Les particularités du verbe gésir

Proposé par
le

En français, le verbe gésir désigne notamment le fait d'être étendu, inerte. La particularité de ce verbe est de ne pouvoir être conjugué qu'au présent ("il gît"), à l'imparfait ("il gisait") et au participe et gérondif présent ("gisant" et "en gisant"). Aucun autre temps ne peut être utilisé.


Tous les commentaires (53)

Il manque le futur, ma source et le "Larousse"

"Il a gît deux trois heures cette après-midi"
Tu vas faire quoi maintenant ? Hein ?

Le français est détruit par cette rigidité absurde et cette complexité artificiel inutile de l'Académie Française.
D'ailleurs le français, comme toutes les autres langues, est défini par l'usage, pas par l'Académie.

a écrit : "Il a gît deux trois heures cette après-midi"
Tu vas faire quoi maintenant ? Hein ?

Le français est détruit par cette rigidité absurde et cette complexité artificiel inutile de l'Académie Française.
D'ailleurs le français, comme toutes les autres langues, est défini par l'usage, pas par l'Académie.
Même si je suis d'accord avec toi, ici c'est l'inverse qui s'est produit. C'est l'usage qui a finalement rendu ce verbe défectif car personne ne l'utilisait d'une autre manière.

a écrit : "Je giserai !" Anarchie for even ! Ni Dieu ni règle de grammaire ! « Anarchy for ever » peut-être ? Oh et puis t’as raison ! On s’en fiche ! H de tg h te egg et fjjgg y gnhggk juggle. JJ un cc !!!
Ça fait du bien.

a écrit : "Je giserai !" Anarchie for even ! Ni Dieu ni règle de grammaire ! Vous faites erreur, c'est "je gésirai"

a écrit : Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empê
cher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique. Afficher tout
A mon avis, tu giseras (sic ! ) transpercé par l'épée d'un Académicien lorsqu'il aura connaissance d'une telle chose...

a écrit : Je ne comprends pas ton commentaire... (Suis peut être pas bien réveillée !) Mais on peut dire "il neigera" par exemple ? Merci Oui, on peut dire « il neigera » (heureusement car demain ce sera peut-être le cas), mais on ne peut pas dire « nous neigerons », donc il manque bien des conjugaisons, donc c’est un verbe défectif...

a écrit : En gardant en-tête que l'orthographe n'est pas tjs lié à l'étymologie mais simplement parfois à l'envie de certains de compliquer les choses ou de trouver une étymologie inexistante. ( pour se rendre intéressant).

D'autre part, les italiens et les espagnols écrivent farmacia et pou
r autant peuvent en connaitre l'origine grecque.

Comme déjà discuté l'orthographe française vient surtour de l'envie de qq hommes d'exclure une grand majorité du bas peuple et les femmes
Afficher tout
Le parfait exemple c'est nénuphar : la simplification de l'orthographe parue en 1990 proposait de l'écrire nénufar. Naturellement des gens se sont offusqués et on parlé de nivellement par le bas et autres reproches, mais des linguistes ont rappelé que nénuphar n'était pas un mot d'origine grecque et que le ph n'était pas justifié par l'étymologie et avait été inventé pour compliquer à dessein l'orthographe de ce mot !

a écrit : Oui, on peut dire « il neigera » (heureusement car demain ce sera peut-être le cas), mais on ne peut pas dire « nous neigerons », donc il manque bien des conjugaisons, donc c’est un verbe défectif... Aaah d'accord !! C'est par rapport aux personnes et pas forcément au temps ;) !! Merci pour ma lanterne l'ami !

a écrit : Aaah d'accord !! C'est par rapport aux personnes et pas forcément au temps ;) !! Merci pour ma lanterne l'ami ! Si je comprends bien, c'est l'un et/ou l'autre (pour gésir, ce sont plutôt des temps qui 'manquent')

À chaque anecdote sur la langue, la discussion dérive sur l’écriture. On est tellement lettrés qu’on ne dissocie plus les deux alors que ce sont deux choses bien différentes.
La langue orale est naturelle, innée, inscrite dans nos gènes, donc pas de règle si ce n’est de pouvoir se comprendre.
L’écriture est un outil que l’on doit apprendre. Il a été établi des règles pour unifier l’utilisation.
À savoir que la langue des signes fait partie de la première catégorie et le braille de la seconde.
Les linguistes n’étudient que la langue orale.
Les académiciens se sont auto proclamés défenseurs de la langue mais ce sont la plupart des auteurs et ne reconnaissent que ce qui a été écrit.

a écrit : Le parfait exemple c'est nénuphar : la simplification de l'orthographe parue en 1990 proposait de l'écrire nénufar. Naturellement des gens se sont offusqués et on parlé de nivellement par le bas et autres reproches, mais des linguistes ont rappelé que nénuphar n'était pas un mot d'origine grecque et que le ph n'était pas justifié par l'étymologie et avait été inventé pour compliquer à dessein l'orthographe de ce mot ! Afficher tout Ah merci !:)
Je cherchais ce mot en exemple mais impossible de le retrouver quand j'ai écrit !

a écrit : Si je comprends bien, c'est l'un et/ou l'autre (pour gésir, ce sont plutôt des temps qui 'manquent') Oui c'est le sens du terme défectif. Il y a une défaut d'utilisation, certaines formes de conjugaison sont inusitées (pas employées ou très peu).

Dans le cas de neige, c'est un verbe impersonnel donc on peut utiliser tous les temps mais qu'à la 3eme personne du singulier.

Posté le

android

(0)

Répondre

Ce que je trouve très intéressant dans le débat autour des "règles" de la langue, c'est la question de la "norme".
Pourquoi ce qui n'est pas usuel nous semble interdit ? Ou pour le dire autrement, pourquoi l'humain associe, confond ce qui est normal à ce qui est normé ?
Sans doute parce que nous avons le réflexe de rejeter ce qui s'écarte de nos habitudes !

a écrit : Rien n'est figé ! L'orthographe évolue avec l'usage, il se modifie constamment... Heureusement !
Quand je pense à toutes ces dictées où on m'a imposé des règles absconses et des orthographes fantaisistes sans aucune justification, j'en suis encore en rage.
Mort à l'orthographe, vive la phonétique !
Tout à fait d'accord avec ce commentaire.
Pour avoir été un écolier qui a souffert de l'apprentissage des règles de l'orthographe comme la majorité, si ce n'est la totalité des écoliers, mais comme trop peu s'en souviennent malheureusement, je pense que ce qui devrait être la fonction prioritaire de l'écriture, c'est de refléter scrupuleusement l'oral et donc la seule règle devrait être un son égale une lettre. C'est quasiment toujours le cas en allemand, résultat, beaucoup moins de fautes d'orthographe possibles !

a écrit : Tout à fait d'accord avec ce commentaire.
Pour avoir été un écolier qui a souffert de l'apprentissage des règles de l'orthographe comme la majorité, si ce n'est la totalité des écoliers, mais comme trop peu s'en souviennent malheureusement, je pense que ce qui devrait être la fonction pri
oritaire de l'écriture, c'est de refléter scrupuleusement l'oral et donc la seule règle devrait être un son égale une lettre. C'est quasiment toujours le cas en allemand, résultat, beaucoup moins de fautes d'orthographe possibles ! Afficher tout
Essaye de faire prononcer le mot Joghurt a quelqu’un qui ne connaît pas l’allemand. Puis demande à un Bavarois et ensuite à un Allemand du Nord.... tu auras 3 prononciations différentes.

a écrit : Tout à fait d'accord avec ce commentaire.
Pour avoir été un écolier qui a souffert de l'apprentissage des règles de l'orthographe comme la majorité, si ce n'est la totalité des écoliers, mais comme trop peu s'en souviennent malheureusement, je pense que ce qui devrait être la fonction pri
oritaire de l'écriture, c'est de refléter scrupuleusement l'oral et donc la seule règle devrait être un son égale une lettre. C'est quasiment toujours le cas en allemand, résultat, beaucoup moins de fautes d'orthographe possibles ! Afficher tout
C’est ce qu’on a avec l’écriture sms, qui est absolument illisible et incompréhensible.
En plus, en fonction des accents, nous n’avons pas tous les mêmes prononciations, ce qui complique la chose.
Les règles d’orthographe sont peut-être compliquées pour certains, mais au final elles sont là pour nous simplifier la vie. Leur absence ne simplifierait rien du tout.

a écrit : Essaye de faire prononcer le mot Joghurt a quelqu’un qui ne connaît pas l’allemand. Puis demande à un Bavarois et ensuite à un Allemand du Nord.... tu auras 3 prononciations différentes. Quand tu parles de quelqu'un qui ne connait pas l'allemand, tu rajoutes une problématique supplémentaire qui est celle des barrières linguistiques et il y a une bonne réponse : l'espéranto langue dans laquelle aucune faute d'orthographe n'est possible suite à l'écoute de la langue par une personne la parlant. Ensuite quand tu parles des trois allemands, tu parles encore d'un autre problème : celui de la lecture avec plusieurs accents, pas de l'écriture. Mais tes trois allemands sauront tous écrire Joghurt quelque soit celui qui a prononcé le mot

a écrit : C’est ce qu’on a avec l’écriture sms, qui est absolument illisible et incompréhensible.
En plus, en fonction des accents, nous n’avons pas tous les mêmes prononciations, ce qui complique la chose.
Les règles d’orthographe sont peut-être compliquées pour certains, mais au final elles sont là pour nous simp
lifier la vie. Leur absence ne simplifierait rien du tout. Afficher tout
Non. 1) l'écriture sms n'est ni "absolument illisible" ni "incompréhensible". En effet, elle est pratiquée par des milliers de personnes que zryip considère sans doute comme malformées en tout cas pas plus intelligentes que lui. De plus, elle applique précisément la règle "un son égale une lettre" donc elle est au contraire particulièrement lisible. Il faut juste ne pas être dans le rejet primaire de ce qu'on a pas pris le temps d'étudier plus de trois minutes.
2) "Les règles d'orthographes sont peut-être compliquées pour certains" Non elles sont compliquées pour tous. Personne ne peut prétendre les connaître toutes tellement elles sont nombreuses. Particulièrement en français, elles ont été créées, puis modifiées de manière à sélectionner arbitrairement ceux qui les connaissent des autres. Rien que deux exemples. En français, quand on créé un mot, on prend la racine grecque que la majorité ne connait pas. En allemand, on prend des racines de mots allemands que tout le monde connaît. Personnellement, j'ai participé à la correction de copie dans le cadre d'un concours de la fonction publique : on nous demande d'enlever des points à des candidats qui ont des très bonnes idées et de très bonnes connaissances en rapport avec le sujet mais qui ne connaissent pas des règles d'orthographes illogiques, c'est tout simplement absurde et dommage.
3) "Mais au final, elles sont là pour nous simplifier la vie" non. Quand on dit "un des meilleurs espions" alors que c'est une espionne, on complique.
4) "Leur absence ne simplifierait rien du tout" si, dire une espionne quand on parle d'une espionne, ça simplifie. Quand on écrit chaque mot comme il se prononce avec une langue qui a une lettre par son, je vous assure que ça simplifie.
En fait, ne pas vouloir faire évoluer la grammaire française avec son temps et la simplifier revient à accélérer son déclin.

a écrit : Quand tu parles de quelqu'un qui ne connait pas l'allemand, tu rajoutes une problématique supplémentaire qui est celle des barrières linguistiques et il y a une bonne réponse : l'espéranto langue dans laquelle aucune faute d'orthographe n'est possible suite à l'écoute de la langue par une personne la parlant. Ensuite quand tu parles des trois allemands, tu parles encore d'un autre problème : celui de la lecture avec plusieurs accents, pas de l'écriture. Mais tes trois allemands sauront tous écrire Joghurt quelque soit celui qui a prononcé le mot Afficher tout Justement non car le Bavarois prononce « gh » comme le son k et l’allemand du nord comme le son « g » de guitare. D’ailleurs le Bavarois écrira Jogurt.

Bref il n’y a certainement pas un son / une lettre ou groupe de lettre en allemand.

Prenons « ch »
- Se prononce comme le « ch » français après « i, e, eu, ei, äu»
- Se prononce comme un « r » français après « a, o, u, au »
- Se prononce comme un « k » français s'il est suivi d'un « s »
On a connu plus simple non ? ;)