En situation de guerre, les gaz lacrymogènes sont interdits

Proposé par
le

Les gaz lacrymogènes, connus pour leur utilisation dans le civil, sont une arme chimique interdite d'utilisation dans un contexte de conflit armé par le protocole de Genève de 1925 et par la Convention sur l’interdiction des armes chimiques de 1993.

Ces gaz restent cependant autorisés pour une utilisation dans le cadre du maintien de l'ordre.


Commentaires préférés (3)

Ce serait comique si ce n'était pas triste, une arme interdite contre des militaires, mais autorisées contre des civils, le plus souvent pacifiques!

« Es liegt nun einmal in meiner Natur : ich will lieber eine Ungerechtigkeit begehen, als Unordnung ertragen. », « C'est dans ma nature : je préfère commettre une injustice que supporter un désordre. » Qu'a voulu dire Goethe ?

les sources precisent quand meme que les doses utilisées pour le maintien de l'ordre sont faibles et qu'elles ne provoques que des genes respiratoires. A fortes doses cela peut entrainer des hemorragies internes, je ne pense pas que les forces de l'ordre française l'utilise pour tuer la population....

Posté le

windowsphone

(227)

Répondre

Le gaz lacrymogène a été le premier gaz de combat utilisé durant la première guerre mondiale. La convention de genève interdisait déjà l'usage de "poisons" pour faire la guerre, mais l'armée française s'est autorisé à le faire car ce n'est pas un gaz létal. Les résultats ont été assez décevant : le gaz se dissipe vite, l'ennemi n'est que relativement incapacité... Les Allemands ont riposté par des lachés de dichlore, qui lui est un gaz mortel, mais ils ont estimé qu'ils avaient le droit puisque les français utilisaient du gaz.

S'en est alors suivi une compétition pour avoir le gaz le plus toxique, le plus difficilement détectable, le plus incapacitant, le plus dense (qui restera dns les tranchées à la place de l'air)... Le phosgène a par exemple une odeur de terre, impossible à repérer dans les tranchées, tandis que l'ypérite tue rarement mais traverse les tissus, le caoutchouc, et brûle les yeux, provoque d'horrible brûlure chimiques et d'énormes cloques sur la peau...

Les contre mesures se développant parrallèlement, une attaque au gaz demandait des quantité toujours plus importante de gaz, pour des résultats toujours moins bons.

Après la guerre, la majorité des stocks de gaz ont été jetés à la mer, ce qui pose encore problème aujourd'hui car des pécheurs s'empoisonnent parfois en remontant un obus qui fuit.


Tous les commentaires (91)

Ce serait comique si ce n'était pas triste, une arme interdite contre des militaires, mais autorisées contre des civils, le plus souvent pacifiques!

« Es liegt nun einmal in meiner Natur : ich will lieber eine Ungerechtigkeit begehen, als Unordnung ertragen. », « C'est dans ma nature : je préfère commettre une injustice que supporter un désordre. » Qu'a voulu dire Goethe ?

Donc pour pas être gazé, vaut mieux faire la guerre qu'une manif !!!!???? Incroyable !!!

Quand nous voyons actuellement les débordements de casseurs ce n'est pas de la simple lacrymo qu'il faudrait...

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Ce serait comique si ce n'était pas triste, une arme interdite contre des militaires, mais autorisées contre des civils, le plus souvent pacifiques!

« Es liegt nun einmal in meiner Natur : ich will lieber eine Ungerechtigkeit begehen, als Unordnung ertragen. », « C'est dans ma nature : je préfère
commettre une injustice que supporter un désordre. » Qu'a voulu dire Goethe ? Afficher tout
Je pense que dans un contexte militaire le gaz serait lâcher en plus grosse quantité et plus dense ...

Utilisé dans les manifs il n'est pas dangereux.


Ayant été gazé en essayant d'empêcher une bagarre en sortie de boîte, j'ai eu des cloque qui sont apparus 2 jours après Car je n'avais pu me doucher que le soir tard ou le lendemain.

Si ça arrive, il faut se laver assez vite et ne pas attendre 18-24h.

Mais mis a part ça je n'ai pas de séquelles, c'était des petites cloques qui ont mis 3-5 jours a partir.

Utilisé comme ça l'est en manif, ce n'est pas dangereux.

a écrit : Donc pour pas être gazé, vaut mieux faire la guerre qu'une manif !!!!???? Incroyable !!! Tout de suite les grands mots, oui le gaz lacrymogène (comme d'autres gaz à usage civil ou de maintien de l'ordre) sont interdit d'usage en temps de guerre, comme le phosphore blanc, l'agent orange et le dichlore (gaz moutarde). Alors oui les CRS envoient du gaz lacrymogène sur des manifestants (pacifique ou non, ce n'est pas à moi d'en jugé), mais on en est pas encore au point où l'on utilise du phosphore blanc ou d'autres armes chimiques (comme certains pays et belligérants) pour calmer une manifestation.

les sources precisent quand meme que les doses utilisées pour le maintien de l'ordre sont faibles et qu'elles ne provoques que des genes respiratoires. A fortes doses cela peut entrainer des hemorragies internes, je ne pense pas que les forces de l'ordre française l'utilise pour tuer la population....

Posté le

windowsphone

(227)

Répondre

Le gaz lacrymogène a été le premier gaz de combat utilisé durant la première guerre mondiale. La convention de genève interdisait déjà l'usage de "poisons" pour faire la guerre, mais l'armée française s'est autorisé à le faire car ce n'est pas un gaz létal. Les résultats ont été assez décevant : le gaz se dissipe vite, l'ennemi n'est que relativement incapacité... Les Allemands ont riposté par des lachés de dichlore, qui lui est un gaz mortel, mais ils ont estimé qu'ils avaient le droit puisque les français utilisaient du gaz.

S'en est alors suivi une compétition pour avoir le gaz le plus toxique, le plus difficilement détectable, le plus incapacitant, le plus dense (qui restera dns les tranchées à la place de l'air)... Le phosgène a par exemple une odeur de terre, impossible à repérer dans les tranchées, tandis que l'ypérite tue rarement mais traverse les tissus, le caoutchouc, et brûle les yeux, provoque d'horrible brûlure chimiques et d'énormes cloques sur la peau...

Les contre mesures se développant parrallèlement, une attaque au gaz demandait des quantité toujours plus importante de gaz, pour des résultats toujours moins bons.

Après la guerre, la majorité des stocks de gaz ont été jetés à la mer, ce qui pose encore problème aujourd'hui car des pécheurs s'empoisonnent parfois en remontant un obus qui fuit.

Sur des soldats? Non! Interdit de leur envoyer des lacrymos
Sur des civils alors? Ah là oui, pas de problème

Donc quand mes potes me disent, les yeux gonflés par les lacrymo, que c'est Bagdad aujourd'hui à République, je peux leur dire dirent qu'ils racontent n'importe quoi

a écrit : Ce serait comique si ce n'était pas triste, une arme interdite contre des militaires, mais autorisées contre des civils, le plus souvent pacifiques!

« Es liegt nun einmal in meiner Natur : ich will lieber eine Ungerechtigkeit begehen, als Unordnung ertragen. », « C'est dans ma nature : je préfère
commettre une injustice que supporter un désordre. » Qu'a voulu dire Goethe ? Afficher tout
Goethe était en effet ambigu: voulait-il dire "mieux vaut braver la justice des hommes contre ce qui serait un désordre - contre l'ordre naturel" (plus probable), ou le cynique "tant pis si l'on condamne un innocent pour maintenir l'ordre social" ?

Ses dernières paroles ont été "Mehr Licht!" (plus de lumière!). Voulait-il affirmer une noble opinion philosophique, ou simplement demander d'ouvrir les volets?

Faut pas se leurrer c'est pas parce que le gaz n'est pas utiliser dans des quantités industrielles (quoi que quand on voit des crs vomir à cause de ces gaz on se demande) ils n'ont pas une bonne impact sur la santé.
Surtout quand des enfants, des personnes âgées, ou des femmes enceintes se retrouve dans les nuages de gaz.
Pour peut que quelqu'un soit asthmatique ou autre ça peut facilement tourner au vinaigre.

a écrit : Quand nous voyons actuellement les débordements de casseurs ce n'est pas de la simple lacrymo qu'il faudrait... J'attends avec crainte les autres suggestions, implicites quoique non exprimées.

Gandhi a renversé le pouvoir colonial en place sans jamais commettre un geste violent. Lui, il ne pensait pas que le pouvoir est au bout du fusil.
Et pourtant, il connaissait de toute évidence le texte sacré hindouiste le plus célèbre, la "Bhagavad Gita", qui dit que dans certaines situations il faut recourir à la violence.

a écrit : Je pense que dans un contexte militaire le gaz serait lâcher en plus grosse quantité et plus dense ...

Utilisé dans les manifs il n'est pas dangereux.


Ayant été gazé en essayant d'empêcher une bagarre en sortie de boîte, j'ai eu des cloque qui sont apparus 2 jours après
Car je n'avais pu me doucher que le soir tard ou le lendemain.

Si ça arrive, il faut se laver assez vite et ne pas attendre 18-24h.

Mais mis a part ça je n'ai pas de séquelles, c'était des petites cloques qui ont mis 3-5 jours a partir.

Utilisé comme ça l'est en manif, ce n'est pas dangereux.
Afficher tout
Pas dangereux? La police (les "forces de l'ordre") répond quand même par la violence, à des manifestants qui sont généralement très pacifiques, et n'ont aucune arme. Mais souvent discrédités par des agents provocateurs, qui poussent à faire des dégâts, et en fait sont complices de la police; j'en ai surpris, mais ne peux dire où ni quand, qui une fois la manifestation dispersée causaient amicalement avec les policiers, alors qu'ils étaient déguisés en voyous.

Le modèle semble être la police britannique, qui généralement encadre calmement un défilé, sans aucunement intervenir tant qu'il reste calme, n'a aucune arme non plus, ne cherche en rien à faire taire les slogans criés, ni à toucher à qui que ce soit.

a écrit : Pas dangereux? La police (les "forces de l'ordre") répond quand même par la violence, à des manifestants qui sont généralement très pacifiques, et n'ont aucune arme. Mais souvent discrédités par des agents provocateurs, qui poussent à faire des dégâts, et en fait sont complices de la police; j'en ai surpris, mais ne peux dire où ni quand, qui une fois la manifestation dispersée causaient amicalement avec les policiers, alors qu'ils étaient déguisés en voyous.

Le modèle semble être la police britannique, qui généralement encadre calmement un défilé, sans aucunement intervenir tant qu'il reste calme, n'a aucune arme non plus, ne cherche en rien à faire taire les slogans criés, ni à toucher à qui que ce soit.
Afficher tout
Parce qu'en Angleterre, il manifeste pas tous les jours non plus. Et ça fait maintenant plus de 2 mois que des affrontements sont fréquents entre les forces de l'ordre et des éléments virulents des manifestations ou de contestation diverse.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : J'attends avec crainte les autres suggestions, implicites quoique non exprimées.

Gandhi a renversé le pouvoir colonial en place sans jamais commettre un geste violent. Lui, il ne pensait pas que le pouvoir est au bout du fusil.
Et pourtant, il connaissait de toute évidence le texte sacré hindoui
ste le plus célèbre, la "Bhagavad Gita", qui dit que dans certaines situations il faut recourir à la violence. Afficher tout
Oui jets d'eau offensif, pistolet à impulsions électriques et pourquoi pas des parpaings aussi ?!
Après tout légitime défense (proportionné à l'agression pas d'excès dans la riposte).

Posté le

android

(9)

Répondre

Il semble que l'interdiction des gaz de combat soit une vaste fumisterie.
En effet toutes les armées équipent leurs soldats de masques à gaz.
En France on appelle cet équipement ANP pour appareil normal de protection.

a écrit : Parce qu'en Angleterre, il manifeste pas tous les jours non plus. Et ça fait maintenant plus de 2 mois que des affrontements sont fréquents entre les forces de l'ordre et des éléments virulents des manifestations ou de contestation diverse. J'avais bien conscience que ma défense et illustration de la police britannique était un peu angélique. Mais une manifestation conduit rarement à un vrai affrontement (sauf en Ulster).
Au Notting Hill Carnival de 1976, à Londres, il y a eu de la violence, ça a dégénéré, et il y a eu 100 blessés ... tous des policiers.
Le sentiment global en GB est qu'un policier est là pour protéger, et est respecté par son seul uniforme, d'autant plus que l'on sait qu'il n'a pas d'arme et trop gentleman pour user de ses poings. On ne peut pas en dire autant des polices d'autres pays, je ne cite pas d'exemples, mais c'est facile à deviner auxquelles je pense. Comme ceux ou pour régler la circulation ou mettre des contraventions de stationnement, on se doit d'avoir un pistolet.

a écrit : les sources precisent quand meme que les doses utilisées pour le maintien de l'ordre sont faibles et qu'elles ne provoques que des genes respiratoires. A fortes doses cela peut entrainer des hemorragies internes, je ne pense pas que les forces de l'ordre française l'utilise pour tuer la population.... Mais bien sûr, un policier français n'utiliserait jamais un Taser sans demander poliment avant si l'on n'a aucun problème cardiaque, auquel cas ça pourrait être mortel. ;)

Ça crache pas mal sur les flics. En France on sera jamais content de toute façon: "La police réagit trop ou pas assez, moi si j'étais ministre, bla bla bla...". Moi à chaque fois que je me suis fais arrêter ça a toujours été pour de bonnes raisons et j'ai toujours été traité cordialement.