La Corée du Nord dispose d'une organisation gouvernementale secrète

Proposé par
le

La Corée du Nord dispose d'une organisation gouvernementale secrète, le Bureau 39, permettant d'alimenter une caisse noire pour le dirigeant Kim Jong-un. Ce serait grâce à elle que ce pays pourtant très pauvre réussit à contourner les sanctions internationales pour financer, entre autres, son programme nucléaire. Elle disposerait de plusieurs milliards de dollars générés par des activités légales et illégales.


Tous les commentaires (37)

a écrit : Je l'ai appris grace à un reportage Arte. Dans ce reportage, parmi les moyens utilisés pour alimenter cette caisse noire, il été donné l'exemple d'une auberge de jeunesse à Berlin qui appartenait à la Corée du Nord. J'ai reconnu cette immense auberge dans laquelle j'ai logé il y a quelques années et qui se situe en effet juste à côté de l'ambassade de Corée du Nord à Berlin.
J'ai donc directement, mais involontairement, financé le régime nord-coréen en séjournant dans cette auberge
Afficher tout
J'y suis aussi allé.. Effrayant ! Se coucher plus comptable..

Posté le

android

(0)

Répondre

Et moi je lis " les curés du Nord ". Sont chauds la haut :-)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : La source wiki nous indique une somme que détiendrait cette "organisation" : 5 milliards d'€... Cela me paraît bien faiblard pour un programme d'armement nucléaire, d'autant que l'anecdote nous dit que cet argent financerait "entre autres" le programme nucléaire.
Le coût po
ur tout cela est connu des pays qui en sont équipés : on est plus dans les 3.5 milliards d'€, mais par an ! L'entretien ensuite tourne aux alentours de 16 milliards sur des programmes quinquénaux... Alors de trois choses l'une : soit Wiki se trompe et il y a beaucoup plus dans la caisse... Soit Kim nous prend pour des billes et son programme est "d'opérette"... Soit il a d'autres sources de revenus pour financer son programme. Afficher tout
Ou soit ça coûte moins cher en Corée parce qu'il n'y a pas à payer autant de beau monde de grandes entreprises, de cabinets d'avocats ou de conseil stratégique, de M&A, de scientifiques et cie.
Ça t'est pas venu a l'esprit ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Un internationaliste serait ici en désaccord sur le postulat de départ. Le principe de base, en droit international, est l'interdiction du recours à la force comme le prévoit l'article 2§4 de la Charte des Nations Unies, sauf exceptions (légitime défense de l'article 51 et autorisation du Conseil de Sécurité, en vertu du Chapitre VII de la charte).
D'ailleurs, pour rappel, au vu de la hiérarchie des normes du bon vieux Kelsen, et pour faire simple, le droit international est au-dessus, hiérarchiquement des lois, ordonnances, actes règlementaires, etc. Ces derniers doivent donc respecter les provisions contenus dans les instruments et textes de droit international. Seule la Constititution lui est supérieur dans cette hiérarchie.
Donc, par principe, faire la guerre est illicite et non pas légal, n'en déplaise à de nombreux États dont la France ou encore le gendarme du monde, pour ne citer qu'eux, mais qui en font fi et c'est bien dommage.
Afficher tout
Intervention fort petinente !

J'ai envie de dire.. Ça c'est esprit, après il y a les faits. Dans les faits si t'as les moyens de tes ambitions tu justifies tes actes ou tu les passes sous silence a priori.

Je ne pense pas que l'humanité ait déjà connu de période de paix mondiale.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je dis tout simplement que c'est ridicule de parler de "débloquer de l'argent" puisqu'il n'y a pas d'argent bloqué (que ce soit dans une caisse, ou non, et quelle que soit la couleur de la caisse le cas échéant !). Ah OK.. moi ça me semble assez pertinent.

Lorsqu'on établi un budget prévisionnel on alloue des sommes à des postes (éducation, armée, santé, recherche..). Qui dit allocation prévisionnelle dit blocage de la somme. Pour la débloquer et la réallouer faut réviser le budget, ça prend du temps dans une république a priori.

Autre explication possible. Tu peux être sûr que les 400 milliards de recette de l'état n'attendent pas sur un compte courant.. comme la plupart des gens le savent de l'argent placé est bloqué pour un certain temps.

La somme dont on a besoin est également bloquée "ailleurs" le temps qu'on trouve une solution pour la réunir.

Bref, plus d'une raison peuvent amener à l'utilisation de ce terme..

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ah OK.. moi ça me semble assez pertinent.

Lorsqu'on établi un budget prévisionnel on alloue des sommes à des postes (éducation, armée, santé, recherche..). Qui dit allocation prévisionnelle dit blocage de la somme. Pour la débloquer et la réallouer faut réviser le budget, ça prend du temps dans une r
épublique a priori.

Autre explication possible. Tu peux être sûr que les 400 milliards de recette de l'état n'attendent pas sur un compte courant.. comme la plupart des gens le savent de l'argent placé est bloqué pour un certain temps.

La somme dont on a besoin est également bloquée "ailleurs" le temps qu'on trouve une solution pour la réunir.

Bref, plus d'une raison peuvent amener à l'utilisation de ce terme..
Afficher tout
Toutes ces explications différentes alors qu'une seule explication aurait suffit ! Tu ne sais pas que l'excès nuit en tout ? Alors suite à toutes ces explications, je pense que c'est comme si on cherche à identifier une personne qui porte différents passeports sur elle : on pourrait croire que l'un des passeports donne sa vraie identité mais il y a de grandes chances qu'ils soient tous faux ! Moi j'ai une explication, et une seule !, c'est du sensationnalisme de journalistes qui veulent toujours présenter les choses de la manière la plus sensationnelle possible, alors ils trouvent que "allouer une somme" ou "consacrer une somme" c'est trop plat et que "débloquer une somme" entretient le mythe qu'il existe des sommes bloquées dont seuls les initiés connaîtraient l'existence et que, bien sûr, le journaliste fait lui-même partie des initiés comme il le montre en les évoquant par l'emploi de "débloquer"... Ceci dit, je trouve ça quand même moins énervant d'entendre des journalistes dire "débloquer" à propos d'une somme d'argent que de les entendre dire "vent debout" à propos d'opposants à une réforme...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Si on connait son nom, ce n'est plus tellement secret... Le terme secret désigne plus les actions que l'agence en elle-même,comme pour une agence de renseignement. Tout le monde sait que les pays ont des agences (cía, kgb, mi6...), ce n'est pas un secret, en revanche celles-ci ne revendiqueront pas leurs actions, leurs méthodes, leurs stratégies, leurs lieux d'opérations...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Toutes ces explications différentes alors qu'une seule explication aurait suffit ! Tu ne sais pas que l'excès nuit en tout ? Alors suite à toutes ces explications, je pense que c'est comme si on cherche à identifier une personne qui porte différents passeports sur elle : on pourrait croire que l'un des passeports donne sa vraie identité mais il y a de grandes chances qu'ils soient tous faux ! Moi j'ai une explication, et une seule !, c'est du sensationnalisme de journalistes qui veulent toujours présenter les choses de la manière la plus sensationnelle possible, alors ils trouvent que "allouer une somme" ou "consacrer une somme" c'est trop plat et que "débloquer une somme" entretient le mythe qu'il existe des sommes bloquées dont seuls les initiés connaîtraient l'existence et que, bien sûr, le journaliste fait lui-même partie des initiés comme il le montre en les évoquant par l'emploi de "débloquer"... Ceci dit, je trouve ça quand même moins énervant d'entendre des journalistes dire "débloquer" à propos d'une somme d'argent que de les entendre dire "vent debout" à propos d'opposants à une réforme... Afficher tout Tu vois le mot débloquer au niveau matériel, il ne s'agit pas dans ce débat de débloquer un écrou rongé par la rouille à la clé à choc, mais de trouver du fric, et le fric, c'est immatériel.

Un budget national n'est pas claqué le premier Janvier de l'année, il est prévisionnel, donc, on peut prendre un peu de ce qui est prévu pour financer un truc d'urgence (au lieu de remplacer 1000 véhicules de police bons pour la casse cette année comme c'était prévu, on en remplacera que 900), c'est comme toi quand t'as une panne imprévue sur ta bagnole, tu va "débloquer" un peu de ton salaire qui était à la base prévu pour refaire la terrasse qui se fissure mais qui "peut attendre" pour parer à l'urgence.

Pour un pays, c'est pareil, on débloque un budget pour envoyer le fric dans un autre, c'est simple! Sauf que tout est toujours urgent, c'est ça qui est compliqué! ^^

a écrit : Tu vois le mot débloquer au niveau matériel, il ne s'agit pas dans ce débat de débloquer un écrou rongé par la rouille à la clé à choc, mais de trouver du fric, et le fric, c'est immatériel.

Un budget national n'est pas claqué le premier Janvier de l'année, il est prévisionnel, donc, on
peut prendre un peu de ce qui est prévu pour financer un truc d'urgence (au lieu de remplacer 1000 véhicules de police bons pour la casse cette année comme c'était prévu, on en remplacera que 900), c'est comme toi quand t'as une panne imprévue sur ta bagnole, tu va "débloquer" un peu de ton salaire qui était à la base prévu pour refaire la terrasse qui se fissure mais qui "peut attendre" pour parer à l'urgence.

Pour un pays, c'est pareil, on débloque un budget pour envoyer le fric dans un autre, c'est simple! Sauf que tout est toujours urgent, c'est ça qui est compliqué! ^^
Afficher tout
Sans blague, tu veux m'apprendre le vocabulaire de la gestion ? Je pourrais débloquer un montant s'il était sur un compte bloqué, mais c'est une situation qui est plutôt rare, et si c'est mon salaire (sauf s'il est bloqué par une saisie) ou si c'est une dépense de l'état ou d'une collectivité (qu'elle ait été ou non prévue dans une enveloppe budgétaire), il n'y a pas de blocage et il n'y a rien à débloquer. Alors je te l'accorde que je pourrais dire que je vais débloquer une partie de son salaire pour payer une réparation imprévue, et ça montrerait en effet le caractère exceptionnel de cette dépense, mais ça reviendrait seulement à copier le vocabulaire sensationnel des journalistes. Et on en revient donc au même point : l'emploi de ce mot n'a pas d'autre justification que d'être grandiloquent car l'argent n'était pas bloqué... Un compte bloqué c'est une situation bien précise et employer ce vocabulaire en dehors de cette situation c'est juste pour se pousser du col en employant un vocabulaire technique sans s'apercevoir qu'on le fait à mauvais escient.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Toutes ces explications différentes alors qu'une seule explication aurait suffit ! Tu ne sais pas que l'excès nuit en tout ? Alors suite à toutes ces explications, je pense que c'est comme si on cherche à identifier une personne qui porte différents passeports sur elle : on pourrait croire que l'un des passeports donne sa vraie identité mais il y a de grandes chances qu'ils soient tous faux ! Moi j'ai une explication, et une seule !, c'est du sensationnalisme de journalistes qui veulent toujours présenter les choses de la manière la plus sensationnelle possible, alors ils trouvent que "allouer une somme" ou "consacrer une somme" c'est trop plat et que "débloquer une somme" entretient le mythe qu'il existe des sommes bloquées dont seuls les initiés connaîtraient l'existence et que, bien sûr, le journaliste fait lui-même partie des initiés comme il le montre en les évoquant par l'emploi de "débloquer"... Ceci dit, je trouve ça quand même moins énervant d'entendre des journalistes dire "débloquer" à propos d'une somme d'argent que de les entendre dire "vent debout" à propos d'opposants à une réforme... Afficher tout Plusieurs hypothèses tout simplement. Je n'ai pas de certitude sur la provenance exacte du terme mais je comprends d'ou il vient et ce qu'il signifie, donc ça me va.

Les journalistes ont tout simplement adoptés le vocabulaire des politiques qu'ils observent à longueur d'année qui ont eux mêmes adoptés le vocabulaire de la finance pour des raisons évidentes.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Plusieurs hypothèses tout simplement. Je n'ai pas de certitude sur la provenance exacte du terme mais je comprends d'ou il vient et ce qu'il signifie, donc ça me va.

Les journalistes ont tout simplement adoptés le vocabulaire des politiques qu'ils observent à longueur d'année qui o
nt eux mêmes adoptés le vocabulaire de la finance pour des raisons évidentes. Afficher tout
Ben non, les raisons ne sont pas aussi évidentes que tu le prétends puisque ce n'est pas le vocabulaire de la finance. Une somme bloquée ça existe en finance mais ce n'est pas dans l'attente de l'affecter à une catastrophe. Tu as peut-être quand même raison sur un point : il est possible que ça ait été inventé conjointement par les politiques et les journalistes, et que les journalistes ne sont pas les seuls à se pousser du col en employant abusivement cette expression.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Sans blague, tu veux m'apprendre le vocabulaire de la gestion ? Je pourrais débloquer un montant s'il était sur un compte bloqué, mais c'est une situation qui est plutôt rare, et si c'est mon salaire (sauf s'il est bloqué par une saisie) ou si c'est une dépense de l'état ou d'une collectivité (qu'elle ait été ou non prévue dans une enveloppe budgétaire), il n'y a pas de blocage et il n'y a rien à débloquer. Alors je te l'accorde que je pourrais dire que je vais débloquer une partie de son salaire pour payer une réparation imprévue, et ça montrerait en effet le caractère exceptionnel de cette dépense, mais ça reviendrait seulement à copier le vocabulaire sensationnel des journalistes. Et on en revient donc au même point : l'emploi de ce mot n'a pas d'autre justification que d'être grandiloquent car l'argent n'était pas bloqué... Un compte bloqué c'est une situation bien précise et employer ce vocabulaire en dehors de cette situation c'est juste pour se pousser du col en employant un vocabulaire technique sans s'apercevoir qu'on le fait à mauvais escient. Afficher tout Je te l'accorde, le mot est mal employé, on peut dire que c'est une expression?

Cela dit, quand un pays a voté un budget, ce fric est sensé être bloqué, mais vu que c'est prévisionnel, et qu'en plus ce fric n'est même pas encore entré dans les caisses...

La comparaison avec une panne de bagnole est plutôt bonne, j'avais prévu de bloquer 500 balles le mois prochain (fric que je n'ai pas encore touché mais que je vais toucher) pour faire refaire ma terrasse, mais je me suis mangé un trottoir et explosé le train avant droit, je débloque le fric prévu pour la terrasse pour l'envoyer sur la bagnole, je vois le truc comme ça en fait, mais peut être que je me trompe, mais là, le terme "débloquer" colle, non?

En fait, c'est une expression un peu fourre tout, mais elle n'est pas si fausse que ça, je trouve. C'est compliqué, le français! ^^

a écrit : Je te l'accorde, le mot est mal employé, on peut dire que c'est une expression?

Cela dit, quand un pays a voté un budget, ce fric est sensé être bloqué, mais vu que c'est prévisionnel, et qu'en plus ce fric n'est même pas encore entré dans les caisses...

La comparais
on avec une panne de bagnole est plutôt bonne, j'avais prévu de bloquer 500 balles le mois prochain (fric que je n'ai pas encore touché mais que je vais toucher) pour faire refaire ma terrasse, mais je me suis mangé un trottoir et explosé le train avant droit, je débloque le fric prévu pour la terrasse pour l'envoyer sur la bagnole, je vois le truc comme ça en fait, mais peut être que je me trompe, mais là, le terme "débloquer" colle, non?

En fait, c'est une expression un peu fourre tout, mais elle n'est pas si fausse que ça, je trouve. C'est compliqué, le français! ^^
Afficher tout
Au contraire l'objet de mon intervention c'était de dire qu'elle est fausse car elle donne la fausse impression au bon peuple qui écoute les informations qu'il y a de l'argent bloqué et qu'il suffit de le débloquer pour s'en servir. Il n'y a pas d'argent bloqué car si une année on utilise moins de fonds pour des besoins exceptionnels, on aura un déficit moins important et si on en utilise davantage on aura un déficit plus important que prévu, mais dans les deux cas c'est pris sur le déficit et pas sur de l'argent qui serait bloqué. C'est d'ailleurs dans le même ordre d'idée que les journalistes qui n'ont rien compris et les politiques qui les manipulent ont pu parler de "cagnotte" quand le déficit a été moins important que prévu. Mais quand ton compte bancaire est déjà dans le rouge, est-ce que tu parles de "débloquer" pour un achat exceptionnel qui te plonge encore plus dans le rouge ? Et si le mois d'après tu es toujours dans le rouge mais un peu moins, tu penses que tu as une "cagnotte" et tu te demandes comment tu vas la dépenser ? Alors si la réponse est "non" pour le commun des mortels qui regarde son relevé bancaire, forcément quand il entend "débloquer" et "cagnotte", il ne peut pas s'imaginer qu'il y a déjà un déficit ni même un budget à équilibrer, il croit que l'Etat a de grandes poches avec de l'argent qui dort au fond et qui ne demande qu'à être dépensé. Et il va défiler sur les ronds-points pour réclamer qu'on en "débloque" un peu plus pour lui ! Et encore pire s'il y a une "cagnotte", tout le monde va en vouloir sa part. Donc ça donne de fausses idées et c'est de la désinformation. Tout le contraire d'une expression qui serait, à ton avis, un peu fourre-tout mais pas si fausse que ça. Je rappelle quand même qu'on peut dire "allouer" ou "consacrer", ça au moins c'est fourre-tout et pas faux. Mais il est sans doute déjà trop tard et je mène un combat d'arrière-garde puisque c'est tellement passé dans le vocabulaire journalistique que tout le monde à l'air de trouver ça tellement normal de dire "débloquer" à propos d'une somme d'argent, de même qu'on s'attend à entendre "sauvagement" à propos d'une personne assassinée, ou "déboulonnée" à propos d'une statue quel que soit son mode de fixation... avec, bien sûr, l’intonation journalistique inimitable qui fait passer tout ça encore mieux que si c'était enduit de vaseline !

a écrit : Au contraire l'objet de mon intervention c'était de dire qu'elle est fausse car elle donne la fausse impression au bon peuple qui écoute les informations qu'il y a de l'argent bloqué et qu'il suffit de le débloquer pour s'en servir. Il n'y a pas d'argent bloqué car si une année on utilise moins de fonds pour des besoins exceptionnels, on aura un déficit moins important et si on en utilise davantage on aura un déficit plus important que prévu, mais dans les deux cas c'est pris sur le déficit et pas sur de l'argent qui serait bloqué. C'est d'ailleurs dans le même ordre d'idée que les journalistes qui n'ont rien compris et les politiques qui les manipulent ont pu parler de "cagnotte" quand le déficit a été moins important que prévu. Mais quand ton compte bancaire est déjà dans le rouge, est-ce que tu parles de "débloquer" pour un achat exceptionnel qui te plonge encore plus dans le rouge ? Et si le mois d'après tu es toujours dans le rouge mais un peu moins, tu penses que tu as une "cagnotte" et tu te demandes comment tu vas la dépenser ? Alors si la réponse est "non" pour le commun des mortels qui regarde son relevé bancaire, forcément quand il entend "débloquer" et "cagnotte", il ne peut pas s'imaginer qu'il y a déjà un déficit ni même un budget à équilibrer, il croit que l'Etat a de grandes poches avec de l'argent qui dort au fond et qui ne demande qu'à être dépensé. Et il va défiler sur les ronds-points pour réclamer qu'on en "débloque" un peu plus pour lui ! Et encore pire s'il y a une "cagnotte", tout le monde va en vouloir sa part. Donc ça donne de fausses idées et c'est de la désinformation. Tout le contraire d'une expression qui serait, à ton avis, un peu fourre-tout mais pas si fausse que ça. Je rappelle quand même qu'on peut dire "allouer" ou "consacrer", ça au moins c'est fourre-tout et pas faux. Mais il est sans doute déjà trop tard et je mène un combat d'arrière-garde puisque c'est tellement passé dans le vocabulaire journalistique que tout le monde à l'air de trouver ça tellement normal de dire "débloquer" à propos d'une somme d'argent, de même qu'on s'attend à entendre "sauvagement" à propos d'une personne assassinée, ou "déboulonnée" à propos d'une statue quel que soit son mode de fixation... avec, bien sûr, l’intonation journalistique inimitable qui fait passer tout ça encore mieux que si c'était enduit de vaseline ! Afficher tout Ne te met pas en pétard et met un peu plus de ponctuation dans tes comms si possible parce que les pavés c'est bien mais c'est comme les hamburgers, ca se mange en bouchées, pas d'un seul coup, sinon on s'étouffe!^^
Chuis pas la pour te dire que tatord, et en plus la politique ca me fais chier moi aussi! Mais je suis la pour débattre, pas pour prouver quoi que ce soit.

jvoulais juste débattre sur le vrai sens du terme "débloquer un budget"


En vrai, le terme, je l'utilise vraiment, par exemple, j'ai débloqué 300 balles pour rafistoler ma caisse (vidange complète, tous les filtres, changement disques et plaquettes et vérification de sécurité), du pognon qui était sensé être utilisé ailleurs, j'avais songé à me payer une nouvelle carte graphique mais ca attendra... GRRRR!
J'ai donc débloqué un budget!
Tu devrais essayer de voir les choses un peu plus simplement, je pense. Ce n'est pas une critique, mais un conseil. A mes yeux, tu te prends trop le chou et cherche trop à compliquer les choses, mais c'est pas grave, nous sommes des singes civilisés, on va pas se taper dessus pour si peu! ^^


Post scriptum:
Il est passé où, Tybs??? Trois semaines sans commentaires...

a écrit : Je l'ai appris grace à un reportage Arte. Dans ce reportage, parmi les moyens utilisés pour alimenter cette caisse noire, il été donné l'exemple d'une auberge de jeunesse à Berlin qui appartenait à la Corée du Nord. J'ai reconnu cette immense auberge dans laquelle j'ai logé il y a quelques années et qui se situe en effet juste à côté de l'ambassade de Corée du Nord à Berlin.
J'ai donc directement, mais involontairement, financé le régime nord-coréen en séjournant dans cette auberge
Afficher tout
Tu as financer LA BOMBE!!!

a écrit : Ne te met pas en pétard et met un peu plus de ponctuation dans tes comms si possible parce que les pavés c'est bien mais c'est comme les hamburgers, ca se mange en bouchées, pas d'un seul coup, sinon on s'étouffe!^^
Chuis pas la pour te dire que tatord, et en plus la politique ca me fais chie
r moi aussi! Mais je suis la pour débattre, pas pour prouver quoi que ce soit.

jvoulais juste débattre sur le vrai sens du terme "débloquer un budget"


En vrai, le terme, je l'utilise vraiment, par exemple, j'ai débloqué 300 balles pour rafistoler ma caisse (vidange complète, tous les filtres, changement disques et plaquettes et vérification de sécurité), du pognon qui était sensé être utilisé ailleurs, j'avais songé à me payer une nouvelle carte graphique mais ca attendra... GRRRR!
J'ai donc débloqué un budget!
Tu devrais essayer de voir les choses un peu plus simplement, je pense. Ce n'est pas une critique, mais un conseil. A mes yeux, tu te prends trop le chou et cherche trop à compliquer les choses, mais c'est pas grave, nous sommes des singes civilisés, on va pas se taper dessus pour si peu! ^^


Post scriptum:
Il est passé où, Tybs??? Trois semaines sans commentaires...
Afficher tout
Tu m'expliques comment tu utilises cette expression, mais ça ne justifie pas que les journalistes l'utilisent de la même façon, car, au contraire !, c'est justement parce que les journalistes l'ont popularisée que tout le monde l'utilise ! Ça ne démontre donc pas qu'elle était appropriée au départ et je continue à penser qu'elle donne une fausse idée des budgets disponibles et de la manière dont il faut les gérer, et que c'est dommageable. Et d'ailleurs, s'il suffit de dire qu'on a débloqué un budget, et ça passe crème, comme seule explication pour les dépenses exceptionnelles, je me demande bien pourquoi on s'intéresse à la manière dont la Corée du Nord finance son programme nucléaire ? Il suffisait de dire qu'elle a débloqué un budget ! Ou alors le verbe débloquer n'existe pas en Coréen ? Ou on s'intéresse au financement des dépenses quand c'est à l'étranger mais quand c'est notre gouvernement on veut juste des primes et des subventions et des dédommagements en pensant qu'il suffit de les débloquer ?
PS : Désolé de me prendre le chou sur un sujet aussi anodin que le choix d'un mot et ses implications mais j'ai la faiblesse de croire que c'est toujours utile d'exercer sa curiosité même sur des sujets apparemment anodins, comme la simple chute d'une pomme (mais ce n'est pas un conseil que je te donne, pour la pomme, car ça a déjà été fait par un certain Isaac alors maintenant il va falloir trouver autre chose !).