que dire d'arrêter de manger de la salade pour sauver nos champs." Or, on a bel et bien dû raser quelques forêts pour ensuite y installer des plantations d'arbres qui ne sont PAS des forêts. Et là, je soulignais du coup la grosse différence entre une vraie forêt (biodiversité, ecosystème) et une simple plantation à destination d'exploitation.

Et pas la peine de m'agresser, je suis plutôt bien renseignée. Je sais pertinemment que le plus gros responsable de la déforestation (par exemple, 80% de la destruction de la forêt Amazonienne) c'est l'agriculture intensive à destination des élevages (eux-mêmes responsables de plus de gaz à effets de serre que l'industrie du transport). Double peine.

PS : j'attends toujours ton retour suite à ma réponse à ton commentaire des plus risibles sur une anecdote précédente, mais je crois que je t'ai séché sur place pour le coup, sinon, tu n'aurais pas manqué de renchérir, je commence à te connaître un peu.
Afficher tout
Alors il faudra retourner donner tes conseils quelques décennies voire quelques siècles en arrière à ceux qui ont abattu des forêts primaires pour satisfaire la demande de bois, parce que ça fait longtemps que les utilisations courantes (papier, chauffage, construction) sont faites à partir de forets exploitées pour ça. Donc ça ne sert plus à rien de déplorer qu'on ait pu abattre des forêts pour faire du papier. Et pour l'autre commentaire qui attend toujours ma réponse c'était sur quelle anecdote ? (je suis curieux de savoir si j'ai été "séché")