Pourquoi dit-on que l:'on tire le bon numéro ?

Proposé par
le

L'expression "tirer le bon numéro" vient du service militaire. En effet, entre 1798 et 1905, celui-ci était obligatoire pour une certaine tranche d'âge de la population, et il était soumis à un tirage au sort où celui qui "tirait le bon numéro" en était exempté. Cette mesure avait été mise en place pour éviter que les plus riches désignent d'autres personnes, plus pauvres, pour aller au service militaire à leur place en échange d'une certaine somme d'argent.


Commentaires préférés (3)

C'est à l'inverse, à cause du système du tirage au sort, qu'existait la possibilité pour les plus aises de s'acheter un remplaçant lorsqu'ils avaient tiré un mauvais numéro. Le service militaire n'existait pas avant la révolution et ce système de '' rachat '' à duré pendant tout le 19ème siècle

a écrit : C'est à l'inverse, à cause du système du tirage au sort, qu'existait la possibilité pour les plus aises de s'acheter un remplaçant lorsqu'ils avaient tiré un mauvais numéro. Le service militaire n'existait pas avant la révolution et ce système de '' rachat '' à duré pendant tout le 19ème siècle Effectivement, il suffisait d'acheter à un heureux bénéficiaire son bon numéro pour éviter se partir au service militaire avec un avenir incertain, car la période était mouvementée

a écrit : C'est à l'inverse, à cause du système du tirage au sort, qu'existait la possibilité pour les plus aises de s'acheter un remplaçant lorsqu'ils avaient tiré un mauvais numéro. Le service militaire n'existait pas avant la révolution et ce système de '' rachat '' à duré pendant tout le 19ème siècle Les sources parlent des deux : payer pour ne pas y aller avant l'instauration du tirage au sort, payer pour ne pas y aller après l'instauration du tirage. La seule différence est si un riche tombe sur le bon numéro : rien à payer ! Donc la vraie anecdote est : un riche pouvait avoir la chance de ne rien payer pour ne pas aller à l'armée !


Tous les commentaires (16)

C'est à l'inverse, à cause du système du tirage au sort, qu'existait la possibilité pour les plus aises de s'acheter un remplaçant lorsqu'ils avaient tiré un mauvais numéro. Le service militaire n'existait pas avant la révolution et ce système de '' rachat '' à duré pendant tout le 19ème siècle

a écrit : C'est à l'inverse, à cause du système du tirage au sort, qu'existait la possibilité pour les plus aises de s'acheter un remplaçant lorsqu'ils avaient tiré un mauvais numéro. Le service militaire n'existait pas avant la révolution et ce système de '' rachat '' à duré pendant tout le 19ème siècle Effectivement, il suffisait d'acheter à un heureux bénéficiaire son bon numéro pour éviter se partir au service militaire avec un avenir incertain, car la période était mouvementée

Moi c'est au Loto que j'aimerais tirer le bon numéro

a écrit : C'est à l'inverse, à cause du système du tirage au sort, qu'existait la possibilité pour les plus aises de s'acheter un remplaçant lorsqu'ils avaient tiré un mauvais numéro. Le service militaire n'existait pas avant la révolution et ce système de '' rachat '' à duré pendant tout le 19ème siècle Les sources parlent des deux : payer pour ne pas y aller avant l'instauration du tirage au sort, payer pour ne pas y aller après l'instauration du tirage. La seule différence est si un riche tombe sur le bon numéro : rien à payer ! Donc la vraie anecdote est : un riche pouvait avoir la chance de ne rien payer pour ne pas aller à l'armée !

a écrit : Les sources parlent des deux : payer pour ne pas y aller avant l'instauration du tirage au sort, payer pour ne pas y aller après l'instauration du tirage. La seule différence est si un riche tombe sur le bon numéro : rien à payer ! Donc la vraie anecdote est : un riche pouvait avoir la chance de ne rien payer pour ne pas aller à l'armée ! Afficher tout On peut aussi se dire qu'un pauvre ayant tiré le bon numéro pouvait se faire une jolie somme d'argent en vendant sa place

Bienvenue dans les Hunger Games !

La façon dont est formulée l’annecdote la rend incomprehrndible.
Il faudrait expliquer en quoi un tirage au sort était nécessaire pour empêcher les riches de désigner des pauvres pour y aller à leur place.
Parce que c’est loin d’être évident.

Les familles riches payaient souvent des familles pauvres pour obtenir leur bon numéro lors de la conscription, c'était d'ailleurs très présent sous le premier Empire

Posté le

windowsphone

(4)

Répondre

et par extension ça n'empechait pas les plus riches de payer les plus pauvres pour être exemptés du service, c'est juste que du coup l'arrangement se fait après le tirage

Posté le

windowsphone

(5)

Répondre

a écrit : On peut aussi se dire qu'un pauvre ayant tiré le bon numéro pouvait se faire une jolie somme d'argent en vendant sa place Oui en effet !

a écrit : La façon dont est formulée l’annecdote la rend incomprehrndible.
Il faudrait expliquer en quoi un tirage au sort était nécessaire pour empêcher les riches de désigner des pauvres pour y aller à leur place.
Parce que c’est loin d’être évident.
Le tirage au sort,aveugle, était sensé, j'imagine, mettre tout le monde sur le même pied.
Manque de pot, les riches rusés trouvent toujours un moyen de profiter de pareille situation, dans une société où l'argent a autant de pouvoir...

a écrit : Moi c'est au Loto que j'aimerais tirer le bon numéro Je croyais que ça venait de là ^^

a écrit : La façon dont est formulée l’annecdote la rend incomprehrndible.
Il faudrait expliquer en quoi un tirage au sort était nécessaire pour empêcher les riches de désigner des pauvres pour y aller à leur place.
Parce que c’est loin d’être évident.
C'est tout simplement parce que l'anecdote est partiellement fausse sur ce point.
Car malheureusement l'erreur provient des sources

Heureusement qu'il y a la source de "l'internaute", que j'ai trouvé très clair pour comprendre.
Car du coup l'anecdote n'a aucun sens...!

Le but de ce tirage (si j'ai bien compris) était simplement de donner une chance aux pauvres de ne pas y aller, malgré le fait qu'ils n'aient pas d'argent pour y envoyer quelqu'un d'autre à leur place.

C'est le sujet de «gravé dans le sable» de Michel Bussy, ou Lucky a tiré le bon numéro et un bourgeois le mauvais...le bourgeois offre 1,44millions de dollars pour échanger les places...très bon roman!