L’effet Magnus s'applique dans le sport

Proposé par
le
dans

Dans le tennis ou le football, les balles peuvent être soumises à l’effet Magnus lors d’un lift ou d’un coup franc. La rotation de la balle entraîne une déviation de celle-ci dans le sens de rotation permettant ainsi de surprendre l’adversaire ou le gardien de but. Un exemple célèbre est le but de Roberto Carlos contre l'équipe de France en 1997.


Commentaires préférés (3)

Il existe aussi l'effet Neymar qui consiste à rouler en boule sur le terrain pour surprendre l'adversaire :-)

C’est d'ailleurs l’application directe du théorème de Bernoulli (Daniel) qui nous dit que quand la vitesse d’un fluide homogène et incompressible augmente, sa pression diminue. C’est ce qu’il se passe sur la face du ballon côté courbure intérieure et l’inverse de l’autre côté. Avec une plus faible pression d’un côté et une plus forte pression de l’autre, la trajectoire du ballon est déviée.

C'est vrai que Roberto Carlos avait une frappe de mule, mais il a dit quelques années plus tard avoir remarqué que le vent s'engouffrait trés fort dans le stade, par une ouverture en tribune, à proximité du but français. De là, il a donné un effet à son ballon, accentué fortement par le vent.


Tous les commentaires (49)

Il existe aussi l'effet Neymar qui consiste à rouler en boule sur le terrain pour surprendre l'adversaire :-)

Je me souviens avoir vu ce but en direct, c'était juste incroyable. Tout le monde hallucinait sur la trajectoire de la balle. Du jamais vu.

C’est d'ailleurs l’application directe du théorème de Bernoulli (Daniel) qui nous dit que quand la vitesse d’un fluide homogène et incompressible augmente, sa pression diminue. C’est ce qu’il se passe sur la face du ballon côté courbure intérieure et l’inverse de l’autre côté. Avec une plus faible pression d’un côté et une plus forte pression de l’autre, la trajectoire du ballon est déviée.

C'est vrai que Roberto Carlos avait une frappe de mule, mais il a dit quelques années plus tard avoir remarqué que le vent s'engouffrait trés fort dans le stade, par une ouverture en tribune, à proximité du but français. De là, il a donné un effet à son ballon, accentué fortement par le vent.

Pour ceux qui connaissent, c'est ce qui se passe avec l'effet hop up dans une réplique d'airsoft.

La bille est propulsé dans le canon, en passant elle frotte un joint (le joint hop up donc) qui lui donne un effet de rotation.

Plus le joint est serré, plus le frottement est fort et la rotation rapide. Cette rotation donnée à la bille permettra à cette dernière de monter en l'air.

Le principe étant de trouver le juste milieu pour donner une trajectoire rectiligne sur la plus grand distance possible.

Ou le but de Pavard en coupe du monde.

Au ping pong l'effet est amplifier quand elle rebondit sur la table

Cet effet est de plus en plus visibles dans le monde du football notamment à cause de l'évolution des ballons !
Par exemple le ballon Jabulani de la coupe du monde 2014 était legerement plus leger, et a été conçu pour être le plus rond possible avec huit panneaux soudés thermiquement, parfaitement sphérique.
Cela a augmenté cet "effet flottement", particulièrement difficile à évaluer pour les gardiens.
Difficile d'obtenir un effet Magnus avec une balle en vessie de porcs ;)

a écrit : Je me souviens avoir vu ce but en direct, c'était juste incroyable. Tout le monde hallucinait sur la trajectoire de la balle. Du jamais vu. Mon père m'a appris à shooter "à la Platini" qui, dans les années 80', avait déjà travaillé cet effet ;)

Principe aussi bien appliqué dans Olive et Tom

a écrit : Il existe aussi l'effet Neymar qui consiste à rouler en boule sur le terrain pour surprendre l'adversaire :-) Sauf que depuis le temps, cela ne surprend plus personne...

L'effet s'applique pour le flashball ? :o

Posté le

windowsphone

(2)

Répondre

a écrit : Ou le but de Pavard en coupe du monde.

Au ping pong l'effet est amplifier quand elle rebondit sur la table
Petite précision: ce n'est pas directement l'effet magnus qui est accentué quand la balle touche la table: la rotation de la balle créée au point de contact une force tangentielle de frottement. C'est cette force qui imprime un déplacement a la balle lors du contact (comme quand a l'inverse on imprime la rotation a la balle en déplacant la raquette lors de la frappe). En fait, l'effet magnus est même diminué après le contact car une partie de la rotation de la balle a été transférée en translation. En revanche, les deux phénomènes se combinent et créent effectivement un "effet" très prononcé.
Même principe au billard sauf que l'effet Magnus y est quasi inexistant.

Par ailleurs il existe aussi des bateaux a effet Magnus. Ils sont équipés de longs tubes verticaux tournants, qui font avancer le bateau en créant cet effet:
goo.gl/images/sazqaW

Quelqu’un sait-il si cela fonctionne dans un autre flux que l’air ? Théoriquement il me semble que les équations disent que oui.
Genre dans l’eau ? Dans le méthane ? Dans de l’acier en fusion ?
Une torpille de sous-marin en rotation sur elle même subit elle ce phénomène ?
J’imagine que mes vitesses de rotation sont d’un tout autre ordre de grandeur pour envisager le voir.

Et dans "Olive et Tom", est-ce l'effet Magnus qui déformait le ballon et lui donnait des trajectoires complètement imprévisibles ? :-D

a écrit : Quelqu’un sait-il si cela fonctionne dans un autre flux que l’air ? Théoriquement il me semble que les équations disent que oui.
Genre dans l’eau ? Dans le méthane ? Dans de l’acier en fusion ?
Une torpille de sous-marin en rotation sur elle même subit elle ce phénomène ?
J’imagine que mes vitesses d
e rotation sont d’un tout autre ordre de grandeur pour envisager le voir. Afficher tout
En ecrivant mon dernier com' me demandais justement pourquoi sur le bateau les tubes sont dans l'air et pas immergés dans l'eau (mais il y a aussi les considérations d"encombrements, risques d'echou...age?...).
Aparemment ca ne dépend pas de la compressibilité mais seulement de la viscosité et la densité du fluide. Donc ca devrait marcher dans tout gaz ou fluide. Seulement dans un fluide la viscosité est telle que l'objet perd très vite sa rotation.
Les torpilles (modernes du moins) utilisent surtout le principe MagnetoHydroDynamique (MHD) pour supprimer le frottement avec l'eau. Pas de frottement=pas d'effet Magnus.Sur la MHD, lire Jean-Pierre Petit qui quoi qu'on pense du personnage et ses idées, est le seul en france a s'y intéresser, ce qui est fort dommage.

Correction: quand je disais fluides, je voulais dire liquides! Les gaz sont aussi des fluides!

a écrit : Mon père m'a appris à shooter "à la Platini" qui, dans les années 80', avait déjà travaillé cet effet ;) Platini tirait ses coups francs du plat du pied, avec lequel il est plus facile de donner de l'effet pour passer un mur de joueurs. Mais Roberto Carlos les tirait de l'extérieur du pied ce qui complique rudement la tâche même si c'est plus logique après coup. Je me souviens qu'on avait beau s'entraîner à le faire dans la cour de récré, personne n'y arrivait...