Le poivre moulu est de mauvaise qualité

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

C'est comme le vinaigre balsamique ça. Dans les huiles d'olive grand publique, on retrouve des traces d’hydrocarbures. Le miel et coupé au sucre, le lait à l'eau. De l’écorce d'arbre dans du café ou du thé ... Putain mais qu'est ce qui se passe

a écrit : C'est comme le vinaigre balsamique ça. Dans les huiles d'olive grand publique, on retrouve des traces d’hydrocarbures. Le miel et coupé au sucre, le lait à l'eau. De l’écorce d'arbre dans du café ou du thé ... Putain mais qu'est ce qui se passe Le vinaigre balsamique n'est en effet soumis à aucune réglementation pour son appellation, il faut toujours regarder les ingrédients pour être sûr de ne pas boire de l'eau colorée sucrée... Encore plus compliqué pour le miel d'être sûr de consommer quelque chose de pur, les circuits courts sont peut-être une solution pour ça ?

Par contre l'huile à l'hydrocarbure et le lait coupé à l'eau je sèche, des articles ou sources ?

À toute fin utile, rappeler que le poivre blanc n'est que du poivre noir, dont l'écorce du grain a été enlevée par polissage mécanique.

Le poivre moulu perd au fil du temps, toute une gamme de ses arômes, tel le café. Certes, ceci simplifie l'usage, mais au détriment d'un plaisir gastronomique qui peut surprendre et être très agréable, si vous choisissez une matière première de qualité.
Je vous recommande de faire usage de poivre de Sarawak, en grain, poivre versatile dans ses usages culinaires, et qui porte des notes boisées, fruitées et d'agrumes.
Sa versatilité est telle, que vous pouvez en faire usage pour les viandes, bien sûr, mais également le marier avec des poissons et des crustacés, du fromage ( eh oui) ainsi qu'avec des desserts !
Quelques grains de poivre de Sarawak, ajoutés dans un sirop pour fruits ou pour de la patate douce confite, est un véritable régal ! N'hésitez pas à y ajouter un grain ou deux de clou de girofle, un tout petit morceau de macis, ainsi qu' un morceau d'écorce d'orange ( jamais sa partie blanche !) et un rameau de romarin.
Le poivre de Sarawak vous surprendra également, conjointement à des quartiers de fruits ( les pêches et dérivés, ainsi que l'ananas en morceaux s'y prêtent à merveille), quand ceux-cis sont sautés à la poële jusqu'à coloration, dans un peu d'huile d'olive. Ils accompagnent allègrement une glace, où le contraste chaud-froid aiguise les papilles.
Vous pouvez procéder de même avec une tranche de pastèque, sans son écorce, où vous la préparerez comme si d'un steak il s'agissait. Vous m'en direz des nouvelles.


Tous les commentaires (114)

Gargantuelle et son anecdote gargantuesque sur le poivre moulu

Voilà voilà

Posté le

android

(1)

Répondre

C'est comme le vinaigre balsamique ça. Dans les huiles d'olive grand publique, on retrouve des traces d’hydrocarbures. Le miel et coupé au sucre, le lait à l'eau. De l’écorce d'arbre dans du café ou du thé ... Putain mais qu'est ce qui se passe

a écrit : C'est comme le vinaigre balsamique ça. Dans les huiles d'olive grand publique, on retrouve des traces d’hydrocarbures. Le miel et coupé au sucre, le lait à l'eau. De l’écorce d'arbre dans du café ou du thé ... Putain mais qu'est ce qui se passe Le vinaigre balsamique n'est en effet soumis à aucune réglementation pour son appellation, il faut toujours regarder les ingrédients pour être sûr de ne pas boire de l'eau colorée sucrée... Encore plus compliqué pour le miel d'être sûr de consommer quelque chose de pur, les circuits courts sont peut-être une solution pour ça ?

Par contre l'huile à l'hydrocarbure et le lait coupé à l'eau je sèche, des articles ou sources ?

C'est vrai de beaucoup de produits dans le secteur des épices, malheureusement. Vous pouvez lire à ce sujet l'édifiant "Vous êtes fous d'avaler ça !" de Christophe Brusset (d'ailleurs cité par le HuffingtonPost).

D'une manière générale, si on est amateur de bonne chose, il est préférable de favoriser les produits bruts. On a moins de chances de se faire arnaquer

Posté le

android

(22)

Répondre

Le pire c'est les drogues, plus moyen d'avoir des produits de qualité non coupés même quand on met le prix.
Il faut produire soi-même ou connaître les producteurs.

Idem pour le café. Bon grain en paquet, fonds de silo, merdes de rat etc dans le moulu(dont les dosettes hors de prix et je parle pas de l écologie)

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Le pire c'est les drogues, plus moyen d'avoir des produits de qualité non coupés même quand on met le prix.
Il faut produire soi-même ou connaître les producteurs.
Et oui, c'est le drame du manque de réglementation !

À toute fin utile, rappeler que le poivre blanc n'est que du poivre noir, dont l'écorce du grain a été enlevée par polissage mécanique.

Le poivre moulu perd au fil du temps, toute une gamme de ses arômes, tel le café. Certes, ceci simplifie l'usage, mais au détriment d'un plaisir gastronomique qui peut surprendre et être très agréable, si vous choisissez une matière première de qualité.
Je vous recommande de faire usage de poivre de Sarawak, en grain, poivre versatile dans ses usages culinaires, et qui porte des notes boisées, fruitées et d'agrumes.
Sa versatilité est telle, que vous pouvez en faire usage pour les viandes, bien sûr, mais également le marier avec des poissons et des crustacés, du fromage ( eh oui) ainsi qu'avec des desserts !
Quelques grains de poivre de Sarawak, ajoutés dans un sirop pour fruits ou pour de la patate douce confite, est un véritable régal ! N'hésitez pas à y ajouter un grain ou deux de clou de girofle, un tout petit morceau de macis, ainsi qu' un morceau d'écorce d'orange ( jamais sa partie blanche !) et un rameau de romarin.
Le poivre de Sarawak vous surprendra également, conjointement à des quartiers de fruits ( les pêches et dérivés, ainsi que l'ananas en morceaux s'y prêtent à merveille), quand ceux-cis sont sautés à la poële jusqu'à coloration, dans un peu d'huile d'olive. Ils accompagnent allègrement une glace, où le contraste chaud-froid aiguise les papilles.
Vous pouvez procéder de même avec une tranche de pastèque, sans son écorce, où vous la préparerez comme si d'un steak il s'agissait. Vous m'en direz des nouvelles.

Les bonnes choses ont un prix.

Personnellement je me fais plaisir 2 à 3 fois par mois en épicerie fine. Mais les prix grimpent très vite.

Il y a une dizaine d’années Capital avait diffusé un reportage sur la fabrication du poivre et autres herbes / épices de la marque ducros. Ils sont pour la plupart fabriqués en Albanie dans des conditions d’hygiène et de sécurité à en faire pâlir plus d’un syndicaliste.

a écrit : Le vinaigre balsamique n'est en effet soumis à aucune réglementation pour son appellation, il faut toujours regarder les ingrédients pour être sûr de ne pas boire de l'eau colorée sucrée... Encore plus compliqué pour le miel d'être sûr de consommer quelque chose de pur, les circuits courts sont peut-être une solution pour ça ?

Par contre l'huile à l'hydrocarbure et le lait coupé à l'eau je sèche, des articles ou sources ?
Afficher tout
Les hydrocarbures on en trouve mème dans les Kinders et le lait infantile (www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/hydrocarbures-d-huile-minerale-dans-nos-aliments-doit-on-arreter-de-manger-des-kinder_1535515.html www.usinenouvelle.com/article/foodwatch-revele-la-presence-de-traces-d-hydrocarbures-dans-des-laits-infantiles-de-nestle-et-danone.N897149 )

a écrit : Les hydrocarbures on en trouve mème dans les Kinders et le lait infantile (www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/hydrocarbures-d-huile-minerale-dans-nos-aliments-doit-on-arreter-de-manger-des-kinder_1535515.html www.usinenouvelle.com/article/foodwatch-revele-la-presence-de-traces-d-hydrocarbures-dans-des-laits-infantiles-de-nestle-et-danone.N897149 ) Afficher tout Cela expliquerait pourquoi mes enfants ont une énergie débordante. J'irais même jusqu'à dire qu'ils carburent !

a écrit : C'est comme le vinaigre balsamique ça. Dans les huiles d'olive grand publique, on retrouve des traces d’hydrocarbures. Le miel et coupé au sucre, le lait à l'eau. De l’écorce d'arbre dans du café ou du thé ... Putain mais qu'est ce qui se passe Juste, c'est normal de retrouver de l'écorce dans le thé, c'est un ingrédient de certains thés...

Posté le

android

(4)

Répondre

je ne le savais pas, mais maintenant que c'est dit, ça me parait totalement évident

a écrit : Les hydrocarbures on en trouve mème dans les Kinders et le lait infantile (www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/hydrocarbures-d-huile-minerale-dans-nos-aliments-doit-on-arreter-de-manger-des-kinder_1535515.html www.usinenouvelle.com/article/foodwatch-revele-la-presence-de-traces-d-hydrocarbures-dans-des-laits-infantiles-de-nestle-et-danone.N897149 ) Afficher tout Bon après, il faut faire attention aux termes. Hydrocarbure signifie simplement qu'ils s'agit de produit contenant du carbone et de l'hydrogène. L'essence est un hydrocarbure mais cela ne veut pas dire qu'il y a de l'essence dans nos aliments.
Les huiles minérales sont des hydrocarbures et sont effectivement utilisé pour produire certains aliments.

a écrit : Cela expliquerait pourquoi mes enfants ont une énergie débordante. J'irais même jusqu'à dire qu'ils carburent ! XD. Mais vous êtes plein d'humour aujourd'hui très cher Tybs. Est-ce dû au confinement ? ;-)

Posté le

android

(7)

Répondre

J'avais mal compris l'anecdote : évitez effectivement d'acheter du poivre moulu, mais pas de le moudre vous-même ! Certes, les bons moulins à poivres ne sont pas donnés, mais ça dure toute une vie.
En complément à l'anecdote, j'ajouterais que la connaissance des poivres s'appelle la « pipérologie ». Un peu comme l’œnologie pour le vin.

a écrit : XD. Mais vous êtes plein d'humour aujourd'hui très cher Tybs. Est-ce dû au confinement ? ;-) J'avais également noté sa bonne humeur du jour.
Peut-être dû aux effets euphorisants du poivre....

Posté le

android

(6)

Répondre

Merci à mlmOUm pour son commentaire qui résume bien les produits vendus dans les grandes surfaces. Nous sommes enclin à faire nos courses pour nous approvisionner encore et encore sans porter une attention particulière à notre (futur) état de santé mais il faut savoir qu’il n’y a plus grand chose de naturel (comme le miel par exemple).
J’aimerai vous partager cette discipline que j’ai décidée d’adopter suite à une remise en question (ça a commencé il y a 4 mois):
- Je n’ajoute plus de sel dans mes repas (les produits sont déjà salés à cause de l’industriel)
- Je ne bois que de l’eau (l’eau pétillante m’a aidé à arrêter le Coca)
- Je n’achète plus de plats préparés (allez savoir ce qu’ils mettent dedans!)
- J’évite un maximum les produits surgelés (ceci dit Pizza Dr Oetker = poison)
- Je n’ajoute plus de sucres dans mon café et dans mon thé (le sucre rapide n’est pas un besoin vital sauf si vous faites une chute car vous venez d’apprendre que votre femme vous a trompé)
- Augmenter la consommation de légumes (même cru, devant Koh-Lanta!)
- Une pomme par jour (ces Anglais avaient raison).
- Éviter les restaurants « pitta » et les fast-food (une fois de temps en temps n’est pas coutume. Genre 8x par semaine. Nan j’rigole genre 1x tous les deux mois)

Voilà voilà haha. J’avais vraiment cette envie de vous partager tout ceci et si vous vous demandez « à quoi bon car on ne vit qu’une fois », sachez que la plus grande des richesses est la santé. D’ailleurs je ressens une énorme différence depuis (moins de bouton sur le visage, moins de fatigue, moins de courbature musculaire,...). Voilàààà haha.

a écrit : Cela expliquerait pourquoi mes enfants ont une énergie débordante. J'irais même jusqu'à dire qu'ils carburent ! Les Américains appellent d'ailleurs les féculents "carbo hydrates".

Et dans "il était une fois la vie", on voit bien qu'il y a des petits gars, dans notre ventre, qui jettent littéralement les féculents dans un grand four pour produire de l'énergie.
Ceci expliquerait également le phénomène des brûlures d'estomac.