Les montres de plongée sont faites pour ne pas induire en erreur

Proposé par
le

Les montres de plongée ont une lunette graduée et rotative. Dans la plupart des cas, elle est bloquée d’un côté afin de ne pouvoir tourner que dans le sens anti-horaire. Ainsi, en cas de manipulation inopinée, le plongeur ne peut qu’augmenter son propre temps d’immersion, ce qui ne le mettra pas en danger.


Tous les commentaires (69)

a écrit : Les règles de plongée de mon point de vue sont fascinante. Elle « se base » (;p) sur les réactions de l’aire dans le corps.
Ainsi: pour quelques minutes d’observation à une certaine profondeur (maxi 120m pour les grands public il le semble) il faudra respecter un certain temps de palier de décompression pour la r
emontée.
A retenir que en plongée le plus grand risque n’est pas la descente mais la remontée.

Pour finir les plongeurs de nos jours utilisent un dispositif électronique au poignet, qui calcul en direct votre temps de plongé afin de prévoir d’avoir assez d’oxygène pour la remonter.
Afficher tout
120m pour le grand public ?!
Non, 60m pour une personne qui est niveau 3 donc déjà pas le grand public, il faut avoir passer des niveaux, un certain nombre de plongée à son actif et de l'expérience.
De plus ce sont des plongées avec des mélanges de gaz type nitrox ou trimix (formations supplémentaires) et non de l'air sinon c'est l'ivresse des profondeurs très vite.
Et là aux 60m tu y passes 5mn seulement ensuite le plus long de la plongée est sur la remontée pour faire tes paliers tranquillou.
Tu dis grand public pour moi la définition de celà c'est tout le monde sans compétence particulière et là on est sur du 6m pour un baptême de plongée.
Les risques sont effectivement à la remontée avec les accidents de décompression (ADD). Mais aussi dans les jours qui suivent, pas de montée en altitude (avion, montagne).
A la descente tu peux effectivement t'abîmer les tympans si tu n'equilibres pas correctement mais tu le sens vite et tu rectifie je peux te l'assurer... Les ADD eux tu ne les sens pas venir et une dent qui pète je peux te dire ça fait un mal de chien.
Le dispositif au poignet... C'est un ordinateur de plongée qui indique temps de plongée, profondeur, petites alertes pour remontée trop rapide et autres options en fonction des modèles.
C'est quand même toi qui vérifie combien il te reste d'air sur ton manomètre relié lui au bloc (bouteille) et tu gères pour ne pas mourir hein. C'est comme le compteur d'essence de la voiture sauf que là quand tu es sur la réserve faut pas trainer :))
Source : une plongeuse confirmée ;p

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Tu devrais te renseigner un peu si ça t'intéresse vraiment, ça t'évitera d'écrire des grosses erreurs. Citer une prétendue limite à 120 m pour le "grand public" c'est fantaisiste : 50 m c'est déjà beaucoup et ce n'est pas à la portée de la plupart des plongeurs et 80 m ne peut être atteint que par les plongeurs les plus qualifiés et avec un mélange de gaz spécifique. On ne respire pas de l'oxygène mais de l'air (qui contient à peine 20% d'oxygène) ou un mélange encore moins riche en oxygène (car avec 20% du volume, l'oxygène devient toxique vers 40 ou 50 m de profondeur). Et ce qu'on porte au poignet s'appelle un ordinateur de plongée et il ne fait pas des calculs en fonction de l'air restant dans la bouteille mais il calcule les palliers de décompression à respecter avant de sortir de l'eau en fonction du temps passé et des différentes profondeurs de la plongée. L'idéal, s'il y a plusieurs choses à voir au cours de la plongée, étant de commencer par la plus grande profondeur et de remonter ensuite progressivement pour ne pas avoir à faire de palliers de décompression à la fin de la plongée et c'est à ça que sert l'ordinateur : non seulement calculer les palliers à la remontée si on plonge sur une épave par exemple, mais surtout indiquer quand il faut remonter au cours de la plongée si on veut suivre un profil qui remonte progressivement pour éviter d'avoir à faire des palliers. Afficher tout Ah merci, je n'osais pas l'incriminer en disant que si ont n'y connais rien on se tait :)) maintenant j'oses un petit peu plus.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : la notion du temps en plongee est altérée...1 heure semble être 10 minutes...sans marqueur objectif, le plongeur n a aucune idée de son temps en immersion Euuh l'ordinateur de plongée est là pour ça tout comme une montre en surface.
Dans la vie de tous les jours si je suis occupée je perds aussi la notion de temps.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Petite question, tu précise qu'il n'y a pas de palier en descendant, plus précisément que c'est inutile d'en avoir, pourtant il faut s'arrêter pour retirer la pression qui s'exerce sur les tympans non ? Non tu équilibres tes oreilles tout en descendant. Tu ne t'arretes que si tu as du mal à le faire. Tu remontes d'un petit mètre et c'est reparti.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Mais la perte de pression n'a pas de risque (plaquement des lunettes...) ? Tu souffles un peu d'air dans le masque

Posté le

android

(0)

Répondre

Il me semble que tous ces commentaires sont uniquement la résultante d’une simple petite faute de syntaxe de l’auteur -qui à l’instar de certaines fautes d’orthographe peuvent changer l’interprétation d’un texte- qui par ailleurs a tout juste dans ces propos. Cette anecdote aurait été parfaitement claire sans la présence de ce « qu’ » :
Il faut donc simplement lire :
..., le plongeur NE PEUT AUGMENTER son propre temps d’immersion...
et non pas :
... le plongeur ne peut QU’augmenter son propre temps d’immersion...
Alors, merci pour ce « qu’ » de trop qui a généré tous ces échanges !))
Bien cordialement

a écrit : Il me semble que tous ces commentaires sont uniquement la résultante d’une simple petite faute de syntaxe de l’auteur -qui à l’instar de certaines fautes d’orthographe peuvent changer l’interprétation d’un texte- qui par ailleurs a tout juste dans ces propos. Cette anecdote aurait été parfaitement claire sans la présence de ce « qu’ » :
Il faut donc simplement lire :
..., le plongeur NE PEUT AUGMENTER son propre temps d’immersion...
et non pas :
... le plongeur ne peut QU’augmenter son propre temps d’immersion...
Alors, merci pour ce « qu’ » de trop qui a généré tous ces échanges !))
Bien cordialement
Afficher tout
Non. L’anecdote est bien écrite.
Je le sais parce que j’ai lu les sources ;)

a écrit : Il me semble que tous ces commentaires sont uniquement la résultante d’une simple petite faute de syntaxe de l’auteur -qui à l’instar de certaines fautes d’orthographe peuvent changer l’interprétation d’un texte- qui par ailleurs a tout juste dans ces propos. Cette anecdote aurait été parfaitement claire sans la présence de ce « qu’ » :
Il faut donc simplement lire :
..., le plongeur NE PEUT AUGMENTER son propre temps d’immersion...
et non pas :
... le plongeur ne peut QU’augmenter son propre temps d’immersion...
Alors, merci pour ce « qu’ » de trop qui a généré tous ces échanges !))
Bien cordialement
Afficher tout
Ce n'est que mon humble avis, mais je l'ai comprise dans le bon sens du premier coup, je la trouve bien écrite.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Il me semble que tous ces commentaires sont uniquement la résultante d’une simple petite faute de syntaxe de l’auteur -qui à l’instar de certaines fautes d’orthographe peuvent changer l’interprétation d’un texte- qui par ailleurs a tout juste dans ces propos. Cette anecdote aurait été parfaitement claire sans la présence de ce « qu’ » :
Il faut donc simplement lire :
..., le plongeur NE PEUT AUGMENTER son propre temps d’immersion...
et non pas :
... le plongeur ne peut QU’augmenter son propre temps d’immersion...
Alors, merci pour ce « qu’ » de trop qui a généré tous ces échanges !))
Bien cordialement
Afficher tout
C'est toi qui rajoute une faute qui change le sens ! Avec ta prétendue correction, la phrase dit le contraire et ça devient faux. La phrase d'origine est parfaitement correcte et ce qu'elle dit est exact.

Posté le

android

(1)

Répondre