Quand une panne d'électricité fait émerger le hip hop

Proposé par
le

Une panne de courant généralisée qui dura 24 heures en 1977 à New-York est en grande partie à l'origine de l'explosion du mouvement hip-hop. Les nombreux pillages de magasin d'électronique survenus permirent à des centaines de jeunes DJ de se procurer des platines, bien trop chères autrement.

Le mouvement hip-hop (dance, graffitis, mixage, phrasé) était apparu déjà depuis 1973 à New York mais se développait de façon très confidentielle, lors d’événements improvisés en plein air par les MCs (maîtres de cérémonie) dans des terrains vagues, des hangars abandonnés. Le hip-hop se posait en contre-culture du mouvement disco, alors en plein essor, avec ses codes de la rue. Les DJs New-Yorkais reprenaient des samples de soul et de funk et les rappeurs posaient dessus leurs textes. Ce développement s'est fait très lentement au début car les platines coûtaient bien trop cher pour la grande majorité des jeunes talents en herbe qui venaient des ghettos New-Yorkais (notamment du Bronx). On comptait seulement une poignée de groupes/artistes de Hip Hop dans l'agglomération New-Yorkaise jusqu'à 1977. Les vols de platines lors du blackout de juillet 1977 ont vu le nombre de jeunes DJs exploser, on pouvait ensuite croiser des artistes Hip Hop "à chaque coin de rue", selon Disco Wizz (l'un des tout premiers DJs).


Tous les commentaires (66)

a écrit : Merci ! Je voit que tu as compris la même chose que moi dans ses message, ça me fait marrer ce genre d’apriori. De l'ignorance aux a priori(a priori ne prend pas s au pluriel pour notre cher prof de français). Quoi qu'ils disent, c'est toujours dans l'agressivité, la confrontation et la critique tout sauf constructive. Rien ne leur va et vu que le monde est rempli de différences et de gens différents, ils vivront à vie dans la paranoïa. Au final ils oublient qu'on ne sera pas tranquilles tant qu'on ne se parle pas et tant que chacun porte un regard condescendant sur la culture de l'autre.

Posté le

android

(1)

Répondre

youtu.be/m7oJ0gWu6w4

Pour ceux que ça intéresse, d'excellents mini reportages sur ARTE qui tracent les origines du rap en France.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Ce sujet est très bien décrit dans la série d'interview Hip-Hop Evolution sur Netflix. Cela retrace l'origine du Hip-Hop en interrogeant les pionniers New-Yorkais (j'applique l'explication d'un précédent commentaire sur l'orthographe) : dj Kool Herc, Coke La Rock, Grandmaster Flash... Puis au fil des épisodes, on quitte New York pour se diriger vers la côte ouest et le sud. Afficher tout Il y a aussi la série The Get Down !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : De l'ignorance aux a priori(a priori ne prend pas s au pluriel pour notre cher prof de français). Quoi qu'ils disent, c'est toujours dans l'agressivité, la confrontation et la critique tout sauf constructive. Rien ne leur va et vu que le monde est rempli de différences et de gens différents, ils vivront à vie dans la paranoïa. Au final ils oublient qu'on ne sera pas tranquilles tant qu'on ne se parle pas et tant que chacun porte un regard condescendant sur la culture de l'autre. Afficher tout J'écoute du rap depuis que j'ai au moins 4 ans (Wu Tang, 2Pac, Biggie, IAM,The Pharcyde ) et je suis d'accord quand il dit que c'est des voleurs : ils ont profité de la panne pour prendre les platines sans payer, c'est du vol non?...
Évidemment que dans les conditions du Bronx, de Brooklyn etc c'est très dur de vivre décemment (d'où le fait qu'ils parlent beaucoup du hustling, des drive by et autres), il a juste appelé un chat un chat...
Le Rap/Hip hop a 2 facettes et celle qui fait malheureusement le + parler d'elle, c'est la moins bonne. Je conseille à tous les amateurs d'écouter "Young niggaz" de 2Pac, où il incite les jeunes à devenir avocats plutôt que jouer les gangsters.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Puisqu'on en est à parler d'orthographe, j'aimerais rappeler également que "New York" s'écrit avec un espace et non un tiret entre les mots, car ce nom n'a pas été francisé et garde sa graphie anglaise. Par contre, les habitants de New York sont des New-Yorkais et des New-Yorkaises (cette fois-ci avec tiret et majuscule, car c'est un nom composé). Si nous parlons des "ghettos new-yorkais", on met une minuscule et un tiret, car c'est un adjectif composé.

Pour complexifier la chose, par exemple à Bordeaux, il existe la rue de New-York ou à Paris, l'avenue de New-York (cette fois-ci avec un tiret, car c'est un nom composé de rue).
Enfin, l'ancien nom de la ville de New York était "Nouvelle-Amsterdam" et s'écrivait avec tiret.
Afficher tout
Bonsoir,
Merci beaucoup pour ces précisions. Cela n'est pas la première fois que je prends un réel plaisir à lire vos explications sur le vocabulaire ou la grammaire, d'où ma question, si je peux me permettre : d'où savez-vous toutes ces règles ? Est-ce lié à votre métier ou à votre culture personnelle ?
Cordialement.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Bonsoir,
Merci beaucoup pour ces précisions. Cela n'est pas la première fois que je prends un réel plaisir à lire vos explications sur le vocabulaire ou la grammaire, d'où ma question, si je peux me permettre : d'où savez-vous toutes ces règles ? Est-ce lié à votre métier ou à votre culture personnelle ?
Cordialement.
Moi aussi je veux savoir :)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ô détenteur de la morale ultime,

Un bon voleur ne se fait jamais attrapé, et dans certains cas, comme ici par exemple, ça en fait même un très bon artiste qui produit un art toujours présent presque 50 ans après ;)

Pourquoi ne pas nous dire ton idée très clairement au lieu de tourner autour du
pot? On commence par penser que le hip hop est une sous culture, qui n'intéresse que les banlieusards illettrés pour bifurquer sur la France et ses banlieues et finir par cracher avec l'immigration et tout ce qu'elle apporte (d'autres arts, d'autres sonorités musicales..).

Ne te prends pas trop la tête avec ça, votre télé et vos médias s'en chargent.
Afficher tout
Mais enfin il n'a rien dit de tout cela, bonjour le procès d'intention...

a écrit : Juste pour te dire que les emprunts aux langues étrangères ne suivent pas obligatoirement les règles de la langues d'origine. En Anglais, les noms propres prennent un "S" quand on parle de la famille ex The Simpsons
en Français les noms propres sont invariables : ex Les Simpson
Pour les DJ,
on a, au pluriel, sur les sites spécialisés, les formes DJ, DJs ou DJ's .. parfois deux formes différentes dans le même paragraphe, ce qui ne facilite pas le choix. Je pense que comme on utilise ce mot dans un texte français, on devrait utiliser par précaution la règle française - bien que par ailleurs j'ai déjà vu des sigles français mis au pluriel. Afficher tout
Pour ce cas là, je pense que le fait que DJ soit un acronyme est prédominant sur sa provenance étrangère, il est donc invariable en genre et en nombre.
Par contre, effectivement, les acronymes lexicalisés (devenu des noms communs en français) prennent bien la marque du pluriel comme laser, radar, sonar, ovni.

a écrit : Tu as assez d’info dans l’anecdote Oui assez d'infos pour se poser la question : "discrimination monétaire ? ça justifie les cambriolages et le pillage ?"
On pourrait même ajouter une question subsidiaire : "est-ce le hip-hop qui a créé le pillage ou le pillage qui a généré le hip-hop ?"
(à tous les mal lunés, bien sûr je plaisante...)

Posté le

android

(3)

Répondre

Je vous conseille la série : The Getdown qui retrace assez fidèlement la naissance de ce mouvement (:

a écrit : J’imagine qu’il s’agit d’une traduction de l’anglais. Dans notre langue, DJ au pluriel ne prend pas de « s » (des DJ). Ces « s » sont une spécificité anglo-saxonne, les abréviations - sauf exceptions - sont invariables en langue française.
Bonne journée.
Merci pour ces précisions!

a écrit : youtu.be/m7oJ0gWu6w4

Pour ceux que ça intéresse, d'excellents mini reportages sur ARTE qui tracent les origines du rap en France.
Yesss tu as raison! Arte, comme bien souvent, réussit à intéresser les personnes curieuses qui veulent découvrir un sujet, mais aide aussi les passionnés de Hip-hop, comme moi, à parfaire leurs connaissances!

a écrit : J'écoute du rap depuis que j'ai au moins 4 ans (Wu Tang, 2Pac, Biggie, IAM,The Pharcyde ) et je suis d'accord quand il dit que c'est des voleurs : ils ont profité de la panne pour prendre les platines sans payer, c'est du vol non?...
Évidemment que dans les conditions du Bronx, de Brookly
n etc c'est très dur de vivre décemment (d'où le fait qu'ils parlent beaucoup du hustling, des drive by et autres), il a juste appelé un chat un chat...
Le Rap/Hip hop a 2 facettes et celle qui fait malheureusement le + parler d'elle, c'est la moins bonne. Je conseille à tous les amateurs d'écouter "Young niggaz" de 2Pac, où il incite les jeunes à devenir avocats plutôt que jouer les gangsters.
Afficher tout
J'adore les artistes que tu as cité! Je vous conseille aussi d'écouter KRS One! C'est un des pionniers, un vrai tueur au mic avec des lyrics toujours tranchants et très engagés. C'est également un homme sage, un érudit qui a étudié les sciences sociales et qui est devenu pasteur.

a écrit : un voleur, c'est un voleur
il n'y a rien de "romantique"
Non, mais ça peut être politique. "La propriété, c'est du vol". En l'occurrence, ici, les pauvres ont eu l'occasion d'accéder à une technologie réservée aux riches, sans cela le mouvement n'aurait peut être jamais pris cette ampleur.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : J'écoute du rap depuis que j'ai au moins 4 ans (Wu Tang, 2Pac, Biggie, IAM,The Pharcyde ) et je suis d'accord quand il dit que c'est des voleurs : ils ont profité de la panne pour prendre les platines sans payer, c'est du vol non?...
Évidemment que dans les conditions du Bronx, de Brookly
n etc c'est très dur de vivre décemment (d'où le fait qu'ils parlent beaucoup du hustling, des drive by et autres), il a juste appelé un chat un chat...
Le Rap/Hip hop a 2 facettes et celle qui fait malheureusement le + parler d'elle, c'est la moins bonne. Je conseille à tous les amateurs d'écouter "Young niggaz" de 2Pac, où il incite les jeunes à devenir avocats plutôt que jouer les gangsters.
Afficher tout
Ok ok...mais qui est le plus voleur??le petit dj profitant d'une panne d'électricité ou le politique véreux qui lui vole sa vie ses rêves et j'en passe...
Facile de dire que les gens sont des voleurs quand ils n'ont rien,facile d'opprimer et de faire culpabiliser.certains coms de certains(oui oui je parle de toi) puent la défaite, l'aigreur et malgré qu'ils écoutent du rail ou je ne sais quoi,ont de sacrés relents racistes...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Bonsoir,
Merci beaucoup pour ces précisions. Cela n'est pas la première fois que je prends un réel plaisir à lire vos explications sur le vocabulaire ou la grammaire, d'où ma question, si je peux me permettre : d'où savez-vous toutes ces règles ? Est-ce lié à votre métier ou à votre culture personnelle ?
Cordialement.
Peu de choses à voir avec mon métier qui relève plutôt des sciences et de la technique. L’appétence pour les mots et leur histoire, j’imagine. C’est de la simple curiosité et j’ai une fâcheuse tendance à retenir malgré moi les composantes les plus inutiles ou anecdotiques de notre belle langue française.
Heureusement que SCMB est là pour que je puisse parfois les sortir de ma tête. Malheureusement, je le constate tous les jours, il m’est difficile de ne jamais faire de maladresses que ce soit dans mes commentaires ou anecdotes.

Finalement, je trouve que le plus intéressant dans les langues vivantes, c’est l’influence de son usage sur cette dernière. Quand est-ce que l’usage surpasse la règle établie ? Il n’y a presque que le langage pour proposer un tel phénomène. Un exemple pour la route avec la conjugaison particulière du verbe dire (de dicere en latin) et de tous ces dérivés (médire, prédire, interdire, maudire). Pourquoi dit-on « vous dites », « vous redites », mais « vous médisez », « vous prédisez », « vous interdisez », « vous maudissez » ? C’est un excellent exemple de l’influence de l’usage sur la règle établie. La « véritable » conjugaison est celle du verbe dire avec « vous dites ». Ce verbe se conjuguait dicitis au présent de l’indicatif en latin (« vous dites ») et dicite au présent de l’impératif (« dites »). Vers le XIIIe, par analogie avec d’autres verbes en — ⁠ire, comme ceux en — ⁠lire ou ceux en — ⁠uire, elle a été progressivement concurrencée par la forme — ⁠disez. C’est pourquoi dans les siècles qui suivent, nous retrouvons simultanément les deux formes dans les écrits. Le verbe « dire » très usité a résisté aux modifications, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, plus un mot est utilisé d’une certaine forme et moins il varie dans son usage. Les autres verbes tels que prédire ou interdire ont donc évolué selon l’usage même s’ils ont gardé la forme — îtes au passé simple. Et cela se passe au Moyen-Âge. Un jour, nous écrirons surement « New-York », car cela nous paraitra plus cohérent et cela sera correct.

Je crois d’ailleurs qu’on peut toujours se poser la question si telle ou telle forme est correcte ou incorrecte, mais l’usage gagnera toujours sur la règle. Il existe la formule consacrée d’un tel phénomène : « Ainsi, plait à l’Usage. ». Bref, essayons d’être précis, soyons compréhensibles et restons compréhensifs sur les variations de langage, car elles ne dépendent pas de nous individuellement, mais de la majorité.

Milles excuses pour le petit hors-sujet.

a écrit : Ok ok...mais qui est le plus voleur??le petit dj profitant d'une panne d'électricité ou le politique véreux qui lui vole sa vie ses rêves et j'en passe...
Facile de dire que les gens sont des voleurs quand ils n'ont rien,facile d'opprimer et de faire culpabiliser.certains coms de certains
(oui oui je parle de toi) puent la défaite, l'aigreur et malgré qu'ils écoutent du rail ou je ne sais quoi,ont de sacrés relents racistes... Afficher tout
À mes yeux le pillage est légitime seulement dans deux cas, l'absolue nécessite de manger ou de se soigner. Faire l'amalgame entre les politiques voleurs et les pillards est une manière simpliste de dédouaner des actes qui n'ont pas lieu d'être.
Nous avons tendance à oublier que les élus sont là par la volonté du peuple et qu'un pays appartient avant tout à ses habitants.
Quant au racisme, il n'est pas l'apanage d'un seul peuple ou d'une seule race, il est universel et dans cette période de grand mixage des populations il en est d'autant plus exacerbé.
Mais nul doute que comme les couleurs de peaux, le racisme se dilura avec le temps.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Ok ok...mais qui est le plus voleur??le petit dj profitant d'une panne d'électricité ou le politique véreux qui lui vole sa vie ses rêves et j'en passe...
Facile de dire que les gens sont des voleurs quand ils n'ont rien,facile d'opprimer et de faire culpabiliser.certains coms de certains
(oui oui je parle de toi) puent la défaite, l'aigreur et malgré qu'ils écoutent du rail ou je ne sais quoi,ont de sacrés relents racistes... Afficher tout
Tu as bien raison, ces pauvres gens obligés de voler des platines, bien de première nécessité, sans lesquelles il est impossible de survivre dans un monde corrompu par la politique. Ne parlons même pas de ces commerçants, voleurs de rêves, responsables de toute misère, corrompus capitalistes, qui osent vendre de l'électronique pour gagner leur vie ! Non, volons leur leurs biens à ces profiteurs de système, ces intolérants à la pauvreté, ils n'ont sûrement jamais rien construit de leurs mains!

a écrit : Ok ok...mais qui est le plus voleur??le petit dj profitant d'une panne d'électricité ou le politique véreux qui lui vole sa vie ses rêves et j'en passe...
Facile de dire que les gens sont des voleurs quand ils n'ont rien,facile d'opprimer et de faire culpabiliser.certains coms de certains
(oui oui je parle de toi) puent la défaite, l'aigreur et malgré qu'ils écoutent du rail ou je ne sais quoi,ont de sacrés relents racistes... Afficher tout
Personne n'a été raciste, vous attribuez aux gens des propos qu'ils n'ont pas tenus, et votre diatribe n'a par conséquent pas lieu d'être. Calmez vous.