On simula l'exécution de Dostoïevski

Proposé par
le

Dans sa jeunesse, l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski était un révolutionnaire. Il subit le supplice du simulacre d'exécution : avec 2 autres personnes, il fut laissé 20 minutes cagoulé au peloton d'exécution, avant d'être gracié. Si l'un des suppliciés est devenu fou à la suite de cette épreuve, l'écrivain dit l'avoir vécu comme une résurrection.


Tous les commentaires (49)

a écrit : C est l'éxécution de Maximilien d' Édouard Manet. Merci ainsi qu'à kreeperface.
fr.wikipedia.org/wiki/L'Ex%C3%A9cution_de_Maximilien donne les détails: le tableau final est au musée de Mannheim, évidemment moins connu que le Prado où se trouve celui qui l'a inspiré, "El tres de Mayo 1808" de Goya.
Il a été interdit en France et pour cause, car les uniformes sont ceux du second Empire, et le soldat qui recharge son fusil d'un air indifférent a les traits de Napoléon III. L'accusation de Manet est on ne peut plus claire.
La référence donne aussi une photo de l'exécution réelle, moins dramatique dans la forme, mais le résultat a été le même.

La forme moderne de ce supplice s'appelle le couloir de la mort. Sauf qu'ils n'attendent pas 20 minutes mais des années.

a écrit : À voir sur YouTube, la caméra cachée d'un mec qui simule sa propre exécution devant son pote, piégé pour l'occasion.
C'est assez déconcertant. Je ne mets pas le lien, juste le nom du YouTubeur : Sam Pepper.
Vu à l'instant et je trouve cela complétement débile !!

Comment il a fait pour rester vivant 20 minutes en étant cagoulé pour moi c'est impossible je comprend que l'autre supplices à côté de lui est devenu fou

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'ignore le nom de l'auteur, mais c'est l'éxécution du révolutionnaire Maximilien par les troupes loyalistes mexicaines. Le peintre a déliberemment donné un uniforme français aux soldats (alors qu'ils sont bel et bien mexicains) car il accuse la France d'être responsable de sa mort. Napoléon III soutenait la révolution et a même envoyé un contingent français aider Maximilien. La guerre trainait, demandait toujours plus d'hommes et de ressources, et du jour au lendemain les français se barrent et laisse les révolutionnaires à leur sort, qui se font alors écraser. Afficher tout La toile est de Manet. Et votre commentaire est tout bon, hormis le fait que Maximilien était l'empereur du Mexique et non un révolutionnaire. C'est les révolutionnaires républicains mexicains qui l'ont fusillé après que l'armée française soit parti du Mexique.

Un qui a subi le même sort mais avec plus de chance, c'est le caporal Blind durant la deuxième guerre mondiale. Il parlait suffisamment allemand pour comprendre que les Allemands avaient prévus de lui faire un 'fausse fusillade'. Cette torture a été immortalisée par un photographe et on voit George Blind sourire devant le peloton d'exécution, photo très symbolique (il souriait car il avait compris que c'était une feinte).

Vous pouvez voir l'image célèbre en recherchant 'résistant sourire'.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : La toile est de Manet. Et votre commentaire est tout bon, hormis le fait que Maximilien était l'empereur du Mexique et non un révolutionnaire. C'est les révolutionnaires républicains mexicains qui l'ont fusillé après que l'armée française soit parti du Mexique. Au temps pour moi, j'ai compris de travers. Je croyais qu'il faisait une révolution pour instaurer un empire.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Un qui a subi le même sort mais avec plus de chance, c'est le caporal Blind durant la deuxième guerre mondiale. Il parlait suffisamment allemand pour comprendre que les Allemands avaient prévus de lui faire un 'fausse fusillade'. Cette torture a été immortalisée par un photographe et on voit George Blind sourire devant le peloton d'exécution, photo très symbolique (il souriait car il avait compris que c'était une feinte).

Vous pouvez voir l'image célèbre en recherchant 'résistant sourire'.
Afficher tout
Ça alors! J'ai été bien eu à propos de cette célèbre photo!
www.fondationresistance.org/pages/rech_doc/fusille-souriant_photo6.htm
Je pensais à un rictus nerveux et bien excusable, un peu comme les Extrêmes-Orientaux en ont lorsqu'ils sont très embarrassés. Hélas, cela a quand même mal fini, et là, il n'y avait plus de jeu.
Une triste histoire analogue (pardon de la citer sans référence, que je n'ai plus) est aussi un simulacre d'exécution de Résistants, les armes étant chargées à blanc - la première fois - tous se sont évanouis alors que personne n'avait été touché, et pourtant braves; que doit être l'horreur d'un moment pareil!
"Ha, ha, ha! - ou Ach, ach, ach! - Bon, si vous ne parlez pas, on va recommencer, et cette fois les armes ne seront pas chargées à blanc!". Mutisme néanmoins, mais le bourreau disait vrai.
Comment le sait-on? Parce que miraculeusement une victime a été ratée de peu, soignée et finalement rescapée.
Merci si quelqu'un peut me retrouver les références, que j'espère authentiques quoique peu vraisemblables.

a écrit : Ça alors! J'ai été bien eu à propos de cette célèbre photo!
www.fondationresistance.org/pages/rech_doc/fusille-souriant_photo6.htm
Je pensais à un rictus nerveux et bien excusable, un peu comme les Extrêmes-Orientaux en ont lorsqu'ils sont très embarrassés. Hélas, cela a quand même mal fini
, et là, il n'y avait plus de jeu.
Une triste histoire analogue (pardon de la citer sans référence, que je n'ai plus) est aussi un simulacre d'exécution de Résistants, les armes étant chargées à blanc - la première fois - tous se sont évanouis alors que personne n'avait été touché, et pourtant braves; que doit être l'horreur d'un moment pareil!
"Ha, ha, ha! - ou Ach, ach, ach! - Bon, si vous ne parlez pas, on va recommencer, et cette fois les armes ne seront pas chargées à blanc!". Mutisme néanmoins, mais le bourreau disait vrai.
Comment le sait-on? Parce que miraculeusement une victime a été ratée de peu, soignée et finalement rescapée.
Merci si quelqu'un peut me retrouver les références, que j'espère authentiques quoique peu vraisemblables.
Afficher tout
Une recherche rapide n'a rien donné.

Sinon, je crois qu'il y a toujours un fusil chargé à blanc dans les pelotons d'exécution, pour que chaque tireur n'ait pas trop mauvaise conscience et se déresponsabilise, dans le but qu'il ne fasse pas exprès de viser à côté.

Cet épisode ressort souvent dans son oeuvre notamment dans "crime et châtiment" avec le personnage de Raskolnikov. Livre que je conseille à tout ceux qui aimeraient connaître un peu mieux la culture et la littérature russes

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ce ne doit pas être des plus agréables d'attendre sa mort que l'on croit imminente. Les techniques de torture modernes s'inspirent du principe, par exemple de laisser s'étouffer jusqu'à la dernière limite, déterminée par un médecin. C'est propre, ça ne laisse pas de trace, et après la victime ne peut rien prouver. Tu pratique en club l'activité de ''torture'' =)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Tu es dans la Cour officielle d'exécution avec les autres membres de son groupe, on te dicte la sentence à haute voix, t'indiquant ton crime et lâ façon dont tu seras exécuté. Apres ça on te met un sac sur la tête ( tu as bien vu auparavant les mecs armés dans le coin de l'œil, oui se sera l'un d�39;entre eux qui pressera son doigt sur la détente) et tu attends. Tu attends 1 min, 2 min, 5 min, 10min et 20min, moment interminable où tu vis à meme le temps de vivre plusieurs vies comme la dit l'écrivain. Et puis finalement plus rien, on t'enlève le sac de la tête et tu apprends que rien de tout ça n'était commandité par le Tsar.

Voila le supplice
Afficher tout
On allait peut être un peu trop loin dans les blagues à cette époque :D

Posté le

android

(1)

Répondre

On sent tout de même un brin de folie dans son écriture ("le joueur" en est l'exemple type)... Céline en France a un peu ce brin là aussi dans son ecriture et en s'intéressant à sa vie, on comprend mieux également.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Oui mais en revanche est-ce qu'on peut mourir étouffé, puisque l'on ne peut plus respirer ? Si tu peux plus respirer, qu est ce qu il se passe à ton avis ??...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Si tu peux plus respirer, qu est ce qu il se passe à ton avis ??... C'est qu'un torchon mouillé. La vrai question c'est est-ce que ça t'empêche de respirer ou est-ce que ça t'en donne juste l'impression

Posté le

android

(1)

Répondre

C'est déjà mieux que de mettre quelqu'un dans un tonneau, avec des rats, pour qu'ils mangent petit à petit la peau de la personne

a écrit : C'est déjà mieux que de mettre quelqu'un dans un tonneau, avec des rats, pour qu'ils mangent petit à petit la peau de la personne [âmes sensibles s'abstenir]

Il y a beaucoup de techniques atroces...
- le supplice du pal (on fait pousser un bambou dans votre derrière)
- la goutte d'eau sur le front
- le seau sur le ventre avec un rat coincé dedans ; pour sortir il creuse là où c'est le plus mou...
- l'alcool à brûler sur le dos, on met feu, on éteint avec une couverture textile qui fond partiellement et on arrache (technique utilisée par les sicarios dans les cartels mexicains)
- supplice de la roue (au Moyen-Âge ; on attache quelqu'un sur une roue et on la fait tourner autant que de besoin)
- le linge sur la bouche (mentionné dans un commentaire)
- le tuyau d'arrosage dans la bouche et on saute sur le ventre bien gonflé (utilisé durant la guerre d'Algérie d'ailleurs)
etc.

À un certain point la difficulté est de maintenir la victime consciente, d'où la nécessite d'un médecin (cf commentaire de freespeech). C'est quoi le serment d'Hippocrate déjà ? ^^

D'ailleurs je crois qu'il y a un musée de la torture à Londres (jamais allé, c'est sans doute plus ludique qu'historique).

C'est intéressant, mais je n'aime pas trop la formulation de l'anecdote.

Après un supplice extrême, la vie ordinaire peut sembler merveilleuse... Là j'ai presque l'impression qu'on fait passer le supplice pour une bonne chose....

C'est une chose que certains traumatisés arrivent à se reconstruire, plus humain, plus vivant...
Une autre d'en apporter le crédit au traumatisme lui même. :-/

Je pense que dans l'idée de cet écrivain, la "résurection" est lié à la /libération/, pas au supplice.

.

a écrit : C'est intéressant, mais je n'aime pas trop la formulation de l'anecdote.

Après un supplice extrême, la vie ordinaire peut sembler merveilleuse... Là j'ai presque l'impression qu'on fait passer le supplice pour une bonne chose....

C'est une chose que certains
traumatisés arrivent à se reconstruire, plus humain, plus vivant...
Une autre d'en apporter le crédit au traumatisme lui même. :-/

Je pense que dans l'idée de cet écrivain, la "résurection" est lié à la /libération/, pas au supplice.

.
Afficher tout
C'est pourtant évident qu'il que ce qu'il a vécu comme une résurrection c'est l'expérience, et non pas le supplice...

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est pas mal en soit comme punition, ça te dissuade de récidiver et tu n'as aucune violence physique... Pourquoi ne pas remplacer la prison par cette pratique dans certains cas ? Pas forcément exécution mais par exemple dire que le mec devra rester à vie dans un cachot sans contact humain et sans lumière puis au bout d'une semaine on lui "bon t'as vu ce que ça fait donc maintenant ne recommence pas"