Le « syndrome du changement de base »

Proposé par
le

Le « syndrome du changement de base » est le nom d'un phénomène évoqué en 1969 par Ian McHarg, repris en 1995 par le chercheur canadien Daniel Pauly. Il fait référence au fait que la nouvelle génération ne se fixe pas les mêmes références que l'ancienne, notamment en matière de biodiversité. Elle peut ainsi ignorer le déclin massif d'une population, car elle n'a jamais connu son état antérieur.

Ce qui parait "normal" en terme de biodiversité pour la jeune génération ne l'est pas forcément. Ce syndrome constituerait un frein important à la conservation de la biodiversité, car il empêche de se rendre compte du véritable déclin des espèces.


Commentaires préférés (3)

a écrit : C'est à la fois vrai et faux pour les systèmes "d'informations" car ces derniers peuvent être tout autant informatifs que mensongers, donc il faut faire très attention aux sources et aux interprétations.
C'est le génie et l'horreur d'internet, des milliards d'infos pour tous, dont tout une partie à jeter !
Imagine qu’un jour, on puisse avoir toute la connaissance dans un petit boîtier dans notre poche accessible à tout moment, tout le monde deviendrait super intelligent !

Ah bah non...

a écrit : Mon père le constate énormément lorsqu'il se promène en colline. A une époque, il voyait à chaque ballade des centaines de Lapins et aujourd'hui c'est difficile d'en apercevoir ( en Provence du moins ). Cela dit avec les moyens d'informations qu'on a aujourd'hui il est plus facile de se rendre compte que des espèces déclinent. Afficher tout Typiquement je prends l'exemple inverse de ce phénomène : le lapin a été largement introduit en France par les Romains. Donc ce que nous prenons pour normal, ne l'est pas vraiment. Il faut bien comprendre que durant des milliers d'années son aire de répartition n'a pas évolué, puis l'humain a tout changé (rien qu'avec les Romains, plusieurs espèces arrivent en France).

Alors est-ce que ça veut dire qu'on peut tuer tout les lapins ? Non, car depuis le temps qu'il s'est installé c'est devenu un animal pleinement intégré dans nos régions et il est très important pour la biodiversité locale. Les principales menaces sont sanitaires, car le lapin fait face au RVHD et RVHD 2 (son covid 19 à lui, mais bien plus mortel). Rien n'est trop tard pour le lapin, déjà les plans de réintroduction et de réaménagement du territoire marchent très bien et permettent de voir dans des zones ses populations de repartir depuis 2005. Ensuite on peut imaginer une immunité aux virus RVHD (comme ce qui a été le cas avec la myxo). Il faut savoir que la lapin a grandement chuté dans ses populations entre 1960 et 1980 (arrivée de la myxo). Puis une fois immunisé au virus, ses populations ont augmenté jusque dans les années 90 : arrivée du RVHD et en 2010 arrivé du RVHD 2. Donc si des plans de gestion efficace arrive et que les maladies diminuent/cessent, il est fort à parier une nouvelle augmentation du lapin.
Toutefois les pouvoirs publics ne prennent conscience de ça que depuis ces dernières années, une fois que la lapin a baissé de 80% dans certaines régions et on commence à peine à se pencher dessus. Histoire de se rajouter une couche de difficulté, sinon ce n'est pas drôle.
Par contre certaines baisses du lapin s'explique très bien et sont normales : le milieu devient boisé et ne convient plus aux lapins.
Voilà, c'était le petit HS "lapin de garenne" pour ceux qui se posent des questions.

A l'inverse le lièvre voit ses populations augmenter. Donc pour l'anecdote le lapin et le lièvre sont un bon exemple : la nouvelle génération aura l'impression que c'est normal de voir moins de lapins que de lièvres. C'était l'inverse il y a 30 ans, on trouvait même des lapins dans Bordeaux.

Autre exemple : pour l'ancienne génération, le cormoran était très rare. A présent il est très courant en France, à tel point que c'est devenu un oiseau très courant sur nos points d'eaux et on en oublie pourquoi il était si rare avant.

Je prends volontairement des exemples positifs (lièvre et cormoran ici), car déjà on a suffisamment avec les médias de mauvaises nouvelles et je pense que c'est important de montrer que c'est possible d'inverser la vapeur. Sinon autant tous finir sous anti-dépresseur et je ne suis pas sur que cela aidera beaucoup.

a écrit : C'est un grosse blague, les jeunes générations sont les plus conscientes de la nécessité de protéger l'environnement. Les "boomers" ont bénéficié d'un confort de vie basé sur une exploitation des ressources naturelles qui n'est pas tenable a long terme. Ce sont eux qui ont le plus de mal à se départir de ce confort et d'une vision du monde obsolète Afficher tout Rassure toi... Il y en a de moins en moins... La fin des boomer est proche.(ils ont tous plus de 60 ans )
Après tu pourras blâmer la génération X(la mienne) d avoir payé à la génération y et z des téléphones qui exploitent les enfants chinois et les mines et perso j attends au coin de la rue la génération z, avec tout le lithium et terre rares exploités pour leur tel et autres panneaux solaires...sans compter leur voitures électriques qui auront tari les ressources indispensables alors a la survie pour stocker l énergie ..
Zinc, cuivre... Le premier à manquer je crois sera l'étain d ici une dizaine d'année.
La "conscience" des jeunes générations sur la planète est ajd pas forcément mieux que celle des vieux...parfois simplement par méconnaissance. Ex: ma femme râle dès que j oublie une lumière (led). Mais laisse le four préchauffer en cas d appel, ou le fer a repasser allumer pour faire autre chose 5 mn...(j vous rassure je repasse et cuisine aussi). Au final les deux ont raison, mais une heure de four allumé pour rien consomme largement plus que ma lumière allumée un an.
Donc quand je vois mon neveu râler sur les boomer, alors qu il change de téléphone tous les ans, achète des tennis et fringue a tout va et prends ses vacances qu en Asie car c est génial la bas et pas cher... Ça me fait tristement sourire.
Après je schématise/généralise/exagère. Tous sont pas comme ça. Mais idem chez les boomer. Bref tout le monde pareil et plutôt que de blâmer les autres je pense qu il faudrait peut être avancer les uns les autres main dans la main...(et pour le bien de la planète brancher le premier de cette file sur un courant continu à fort voltage)


Tous les commentaires (54)

Mon père le constate énormément lorsqu'il se promène en colline. A une époque, il voyait à chaque ballade des centaines de Lapins et aujourd'hui c'est difficile d'en apercevoir ( en Provence du moins ). Cela dit avec les moyens d'informations qu'on a aujourd'hui il est plus facile de se rendre compte que des espèces déclinent.

a écrit : Mon père le constate énormément lorsqu'il se promène en colline. A une époque, il voyait à chaque ballade des centaines de Lapins et aujourd'hui c'est difficile d'en apercevoir ( en Provence du moins ). Cela dit avec les moyens d'informations qu'on a aujourd'hui il est plus facile de se rendre compte que des espèces déclinent. Afficher tout C'est un biais cognitif il me semble, la réalité n'est pas la même pour tout le monde.

Gamin, y'avait des lucioles partout, ma nièce qui a la moitié de mon âge n'en a jamais vu...

Je suis d'accord avec toi, les moyens d'informations actuels, et surtout privés (ca a commencé avec la caméra super8^^) sont la preuve des changements, on ne peut pas les contester.

a écrit : Mon père le constate énormément lorsqu'il se promène en colline. A une époque, il voyait à chaque ballade des centaines de Lapins et aujourd'hui c'est difficile d'en apercevoir ( en Provence du moins ). Cela dit avec les moyens d'informations qu'on a aujourd'hui il est plus facile de se rendre compte que des espèces déclinent. Afficher tout Mais là on parle de biodiversité, pas d'une espèce qu'il a fallu réguler probablement parce que justement affectant le biodiversité de ton charmant coin.

a écrit : Mais là on parle de biodiversité, pas d'une espèce qu'il a fallu réguler probablement parce que justement affectant le biodiversité de ton charmant coin. Le syndrome s'applique quand même dans ce cas. On parle du " déclin massif d'une population ". En l'occurrence, une personne qui va se promener en colline trouverait certainement normal de n'en voir que si peu alors que ce n'étais pas le cas avant, et ce peu importe la cause de la baisse drastique de cette dite population.

Et pour accompagner en musique l anecdote je vous conseille "niquons la planète" d hk et les saltimbanks. (Les mêmes qui ont fait "on lâche rien" que les manifestants connaissent bien ;))

a écrit : Mon père le constate énormément lorsqu'il se promène en colline. A une époque, il voyait à chaque ballade des centaines de Lapins et aujourd'hui c'est difficile d'en apercevoir ( en Provence du moins ). Cela dit avec les moyens d'informations qu'on a aujourd'hui il est plus facile de se rendre compte que des espèces déclinent. Afficher tout C'est à la fois vrai et faux pour les systèmes "d'informations" car ces derniers peuvent être tout autant informatifs que mensongers, donc il faut faire très attention aux sources et aux interprétations.
C'est le génie et l'horreur d'internet, des milliards d'infos pour tous, dont tout une partie à jeter !

Posté le

android

(2)

Répondre

Ont peux dire la même chose avec le clima , non ? Quand j’étais petit, il y avais dans ma region toujours 1m de neige et maintenant si 20cm arrive à tenir une semaine c’est presque un miracle, mais c’est une chose normal pour mon ado ...

a écrit : Mais là on parle de biodiversité, pas d'une espèce qu'il a fallu réguler probablement parce que justement affectant le biodiversité de ton charmant coin. L'homme, ce grand régulateur !

a écrit : C'est à la fois vrai et faux pour les systèmes "d'informations" car ces derniers peuvent être tout autant informatifs que mensongers, donc il faut faire très attention aux sources et aux interprétations.
C'est le génie et l'horreur d'internet, des milliards d'infos pour tous, dont tout une partie à jeter !
Imagine qu’un jour, on puisse avoir toute la connaissance dans un petit boîtier dans notre poche accessible à tout moment, tout le monde deviendrait super intelligent !

Ah bah non...

a écrit : Mon père le constate énormément lorsqu'il se promène en colline. A une époque, il voyait à chaque ballade des centaines de Lapins et aujourd'hui c'est difficile d'en apercevoir ( en Provence du moins ). Cela dit avec les moyens d'informations qu'on a aujourd'hui il est plus facile de se rendre compte que des espèces déclinent. Afficher tout Typiquement je prends l'exemple inverse de ce phénomène : le lapin a été largement introduit en France par les Romains. Donc ce que nous prenons pour normal, ne l'est pas vraiment. Il faut bien comprendre que durant des milliers d'années son aire de répartition n'a pas évolué, puis l'humain a tout changé (rien qu'avec les Romains, plusieurs espèces arrivent en France).

Alors est-ce que ça veut dire qu'on peut tuer tout les lapins ? Non, car depuis le temps qu'il s'est installé c'est devenu un animal pleinement intégré dans nos régions et il est très important pour la biodiversité locale. Les principales menaces sont sanitaires, car le lapin fait face au RVHD et RVHD 2 (son covid 19 à lui, mais bien plus mortel). Rien n'est trop tard pour le lapin, déjà les plans de réintroduction et de réaménagement du territoire marchent très bien et permettent de voir dans des zones ses populations de repartir depuis 2005. Ensuite on peut imaginer une immunité aux virus RVHD (comme ce qui a été le cas avec la myxo). Il faut savoir que la lapin a grandement chuté dans ses populations entre 1960 et 1980 (arrivée de la myxo). Puis une fois immunisé au virus, ses populations ont augmenté jusque dans les années 90 : arrivée du RVHD et en 2010 arrivé du RVHD 2. Donc si des plans de gestion efficace arrive et que les maladies diminuent/cessent, il est fort à parier une nouvelle augmentation du lapin.
Toutefois les pouvoirs publics ne prennent conscience de ça que depuis ces dernières années, une fois que la lapin a baissé de 80% dans certaines régions et on commence à peine à se pencher dessus. Histoire de se rajouter une couche de difficulté, sinon ce n'est pas drôle.
Par contre certaines baisses du lapin s'explique très bien et sont normales : le milieu devient boisé et ne convient plus aux lapins.
Voilà, c'était le petit HS "lapin de garenne" pour ceux qui se posent des questions.

A l'inverse le lièvre voit ses populations augmenter. Donc pour l'anecdote le lapin et le lièvre sont un bon exemple : la nouvelle génération aura l'impression que c'est normal de voir moins de lapins que de lièvres. C'était l'inverse il y a 30 ans, on trouvait même des lapins dans Bordeaux.

Autre exemple : pour l'ancienne génération, le cormoran était très rare. A présent il est très courant en France, à tel point que c'est devenu un oiseau très courant sur nos points d'eaux et on en oublie pourquoi il était si rare avant.

Je prends volontairement des exemples positifs (lièvre et cormoran ici), car déjà on a suffisamment avec les médias de mauvaises nouvelles et je pense que c'est important de montrer que c'est possible d'inverser la vapeur. Sinon autant tous finir sous anti-dépresseur et je ne suis pas sur que cela aidera beaucoup.

C'est un grosse blague, les jeunes générations sont les plus conscientes de la nécessité de protéger l'environnement. Les "boomers" ont bénéficié d'un confort de vie basé sur une exploitation des ressources naturelles qui n'est pas tenable a long terme. Ce sont eux qui ont le plus de mal à se départir de ce confort et d'une vision du monde obsolète

a écrit : Mais là on parle de biodiversité, pas d'une espèce qu'il a fallu réguler probablement parce que justement affectant le biodiversité de ton charmant coin. Avec tout mon respect, ce qui a de bien dans ton commentaire c'est qu'on voit que tu ne maitrise pas du tout le sujet. Déjà dire que le baisse d'une espèce n'est pas une baisse de biodiversité… Etrange comme raisonnement.

Le lapin n'affecte pas négativement la biodiversité, au contraire. Son recul n'est pas sans conséquences pour beaucoup d'espèces.
Le lapin est peu aimé par les agriculteurs qui cultivent des plantes parfois sensibles à ses dégâts, mais en aucun cas il a été régulé pour sauver la biodiversité.

C'est même un des rares sujets où les anti-chasses et chasseurs s'entendent à merveille : arrêter et soigner les dégâts causés par les agriculteurs (introduction de la myxo, empoisonnement etc). C'est dire si cet animal est aimé !

C'est valable pour tout, même pour la guerre. En fait les gens se battent pour sauver leurs mode de vie. Les générations futur, si la guerre a été perdue, ne le connaîtront jamais et vivront tout de même normalement (pour eux).

a écrit : Avec tout mon respect, ce qui a de bien dans ton commentaire c'est qu'on voit que tu ne maitrise pas du tout le sujet. Déjà dire que le baisse d'une espèce n'est pas une baisse de biodiversité… Etrange comme raisonnement.

Le lapin n'affecte pas négativement la biodiversité, au cont
raire. Son recul n'est pas sans conséquences pour beaucoup d'espèces.
Le lapin est peu aimé par les agriculteurs qui cultivent des plantes parfois sensibles à ses dégâts, mais en aucun cas il a été régulé pour sauver la biodiversité.

C'est même un des rares sujets où les anti-chasses et chasseurs s'entendent à merveille : arrêter et soigner les dégâts causés par les agriculteurs (introduction de la myxo, empoisonnement etc). C'est dire si cet animal est aimé !
Afficher tout
Baisse d'une espèce ne veut pas dire baisse de biodiversité ... Biodiversité c'est un ensemble d'espèces si une espèce occupe tout l'espace au détriment des autres on aura une baisse de bioDIVERSITÉ; c'est pour cela que les espèces invasives sont un problème pour celle ci.

a écrit : Et pour accompagner en musique l anecdote je vous conseille "niquons la planète" d hk et les saltimbanks. (Les mêmes qui ont fait "on lâche rien" que les manifestants connaissent bien ;)) J'adore ce groupe !

a écrit : C'est un grosse blague, les jeunes générations sont les plus conscientes de la nécessité de protéger l'environnement. Les "boomers" ont bénéficié d'un confort de vie basé sur une exploitation des ressources naturelles qui n'est pas tenable a long terme. Ce sont eux qui ont le plus de mal à se départir de ce confort et d'une vision du monde obsolète Afficher tout Rassure toi... Il y en a de moins en moins... La fin des boomer est proche.(ils ont tous plus de 60 ans )
Après tu pourras blâmer la génération X(la mienne) d avoir payé à la génération y et z des téléphones qui exploitent les enfants chinois et les mines et perso j attends au coin de la rue la génération z, avec tout le lithium et terre rares exploités pour leur tel et autres panneaux solaires...sans compter leur voitures électriques qui auront tari les ressources indispensables alors a la survie pour stocker l énergie ..
Zinc, cuivre... Le premier à manquer je crois sera l'étain d ici une dizaine d'année.
La "conscience" des jeunes générations sur la planète est ajd pas forcément mieux que celle des vieux...parfois simplement par méconnaissance. Ex: ma femme râle dès que j oublie une lumière (led). Mais laisse le four préchauffer en cas d appel, ou le fer a repasser allumer pour faire autre chose 5 mn...(j vous rassure je repasse et cuisine aussi). Au final les deux ont raison, mais une heure de four allumé pour rien consomme largement plus que ma lumière allumée un an.
Donc quand je vois mon neveu râler sur les boomer, alors qu il change de téléphone tous les ans, achète des tennis et fringue a tout va et prends ses vacances qu en Asie car c est génial la bas et pas cher... Ça me fait tristement sourire.
Après je schématise/généralise/exagère. Tous sont pas comme ça. Mais idem chez les boomer. Bref tout le monde pareil et plutôt que de blâmer les autres je pense qu il faudrait peut être avancer les uns les autres main dans la main...(et pour le bien de la planète brancher le premier de cette file sur un courant continu à fort voltage)

a écrit : C'est un grosse blague, les jeunes générations sont les plus conscientes de la nécessité de protéger l'environnement. Les "boomers" ont bénéficié d'un confort de vie basé sur une exploitation des ressources naturelles qui n'est pas tenable a long terme. Ce sont eux qui ont le plus de mal à se départir de ce confort et d'une vision du monde obsolète Afficher tout Mon message a été tronqué... Voulais juste finir sur cette méconnaissance : au lieu de blâmer ceux qui savaient pas/voulaient pas savoir, il serait plutôt plus adapté d encourager/former les gens sur les notions importantes (énergies, coût, matières premières et son exploitation etc.. pour avoir une conscience il faut déjà réaliser)
Ex: quel est le gaz le plus responsable de l'effet de serre ?
Tu aurais répondu l eau si on t avait posé la question ?(et non je dis pas qu il ne faut pas réduire le CO2, ça a rien à voir. Effet de serre et réchauffement climatique sont liés, et oui le CO2 est plus dangereux que l H2O pour le réchauffement climatique de par sa "tenue" dans l atmosphère.)
->j'ai vu des écolos dont c est le métier (et oui écolo c est un métier... Je plaisante, des gens qui bossent sur la qualité de l air et les problèmes de pollution atmosphérique) ne pas savoir cette "base" du fonctionnement de notre planète.

a écrit : Rassure toi... Il y en a de moins en moins... La fin des boomer est proche.(ils ont tous plus de 60 ans )
Après tu pourras blâmer la génération X(la mienne) d avoir payé à la génération y et z des téléphones qui exploitent les enfants chinois et les mines et perso j attends au coin de la rue la génération z, avec
tout le lithium et terre rares exploités pour leur tel et autres panneaux solaires...sans compter leur voitures électriques qui auront tari les ressources indispensables alors a la survie pour stocker l énergie ..
Zinc, cuivre... Le premier à manquer je crois sera l'étain d ici une dizaine d'année.
La "conscience" des jeunes générations sur la planète est ajd pas forcément mieux que celle des vieux...parfois simplement par méconnaissance. Ex: ma femme râle dès que j oublie une lumière (led). Mais laisse le four préchauffer en cas d appel, ou le fer a repasser allumer pour faire autre chose 5 mn...(j vous rassure je repasse et cuisine aussi). Au final les deux ont raison, mais une heure de four allumé pour rien consomme largement plus que ma lumière allumée un an.
Donc quand je vois mon neveu râler sur les boomer, alors qu il change de téléphone tous les ans, achète des tennis et fringue a tout va et prends ses vacances qu en Asie car c est génial la bas et pas cher... Ça me fait tristement sourire.
Après je schématise/généralise/exagère. Tous sont pas comme ça. Mais idem chez les boomer. Bref tout le monde pareil et plutôt que de blâmer les autres je pense qu il faudrait peut être avancer les uns les autres main dans la main...(et pour le bien de la planète brancher le premier de cette file sur un courant continu à fort voltage)
Afficher tout
J'adhère à ce post... Sinon, ce syndrome me paraît tout ce qu'il y a de plus normal : on ne peut pas regretter ce que l'on a pas connu, du moins pas vraiment, pas "sincèrement". On imagine, on ressent, mais vivre avec la nostalgie d'un passé que l'on a pas connu me semble excessif : ce serait vivre en permanence avec le fameux "c'était mieux avant", ce qui serait bien triste à mes yeux.
Imaginons Neanderthal revenir :) Il se dirait "super, c'est bien, il n'y a plus de tigre à dent de sabre pour me faire chier"... Mais aussi : "comment ça plus de mamouths ? Qu'est-ce que je vais manger alors" :)

a écrit : J'adhère à ce post... Sinon, ce syndrome me paraît tout ce qu'il y a de plus normal : on ne peut pas regretter ce que l'on a pas connu, du moins pas vraiment, pas "sincèrement". On imagine, on ressent, mais vivre avec la nostalgie d'un passé que l'on a pas connu me semble excessif : ce serait vivre en permanence avec le fameux "c'était mieux avant", ce qui serait bien triste à mes yeux.
Imaginons Neanderthal revenir :) Il se dirait "super, c'est bien, il n'y a plus de tigre à dent de sabre pour me faire chier"... Mais aussi : "comment ça plus de mamouths ? Qu'est-ce que je vais manger alors" :)
Afficher tout
Euh le smilodon (tigre a dent de sabre ) faisait a priori pas trop chier Néandertal : c était plutôt un charognard qu un prédateur.
Rahan était pas forcément très juste "historiquement" parlant. (D ailleurs l hommo sapiens a du peut le connaître car a son apparition il me semble que le tigre a dent de sabre était plutôt sur le déclin...)
;)
Plus sérieusement je pense que le "conflit" de génération est un mal nécessaire pour que la jeunesse se construise et trouve ses propres valeurs. Si ça pouvait être dans l écologie "réfléchie" ça serait pas plus mal. Et je veux bien jouer au vieux cons pour les aider si nécessaire ;)(j ai toutes les qualités pour le rôle)