Un des tout premiers piratages fut réalisé en France

Proposé par
le

En 1834, le piratage du télégraphe Chappe est un des tout premiers piratages d'un réseau de télécommunication. Avec l'aide d'un complice, deux hommes d'affaire bordelais détournèrent le réseau de télégraphie optique afin de connaître avant tout le monde la clôture des cours à la Bourse de Paris. Cela fonctionna deux ans avant qu'ils ne soient découverts, et ils ne furent pas condamnés, faute de cadre légal sanctionnant cette infraction.


Tous les commentaires (30)

a écrit : - Qu'est-ce qu'il dit c'message ?

- Je peux pas vous l'dire, c'est un message secret.

- C'est pas un message secret. Vous avez dit "c'est un message codé".

- S'il est codé, il est bien secret.

- Ah ben non ! S'il
est codé, vous pouvez monter l'gueuler sur l'toit de la taverne, normalement personne comprend.

- Nan mais c'est quand même une phrase qui veut dire quelque chose.

- Allez-y dites la nous. On vous dira si c'est secret.

- Il faut franchir les compagnons.

- Il faut franchir les compagnons ?

- Ca, ça doit être du code parce que ça veut rien dire.

- C'est ce que je vous dis, c'est un message codé.

Ça c'est du chipotage !!!
Afficher tout
Ah commence pas a jouer sur les mots toi. ^^ (tu m'a bien fait rigoler, soit dit :) )

Il y a encore un exemplaire de télégraphe chappe près de Tours. Il est situé à un carrefour dans une zone commerciale et n'est malheureusement pas en très bon état.

Posté le

android

(2)

Répondre

Et celui à l'origine de cette anecdote sur CCMB qui parle du piratage d'un des premiers réseaux de communication s'appelle Morpheus...

Posté le

android

(2)

Répondre

Faut revoir la définition de " piratage " au lieu d'utiliser des mots qui n'ont plus aucun sens dans le contexte.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Faut revoir la définition de " piratage " au lieu d'utiliser des mots qui n'ont plus aucun sens dans le contexte. Je trouve que dans le cadre de l'anecdote et de mon commentaire le mot piratage est parfaitement justifié au vue des définitions existantes alors que le terme "hacker" eût été moins juste car n'impliquant pas nécessairement un but frauduleux...

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je trouve que dans le cadre de l'anecdote et de mon commentaire le mot piratage est parfaitement justifié au vue des définitions existantes alors que le terme "hacker" eût été moins juste car n'impliquant pas nécessairement un but frauduleux... Je plussoie.
Il me semble avoir vu quelquepart qu'un hacker avait infiltré les ordis de la CIA juste pour écrire "prout" sur leurs écrans, c'est probablement un fake mais l'idée est là: le hacker cherche le défi, le pirate cherche à se remplir les poches.

Par contre ce que je vais dire maintenant est vrai:
Le mec qui a craqué le système des cartes de crédit l'a fait pour montrer que le système était faillible, donc dangereux. Il en a immédiatement informé les services concernés et... a été attaqué en justice et sévèrement puni. C'est pour ça qu'il a balancé l'info sur le net (les fameuses "Yescard"). Il n'en a tiré aucun bénéfice mais je comprends parfaitement son geste.
Si le système bancaire numérique est foireux aujourd'hui, ce n'est pas à cause de lui, c'est parce que le système était foireux dès sa conception.

a écrit : Je trouve que dans le cadre de l'anecdote et de mon commentaire le mot piratage est parfaitement justifié au vue des définitions existantes alors que le terme "hacker" eût été moins juste car n'impliquant pas nécessairement un but frauduleux... bah non justement, le hacking n'est pas forcement frauduleux. A la base, ça désigne les étudiants bidouilleurs du MIT. Encore aujourd'hui, il y a tout une communauté de hacker ne cherchant pas a faire de l'argent sur des procédés frauduleux, que ce soit des white hat (des gens découvrant des failles pour les réparer), des libristes (prônant le logiciel libre, et s'amuse parfois a détourner des logiciels/système propriétaires juste pour le plaisir), ou d'autres communautés sans lien direct avec l'informatique, comme le blog hacking social ou le groupe thinkerview, les deux organisations se revendiquant de la communauté des hackers.

La, on a un système en place servant a quelque chose, et une personne la modifie pour changer son comportement, c'est clairement un hack...

C'est du social engineering, un employé donnait un code reconnaissable pour les complices à l'extérieur

Posté le

android

(0)

Répondre