Deux séductrices hollandaises assassinaient les nazis

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (78)

Désolé Enzo2000, j'avais cru lire, encore une fois, un commentaire réducteur et sans nuance sur les "Nazi" et les "Allemands". Mea culpa ! J'ai mal interprété ton commentaire.

Je suis loin d'être un érudit, juste une personne normale qui a écouté les différents profs d'histoire qui se sont donnés du mal pour enseigner aux jeunes français et qui doivent parfois s'arracher les cheveux en lisant les commentaires sur le net.

Posté le

android

(4)

Répondre

Je connaissais une ex qui faisait ça aussi, mais au sens imagé...

a écrit : Tous les allemands n'étaient pas Nazis? Mmmm je connais cette théorie Oui, tous les allemands n'étaient pas nazis, il a même eu des Résistants. et tous les français n'étaient pas Résistants, la majorité était même collabos. c'est la triste vérité

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour ce qui est de la différence entre le terrorisme et la résistance ...

Évidemment n'importe quelle autorité peut estampiller tel ou tel groupe "terroristes", ou "résistants".

On pense aux Américains qui ont aider les "combattants de la liberté" Afghans con
tre l'occupant russe.
Puis quand les américains sont devenus eux même les occupants en Afghanistan, ils ont combattu les mêmes personnes qu'ils avaient eux même armé, même cette fois c'était devenus des "terroristes".

Mais une fois qu'on se met d'accord sur le fait que n'importe qui peut qualifier n'importe qui comme il le souhaite,

On peut se demander qu'est-ce qui différencie vraiment "résistants" et "terroristes"?

Selon moi, les terroristes ont pour objectif de forcer les gens à choisir un camps. Ils sèment la terreur pour diviser, opposer les uns contre les autres. Ils se nourrissent de la guerre, idéologique, armée. Et leurs actions ont pour but d'atiser les flammes de la haine qui mène à la guerre.

Les résistants ne demandent qu'à retrouver ce qu'ils ont perdu, ce qu'on leur a prit par la force. Ils ne nourrissent pas de la guerre qu'on leur a imposé, et qui pour eux n'est qu'une source de malheurs, de souffrances et de sacrifices et dont le seul but est de retrouver la paix dont leur a priver.

Pour les terroristes la guerre est un but, pour les résistants un moyen.
Afficher tout
Peut on dire que la résistance, quand elle n'est pas encadrée dans une structure hiérarchique, est du terrorisme?

Pour prendre l'exemple de Daesh, il suffit d'aller sur internet, de prêter allégeance, même pas besoin d'attendre le feu vert du chef des Connards et HOP on peut faire ce qu'on veut, ca revient finalement à la résistance "autonome"; PAN "Pour la France" Maiiiis, ca servait à rien de le buter, lui, en plus c'était une taupe!!! (va savoir)

Une vraie résistance, ca s'apelle la cinquième colonne, y'a des chefs, des objectifs, buter des gens dans la rue, tout le monde peut le faire avec un couteau de cuisine, c'est du terrorisme.
Terrorisme-->terreur et franchement, je suis pas certain que ce que ces filles ont fait ait servi à autre chose que de donner un prétexte aux nazis pour se venger.

Après, qui a raison où tord... il est probable que, dans le même contexte, avec le même âge, j'eusse aussi envie d'en découdre contre l'envahisseur avec les moyens du bord, donc je ne juge pas, je ne fais qu'analyser des faits.

a écrit : Quand on dit que la différence entre "résistance" et "terrorisme" est fine comme une feuille de PQ d'aire d'autoroute, en voici un bel exemple.
L'interprétation est au final toujours une question de point de vue et de sensibilité personnelle.
(Ce message est purement factu
el et sans arrière pensée, pas besoin de procès d'intention) Afficher tout
Tout n’est qu’une question d’interprétation, mais les méthodes restent les mêmes

Les sources nous disent que ces jeunes femmes choisisaient des officiers nazis. Mais je n'ai rien lu sur des représailles de l'armée allemande, comme on sait qu'elle l'a pratiqué : rafles et fusillades d'innocents "punitives".
Car si c'était le cas, on peut se poser la question de la pertinence de tels actes. Je ne doute pas du courage d'abord, et de la certitude qu'elles devaient avoir de faire le "bien" à chaque fois ; mais si derrière il y avait 10 fusillés en représailles...

a écrit : Quand on dit que la différence entre "résistance" et "terrorisme" est fine comme une feuille de PQ d'aire d'autoroute, en voici un bel exemple.
L'interprétation est au final toujours une question de point de vue et de sensibilité personnelle.
(Ce message est purement factu
el et sans arrière pensée, pas besoin de procès d'intention) Afficher tout
C est surtout que terrorisme est galvaude par les Americains qui considerent comme terroriste toute personne qui les combats. Tuer des soldats n est pas un acte terroriste.... C est legitime, dans une Logique de guerre en tous cas... Tuer des civils afin d apeurer les populations est un acte terroriste, par definition....

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Oui, tous les allemands n'étaient pas nazis, il a même eu des Résistants. et tous les français n'étaient pas Résistants, la majorité était même collabos. c'est la triste vérité Le commentaire de Gouache est une citation d'Hubert Bonisseur de la bath. Oui je dis bien citation et non référence cinématographique vu la qualité :)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Quand on dit que la différence entre "résistance" et "terrorisme" est fine comme une feuille de PQ d'aire d'autoroute, en voici un bel exemple.
L'interprétation est au final toujours une question de point de vue et de sensibilité personnelle.
(Ce message est purement factu
el et sans arrière pensée, pas besoin de procès d'intention) Afficher tout
En effet, "l'ennemi est un con parce qu'il pense que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui".

Pierre DESPROGES.

a écrit : Peut on dire que la résistance, quand elle n'est pas encadrée dans une structure hiérarchique, est du terrorisme?

Pour prendre l'exemple de Daesh, il suffit d'aller sur internet, de prêter allégeance, même pas besoin d'attendre le feu vert du chef des Connards et HOP on peut faire ce qu
'on veut, ca revient finalement à la résistance "autonome"; PAN "Pour la France" Maiiiis, ca servait à rien de le buter, lui, en plus c'était une taupe!!! (va savoir)

Une vraie résistance, ca s'apelle la cinquième colonne, y'a des chefs, des objectifs, buter des gens dans la rue, tout le monde peut le faire avec un couteau de cuisine, c'est du terrorisme.
Terrorisme-->terreur et franchement, je suis pas certain que ce que ces filles ont fait ait servi à autre chose que de donner un prétexte aux nazis pour se venger.

Après, qui a raison où tord... il est probable que, dans le même contexte, avec le même âge, j'eusse aussi envie d'en découdre contre l'envahisseur avec les moyens du bord, donc je ne juge pas, je ne fais qu'analyser des faits.
Afficher tout
La cinquième colonne n'a rien à voir avec la résistance.
On est plus proche de l'espion ou de l'ennemi infiltré chez soi
fr.m.wikipedia.org/wiki/Cinqui%C3%A8me_colonne

a écrit : C'est un peu extrême ce que tu dis.

Il a raison en soit. Comme le dit Desproges : "L'ennemi est con, il croit que c'est nous l'ennemi." Pour les Allemands, qui pensent être dans leur bon droit, à ce moment la c'est du terrorisme. Et c'était le but d'ailleurs..
. terrifier les Allemands pour les faire partir. C'était pas un vote "à la majorité d'explosion tu pars."

Les alliés gagnent, les résistants ont donc gagné, donc ne sont pas considérés dans l'histoire comme des terroristes. Les terroristes au mali ou Afghanistan, quand ils attaquent des militaires, c'est la même chose que les résistants contre les soldats Allemands, que cela ne plaise ou non. D'ailleurs les Talibans se battent selon eux (si on écoute leurs revendications) pour libérer leur pays.

Les islamistes qui viennent tuer des civiles qui ont aidé les militaires, c'est comme les résistants qui ont tondu, exécutés sommairement des collaborateurs.
Prenons la place des 50 otages à Nantes. La place vient de l'exécution de 50 otages suite à un attentat contre Karl Hotz. Cet homme venait du civil, il était Feldkommandant de Nantes. Selo les historiens il n'avait pas suscité d'animosité chez les locaux, il n'était pas Nazi, donc à priori pas un mauvais bougre. Il est "courageusement" abattu dans le dos de deux balles. Cet assassinat est "gratuit" et est la uniquement pour faire peur aux Allemands et les faire partir. On peut donc parler de terrorisme.

Ca choque, j'en conviens, mais si le III Reich n'était pas jolie dans l'ensemble, les résistants si on les glorifie c'est uniquement parce que ça va dans notre sens et que ça correspond à notrer culture : une France libre, indépendante, sans restriction de liberté et qu'on oublie les horreurs qui ont eu lieu.

Le bombardement de Rouen en 1942, franchement ça vaut bien les attentats qui on lieu au Moyen Orient. On parle d'un bombardement raté (mais revendiqué comme réussi par les USA, même si aucune des cibles n'est atteintes) tuant uniquement des civiles et surtout des Français sont allés piller les morts juste à la fin du bombardement.

Les terroristes n'ont pas de bombardier de nos jours - heureusement - du coup ils se servent de ce qu'ils ont : les attentes suicides. Daech, se revendiquant un Etat en guerre, bombardait les autres pays de cette manière.

Si vous n'êtes pas d'accord avec ce commentaire, évitez de me taxer de nazi ou de je ne sais quoi. Ce n'est pas le cas, je partage juste le fait qu'aucun partie dans un conflit n'est blanc ou noir. Cela dépend de votre culture, de votre passé et de vos affinités. Je pense vraiment que si on plein la mort d'un officier français à cause du terrorisme (ce que j'ai fait personnellement) et qu'on appel ça un attentat, on ne peut pas dire "Karl Hotz n'a pas été victime d'un attentat, mais du vent de liberté de la France". Et du coup Flanguiche a bien raison : les terroristes ça dépend dans quel camp tu es.

Bien sur pour moi les islamistes comme les Talibans sont des terroristes et je ne les soutiens pas, mais les résistants français qui ont finalement servi mes intérêts (France libre et tout le tralalala) le sont aussi (si on se tient à la définition du mot) et je salue leur courage pour s'être battu.
Du coup ce mot en fonction de l'histoire est plus ou moins péjoratif, comme "dictateur" au final (cf Antiquité vs époque moderne).
Afficher tout
On est pas loin de l'apologie du terrorisme là. Bravo. Je comprends pas que ce commentaire reste visible

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On est pas loin de l'apologie du terrorisme là. Bravo. Je comprends pas que ce commentaire reste visible Voilà un qui n'a pas lu jusqu'au bout et ne lit que ce qu'il veut

Franchement choisir des soldats au hasard, les piéger, et les abattre en pleine nuit je n'appelle pas cela de la résistance mais un crime de guerre.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Quand on dit que la différence entre "résistance" et "terrorisme" est fine comme une feuille de PQ d'aire d'autoroute, en voici un bel exemple.
L'interprétation est au final toujours une question de point de vue et de sensibilité personnelle.
(Ce message est purement factu
el et sans arrière pensée, pas besoin de procès d'intention) Afficher tout
J'aime assez la définition de pierre conesa entre acte de guerre et acte de résistance/terrorisme:
- lors d'une attaque par des individus/organisations, si le but rechercher est tactique comme l'attaque d'un aéroport, accaparement de terres, destruction de biens et services... Alors c'est un acte de guerre.
- Si le but recherché est avant tout psychologique (attaque dans un métro, journal, marchés...) alors c'est un acte terroriste.

La différence entre terrorisme et résistance n'est qu'ideologique.
...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : La cinquième colonne n'a rien à voir avec la résistance.
On est plus proche de l'espion ou de l'ennemi infiltré chez soi
fr.m.wikipedia.org/wiki/Cinqui%C3%A8me_colonne
Ah désolé, je pensais bêtement que la France était un pays conquis et que la résistance refusait d'obéir au gouvernement officiel, mais il est possible que je me trompes-je...

a écrit : C'est un peu extrême ce que tu dis.

Il a raison en soit. Comme le dit Desproges : "L'ennemi est con, il croit que c'est nous l'ennemi." Pour les Allemands, qui pensent être dans leur bon droit, à ce moment la c'est du terrorisme. Et c'était le but d'ailleurs..
. terrifier les Allemands pour les faire partir. C'était pas un vote "à la majorité d'explosion tu pars."

Les alliés gagnent, les résistants ont donc gagné, donc ne sont pas considérés dans l'histoire comme des terroristes. Les terroristes au mali ou Afghanistan, quand ils attaquent des militaires, c'est la même chose que les résistants contre les soldats Allemands, que cela ne plaise ou non. D'ailleurs les Talibans se battent selon eux (si on écoute leurs revendications) pour libérer leur pays.

Les islamistes qui viennent tuer des civiles qui ont aidé les militaires, c'est comme les résistants qui ont tondu, exécutés sommairement des collaborateurs.
Prenons la place des 50 otages à Nantes. La place vient de l'exécution de 50 otages suite à un attentat contre Karl Hotz. Cet homme venait du civil, il était Feldkommandant de Nantes. Selo les historiens il n'avait pas suscité d'animosité chez les locaux, il n'était pas Nazi, donc à priori pas un mauvais bougre. Il est "courageusement" abattu dans le dos de deux balles. Cet assassinat est "gratuit" et est la uniquement pour faire peur aux Allemands et les faire partir. On peut donc parler de terrorisme.

Ca choque, j'en conviens, mais si le III Reich n'était pas jolie dans l'ensemble, les résistants si on les glorifie c'est uniquement parce que ça va dans notre sens et que ça correspond à notrer culture : une France libre, indépendante, sans restriction de liberté et qu'on oublie les horreurs qui ont eu lieu.

Le bombardement de Rouen en 1942, franchement ça vaut bien les attentats qui on lieu au Moyen Orient. On parle d'un bombardement raté (mais revendiqué comme réussi par les USA, même si aucune des cibles n'est atteintes) tuant uniquement des civiles et surtout des Français sont allés piller les morts juste à la fin du bombardement.

Les terroristes n'ont pas de bombardier de nos jours - heureusement - du coup ils se servent de ce qu'ils ont : les attentes suicides. Daech, se revendiquant un Etat en guerre, bombardait les autres pays de cette manière.

Si vous n'êtes pas d'accord avec ce commentaire, évitez de me taxer de nazi ou de je ne sais quoi. Ce n'est pas le cas, je partage juste le fait qu'aucun partie dans un conflit n'est blanc ou noir. Cela dépend de votre culture, de votre passé et de vos affinités. Je pense vraiment que si on plein la mort d'un officier français à cause du terrorisme (ce que j'ai fait personnellement) et qu'on appel ça un attentat, on ne peut pas dire "Karl Hotz n'a pas été victime d'un attentat, mais du vent de liberté de la France". Et du coup Flanguiche a bien raison : les terroristes ça dépend dans quel camp tu es.

Bien sur pour moi les islamistes comme les Talibans sont des terroristes et je ne les soutiens pas, mais les résistants français qui ont finalement servi mes intérêts (France libre et tout le tralalala) le sont aussi (si on se tient à la définition du mot) et je salue leur courage pour s'être battu.
Du coup ce mot en fonction de l'histoire est plus ou moins péjoratif, comme "dictateur" au final (cf Antiquité vs époque moderne).
Afficher tout
L’instituteur de ma grand-mère s’est fait fusiller par le maquis du coin, sous prétexte qu’il était alsacien, en fait il avait pris la place de sa femme, qui avait osé remettre leurs conduite en question et qu’ils voulaient fusiller. En réalité le maquis du coin n’avait rien de résistant, c’était des mecs qui fuyaient le STO, ils rackettaient et pillaient les villages alentours. Mon arrière grand père était coiffeur, ils le réquisitionnaient avec un fusil braqué dans le dos pour qu’il les coiffe gratuitement.
Une fois ils ont cherché à le fusiller lui aussi contre le mur de l’église, ils ont renoncé quand les femmes du village se sont collées à lui.
Quand les membres du village voulaient se rendre au marché, ils partaient de nuit pour éviter de se faire voler.
Personne ne les a jugés pour leurs crimes. Ils se pavanent encore et braillent encore le chant des partisans chez eux.

a écrit : Ah désolé, je pensais bêtement que la France était un pays conquis et que la résistance refusait d'obéir au gouvernement officiel, mais il est possible que je me trompes-je... Bon, apparemment tu n'as pas lu le lien wiki.
Je te mets un extrait : "L’« épisode de la cinquième colonne » lors du passage de Charles de Gaulle sur la place de la Concorde lors de sa descente triomphale des Champs-Élysées, le 26 août 1944, est un exemple. La foule essuie des tirs, qui semblent provenir de l'Hôtel Crillon. À ce moment, quelqu'un crie, « C'est la cinquième colonne ! », sans doute pour signifier qu'il s'agissait d'Allemands embusqués".
Si dans l'esprit de tout le monde, cinquième colonne =résistance, comment peut on croire que ce cri signifie qu'il s'agit d'allemands ?

Lorsqu'on parle de cinquième colonne, tout le monde (à part toi) comprend :Traître à l'intérieur du pays, qui collabore avec l'ennemi ou avec l'occupant, espion.
C'est la définition de www.languefrancaise.net.
Bref, c'est une expression plutôt péjorative. On ne se targue pas d'être de la cinquième colonne.

a écrit : Si vous ne voyez pas la différence entre le fait de tuer des nazis et de liquider des innocents dont le seul tort est d'être au mauvais endroit, au mauvais moment, vous devez vous torcher avec du bristol ou du carton ondulé... Les soldats allemands n’étaient pas tous nazis, mais forcés à aller combattre pour le III Reich

a écrit : Un amis hollandais me racontait que l'occupation allemande était très dure et insupportable pour les hollandais dont beaucoup réagissaient avec les tripes au mépris de leur vie et famille, tant la rage était grande. Quand les rafles de juifs commencèrent, une grève générales lancée par les communistes, conducteurs ferroviaires et autres fonctionnaires paralyse l'ensemble du pays. A Amsterdam 300.000 personnes défilent dans les rues pour signifier leur opposition et bloquer l'occupant. La population d'Amsterdam était d'environ 700.000 personnes.
Pour trouver un équivalent en France on peut parler de la manifestation du 11 Novembre 1940 qui rassembla 3000 lycéens étudiants et jeunes actifs à Paris.