Les maïs OGM ne sont pas dangereux pour la santé selon les études

Proposé par
le

Malgré les inquiétudes et controverses, le maïs OGM ne poserait aucun problème pour la santé. Ce sont en tout cas les conclusions d'une méta-analyse (analyse de 6 000 études publiées sur la question sur 21 années), qui indique même que le maïs OGM comporte moins de mycotoxines que d'autres variétés classiques de maïs.

Une autre analyse de 29 ans de données portant sur 100 milliards d'animaux d'élevage n'a trouvé aucune différence dans la santé des animaux après l'introduction d'OGM dans leur alimentation.


Commentaires préférés (3)

Anecdotes sponsorisés par monsantos!^^

Posté le

android

(187)

Répondre

Le problème des OGM est aussi lié à leur finalité.
Par exemple, l’emploi de glyphosate en France ne pose que peu problème car les doses sur les produits finis sont faibles (c’est un herbicide, donc sauf cas particulier, il n’y a aucune raison de le mettre sur un produit fini)
Mais certains OGM sont fait pour résister au glyphosate. Donc on peut arroser un champs d’herbicide sans problème et donc avoir dans nos assiettes des quantités bien plus importantes.

Il me semblait que les controverses venaient plutôt de l’impact des espèces OGM sur les espèces non OGM dans la nature et de l’éventuelle perturbation des milieux en cas de fécondation entre les deux. Un maïs OGM plus résistant se fera forcément au détriment d’une autre espèce.
L’impact sur la santé est un problème tout à fait différent et il apparaît logique qu’il n’y en ait pas même si l’étude reste courte (21 ans ce n’est pas tant que ça pour une étude sur la santé). Avec tous les microplastiques de l’océan, il apparaît bien plus sage aujourd’hui de manger du maïs OGM que du thon en boîte.


Tous les commentaires (124)

Anecdotes sponsorisés par monsantos!^^

Posté le

android

(187)

Répondre

Le problème des OGM est aussi lié à leur finalité.
Par exemple, l’emploi de glyphosate en France ne pose que peu problème car les doses sur les produits finis sont faibles (c’est un herbicide, donc sauf cas particulier, il n’y a aucune raison de le mettre sur un produit fini)
Mais certains OGM sont fait pour résister au glyphosate. Donc on peut arroser un champs d’herbicide sans problème et donc avoir dans nos assiettes des quantités bien plus importantes.

Du coup le combat contre les OGM est juste basé sur une incertitude ? Il n’y a pas d’autres arguments ?

Il me semblait que les controverses venaient plutôt de l’impact des espèces OGM sur les espèces non OGM dans la nature et de l’éventuelle perturbation des milieux en cas de fécondation entre les deux. Un maïs OGM plus résistant se fera forcément au détriment d’une autre espèce.
L’impact sur la santé est un problème tout à fait différent et il apparaît logique qu’il n’y en ait pas même si l’étude reste courte (21 ans ce n’est pas tant que ça pour une étude sur la santé). Avec tous les microplastiques de l’océan, il apparaît bien plus sage aujourd’hui de manger du maïs OGM que du thon en boîte.

a écrit : Du coup le combat contre les OGM est juste basé sur une incertitude ? Il n’y a pas d’autres arguments ? Comme le dit TybsXckZ, c'est surtout l'impact de ces plantes en culture libre dans l'environnement qui est redouté, à cause des risques de dissémination et de résultats de croisements possibles.

Les OGM sont l'exemple type de "rien n'est noir, rien n'est blanc". Ces bénéfices et ces défauts en font un sujet complexe. Autant capable d'éradiquer la faim dans le monde (riz doré) que de rendre dépendant tous les agriculteurs aux entreprises qui les produisent (coucou Monsanto).

Posté le

android

(46)

Répondre

a écrit : Du coup le combat contre les OGM est juste basé sur une incertitude ? Il n’y a pas d’autres arguments ? Ça s'appelle le principe de précaution...

Posté le

android

(5)

Répondre

Il suffit de voir ce qu'a donné la culture massive de coton OGM en Inde, celle du maïs aux USA et celle du soja au Brésil.
En manger où manger des animaux qui en ont mangé ne pose, à priori, pas de soucis, les vrais soucis, c'est les produits chimiques balancés sur les champs qui polluent l'environnement.

Je vais me répéter mais la promesse des entreprises, au départ, c'était que les OGM seraient conçus pour mieux résister à la sécheresse, où aux invasions d'insectes (il y a eu quelques réussites) mais la quasi-totalité des OGM conçus l'ont été pour mieux résister à des herbicides/pesticides/fongicides produits par ces mêmes entreprises, et si on ajoute à ça le problème de la contamination génétique, on a un super combo gagnant.

C'est vrai que pour la santé il n'y a aucun danger (selon l'OMS) mais c'est une catastrophe pour l'environnement. Si on se préoccupe que de notre santé à nous on ne risque rien mais il faut peut-être penser à la santé de ceux qui arrivent derière.

Posté le

android

(20)

Répondre

Enfin. Marre des sans-dents qui gueulent contre les OGM h24

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Comme le dit TybsXckZ, c'est surtout l'impact de ces plantes en culture libre dans l'environnement qui est redouté, à cause des risques de dissémination et de résultats de croisements possibles. Non a l'origine, les OGM étaient censées êtres stériles, ce qui voulais dire que chaque années les agriculteurs devaient rachetés des graines à la même société. Le coté écologique et sanitaire sont venus après (à tort ou à raison), comme pour justifié le combat des agriculteurs.

a écrit : Ça s'appelle le principe de précaution... Le tout est de savoir où commence et où doit s'arrêter ce principe... Si on ne fait rien c'est l'anarchie totale, et un monde dont on ne veut pas. Si on applique ce principe à tout et tout le temps c'est une monde super-aseptisé, contrôlé jusqu'à la moelle, dont pour ma part je ne veux pas non plus.
Sur ce principe on peut tout interdire : le pâté (c'est susceptible de boucher les artères), le saussisson (idem), une bonne chouquette (c'est du sucre, bouh mauvais pour la glicémie qui peut tuer), etc, etc... Et même sans parler de bouffe : un casque pour traverser la route à pieds, limitation à 30km/h sur l'autoroute (et encore, si un jour on a un mort à cette vitesse il faudra encore réduire), j'en passe et des meilleures...
Le "principe" doit avoir ses limites à mon sens ; sinon à vivre dans une société "dirigiste" de merde.

a écrit : Enfin. Marre des sans-dents qui gueulent contre les OGM h24 Ouille. Qu'est ce que vous foutez ici Mr Hollande? Ça ennuie le chômage technique?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il me semblait que les controverses venaient plutôt de l’impact des espèces OGM sur les espèces non OGM dans la nature et de l’éventuelle perturbation des milieux en cas de fécondation entre les deux. Un maïs OGM plus résistant se fera forcément au détriment d’une autre espèce.
L’impact sur la santé est un prob
lème tout à fait différent et il apparaît logique qu’il n’y en ait pas même si l’étude reste courte (21 ans ce n’est pas tant que ça pour une étude sur la santé). Avec tous les microplastiques de l’océan, il apparaît bien plus sage aujourd’hui de manger du maïs OGM que du thon en boîte. Afficher tout
D'accord, mais malgré cette étude, nous ne pouvons pas nier les dangers plausibles des OGM.

En effet, il existe une multitude de mais OGM, et nous ne somme pas à l'abri d'une nouvelle variété qui elle serait dangereuse. De plus nous ne connaissons pas les effets de ses maïs sur l'environnement à long termes et qui pourrais se révéler envahissant par exemple.

Enfin, ce serait extrêmement dangereux d'extrapoler cette méta-analyse aux autres espèces végétales car toutes les espèces n'évoluent pas de la même façon.

a écrit : Du coup le combat contre les OGM est juste basé sur une incertitude ? Il n’y a pas d’autres arguments ? non, c'est juste ce qu'Asimov appelait le syndrome de Frankenstein.
on a peur de ce qui est nouveau. rien d'autre

Le problème des OGM c’est selon moi le fait que ce soit un pacte avec le diable.. certes de meilleurs rendements mais l’obligation de continuer à l’ogm après car plus aucune espèce classique ne pousserai.. beaucoup d’agriculteurs le regrette. Je pense qu’on peut faire sans.

Au contraire j’ai un ami qui considère que l’interdiction des Ogm serait un « crime contre l’humanité » (pas tout à fait approprié mais bon) car cela laisserai une part de la population dans la famine..

Le vrai problème c'est l'uniformisation des cultures, et donc, à terme, la disparition de milliers d'espèces, végétales et animales. Sans parler de la dépendance à des multinationales, pour qui le profit sera toujours prioritaire sur la santé, l'écologie et la biodiversité. Et le jour on leur seule espèce de tomate, maïs ou riz sera dévasté par un parasite qui aura muté pour résister à leur pesticide, nous n'aurons plus d'alternative, l'espèce en question sera éteinte. Les billets verts ne se mange pas...

Posté le

android

(20)

Répondre

En même temps, un OGM c’est juste un organisme comme un autre.

Oui, on peut faire en sorte qu’un plant de maïs contienne un violent poison qui tue celui qui le bouffe… mais ça rimerait à quoi ? À qui ça profiterait ?

Monsanto et les autres veulent faire du maïs qui produit plus, consomme moins et qui ne soit produit et vendu que par eux (car breveté) pour mettre le monde à leur pied. Ils ne cherchent pas à produire du poison. Ça ne serait pas vendable !

Jamais un OGM mis sur le marché ne sera dangereux pour la santé. Il est dangereux pour l’écosystème, il est dangereux pour la biodiversité, il est dangereux pour la liberté de planter autre chose et pour l’économie locale, mais pas pour la santé. Ça serait ridicule.

Quelques exemples d’OGM qui sauvent le monde :
– certains riz contiennent du bêta-carotène, un truc essentielle sans quoi vous devenez aveugle. Il est planté dans les pays comme l’Inde ou le Bengladesh, pour sauver la vue de tous.
– les légumes, maïs, soja produisent plus et consomment moins d’eau et moins de pesticides. Ça profite à tous finalement.
– les papayes naturelles n’existent plus. Elles ont été décimées par des virus. 100% des papayes actuelles sont transgéniques. Oui, cette espèce a été sauvée par les OGM.

Oh et puis… un OGM, il en existe depuis toujours : on fait des croisements de plantes ou d’animaux depuis toujours : un chien est un OGM, les carottes bio sont des OGM, les vaches à lait sont des OGM. C’est juste qu’avant on utilisait le hasard et la chance pour obtenir des chiens plus mignons, des carottes plus oranges ou du maïs plus juteux. Aujourd’hui, on force la chance en incorporant directement les gènes qui nous intéressant.

On sait incorporer des gènes d’araignée dans une chèvre, pour que le lait contienne de la soie ; on sait incorporer des gènes d’algues luminescentes dans des lapins, pour faire des lapins qui brillent dans le noir, et on sait incorporer des gènes insecticides dans du maïs pour faire du pousser du maïs résistant aux insectes.

a écrit : Le problème des OGM c’est selon moi le fait que ce soit un pacte avec le diable.. certes de meilleurs rendements mais l’obligation de continuer à l’ogm après car plus aucune espèce classique ne pousserai.. beaucoup d’agriculteurs le regrette. Je pense qu’on peut faire sans.

Au contraire j’ai un ami qui co
nsidère que l’interdiction des Ogm serait un « crime contre l’humanité » (pas tout à fait approprié mais bon) car cela laisserai une part de la population dans la famine.. Afficher tout
C'est quoi cette histoire ? Quelle "obligation de continuer à l’ogm après" Pourquoi une "espèce classique" ne pousserait plus après ?