Les voitures à Paris roulent peu

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (74)

a écrit : D'autant plus que c'est l'essence même d'une ville d'offrir des logements, du travail et des loisirs, sinon il n'y aurait même pas de ville. Alors c'est facile à comprendre que la plupart des citadins habitent et travaillent au sein de l'agglomération et peuvent faire la plupart de leurs trajets avec les transports en commun, qui servent à ça, et sont donc moins équipés de voitures et que, même ceux qui en sont équipés, les utilisent davantage pour des déplacements occasionnels que ce qu'on observe en dehors des villes... Afficher tout Mais là n'est pas mon propos. Ce que j'essaie de montrer c'est que malgré la très faible motorisation des foyers parisiens, en particulier, et la faible motorisation des foyers franciliens, en général, la circulation routière reste très difficile et ce malgré l'offre proposée en TC (bus, métro, RER et tram, tu l'avais oublié Tyb.).

C'est donc que le problème vient d'ailleurs.
- L'offre en TC est insuffisante, les voies sont également saturées. Avec un départ toutes les 90 sec sur certaines lignes du métro (ligne 5 par ex.), les rames réussissent tout de même à être archi-bondées;
- Absence quasi-totale de liaisons directes. Paris doit être, par exemple, une des seules capitales de l'UE a ne pas avoir de liaison ferro directe avec son aéroport.
- Pas assez d'axes de contournement. Est-ce qu'on a besoin de voir le Hollandais avec sa caravane, ou le PL belge, sur la Francilienne ou sur le périphérique ?
- Possibilité de traverser gratuitement Paris intra en voiture même s'y on a rien à y faire. On va pas se priver.
Milan, Dublin, ou encore Londres ont instauré des péages urbains.

a écrit : On oublie aussi souvent que quand on se plaint des bouchons et du trafic, c’est nous le trafic…
Bref, je comprends ce que veut dire l’anecdote, mais je ne sais pas si cela en méritait une. Mais après tout, c’est comme les embouteillages, c’est ceux qui sont dedans qui en sont les premiers fautifs. L’anecdote est
passée à la modération donc nous avons tous accepté démocratiquement sa légitimité. C’est malheureusement le jeu des personnes qui postent les anecdotes d’être soumis à la vindicte populaire, injuste et déloyale qui pour le coup ne fait pas toujours beaucoup d’efforts pour en poster.

PS : Créer par le biais statistique une dichotomie et être en présence d'un véritable paradoxe, c'est bien différent.
Afficher tout
Mais je suis d'accord avec toi, l'anecdote est mal torchée. Pourtant l'étude en source est riche mais je n'ai pas pris le temps d'en tirer le plus intéressant.

À dire vrai, je voulais écrire une anecdote (entendue à la radio) qui disait que la mise en circulation d'un voiture nécessitait entre 25 et 35 mètres d'occupation dans l'espace partagé: Une place de parking au domicile, une au travail, et une autre non permanente (loisirs, shopping...) mais je n'ai pas trouvé de sources.

a écrit : Elles sont à l'arrêt au feu, ou dans les bouchons ^^ C une moyenne les 2h . Donc dans les 4% y a ce qui roule plus et moins que 2h

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : C'est important et bienvenu d'être critique vis à vis de n'importe quelle info. Surtout quand elle repose sur des stats.

Tant que c'est fait sympathiquement et en bonne intelligence.

EDIT : Ça serait d'ailleurs intéressant de savoir combien de temps ils passent dans le
s transports tout court et de comparer au reste de la France. Afficher tout
C'est une question bien plus intéressante, je le concède:

En Ile-de-France, un actif met en moyenne 34 minutes pour aller travailler, contre 19 minutes en province. C'est presque le double (je parle sous le contrôle de keptox).
Et c'est en Grande couronne où les trajets sont les plus pénibles avec 36 minutes, et surtout 24% des actifs habitant à plus d'une heure de leur lieu de travail.

a écrit : Mais je suis d'accord avec toi, l'anecdote est mal torchée. Pourtant l'étude en source est riche mais je n'ai pas pris le temps d'en tirer le plus intéressant.

À dire vrai, je voulais écrire une anecdote (entendue à la radio) qui disait que la mise en circulation d'un voiture
nécessitait entre 25 et 35 mètres d'occupation dans l'espace partagé: Une place de parking au domicile, une au travail, et une autre non permanente (loisirs, shopping...) mais je n'ai pas trouvé de sources. Afficher tout
Effectivement, cette info est bien plus intéressante.
En conclusion, l’offre effective d’une voiture est très largement supérieure aux besoins de son propriétaire. Et là on touche un vrai problème de société.

Nous avons par exemple dans mon entreprise une voiture de société disponible pour une vingtaine de collaborateurs. Elle est utilisée tous les jours pour aller chez les clients non desservis par les transports en commun, pour les autres clients nous prenons le bus, les vélos en libre service ou nos pieds. Certes, cela nécessite une certaine organisation, mais la voiture est donc utilisée de façon optimale.
Si on regarde maintenant la situation chez les particuliers, c’est effectivement catastrophique de savoir qu’une voiture dort (et s’use !) dans un garage ou sur une place de parking la plupart du temps.
L’idéal serait de favoriser les systèmes de partage de biens que ce soit la voiture, la tondeuse à gazon, le marteau, la perceuse, la décolleuse à papier peint et toutes sortes d’objets ayant des usages très très restreints. Dans une société où tout le monde veut sa propriété privée, ces propres objets, où la confiance et le partage périclitent et où le respect des biens d’autrui est fortement malmené, il apparaît bien difficile d’organiser ce genre d’initiatives.
Heureusement, cela existe tout de même et il faut l’encourager. Louer ou prêter vos outils, louer ou prêter votre voiture ! C’est écolo et vous pouvez parfois gagner de l’argent.

a écrit : Effectivement, cette info est bien plus intéressante.
En conclusion, l’offre effective d’une voiture est très largement supérieure aux besoins de son propriétaire. Et là on touche un vrai problème de société.

Nous avons par exemple dans mon entreprise une voiture de société disponible pour une v
ingtaine de collaborateurs. Elle est utilisée tous les jours pour aller chez les clients non desservis par les transports en commun, pour les autres clients nous prenons le bus, les vélos en libre service ou nos pieds. Certes, cela nécessite une certaine organisation, mais la voiture est donc utilisée de façon optimale.
Si on regarde maintenant la situation chez les particuliers, c’est effectivement catastrophique de savoir qu’une voiture dort (et s’use !) dans un garage ou sur une place de parking la plupart du temps.
L’idéal serait de favoriser les systèmes de partage de biens que ce soit la voiture, la tondeuse à gazon, le marteau, la perceuse, la décolleuse à papier peint et toutes sortes d’objets ayant des usages très très restreints. Dans une société où tout le monde veut sa propriété privée, ces propres objets, où la confiance et le partage périclitent et où le respect des biens d’autrui est fortement malmené, il apparaît bien difficile d’organiser ce genre d’initiatives.
Heureusement, cela existe tout de même et il faut l’encourager. Louer ou prêter vos outils, louer ou prêter votre voiture ! C’est écolo et vous pouvez parfois gagner de l’argent.
Afficher tout
Je crois que c'est en Suisse qu'une association a mis en place un système avec des vignettes autocollantes a apposer sur sa boite à lettres qui représentent les objets que l'on est prêt à prêter aux voisins : tondeuse à gazon ou perceuse par exemple, et ça va dans le sens d'éviter la surconsommation de produits manufacturés mais il faut quand même avoir le bon état d'esprit, honnête et respectueux comme les Suisses, pour que ça marche. En revanche pour la décolleuse à papier peint, les loueurs professionnels (comme Kiloutou) sont la bonne solution parce qu'on l'utilise quand même moins souvent que la tondeuse à gazon...

a écrit : Mais là n'est pas mon propos. Ce que j'essaie de montrer c'est que malgré la très faible motorisation des foyers parisiens, en particulier, et la faible motorisation des foyers franciliens, en général, la circulation routière reste très difficile et ce malgré l'offre proposée en TC (bus, métro, RER et tram, tu l'avais oublié Tyb.).

C'est donc que le problème vient d'ailleurs.
- L'offre en TC est insuffisante, les voies sont également saturées. Avec un départ toutes les 90 sec sur certaines lignes du métro (ligne 5 par ex.), les rames réussissent tout de même à être archi-bondées;
- Absence quasi-totale de liaisons directes. Paris doit être, par exemple, une des seules capitales de l'UE a ne pas avoir de liaison ferro directe avec son aéroport.
- Pas assez d'axes de contournement. Est-ce qu'on a besoin de voir le Hollandais avec sa caravane, ou le PL belge, sur la Francilienne ou sur le périphérique ?
- Possibilité de traverser gratuitement Paris intra en voiture même s'y on a rien à y faire. On va pas se priver.
Milan, Dublin, ou encore Londres ont instauré des péages urbains.
Afficher tout
Ah ? Concernant les aéroports, je croyais qu'on pouvait aller à l'aéroport de Roissy en RER ? Tu dis ferro pour ferroviaire ? Le RER roule sur des rails... Tu parles peut-être d'Orly ? Un changement à Antony c'est pas la mer à boire !

Concernant la circulation routière difficile, c'est bien le but recherché : si tu facilites la circulation routière il y aura immédiatement davantage de personnes qui préféreront utiliser la voiture et ça sera de toutes façons aussi difficile. C'est un moyen de limiter le nombre de voitures en ville. Le péage urbain en est un autre et en plus ça rapporte de l'argent alors pourquoi pas mais de toutes façons il y a une sélection des usagers qui ont vraiment besoin d'utiliser la voiture que ce soit ceux qui sont prêts à payer un péage ou que ce soit ceux qui sont prêts à passer des heures dans les bouchons plutôt qu'utiliser un autre mode de transport. La circulation difficile n'est donc pas étonnante par rapport à la faible motorisation puisqu'elle en est justement la cause et qu'elle est elle-même la conséquence d'une réduction volontaire des voies de circulation pour privilégier les autres modes de transport. Tout ceci découle d'une politique de gestion des flux de personnes ; on peut toujours trouver qu'il y aurait de meilleures solutions dont certaines inspirées de ce qui se fait à l'étranger mais il n'y a en tout cas, à mon avis, rien d'étonnant.

Un bon moyen de désengorger Paris ça peut aussi être de rompre avec l'hypercentralisation généralisée qu'on pratique, sinon, non ?

Actuellement tout est à Paris et tout passe par Paris, ça doit pas aider.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Ah ? Concernant les aéroports, je croyais qu'on pouvait aller à l'aéroport de Roissy en RER ? Tu dis ferro pour ferroviaire ? Le RER roule sur des rails... Tu parles peut-être d'Orly ? Un changement à Antony c'est pas la mer à boire !

Concernant la circulation routière difficile, c'
;est bien le but recherché : si tu facilites la circulation routière il y aura immédiatement davantage de personnes qui préféreront utiliser la voiture et ça sera de toutes façons aussi difficile. C'est un moyen de limiter le nombre de voitures en ville. Le péage urbain en est un autre et en plus ça rapporte de l'argent alors pourquoi pas mais de toutes façons il y a une sélection des usagers qui ont vraiment besoin d'utiliser la voiture que ce soit ceux qui sont prêts à payer un péage ou que ce soit ceux qui sont prêts à passer des heures dans les bouchons plutôt qu'utiliser un autre mode de transport. La circulation difficile n'est donc pas étonnante par rapport à la faible motorisation puisqu'elle en est justement la cause et qu'elle est elle-même la conséquence d'une réduction volontaire des voies de circulation pour privilégier les autres modes de transport. Tout ceci découle d'une politique de gestion des flux de personnes ; on peut toujours trouver qu'il y aurait de meilleures solutions dont certaines inspirées de ce qui se fait à l'étranger mais il n'y a en tout cas, à mon avis, rien d'étonnant. Afficher tout
Oui, on n’y pense pas souvent, mais la circulation est autogénératrice. La science des bouchons est terriblement complexe et dépend d’un nombre incalculable de paramètres. Pour le coup, on pourrait parler de contre-intuitions, quand on se rend compte que diminuer le nombre de voie d’une autoroute a tendance à fluidifier le trafic, que diminuer la vitesse fluidifie le trafic, mais parfois c’est l’inverse, etc.

www.traffic-simulation.de/

Ce qui est certain, c’est que dégager des voies pour y mettre des transports en commun permettra toujours de transporter bien plus de monde d’un point A à un point B qu’en voiture. Reste à déterminer où mettre le point A et le point B par rapport aux besoins de tous. Une récente étude anglaise parle d’une diminution des bouchons de 18 % pour une augmentation des TC de 1 %. A prendre avec des pincettes, mais l’idée est là.

a écrit : Ah ? Concernant les aéroports, je croyais qu'on pouvait aller à l'aéroport de Roissy en RER ? Tu dis ferro pour ferroviaire ? Le RER roule sur des rails... Tu parles peut-être d'Orly ? Un changement à Antony c'est pas la mer à boire !

Concernant la circulation routière difficile, c'
;est bien le but recherché : si tu facilites la circulation routière il y aura immédiatement davantage de personnes qui préféreront utiliser la voiture et ça sera de toutes façons aussi difficile. C'est un moyen de limiter le nombre de voitures en ville. Le péage urbain en est un autre et en plus ça rapporte de l'argent alors pourquoi pas mais de toutes façons il y a une sélection des usagers qui ont vraiment besoin d'utiliser la voiture que ce soit ceux qui sont prêts à payer un péage ou que ce soit ceux qui sont prêts à passer des heures dans les bouchons plutôt qu'utiliser un autre mode de transport. La circulation difficile n'est donc pas étonnante par rapport à la faible motorisation puisqu'elle en est justement la cause et qu'elle est elle-même la conséquence d'une réduction volontaire des voies de circulation pour privilégier les autres modes de transport. Tout ceci découle d'une politique de gestion des flux de personnes ; on peut toujours trouver qu'il y aurait de meilleures solutions dont certaines inspirées de ce qui se fait à l'étranger mais il n'y a en tout cas, à mon avis, rien d'étonnant. Afficher tout
Je parlais du plus grand aéroport français. Et des liaisons "directes". Oui, tu peux aller à Roissy grâce au RER B... Y'a juste 10 arrêts entre l'aéroport et la Gare du Nord. Alors oui, y'a quelques semi-directs mais entre 10h et 16h (heures de bureau, c'est donc exclu) mais le train réussit le prodige de mettre 24 mn pour faire 2 arrêts (au lieu de 30 mn pour les 10 arrêts).
L'Orly bus (un direct) a sa propre voie de circulation sur l'autoroute. C'est une liaison fluide mais ce n'est qu'un aéroport secondaire, malheureusement. Plus récent et donc mieux pensé.

Pour le reste, j'entends bien ton analyse mais à mon sens, tout est fait pour pénaliser le résident francilien et pas celui qui transite. Le résident n'a pas à payer le péage urbain ou alors beaucoup moins dans les autres métropoles. Quant aux TC, ils sont eux-mêmes saturés, les voies cyclables sont hyper dangereuses.

a écrit : Un bon moyen de désengorger Paris ça peut aussi être de rompre avec l'hypercentralisation généralisée qu'on pratique, sinon, non ?

Actuellement tout est à Paris et tout passe par Paris, ça doit pas aider.
Je suis absolument d'accord avec cela. On a quoi en Province ? Interpol à Lyon, l'ENA à Strasbourg... Et puis ?

a écrit : Je parlais du plus grand aéroport français. Et des liaisons "directes". Oui, tu peux aller à Roissy grâce au RER B... Y'a juste 10 arrêts entre l'aéroport et la Gare du Nord. Alors oui, y'a quelques semi-directs mais entre 10h et 16h (heures de bureau, c'est donc exclu) mais le train réussit le prodige de mettre 24 mn pour faire 2 arrêts (au lieu de 30 mn pour les 10 arrêts).
L'Orly bus (un direct) a sa propre voie de circulation sur l'autoroute. C'est une liaison fluide mais ce n'est qu'un aéroport secondaire, malheureusement. Plus récent et donc mieux pensé.

Pour le reste, j'entends bien ton analyse mais à mon sens, tout est fait pour pénaliser le résident francilien et pas celui qui transite. Le résident n'a pas à payer le péage urbain ou alors beaucoup moins dans les autres métropoles. Quant aux TC, ils sont eux-mêmes saturés, les voies cyclables sont hyper dangereuses.
Afficher tout
Je me demande quand même où tu veux en venir... Si c'est ton programme électoral pour les élections municipales, les électeurs risquent d'être perdus... Tu dis qu'il faut 30 min pour aller de la Gare du Nord jusqu'à Roissy, je ne vois pas où est le problème et surtout en quoi ça change quelquechose pour les voitures. Les gens ne vont pas prendre leur voiture plutôt que le RER parce que le trajet en RER dure 30 min. Et je ne vois pas en quoi c'est un indicateur de la qualité du réseau de transports en commun. Les Londonniens peuvent aller à Heathrow en 15 min, tu crois que ça les aide à supporter leur métro vétuste tous les jours de savoir qu'ils gagneront 15 min par rapport aux Parisiens quand ils iront prendre l'avion une fois ou 2 par an ? Et tu dis que les transports en commun sont saturés, mais ce n'est pas en améliorant la circulation des voitures qu'ils seraient moins saturés... Et enfin tu dis que le résident est pénalisé par rapport à celui qui transite, tu crois vraiment qu'il y a des gens qui transitent en traversant Paris ? Et les résidents sont surtout pénalisés par le fait qu'ils ne peuvent pas tous avoir une voiture garée devant chez eux comme s'ils habitaient dans une villa à la campagne et c'est bien normal. Donc au final qu'est ce que tu proposes ? Je crois que la remarque la plus sensée que j'ai lue c'est bien celle sur la particularité française de la centralisation parce que, nonobstant tous les problèmes que tu cites, on ne pourra jamais jamais satisfaire ceux qui voudraient davantage de voitures individuelles et un trafic fluide pour les Parisiens...

a écrit : j'ai du mal avec les deux chiffres qui semble se contredire : 2 heures par semaine, c'est 2/168, soit a peine plus de 1%. Ils sont stationné 95% du temps. Que font les voitures les 4% du temps si ils ne sont ni stationné, ni en train de rouler ? Ils ne sont pas dans Paris ...

a écrit : Je me demande quand même où tu veux en venir... Si c'est ton programme électoral pour les élections municipales, les électeurs risquent d'être perdus... Tu dis qu'il faut 30 min pour aller de la Gare du Nord jusqu'à Roissy, je ne vois pas où est le problème et surtout en quoi ça change quelquechose pour les voitures. Les gens ne vont pas prendre leur voiture plutôt que le RER parce que le trajet en RER dure 30 min. Et je ne vois pas en quoi c'est un indicateur de la qualité du réseau de transports en commun. Les Londonniens peuvent aller à Heathrow en 15 min, tu crois que ça les aide à supporter leur métro vétuste tous les jours de savoir qu'ils gagneront 15 min par rapport aux Parisiens quand ils iront prendre l'avion une fois ou 2 par an ? Et tu dis que les transports en commun sont saturés, mais ce n'est pas en améliorant la circulation des voitures qu'ils seraient moins saturés... Et enfin tu dis que le résident est pénalisé par rapport à celui qui transite, tu crois vraiment qu'il y a des gens qui transitent en traversant Paris ? Et les résidents sont surtout pénalisés par le fait qu'ils ne peuvent pas tous avoir une voiture garée devant chez eux comme s'ils habitaient dans une villa à la campagne et c'est bien normal. Donc au final qu'est ce que tu proposes ? Je crois que la remarque la plus sensée que j'ai lue c'est bien celle sur la particularité française de la centralisation parce que, nonobstant tous les problèmes que tu cites, on ne pourra jamais jamais satisfaire ceux qui voudraient davantage de voitures individuelles et un trafic fluide pour les Parisiens... Afficher tout Ce que je veux ? Encore moins de voitures à Paris. Un péage urbain, le doublement des lignes RER A et B et un troisième axe de contournement. En plus du périph et de l'A86. Je crois que ça peut aider.

a écrit : Je me demande quand même où tu veux en venir... Si c'est ton programme électoral pour les élections municipales, les électeurs risquent d'être perdus... Tu dis qu'il faut 30 min pour aller de la Gare du Nord jusqu'à Roissy, je ne vois pas où est le problème et surtout en quoi ça change quelquechose pour les voitures. Les gens ne vont pas prendre leur voiture plutôt que le RER parce que le trajet en RER dure 30 min. Et je ne vois pas en quoi c'est un indicateur de la qualité du réseau de transports en commun. Les Londonniens peuvent aller à Heathrow en 15 min, tu crois que ça les aide à supporter leur métro vétuste tous les jours de savoir qu'ils gagneront 15 min par rapport aux Parisiens quand ils iront prendre l'avion une fois ou 2 par an ? Et tu dis que les transports en commun sont saturés, mais ce n'est pas en améliorant la circulation des voitures qu'ils seraient moins saturés... Et enfin tu dis que le résident est pénalisé par rapport à celui qui transite, tu crois vraiment qu'il y a des gens qui transitent en traversant Paris ? Et les résidents sont surtout pénalisés par le fait qu'ils ne peuvent pas tous avoir une voiture garée devant chez eux comme s'ils habitaient dans une villa à la campagne et c'est bien normal. Donc au final qu'est ce que tu proposes ? Je crois que la remarque la plus sensée que j'ai lue c'est bien celle sur la particularité française de la centralisation parce que, nonobstant tous les problèmes que tu cites, on ne pourra jamais jamais satisfaire ceux qui voudraient davantage de voitures individuelles et un trafic fluide pour les Parisiens... Afficher tout Il y a une chose que tu sembles ignorer. Tu prends peut-être l'avion une à deux fois par an mais sache que pour cela il y a à Roissy presque 100000 employés qui sont là chaque jour pour te le permettre. Et lorsqu'ils se retrouvent Gare du Nord le matin (Pas tous les 100000 employés, mais ils sont déjà un sacré paquet), ils ont déjà pris un métro pour venir de banlieue. Donc un direct, ça aurait beaucoup de sens pour eux.

a écrit : Ce que je veux ? Encore moins de voitures à Paris. Un péage urbain, le doublement des lignes RER A et B et un troisième axe de contournement. En plus du périph et de l'A86. Je crois que ça peut aider. Il y a aussi "la francilienne", ça fait déjà trois... Plus loin, entre 80 et 200 km, plusieurs axes routiers et autoroutiers permettent le contournement au large de Paris pour ceux qui arrivent de loin et vont loin.
Sans compter qu'il y a de fortes oppositions "environnementales" à l'augmentation du réseau routier francilien. Les habitants, les élus, les associations écologistes, ne veulent pas de "deux fois deux voies" traverser les villages, même au loin... Les terres nécessaires à la construction sont bien souvent forestières ou agricoles, avec le Grenelle de l'environnement qui protège énergiquement ces dernières... Je parle de la francilienne : elle n'est même pas achevée totalement dans les Yvelines ; devant les "levées de boucliers" de tout le monde ; le Département a remis le dossier dans les tiroirs. On ne fait plus de grands axes routiers comme ça, parce que ce serait pratique :)

a écrit : Ce que je veux ? Encore moins de voitures à Paris. Un péage urbain, le doublement des lignes RER A et B et un troisième axe de contournement. En plus du périph et de l'A86. Je crois que ça peut aider. Je suis d’accord, mais on doit être réciproque : un péage banlieue pour les Parisiens qui franchissent le périph, un bus tous les 20mn pour les parisiens qui prennent les transports en commun après les heures de pointe (j'habite le 94), et pas de transports à Paris quand il neige, il pleut, il gèle, il y a des feuilles mortes sur la voie, qu'il y a trop de soleil, ou tout simplement quand le conducteur ne s'est pas réveillé (lignes B, C, D).
Et pour ton info, la Francilienne (15 km de l'A86) a été aménagée pour que l'Hollandais puisse faire le tour de la RP avec sa caravane, on ne va pas le faire pivoter encore plus loin de son chemin, ça ne serait plus moral

a écrit : Je suis bien d'accord avec toi mais c'est impossible à calculer. On le voit bien avec la polémique concernant les voitures électriques et la prise en compte de son cycle de vie.
C'est encore plus difficile à calculer quand on voit le niveau d'opacité qui règne concernant le traitement de nos
déchets et en particulier de nos déchets les plus basiques. Afficher tout
Je pense que ce n'est pas facile à comparer avec le gain des nouveautés par rapport à 20 ou 30 ans. Par contre si on compare à une voiture qui a 5 ans, qui doit donc consommer au grand grand max 0.5l de plus (car on arrive au bout de l'optimisation des moteurs à explosion) qu'une de dernière génération, le résultat me paraît assez évident.
J'ai eu mon permis il y a 20 ans, ma première voiture était une poubelle et déjà à l'époque elle ne consommait que 6 ou 7l au 100km. Si je prends l'équivalent aujourd'hui (diesel citadine de 70ch) on doit être à 4.5l. Sur 200 000 kms, ça ne fait "que" 4000litres de carburant économisés.
Avec une génération d'écart et 0.5l de conso en moins, ça ferait 1000litres.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je parlais du plus grand aéroport français. Et des liaisons "directes". Oui, tu peux aller à Roissy grâce au RER B... Y'a juste 10 arrêts entre l'aéroport et la Gare du Nord. Alors oui, y'a quelques semi-directs mais entre 10h et 16h (heures de bureau, c'est donc exclu) mais le train réussit le prodige de mettre 24 mn pour faire 2 arrêts (au lieu de 30 mn pour les 10 arrêts).
L'Orly bus (un direct) a sa propre voie de circulation sur l'autoroute. C'est une liaison fluide mais ce n'est qu'un aéroport secondaire, malheureusement. Plus récent et donc mieux pensé.

Pour le reste, j'entends bien ton analyse mais à mon sens, tout est fait pour pénaliser le résident francilien et pas celui qui transite. Le résident n'a pas à payer le péage urbain ou alors beaucoup moins dans les autres métropoles. Quant aux TC, ils sont eux-mêmes saturés, les voies cyclables sont hyper dangereuses.
Afficher tout
Orly secondaire?
Près de la moitié du trafic passagers de Roissy, le triple des 3e et 4e aéroports français... Là tu vas vexer les banlieusards qui signent des pétitions depuis des dizaines d'années pour que le trafics soit réduit (ces fainéants voudraient pouvoir dormir la nuit), le tout au profit quasi exclusif des Parisiens qui de leur côté ont même interdit le survol de leur ville par les avions qui transportent leurs cadres si précieux

a écrit : Mode d'emploi pour faire une anecdote sensationnelle en utilisant les biais statistiques :
- prendre des données générales (ici : nombre de voitures par habitant multiplié par le nombre d'habitants en région parisienne)
- calculer des moyennes arbitraires (ici : nombre de voitures total divisé pa
r le temps d'utilisation par semaine)
- sortir une valeur extraordinaire (ici : 95% du temps, les voitures sont stationnées en région parisienne)
- passer sous silence, les utilisateurs qui utilisent leur voiture tous les jours et qui provoquent les axes routiers saturés
- Si toutes les étapes sont respectées, vous obtenez une dichotomie difficile à croire entre la réalité et les chiffres obtenus.

Ce n'est pas contre toi NoMatters mais il faut avouer que cette anecdote laisse songeur quant aux variables utilisées. En moyenne, une voiture est très peu utilisé, c'est valable partout et pas uniquement à Paris mais cela reste une moyenne.
Afficher tout
C'est ça qui a osé me reprendre sur ma dialectique, ma syntaxe et mon orthographe... Eh bah, c'était le camembert qui disait au roquefort qu'il puait...

Posté le

android

(3)

Répondre