Les voitures à Paris roulent peu

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Mode d'emploi pour faire une anecdote sensationnelle en utilisant les biais statistiques :
- prendre des données générales (ici : nombre de voitures par habitant multiplié par le nombre d'habitants en région parisienne)
- calculer des moyennes arbitraires (ici : nombre de voitures total divisé par le temps d'utilisation par semaine)
- sortir une valeur extraordinaire (ici : 95% du temps, les voitures sont stationnées en région parisienne)
- passer sous silence, les utilisateurs qui utilisent leur voiture tous les jours et qui provoquent les axes routiers saturés
- Si toutes les étapes sont respectées, vous obtenez une dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus.

Ce n'est pas contre toi NoMatters mais il faut avouer que cette anecdote laisse songeur quant aux variables utilisées. En moyenne, une voiture est très peu utilisé, c'est valable partout et pas uniquement à Paris mais cela reste une moyenne.

j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ?

a écrit : j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ? Elles sont à l'arrêt au feu, ou dans les bouchons ^^

Posté le

android

(98)

Répondre


Tous les commentaires (69)

Mode d'emploi pour faire une anecdote sensationnelle en utilisant les biais statistiques :
- prendre des données générales (ici : nombre de voitures par habitant multiplié par le nombre d'habitants en région parisienne)
- calculer des moyennes arbitraires (ici : nombre de voitures total divisé par le temps d'utilisation par semaine)
- sortir une valeur extraordinaire (ici : 95% du temps, les voitures sont stationnées en région parisienne)
- passer sous silence, les utilisateurs qui utilisent leur voiture tous les jours et qui provoquent les axes routiers saturés
- Si toutes les étapes sont respectées, vous obtenez une dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus.

Ce n'est pas contre toi NoMatters mais il faut avouer que cette anecdote laisse songeur quant aux variables utilisées. En moyenne, une voiture est très peu utilisé, c'est valable partout et pas uniquement à Paris mais cela reste une moyenne.

a écrit : Mode d'emploi pour faire une anecdote sensationnelle en utilisant les biais statistiques :
- prendre des données générales (ici : nombre de voitures par habitant multiplié par le nombre d'habitants en région parisienne)
- calculer des moyennes arbitraires (ici : nombre de voitures total divisé pa
r le temps d'utilisation par semaine)
- sortir une valeur extraordinaire (ici : 95% du temps, les voitures sont stationnées en région parisienne)
- passer sous silence, les utilisateurs qui utilisent leur voiture tous les jours et qui provoquent les axes routiers saturés
- Si toutes les étapes sont respectées, vous obtenez une dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus.

Ce n'est pas contre toi NoMatters mais il faut avouer que cette anecdote laisse songeur quant aux variables utilisées. En moyenne, une voiture est très peu utilisé, c'est valable partout et pas uniquement à Paris mais cela reste une moyenne.
Afficher tout
C'est pas faux

j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ?

a écrit : j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ? Elles sont à l'arrêt au feu, ou dans les bouchons ^^

Posté le

android

(98)

Répondre

Et c'est grâce à ces supers voitures inutiles qu'on a en partie défoncé la planète et éteint le vivant, surtout continuez de changer de voiture tous les 5 ans, on est bien

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et c'est grâce à ces supers voitures inutiles qu'on a en partie défoncé la planète et éteint le vivant, surtout continuez de changer de voiture tous les 5 ans, on est bien Si on part du principe que la voiture est indispensable, il est surement moins polluant à grande échelle de renouveler le parc automobile régulièrement afin de bénéficier des dernières innovations en matière de moteur et de filtres.
Si on part du principe que la voiture est dispensable, il est surement moins polluant de ne pas en acheter et de trouver des alternatives.

a écrit : Mode d'emploi pour faire une anecdote sensationnelle en utilisant les biais statistiques :
- prendre des données générales (ici : nombre de voitures par habitant multiplié par le nombre d'habitants en région parisienne)
- calculer des moyennes arbitraires (ici : nombre de voitures total divisé pa
r le temps d'utilisation par semaine)
- sortir une valeur extraordinaire (ici : 95% du temps, les voitures sont stationnées en région parisienne)
- passer sous silence, les utilisateurs qui utilisent leur voiture tous les jours et qui provoquent les axes routiers saturés
- Si toutes les étapes sont respectées, vous obtenez une dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus.

Ce n'est pas contre toi NoMatters mais il faut avouer que cette anecdote laisse songeur quant aux variables utilisées. En moyenne, une voiture est très peu utilisé, c'est valable partout et pas uniquement à Paris mais cela reste une moyenne.
Afficher tout
Merci pour ce petit rappel, c’est pas Nomatters bien sure mais secouchermoinsbetes qui devrait faire plus attention

a écrit : j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ? Les chiffres que j'ai repris sont faux, je te l'accorde. Pourtant, je ne me suis pas trompé en les recopiant.
Ils sont issus d'une étude de 2010 réalisée par l'OMNIL (Observatoire de la mobilité en Île-de-France), mais je n'ai pas eu accès directement à cette étude mais à une plaquette éditée par le STIF (Syndicat des transports en IDF) que l'OMNIL a validée.

Je pense que les communicants du STIF ont bien dû lire 98,2 % et ont dû se dire que 95%, ça faisait un chiffre rond et ça frappait plus les esprits.

a écrit : j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ? Ils sont gares en double file ou en dehors des places ?

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Si on part du principe que la voiture est indispensable, il est surement moins polluant à grande échelle de renouveler le parc automobile régulièrement afin de bénéficier des dernières innovations en matière de moteur et de filtres.
Si on part du principe que la voiture est dispensable, il est surement moins po
lluant de ne pas en acheter et de trouver des alternatives. Afficher tout
Pas sûr que les améliorations d'une nouvelle génération de moteurs compense la production d'une voiture complète...Ecologiquement parlant, le mieux est souvent d'utiliser un bien le plus longtemps possible avant de le remplacer

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Et c'est grâce à ces supers voitures inutiles qu'on a en partie défoncé la planète et éteint le vivant, surtout continuez de changer de voiture tous les 5 ans, on est bien Voitures inutiles ?? Tu parles pour toi, tout le monde n'habite pas dans une grande ville où l'on dispose de nombreux transport en commun et autre velib. Figures toi que plein de gens habitent en campagne où toutes ces infrastructures n'existent pas. Faut juste regarder un peu plus loin que le bout de son nez.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : Pas sûr que les améliorations d'une nouvelle génération de moteurs compense la production d'une voiture complète...Ecologiquement parlant, le mieux est souvent d'utiliser un bien le plus longtemps possible avant de le remplacer Je suis bien d'accord avec toi mais c'est impossible à calculer. On le voit bien avec la polémique concernant les voitures électriques et la prise en compte de son cycle de vie.
C'est encore plus difficile à calculer quand on voit le niveau d'opacité qui règne concernant le traitement de nos déchets et en particulier de nos déchets les plus basiques.

a écrit : Mode d'emploi pour faire une anecdote sensationnelle en utilisant les biais statistiques :
- prendre des données générales (ici : nombre de voitures par habitant multiplié par le nombre d'habitants en région parisienne)
- calculer des moyennes arbitraires (ici : nombre de voitures total divisé pa
r le temps d'utilisation par semaine)
- sortir une valeur extraordinaire (ici : 95% du temps, les voitures sont stationnées en région parisienne)
- passer sous silence, les utilisateurs qui utilisent leur voiture tous les jours et qui provoquent les axes routiers saturés
- Si toutes les étapes sont respectées, vous obtenez une dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus.

Ce n'est pas contre toi NoMatters mais il faut avouer que cette anecdote laisse songeur quant aux variables utilisées. En moyenne, une voiture est très peu utilisé, c'est valable partout et pas uniquement à Paris mais cela reste une moyenne.
Afficher tout
Pour comprendre un paradoxe, il faut un peu réfléchir. C'est l'essence d'un paradoxe.

Ceux qui transitent par Paris en voiture ne sont pas, pour l'écrasante majorité, des Parisiens. Et ceux qui transitent par Paris en voiture, le font tous à la même heure. Il suffit de prendre le périph' après 22h pour s'en rendre compte.

En fait, plus on se rapproche de Paris et moins on utilise sa voiture pour aller travailler. 80% des Provinciaux prennent la voiture pour aller travailler contre 38% en petite couronne et 13% seulement à Paris.

Les Provinciaux passent bien plus de deux heures par semaine dans leurs voitures. Rien que pour aller travailler, l'ensemble des Français passent plus de 7h par semaine dans les transports et 65% déclarent utiliser uniquement la voiture (je laisse keptox faire le calcul).
Ce qu'il faut comprendre dans cette anecdote, c'est que si les axes routiers de Paris sont congestionnés, c'est pas la faute des Parisiens.

www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&ved=2ahUKEwjOv-6nr_XiAhVGY8AKHaS-DkcQFjADegQIBRAC&url=https%3A%2F%2Fwww.insee.fr%2Ffr%2Fstatistiques%2Ffichier%2F1293791%2Falap353.pdf&usg=AOvVaw1A1KjXOj9wWIcFGZx7aUyA

www.leparisien.fr/transports/les-europeens-passent-en-moyenne-9-h-35-par-semaine-dans-les-transports-26-04-2017-6891027.php

C'est pas super instructif comme anecdote si on n'a pas au moins le temps passé en voiture par habitant en province par exemple

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Pour comprendre un paradoxe, il faut un peu réfléchir. C'est l'essence d'un paradoxe.

Ceux qui transitent par Paris en voiture ne sont pas, pour l'écrasante majorité, des Parisiens. Et ceux qui transitent par Paris en voiture, le font tous à la même heure. Il suffit de prendre le périph
' après 22h pour s'en rendre compte.

En fait, plus on se rapproche de Paris et moins on utilise sa voiture pour aller travailler. 80% des Provinciaux prennent la voiture pour aller travailler contre 38% en petite couronne et 13% seulement à Paris.

Les Provinciaux passent bien plus de deux heures par semaine dans leurs voitures. Rien que pour aller travailler, l'ensemble des Français passent plus de 7h par semaine dans les transports et 65% déclarent utiliser uniquement la voiture (je laisse keptox faire le calcul).
Ce qu'il faut comprendre dans cette anecdote, c'est que si les axes routiers de Paris sont congestionnés, c'est pas la faute des Parisiens.

www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&ved=2ahUKEwjOv-6nr_XiAhVGY8AKHaS-DkcQFjADegQIBRAC&url=https%3A%2F%2Fwww.insee.fr%2Ffr%2Fstatistiques%2Ffichier%2F1293791%2Falap353.pdf&usg=AOvVaw1A1KjXOj9wWIcFGZx7aUyA

www.leparisien.fr/transports/les-europeens-passent-en-moyenne-9-h-35-par-semaine-dans-les-transports-26-04-2017-6891027.php
Afficher tout
Il faut m'expliquer où est le paradoxe ? J'ai du mal à saisir la substance de cette anecdote.

Tu nous dis :
- Les Parisiens, qui habite donc Paris et qui peuvent utiliser le réseau de métro, RER et de bus, ne prennent donc pas leur voiture pour travailler majoritairement sur Paris.
- Ceux qui n'habitent pas Paris et qui doivent donc traverser la ville ou s'y rendre pour travailler prennent leur voiture.
- Les axes routiers de Paris sont congestionnés par ceux qui ont des voitures mais pas par ceux qui n'en ont pas ou qui ne l'utilise pas.
- Plus on est proche de Paris (ou de n'importe quelle grande ville), moins on prend sa voiture pour aller travailler en ville.

hum... effectivement, tout est indéniable...

Tu devrais proposer tes services au GIGN pour enfoncer les portes de cette façon...
Amicalement.

a écrit : Il faut m'expliquer où est le paradoxe ? J'ai du mal à saisir la substance de cette anecdote.

Tu nous dis :
- Les Parisiens, qui habite donc Paris et qui peuvent utiliser le réseau de métro, RER et de bus, ne prennent donc pas leur voiture pour travailler majoritairement sur Paris.
- Ceux qui n'habitent pas Paris et qui doivent donc traverser la ville ou s'y rendre pour travailler prennent leur voiture.
- Les axes routiers de Paris sont congestionnés par ceux qui ont des voitures mais pas par ceux qui n'en ont pas ou qui ne l'utilise pas.
- Plus on est proche de Paris (ou de n'importe quelle grande ville), moins on prend sa voiture pour aller travailler en ville.

hum... effectivement, tout est indéniable...

Tu devrais proposer tes services au GIGN pour enfoncer les portes de cette façon...
Amicalement.
Afficher tout
D'autant plus que c'est l'essence même d'une ville d'offrir des logements, du travail et des loisirs, sinon il n'y aurait même pas de ville. Alors c'est facile à comprendre que la plupart des citadins habitent et travaillent au sein de l'agglomération et peuvent faire la plupart de leurs trajets avec les transports en commun, qui servent à ça, et sont donc moins équipés de voitures et que, même ceux qui en sont équipés, les utilisent davantage pour des déplacements occasionnels que ce qu'on observe en dehors des villes...

Posté le

android

(4)

Répondre

Après j'ai le sentiment que le temps passé en voiture dépend énormément de la densité de population.

Pas assez dense on a aucune raison de prendre la voiture sauf occasionnellement, trop dense on évite parce que sinon on finit dans l'enfer des embouteillages

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Il faut m'expliquer où est le paradoxe ? J'ai du mal à saisir la substance de cette anecdote.

Tu nous dis :
- Les Parisiens, qui habite donc Paris et qui peuvent utiliser le réseau de métro, RER et de bus, ne prennent donc pas leur voiture pour travailler majoritairement sur Paris.
- Ceux qui n'habitent pas Paris et qui doivent donc traverser la ville ou s'y rendre pour travailler prennent leur voiture.
- Les axes routiers de Paris sont congestionnés par ceux qui ont des voitures mais pas par ceux qui n'en ont pas ou qui ne l'utilise pas.
- Plus on est proche de Paris (ou de n'importe quelle grande ville), moins on prend sa voiture pour aller travailler en ville.

hum... effectivement, tout est indéniable...

Tu devrais proposer tes services au GIGN pour enfoncer les portes de cette façon...
Amicalement.
Afficher tout
Où est le paradoxe ? C'est toi qui a avancé cette idée. Je vais reprendre tes mots "dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus"

On oublie aussi souvent que quand on se plaint des bouchons et du trafic, c’est nous le trafic…
Bref, je comprends ce que veut dire l’anecdote, mais je ne sais pas si cela en méritait une. Mais après tout, c’est comme les embouteillages, c’est ceux qui sont dedans qui en sont les premiers fautifs. L’anecdote est passée à la modération donc nous avons tous accepté démocratiquement sa légitimité. C’est malheureusement le jeu des personnes qui postent les anecdotes d’être soumis à la vindicte populaire, injuste et déloyale qui pour le coup ne fait pas toujours beaucoup d’efforts pour en poster.

PS : Créer par le biais statistique une dichotomie et être en présence d'un véritable paradoxe, c'est bien différent.

a écrit : On oublie aussi souvent que quand on se plaint des bouchons et du trafic, c’est nous le trafic…
Bref, je comprends ce que veut dire l’anecdote, mais je ne sais pas si cela en méritait une. Mais après tout, c’est comme les embouteillages, c’est ceux qui sont dedans qui en sont les premiers fautifs. L’anecdote est
passée à la modération donc nous avons tous accepté démocratiquement sa légitimité. C’est malheureusement le jeu des personnes qui postent les anecdotes d’être soumis à la vindicte populaire, injuste et déloyale qui pour le coup ne fait pas toujours beaucoup d’efforts pour en poster.

PS : Créer par le biais statistique une dichotomie et être en présence d'un véritable paradoxe, c'est bien différent.
Afficher tout
C'est important et bienvenu d'être critique vis à vis de n'importe quelle info. Surtout quand elle repose sur des stats.

Tant que c'est fait sympathiquement et en bonne intelligence.

EDIT : Ça serait d'ailleurs intéressant de savoir combien de temps ils passent dans les transports tout court et de comparer au reste de la France.

Posté le

android

(10)

Répondre