La misogynie de Napoléon

Proposé par
le

Napoléon était loin d'être progressiste au niveau du droit des femmes Son Code civil a mis le droit des femmes dans une des pires situations en Europe, et il commentait ainsi les articles sur le mariage : « Il importe dans un siècle où les femmes oublient le sentiment de leur infériorité de leur rappeler avec franchise la soumission qu’elles doivent à l’homme qui va devenir l’arbitre de leur destinée ».

Dans son Code civil, la femme est considérée comme une mineure ; elle ne peut ni travailler, ni ouvrir un compte, ni ester en justice, ni faire des papiers, ni passer des examens, sans l’accord de son mari. L’adultère est passible de 3 mois à 2 ans de prison pour la femme, il n’est pas un délit pour un homme, sauf s’il entretient sa maîtresse au domicile et encore, ce n’est qu’une amende. La violence conjugale est tolérée : « le magistrat domestique (le père) doit pouvoir avec modération joindre la force à l’autorité pour se faire respecter. »


Tous les commentaires (76)

C est tout de même taquin de voir comment les hommes de l'epoque (et encore en parti aujourd hui) ont pensé que pour ce qui est des affaires "serieuses" de la famille mieux vaut laisser les hommes décider... alors que leur contribution est bien modeste! Le besoin de se rassurer certainement :)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Si nous bottons en touche l'époque et le contexte...pour ne rester que sur les faits.
La femme a été mise par les hommes à son service pour satisfaire son pouvoir, son ego, ces finances, satisfaire à moindre frais ses pulsions sexuelles, sa proprité et/ou avoir un ventre pour porter l'enfant ( qui du co
up devient une propriété)... Du coup si l on adhère a ces réalités, ce n'est plus une question d'époque, de religion, de régime d'éducation... c est une question d'humanité et de respect mutuel...aujourd'hui, femmes et homme tendent à plus d'égalité parcequ' les femmes assument leurs tâches et celles des hommes...:). Les hommes ont toujours eu conscience de l'importance des femmes d'ou leur besoin de les contrôler...ca fait mal! S'ils le font moins en France c'est que loi et instruction ont mit des barrières grâce aussi à des hommes érudits...en espérant ne pas alimenter la révolte masculine! Afficher tout
En ce qui me concerne tu n’alimente pas ma révolte mais au contraire mon admiration. Pendant des siècles les hommes ont considéré la femmes comme leur objet, mais mis à part « l’élite » ou « les fils d’untel » les autres restaient au bas de l’échelle. Mon épouse ne jouirait peut-être pas de son patrimoine aujourd’hui sans mon travail acharné et mes revenu MAIS SANS ELLE JE N’AURAIS RIEN NON PLUS. Et j’ajoute que c’est aussi ELLE qui a porté les deux plus beaux cadeaux que le monde pouvait m’offrir. Nombres d’hommes considèrent que la vie est faite de fêtes, de beuveries et de sex sans lendemain, mais peu réalisent qu’en franchissant le pas sérieux de la relation intime le reste ne sera qu’un souvenir lointain et non enviable.
J’admire mon épouse et les femmes qui m’entourent car elle le méritent!!!!! Le vie de couple ne tient pas seulement à « je suis l’homme de la maison donc tu me dois le respect ». Le respect et la considération se doivent d’être mutuels.
À vous Mesdames.
Je vous salut bien bas.

a écrit : Du coup une autre question pour vous : vu comme vous minimisez la chose, si ce code était appliqué dans un pays aujourd'hui auriez-vous le même avis ? Diriez-vous que les pays qui appliquent ça sont arriérés ? J'ai déjà un avis sur votre réponse Sans avis sur le sujet, il ne sert à rien de juger le passé à l’aune des valeurs actuelles...

a écrit : Encore un problème lorsque l'on parle du passé. Il faut savoir remettre les choses dans leur contexte et pas regarder avec nos yeux d'homme du xxi eme siècle. Sauf que, dans le cas présent, c'est un vrai bon en arrière. Des codes civils vieux de plusieurs millénaires reconnaissaient plus de droits aux femmes qui pouvaient, entre autres, travailler et devenir propriétaires tout en étant mariées.

La loi ne reflète pas toujours les inclinaisons du peuple qui lui est soumis. Ce code civil représentait peut-être plus la vision d'une élite que les moeurs de la population.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Pourquoi est il encore encore en vigueur alors ?
Pourquoi personne ne propose de l'abolir ?
Pourquoi a-t-il été repris par d'autres pays ?
Dire que le code civil est globalement une régression est une hérésie.
Je ne peux comprendre ton commentaire...
Que sur la base d'une compréhension erronée de mes propos.

Sur la base de ce que @Tybs... A décrit dans son premier commentaire, le Code Napoleonien, dans son ensemble (je répète : dans son ensemble !) A apporté des progrès dans la vie Civile et familiale. Point.

Cependant, dans ce que je développe à continuation (dans mon commentaire auquel tu réponds), c'est à propos de la condition de la femme ("femme mariée" s'entend, vu que c'est LE sujet de l'anecdote) c'est le statut discriminatoire (et rabaissant) en matière de Droits de la femme, quand elle se marie.

a écrit : Tu fais une remarque très intéressante qui est oublié par beaucoup d'entre nous. Le code civil limite les droits des femmes mariées, pas des femmes en général.

Ce lien explicite plus en détail le sujet : www.revuenouvelle.be/Les-femmes-dominees-dans-le-code-Napoleon
Il me semble assez évident, suite à la lecture de l'anecdote, que celle-ci faisait référence aux épouses.
C'est d'ailleurs ce mot qui aurait pu être employé, en place et lieu de "femme", dans son énoncé.

Néanmoins, ceci ne quitte en aucun point, le côté discriminatoire de Genre que comportait le Code Napoleonien a sa création, qui, -et fort heureusement ! - a été rectifié au cours du 20eme siècle.

Je prend également très bien note de ta précision, comme quoi le Code Napoleonien a été écrit par des hommes issus de la haute Bourgeoisie.
Ceci explique (mais je désapprouve !) Le cynisme qui règne entre certains articles du Code Napoléonien...
En comparación, je pourrai parler de certains contrats qui te "peint tout en rose", jusqu'au moment de la lecture de la "petite lettre" en bas de page.

Noter aussi, suite à la lecture du lien que tu postes, que ces "Bourgeois gentilhomme" ont voulu se la jouer "Révolutionnaires" et "Amants de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme", au début du Code Napoléonien... Pour ensuite mieux "détricoter" le statut Égalitaire qu'avait pourtant apporté 1789.

a écrit : Tybz, j’ai bien lu ton lien, et ce que tu écris, et je recherche toujours un statut clairement établi pour la femme indépendante, non mariée. Il n’existe tout simplement pas !

Tu maintiens que le code limite les droits de la femme mariée, je martèle qu’il limite les droits de toutes les femmes, pas seulem
ent les femmes mariées. Alors certes les veuves ont un droit de gestion du patrimoine (qui est limité, faut pas se leurrer, c’est même écrit sur ton lien), mais il n’existe pas de statut détaillé pour la femme qui n’est ni mariée, ni mère, ni veuve. C’est bien ce que je soulignais.

La femme, juste femme, est invisibilisée en fait, c’est pire. On parle de son rôle de fille (sous l’autorité du père) en tant qu’enfant, de son rôle de mère, d’épouse, ou de veuve. Jamais de son rôle propre, à elle. Ce statut ne paraît même pas envisageable quand on lit le code civil.
Afficher tout
Il faut cependant reconnaître que tous les articles relatifs à la discrimination des épouses, ont été -fort heureusement ! - modifiés, afin de faire supprimer ces privilèges de "machos".
Il aura fallu au moins un siècle et demi pour voir ces articles discriminatoires, certes, mais au moins appartiennent-ils au domaine du passé, de l'Histoire.

Voici un lien qui me semble les répertorier tous.
www.vie-publique.fr/eclairage/19592-egalite-et-droits-des-femmes-dans-la-sphere-privee#:~:text=En%20instituant%20l'incapacit%C3%A9%20juridique,fonctionnement%20de%20la%20famille%20patriarcale.

a écrit : C'est drole car on parle beaucoup de ça en ce moment avec les décisions d'Etats sur les façons d'aborder la pandémie Covid... La "comparaison" ; avec les autres : "ils font mieux que nous" ; ou "moins bien", alors ce n'est pas si terrible, puisque d'autres font moins bien, ou pas mieux :)
Dans ce débat, ce n'est pas aller chercher la comparaison avec "les autres" à la même époque, qui est historiquement intéressant... C'est le fait que "chez nous", et chez nous seulement, ce Code Napoléon a détruit des idéaux de la Révolution française (et seulement française :) sur le sujet de la condition féminine, pour la mettre ou remettre au rang de "sous-êtres". Et peu importe si c'est au niveau ou pas à l'époque de tel ou tel autre pays : "en France", ne parlons que de nous, la condition féminine a régressé de manière considérable avec Napoléon, alors qu'elle avait progressé de façon considérable avec la Révolution.
Doit-on se contenter de ce que Napoléon a "remis les pendules à l'heure" sur ce sujet avec les autres pays européens ? Ce n'est pas le débat. Le débat c'est qu'il a mis un coup d'arrêt qui a pris un siècle avant d'être détricoté, parce que les générations politiques très machistes qui ont suivies étaient finalement bien contentes de la situation :) Il en a fallu du temps !
Afficher tout
Totalement d'accord avec toi. Surtout lorsqu'on parle de Napoléon ou du "Pays des droits de l'Homme" en général, il ne faut pas oublier de parler du contexte et que même s'il y a quelque chose de négatif avec la France, ce n'est pas grave puisque les autres sont pires... Je pense que notre humanisme, qu'il vienne de nos croyances ou de notre éducation ne doit pas être contextualisé. Je ne juge pas les Croisades en les remettant dans leurs contextes ou en les comparant avec les attentats du 11 septembre. C'est mal du point d'un point de vue religieux et humaniste, point. Je ne remets pas l'esclavagisme dans le contexte ou en le comparant avec la Shoah comme certains l'ont fait. C'est mal point. C'est justement la fait de ne pas prendre le contexte en compte et de se lever et dire stop et dénoncer des choses que fait changer ses choses. Napoleon ce n'était pas le premier venu, si pour lui ce n'était pas bien, je ne pense pas qu'il se serait dit que les pays voisins feraient aussi de même et aurait laissé les choses en place. Si il avait mis par ecrit une loi pour l'égalité des sexes, les Francais se seraient gargarisés de ça. Mais puisqu'il était retrograde, ce n'est pas grave puisque les autres aussi on fait comme lui. On parle quand même des femmes, pas de notre rapport avec les animaux ou avec la pollution qui évolue avec le temps selon nos connaissances.

Posté le

android

(1)

Répondre

La société de l'époque était fortement misogyne, ça veut dire que les femmes qui la composaient soit plus de 50% l'étaient aussi ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : La cause féminie ne doit pas un siècle de retard à Napoléon.

En 1801 avec le code civil, elles retrouvent leur situation en 1789. Les mentalités n'ont juste pas évolué au XIXème siècle. On doit cette état à tout le XVIIème siècle qui place les femmes comme des nunuches stupides devant enfanter. />
Napoléon était misogyne, oui c'est vrai et il s'est aussi inspiré de la tradition corse pour le rôle de la femme. Mais il n'était pas plus misogyne que la très majorité des hommes.

D'ailleurs idéaux de la Révolution pour les femmes, oui c'est sur il y avait du progrès. Mais à peu près tous les hommes étaient contre et les femmes les ont obtenu par … la lutte comme aujourd'hui. Au vu des mentalités pas prêtes de l'époque, le risque était fort que leurs idéaux sautent rapidement... et c'est arrivé en 1801.
Afficher tout
Je ne comprends le fait de mettre en rapport "qui doit enfanter" et "nunuche stupide". Celà laisse à penser même si ça doit pas être le fond de ta pensée qu'une femme choisissant d'avoir un enfant et privilégier sa vie pour lui est une nunuche stupide. Si le code civil de l'époque semblait si strict pour les femmes peut être que le législateur se méfiait d'elles ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C est tout de même taquin de voir comment les hommes de l'epoque (et encore en parti aujourd hui) ont pensé que pour ce qui est des affaires "serieuses" de la famille mieux vaut laisser les hommes décider... alors que leur contribution est bien modeste! Le besoin de se rassurer certainement :) C’est quoi ce commentaire super sexiste? Peut-être avez-vous finalement beaucoup de points communs avec Napoléon...
(Ma première phrase n’est pas une question mais une remarque, et les arguments et statistiques pré-pensés et préparés ne m’intéressent que très peu)

a écrit : Tybz, j’ai bien lu ton lien, et ce que tu écris, et je recherche toujours un statut clairement établi pour la femme indépendante, non mariée. Il n’existe tout simplement pas !

Tu maintiens que le code limite les droits de la femme mariée, je martèle qu’il limite les droits de toutes les femmes, pas seulem
ent les femmes mariées. Alors certes les veuves ont un droit de gestion du patrimoine (qui est limité, faut pas se leurrer, c’est même écrit sur ton lien), mais il n’existe pas de statut détaillé pour la femme qui n’est ni mariée, ni mère, ni veuve. C’est bien ce que je soulignais.

La femme, juste femme, est invisibilisée en fait, c’est pire. On parle de son rôle de fille (sous l’autorité du père) en tant qu’enfant, de son rôle de mère, d’épouse, ou de veuve. Jamais de son rôle propre, à elle. Ce statut ne paraît même pas envisageable quand on lit le code civil.
Afficher tout
Même si je soutiens que le code civil n'est pas le mal absolu, je ne peux pas nier la profonde misogynie de Napoléon en ayant fait quelques recherches.

Une citation pour preuve lors de ses travaux sur le code de commerce et le statut de la femme de commerçant : « C’est ainsi que la fraude des séparations concertées disparaîtra ; c’est ainsi que cessera pour les femmes cet isolement d’intérêt, ce sentiment d’égoïsme qui les rend presque étrangères dans la maison de leur mari, qui les laisse indifférentes sur la prospérité de leurs affaires, qui va quelque fois plus loin, et en fait, au sein d’un établissement florissant, un vampire destructeur ; lequel, pour satisfaire une cupidité honteuse, ou fournir à un luxe ruineux, aspire peu à peu les capitaux destinés à vivifier un commerce qui s’anéantit faute d’aliment, tombe avec honte, ou s’écoule avec scandale ».

a écrit : Encore un problème lorsque l'on parle du passé. Il faut savoir remettre les choses dans leur contexte et pas regarder avec nos yeux d'homme du xxi eme siècle. Ce n’ais pas la première fois que j’entends cette réplique sur SCMB.
Maos quand même parfois je le pose la question si le contexte du passé peux tout excuser.
C’est comme dire aujourd’hui que les prise de décision d’un gouvernement sont toutes justifiés.

Mais bon une chose est sur: le passé est passé et on ne le changera pas ! :)

a écrit : Dingue comme la mode est tout le temps à denigrer Napoléon aujourd'hui. Un incroyableeader et visionnaire que beaucoup de pays étrangers adulent toujours aujourd'hui. Mais nous on préfère que souligner les mauvais côtés toujours... Un exemple, j'ai appris récemment grâce à des amis hollandais qu'à l'école on leur apprend tout le bien que Napoleon leur a apporté. Tel que le code civil ou encore plus simplement, tel que le nom de famille. Cette nouvelle obligation avait surpris les hollandais qui en rigolaient alors ils ont pris des noms très fantaisistes pour se moquer de cette nouvelle "mode". Sauf que devant l'intérêt du nom de famille, ces noms fantaisistes sont restés jusqu'à aujourd'hui !! Afficher tout Je n'ai pas le sentiment d'un "Napoléon basching" généralisé en France :)
Si on parle de lui aujourd'hui c'est pour mettre en exergue une des facette de sa personnalité : la misogynie extrème... Ce n'est pas contestable. On a des preuves, des écrits, des témoignages, des pensées profondes relatées.
Personne ne dit non plus que le Code civil est à jeter avec l'eau du bain ; nous parlons juste de la condition féminine qui y est traîtée.
Alors ? Sous prétexte qu'il y a du "bon" aussi dans le Code, on ne pourrait pas attaquer Napoléon sur cette facette là ? Désolé d'avoir osé "égratigner" ce grand homme qui ne mériterait selon toi que louanges :)

a écrit : La société de l'époque était fortement misogyne, ça veut dire que les femmes qui la composaient soit plus de 50% l'étaient aussi ? Ah. En voilà une drôle de théorie tiens...

Comme elles composaient cette société, elles en sont forcément les instigatrices ? Je rappelle au cas où que les femmes étaient bannies de la sphère politique et publique en général d’ailleurs. Donc les lois proposées ne sont pas représentatives de ce qu’elles souhaitaient. Par ailleurs, elles n’étaient pas éduquées au même titre que les hommes non plus, on leur apprenait à enfanter, et à s’occuper des enfants et d’une maison, point barre. Dès lors, on peut pas leur imputer grand chose sur les fonctionnements de la société, qui était pensée par les hommes et pour les hommes. D’ailleurs, ce code civil en est l’exemple parfait, il indique précisément la place de la femme selon l’époque.

a écrit : Je ne comprends le fait de mettre en rapport "qui doit enfanter" et "nunuche stupide". Celà laisse à penser même si ça doit pas être le fond de ta pensée qu'une femme choisissant d'avoir un enfant et privilégier sa vie pour lui est une nunuche stupide. Si le code civil de l'époque semblait si strict pour les femmes peut être que le législateur se méfiait d'elles ? Afficher tout Non mais aucun rapport, il se contente de décrire comment sont vues les femmes à l’époque.
Actuellement, une femme qui souhaite avoir des enfants n’est en aucun cas vue comme une nunuche stupide... A l’époque, ils la voyaient ainsi par contre.

Je te laisse chercher comment les femmes étaient considérées a l’époque par leur pairs masculins (notamment a l’époque des Lumières, c´est intéressant): immatures, émotives, mal équipée dans cette capacité qui fait l’intelligence humaine, esclave de la tyrannie des sensations et j’en passe.

a écrit : Je ne peux comprendre ton commentaire...
Que sur la base d'une compréhension erronée de mes propos.

Sur la base de ce que @Tybs... A décrit dans son premier commentaire, le Code Napoleonien, dans son ensemble (je répète : dans son ensemble !) A apporté des progrès dans la vie Civile et famil
iale. Point.

Cependant, dans ce que je développe à continuation (dans mon commentaire auquel tu réponds), c'est à propos de la condition de la femme ("femme mariée" s'entend, vu que c'est LE sujet de l'anecdote) c'est le statut discriminatoire (et rabaissant) en matière de Droits de la femme, quand elle se marie.
Afficher tout
Ton post "Dans mon mode de pensée, un Code Civil qui établit des règles....
Qui seraient condamnables par le biais du Code Pénal...
Ne peut pas être perçu comme quelque avancée de la société que ce soit." laissait croire un jugement général du code civil, et non restreint sur le sujet de la femme.

Peut-être ai-je mal compris.

a écrit : J'ai posté cette anecdote car je ne savais pas, avant de le lire, à quel point le Code civil de Napoléon avait détruit les idéaux de la Révolution sur le sujet de la condition féminine. C'est son enterrement de première classe ! Pour lui, "la femme est propriété de l'homme, comme l'arbre fruitier est celle du jardinier"...
Il faudra attendre le XXème siècle (à partir de 1905) pour voir se "détricoter", peu à peu, ce Code qui pesait loudement sur les femmes. "Peu à peu" est un moindre mot ! 1965 pour que les femmes puissent ouvrir un compte en banque seules... 1975 pour que l'adultère soit officiellement dépénalisé pour elles !
Bref, la condition féminine doit un siècle de retard à cause de Napoléon.
Afficher tout
C’est faux, Napoléon a sauvé la révolution et a permis aux idées de celle-ci de conquérir l’Europe. Sans lui, les révolutionnaires qui avaient déclaré la guerre à nos voisins auraient très vite été écrasés et nous serions revenus à la royauté bien avant 1815.
Son code civil est le fruit de la pensée révolutionnaire de l’époque et présente de grandes avancées, bien qu’il écarte les femmes qui avaient plus de pouvoir sous Louis XVI.

C’est fatiguant ce dénigrement systématique de tous nos personnages historiques. Il faut toujours se replacer dans le contexte historique ! Même Voltaire a des écrits très durs envers les femmes.

a écrit : Ton post "Dans mon mode de pensée, un Code Civil qui établit des règles....
Qui seraient condamnables par le biais du Code Pénal...
Ne peut pas être perçu comme quelque avancée de la société que ce soit." laissait croire un jugement général du code civil, et non restreint sur le sujet de la femm
e.

Peut-être ai-je mal compris.
Afficher tout
La faute est mienne. J'aurai du être plus explicite et précis.

En effet, je ne me référait que sur le sujet du statut discriminatoire des épouses, alors que dans ses premiers articles, le Code Napoléonien reconnaît une Égalité entre citoyens/citoyennes.

a écrit : C’est faux, Napoléon a sauvé la révolution et a permis aux idées de celle-ci de conquérir l’Europe. Sans lui, les révolutionnaires qui avaient déclaré la guerre à nos voisins auraient très vite été écrasés et nous serions revenus à la royauté bien avant 1815.
Son code civil est le fruit de la pensée révolutionnai
re de l’époque et présente de grandes avancées, bien qu’il écarte les femmes qui avaient plus de pouvoir sous Louis XVI.

C’est fatiguant ce dénigrement systématique de tous nos personnages historiques. Il faut toujours se replacer dans le contexte historique ! Même Voltaire a des écrits très durs envers les femmes.
Afficher tout
Ce dénigrement systématique... Non mais en l’occurrence l’anecdote met en avant la misogynie ambiante de l’époque, et surtout de Napoléon. On a quand même le droit de le constater sans tomber dans le dénigrement permanent non ?

Il a fait beaucoup d’autre chose, mais il a aussi dénigré la femme dans la société et l’a relégué à son rôle de mère et d’épouse exclusivement. Ça a sûrement eu des conséquences pour plus tard, forcément. C’est un fait.