Pourquoi donne-t-on de l’iode lors d’un accident nucléaire ?

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (79)

a écrit : Avec un coût actuel estimé de 170 milliards d'euros rien que pour Fukushima, je pense que l'on sous-estime le coût réèl du nucléaire. Les centrales fuel et charbon ne sont pas acceptables, mais le nucléaire n'est pas pérène vu les risques qu'il fait encourir à la population. Pour l'écologie l'enjeu est énorme car le problème est mondial et ce n'est pas en fermant les frontières ou en élisant des nationalistes dont les enjeux climatiques ne sont même pas au programme que l'on va sortir de cette crise. A mon avis, rien ne changera tant qu'un gros bug, une grosse catastrophe d'ampleur mondiale n'oblige l'ensemble de la planète d'oeuvrer réèllement vers une vraie écologie ambicieuse et respectueuse. Je prie que pour mes descendants trouvent des solutions. Amen. Afficher tout Fukushima c'est 0 mort et 0 impact sur l'environnement : autorisation de manger des fruits de mer de la baie de Fukushima 6 mois après l'accident.
Alors bien sûr les lobbys se sont déchaînés sur cet incident, arrivant même à faire croire que c'était une "catastrophe". Je pense que les 170 milliards dont vous parlez sont du même acabit.
Fukushima, vieille centrale, mal entrenue, qui se prend un tremblement de terre centenal, c'est l'éclatante demonstration de la sûreté nucléaire.

a écrit : Le premier et le troisième paragraphes ne me déplaisent pas, au contraire je les trouve plutôt sensés.
Par contre le deuxième me laisse un sentiment étrange. Comme si, derrière ces jolis mots se cache une petite pointe de xénophobie...
Je me trompe sûrement.
Je ne sais pas quel passage vous dérange, en tout cas ça n'est que mon opinion et il va de soi qu'on peut ne pas être d'accord avec tout ce qui est dit.

Puisque vous parlez du deuxième paragraphe, je suppose que c'est le pique fait à l'« extrême-gauche » qui vous offense. C'est pourtant factuel. L'idéologie promue est « produisons moins, reproduisons-nous moins, accueillons plus d'étrangers ». On peut appeler ça comme l'on veut, ça s'appelle un suicide. Croire que parce que « plus d'écologie va sauver la Terre », c'est aussi idiot que narcissique. Comme dit dans mon précédent commentaire, la France respecte ses engagements en terme d'écologie, si problème il y a, c'est moins de l'Europe que des autres continents qu'il faut en chercher la cause. Qu'est-ce que la France aujourd'hui à l'échelle du monde ? Ce n'est plus l'empire transcontinental d'autrefois, ça n'est plus une puissante mondiale depuis la défaite napoléonienne (même si pour moi la source du mal remonte à Louis XIV). On peut faire toutes les mesures écologistes et toutes les contritions du monde, cela n'empêchera pas les pays comme les États-Unis, la Chine, l'Inde, la Russie, le Nigéria, le Brésil et tant d'autres de grossir et prospérer. Et pendant ce temps la grandeur européenne disparaît un peu plus, en tout point de vue.

On a délocalisé toutes nos industries, on laisse disparaître notre savoir-faire, on a privatisé de nombreux secteurs, on a bradé notre souveraineté, on se fait racketter par des lobbys et associations en tout genre et la France n'est plus qu'un musée rempli de fonctionnaires et d'assistés sociaux. Sauf preuve du contraire, les artisans et les paysans, les deux mamelles de la France, n'ont pas de beaux jours devant eux, c'est l'exact contraire et ce, depuis des décennies. D'autre part, comme le résume si bien Charles Gave, « on laisse partir nos bac+7 et on importe des bac-7 ». Parce qu'un jeune Français brillant et aspirant à fonder une famille et à fonder une entreprise n'a aucune raison de privilégier la France, c'est un enfer fiscal et juridique. S'il y a des paradis fiscaux, c'est qu'il y a aussi des enfers fiscaux et la France en fait partie. On est un peuple où vous avez moins de gens qui produisent que de gens qui vivent de la production d'autrui. Je suis le premier à qui l'on peut jeter la pierre puisque je travaille pour la fonction publique. Le problème étant que dans mon pays on ne m'incite pas à m'élever socialement, à développer des projets, à exploiter mon potentiel. On te laisse le choix entre faire des petits boulots qui n'apporte aucun épanouissement, uniquement des frustrations (des « bullshit jobs » comme disent les anglophones), être fonctionnaire, donc être perçu comme un demi-assisté, un fainéant qui n'est jamais assez productif et qui est sujet au mépris de toute la société, qui ne perçoit rétribution de son travail qu'à travers l'imposition sur la productivité d'un autre travailleur, et enfin être chômeur ou ayant droit aux nombreuses aides sociales, et là tu es véritablement perçu comme un pou qui se gave de sang et qui démange.

La France est un pays à fort potentiel et immensément riche, encore faut-il qu'il soit conduit par un dirigeant défendant les intérêts de la nation. À titre personnel, je suis royaliste (la fonction l'emportant sur la personne, l'intérêt de la majorité primant sur l'intérêt des minorités, un pouvoir national et international très fort tout en laissant plus de libertés aux provinces, mise en avant des valeurs traditionnelles comme le courage, la courtoisie, le travail, la famille, la piété), national-socialiste (oui oui, l'union des forces productives populaires de la vraie droite et de la vraie gauche, je précise que Mélenchon est un socialiste mitterandien et Le Pen une républicaine cosmopolite, on est loin des Proudhon et des Maurras !) et favorable à une France rurale, des traditions, de l'artisanat, de l'autogestion et de la solidarité. En fait, la France entière a le potentiel pour être totalement autonome, il faut juste chasser les marchands du temple et tout reconstruire sur des bases saines. Et si Europe il doit y avoir pour faire le poids à l'international, ça ne peut venir que de la France catholique et sociale, une Europe des nations, des alliances et des coopérations.

a écrit : Je ne sais pas quel passage vous dérange, en tout cas ça n'est que mon opinion et il va de soi qu'on peut ne pas être d'accord avec tout ce qui est dit.

Puisque vous parlez du deuxième paragraphe, je suppose que c'est le pique fait à l'« extrême-gauche » qui vous offense. C'
est pourtant factuel. L'idéologie promue est « produisons moins, reproduisons-nous moins, accueillons plus d'étrangers ». On peut appeler ça comme l'on veut, ça s'appelle un suicide. Croire que parce que « plus d'écologie va sauver la Terre », c'est aussi idiot que narcissique. Comme dit dans mon précédent commentaire, la France respecte ses engagements en terme d'écologie, si problème il y a, c'est moins de l'Europe que des autres continents qu'il faut en chercher la cause. Qu'est-ce que la France aujourd'hui à l'échelle du monde ? Ce n'est plus l'empire transcontinental d'autrefois, ça n'est plus une puissante mondiale depuis la défaite napoléonienne (même si pour moi la source du mal remonte à Louis XIV). On peut faire toutes les mesures écologistes et toutes les contritions du monde, cela n'empêchera pas les pays comme les États-Unis, la Chine, l'Inde, la Russie, le Nigéria, le Brésil et tant d'autres de grossir et prospérer. Et pendant ce temps la grandeur européenne disparaît un peu plus, en tout point de vue.

On a délocalisé toutes nos industries, on laisse disparaître notre savoir-faire, on a privatisé de nombreux secteurs, on a bradé notre souveraineté, on se fait racketter par des lobbys et associations en tout genre et la France n'est plus qu'un musée rempli de fonctionnaires et d'assistés sociaux. Sauf preuve du contraire, les artisans et les paysans, les deux mamelles de la France, n'ont pas de beaux jours devant eux, c'est l'exact contraire et ce, depuis des décennies. D'autre part, comme le résume si bien Charles Gave, « on laisse partir nos bac+7 et on importe des bac-7 ». Parce qu'un jeune Français brillant et aspirant à fonder une famille et à fonder une entreprise n'a aucune raison de privilégier la France, c'est un enfer fiscal et juridique. S'il y a des paradis fiscaux, c'est qu'il y a aussi des enfers fiscaux et la France en fait partie. On est un peuple où vous avez moins de gens qui produisent que de gens qui vivent de la production d'autrui. Je suis le premier à qui l'on peut jeter la pierre puisque je travaille pour la fonction publique. Le problème étant que dans mon pays on ne m'incite pas à m'élever socialement, à développer des projets, à exploiter mon potentiel. On te laisse le choix entre faire des petits boulots qui n'apporte aucun épanouissement, uniquement des frustrations (des « bullshit jobs » comme disent les anglophones), être fonctionnaire, donc être perçu comme un demi-assisté, un fainéant qui n'est jamais assez productif et qui est sujet au mépris de toute la société, qui ne perçoit rétribution de son travail qu'à travers l'imposition sur la productivité d'un autre travailleur, et enfin être chômeur ou ayant droit aux nombreuses aides sociales, et là tu es véritablement perçu comme un pou qui se gave de sang et qui démange.

La France est un pays à fort potentiel et immensément riche, encore faut-il qu'il soit conduit par un dirigeant défendant les intérêts de la nation. À titre personnel, je suis royaliste (la fonction l'emportant sur la personne, l'intérêt de la majorité primant sur l'intérêt des minorités, un pouvoir national et international très fort tout en laissant plus de libertés aux provinces, mise en avant des valeurs traditionnelles comme le courage, la courtoisie, le travail, la famille, la piété), national-socialiste (oui oui, l'union des forces productives populaires de la vraie droite et de la vraie gauche, je précise que Mélenchon est un socialiste mitterandien et Le Pen une républicaine cosmopolite, on est loin des Proudhon et des Maurras !) et favorable à une France rurale, des traditions, de l'artisanat, de l'autogestion et de la solidarité. En fait, la France entière a le potentiel pour être totalement autonome, il faut juste chasser les marchands du temple et tout reconstruire sur des bases saines. Et si Europe il doit y avoir pour faire le poids à l'international, ça ne peut venir que de la France catholique et sociale, une Europe des nations, des alliances et des coopérations.
Afficher tout
Suite :

Je suis opposé au féminisme et, plutôt que de perdre du temps dans de vains arguments, je vous fais parvenir quelques sources utiles, vous y trouverez suffisament d'arguments et de sources (liste non exhaustive d'auteurs : Bénérice Levet, Eugénie Bastié, Lucie Choffey, Anne Brassié, Gabrielle Cluzel, Laetitia Struch, Jean Gabard ; liste non exhaustive de youtubeurs : Alexis Fontana, Mos majorum, L'Observateur, Jean Rausis, Stéphane Édouard).

Quant à l'immigration, c'est la même chose, on baigne dans le mensonge permanent. Là aussi vous trouverez à boire et à manger en matière de livres, ainsi que de vidéos, textes et sites sur Internet. Si vous voulez quelques sources je pourrais vous en fournir ultérieurement.

Bref, vous pouvez me cataloguer comme « raciste », « nazi », « facho », « anti-truc » et « machin-phobe », peu me chaut, je prends même cela pour des compliments. Cela n'empêche toutefois pas que vous puissiez trouver quelques connivences idéologiques avec un « gros con » comme moi !

Je suis très ouvert au débat sauf quand on me lance des insultes comme seul argument, dans lequel cas je n'accorde aucun importance aux réponses. Si vous voulez poursuivre la discussion je reste à votre disposition et, si besoin est, il y a aussi un forum SCMB qui est là pour ça.

a écrit : Entièrement d'accord avec vous. Le nucléaire est le meilleur compromis. Quand on voit les sommes astronomiques utilisées par le lobby des « énergies renouvelables » et qui serait plus utile d'intégrer dans la recherche sur le nucléaire, on marche sur la tête. La propagande des Verts, venue des libéraux-libertaires d'outre-Rhin, et qui frappe d'un part les baby-boomers et d'autre part les générations Y et surtout Z, est une fumisterie. Le « renouvelable » c'est bien quand c'est bricolé, pour une production personnelle en quête d'autonomie, au-delà c'est une vaste escroquerie.
D'ailleurs, en terme d'émissions de CO² et autres gaz prétendument « nocifs », la France figure parmi les rares pays « propres » et respectant ses engagements, plus serait inutile, aussi inutile que de faire un potager bio entre une usine pétrochimique et une déchetterie. Et les mêmes Allemands sont bien contents lorsqu'ils ont la possibilité d'acheter une peu de notre « vilain nucléaire » pour faire baisser leur chiffre d'émissions de gaz à effet de serre.

À titre personnel, je suis pour une écologie véritable, celle des petits villages autogérés, avec potagers et moulins, celle qui remet en avant les pratiques ancestrales en y apportant quelques évolutions techniques. Mais ce qu'on a coutume d'appeler aujourd'hui « écologie » est une blague. C'est l'un des trois dogmes du triptyque d'extrême-gauche, avec le « vivre-ensemble » et le « féminisme ». Concepts mortifères dont le seul objectif est la décadence et l'asservissement de l'Occident.

Il nous reste encore beaucoup de travail pour maîtriser pleinement l'atome et en exploiter le potentiel énergétique dans son entièreté, même chose avec le traitement de déchets, cependant on voit des innovations poindre de temps à autre et ce n'est pas en diminuant voire en éradiquant les subventions pro-nucléaire qu'on risque de trouver des solutions.

Faute de grives, on mange des merles ; mais cela faut toujours mieux que de se laisser mourir en refusant d'en manger, n'est-ce pas ?
Afficher tout
Le nucléaire était peut être un bon compromis dans les années 80 pré-Tchernobyl où la science promettait:
1) que le risque d'accident niveau 7 était estimé à 1 tous les 100 000 ans (3 en 40 ans à ce jour, à presque 200 milliards par accident la facture commence à être salée)
2) que les problèmes liés aux déchets et au démantèlement des centrales seraient réglés à coup sur avant l'an 2000 et on en est trèèèèèès loin.
3) que la consommation d'électricité continuerait de doubler tous les 20 ans et que les autres sources d'énergie seraient insuffisantes (ce qui était vrai il y a 30 ans mais plus maintenant)
4) que le renouvelable coûte bien trop cher, sauf que le renouvelable coûte de moins en moins cher et qu'il deviendra compétitif face au fossile/nucléaire d'ici une décennie où deux à condition d'aider à son développement.
5) que la fusion qui devait remplacer nos vieilles centrales tarde à venir (pas avant 2050 et probablement plus vers 2080, ce qui explique pourquoi on dépense des fortunes pour allonger la durée de vie des centrales A)
6) que la confiance des populations envers le nucléaire est maintenant au raz des pâquerettes.
7) que vu les risques encourus, aucune assurance privée a les reins assez solides pour encaisser un accident majeur, c'est donc le contribuable qui paye la facture.
(tiens, 7 points relevés pour éviter un accident de niveau 7... coïncidence? je ne pense pas! ^^)

En prenant tout ça en compte vs kilowattheure nucléaire produit, il me semble que le nucléaire fais plus partie des énergies les plus chères au monde que le contraire, bien que la dangerosité et les conséquences catastrophiques des énergies fossiles ne soit plus à démontrer.

Après, le problème du renouvelable, c'est son instabilité de production, sans un réseau électrique adapté il ne pourra jamais remplacer les grosses unités de production, mais on y travaille.

Bref, je ne cherche pas à défendre l'un où l'autre système, je tenais juste à remettre les choses un peu à plat. Le tout nucléaire est une grosse erreur, comme le tout quoiquecesoit. Il n'y a pas UNE solution d'avenir, il en a plusieurs, le nucléaire en fait partie mais bon ca serait bien de se calmer un peu avec ces inquiétantes machines quoi! ^^

a écrit : Le nucléaire était peut être un bon compromis dans les années 80 pré-Tchernobyl où la science promettait:
1) que le risque d'accident niveau 7 était estimé à 1 tous les 100 000 ans (3 en 40 ans à ce jour, à presque 200 milliards par accident la facture commence à être salée)
2) que les problèmes liés a
ux déchets et au démantèlement des centrales seraient réglés à coup sur avant l'an 2000 et on en est trèèèèèès loin.
3) que la consommation d'électricité continuerait de doubler tous les 20 ans et que les autres sources d'énergie seraient insuffisantes (ce qui était vrai il y a 30 ans mais plus maintenant)
4) que le renouvelable coûte bien trop cher, sauf que le renouvelable coûte de moins en moins cher et qu'il deviendra compétitif face au fossile/nucléaire d'ici une décennie où deux à condition d'aider à son développement.
5) que la fusion qui devait remplacer nos vieilles centrales tarde à venir (pas avant 2050 et probablement plus vers 2080, ce qui explique pourquoi on dépense des fortunes pour allonger la durée de vie des centrales A)
6) que la confiance des populations envers le nucléaire est maintenant au raz des pâquerettes.
7) que vu les risques encourus, aucune assurance privée a les reins assez solides pour encaisser un accident majeur, c'est donc le contribuable qui paye la facture.
(tiens, 7 points relevés pour éviter un accident de niveau 7... coïncidence? je ne pense pas! ^^)

En prenant tout ça en compte vs kilowattheure nucléaire produit, il me semble que le nucléaire fais plus partie des énergies les plus chères au monde que le contraire, bien que la dangerosité et les conséquences catastrophiques des énergies fossiles ne soit plus à démontrer.

Après, le problème du renouvelable, c'est son instabilité de production, sans un réseau électrique adapté il ne pourra jamais remplacer les grosses unités de production, mais on y travaille.

Bref, je ne cherche pas à défendre l'un où l'autre système, je tenais juste à remettre les choses un peu à plat. Le tout nucléaire est une grosse erreur, comme le tout quoiquecesoit. Il n'y a pas UNE solution d'avenir, il en a plusieurs, le nucléaire en fait partie mais bon ca serait bien de se calmer un peu avec ces inquiétantes machines quoi! ^^
Afficher tout
Le problème du renouvelable c'est surtout que c'est très polluant à construire en l'état actuel des choses.

a écrit : Je ne sais pas quel passage vous dérange, en tout cas ça n'est que mon opinion et il va de soi qu'on peut ne pas être d'accord avec tout ce qui est dit.

Puisque vous parlez du deuxième paragraphe, je suppose que c'est le pique fait à l'« extrême-gauche » qui vous offense. C'
est pourtant factuel. L'idéologie promue est « produisons moins, reproduisons-nous moins, accueillons plus d'étrangers ». On peut appeler ça comme l'on veut, ça s'appelle un suicide. Croire que parce que « plus d'écologie va sauver la Terre », c'est aussi idiot que narcissique. Comme dit dans mon précédent commentaire, la France respecte ses engagements en terme d'écologie, si problème il y a, c'est moins de l'Europe que des autres continents qu'il faut en chercher la cause. Qu'est-ce que la France aujourd'hui à l'échelle du monde ? Ce n'est plus l'empire transcontinental d'autrefois, ça n'est plus une puissante mondiale depuis la défaite napoléonienne (même si pour moi la source du mal remonte à Louis XIV). On peut faire toutes les mesures écologistes et toutes les contritions du monde, cela n'empêchera pas les pays comme les États-Unis, la Chine, l'Inde, la Russie, le Nigéria, le Brésil et tant d'autres de grossir et prospérer. Et pendant ce temps la grandeur européenne disparaît un peu plus, en tout point de vue.

On a délocalisé toutes nos industries, on laisse disparaître notre savoir-faire, on a privatisé de nombreux secteurs, on a bradé notre souveraineté, on se fait racketter par des lobbys et associations en tout genre et la France n'est plus qu'un musée rempli de fonctionnaires et d'assistés sociaux. Sauf preuve du contraire, les artisans et les paysans, les deux mamelles de la France, n'ont pas de beaux jours devant eux, c'est l'exact contraire et ce, depuis des décennies. D'autre part, comme le résume si bien Charles Gave, « on laisse partir nos bac+7 et on importe des bac-7 ». Parce qu'un jeune Français brillant et aspirant à fonder une famille et à fonder une entreprise n'a aucune raison de privilégier la France, c'est un enfer fiscal et juridique. S'il y a des paradis fiscaux, c'est qu'il y a aussi des enfers fiscaux et la France en fait partie. On est un peuple où vous avez moins de gens qui produisent que de gens qui vivent de la production d'autrui. Je suis le premier à qui l'on peut jeter la pierre puisque je travaille pour la fonction publique. Le problème étant que dans mon pays on ne m'incite pas à m'élever socialement, à développer des projets, à exploiter mon potentiel. On te laisse le choix entre faire des petits boulots qui n'apporte aucun épanouissement, uniquement des frustrations (des « bullshit jobs » comme disent les anglophones), être fonctionnaire, donc être perçu comme un demi-assisté, un fainéant qui n'est jamais assez productif et qui est sujet au mépris de toute la société, qui ne perçoit rétribution de son travail qu'à travers l'imposition sur la productivité d'un autre travailleur, et enfin être chômeur ou ayant droit aux nombreuses aides sociales, et là tu es véritablement perçu comme un pou qui se gave de sang et qui démange.

La France est un pays à fort potentiel et immensément riche, encore faut-il qu'il soit conduit par un dirigeant défendant les intérêts de la nation. À titre personnel, je suis royaliste (la fonction l'emportant sur la personne, l'intérêt de la majorité primant sur l'intérêt des minorités, un pouvoir national et international très fort tout en laissant plus de libertés aux provinces, mise en avant des valeurs traditionnelles comme le courage, la courtoisie, le travail, la famille, la piété), national-socialiste (oui oui, l'union des forces productives populaires de la vraie droite et de la vraie gauche, je précise que Mélenchon est un socialiste mitterandien et Le Pen une républicaine cosmopolite, on est loin des Proudhon et des Maurras !) et favorable à une France rurale, des traditions, de l'artisanat, de l'autogestion et de la solidarité. En fait, la France entière a le potentiel pour être totalement autonome, il faut juste chasser les marchands du temple et tout reconstruire sur des bases saines. Et si Europe il doit y avoir pour faire le poids à l'international, ça ne peut venir que de la France catholique et sociale, une Europe des nations, des alliances et des coopérations.
Afficher tout
Offenser est un grand mot. Et ce n'est pas le pique envers l'extrême gauche qui m'a gêné mais le terme "asservissement de l'Occident". Dans un monde ou l'économie de marché est mondiale et où la culture s'uniformise de plus en plus, je crains qu'il y ait bien plus un asservissement de tous les humains vers une culture unique et autocentré qu'un "asservissement de l'Occident" par les soi-disant étrangers venus nous coloniser. Je ne vous insulte de rien, je pose la question pour obtenir une explication sur les termes employé à mon sens ambigu.

Je ne vais pas répondre à tout car cela part un peu dans tous les sens. Je vous rejoints sur le fait que la France a du potentiel mal exploité et sur le problème de la fiscalité, de la fuite des cerveaux, du rayonnement de l'Europe qui s'amenuise ou de la fonction publique mal organisée et peu valorisante. J'ai moi même quitté la France et la fonction publique il y a quelques années pour les raisons que vous évoquez. Je suis donc tout à fait concerné.

Concernant l'écologie, aucun pays aujourd'hui ne respecte le dixième des engagements pris dans les différents accords signés, même la France et son nucléaire. Dire que l'écologie ne sert à rien car les autres polluent reste une ineptie pour moi qui nous emmènera forcément dans le mur encore plus vite que nous allons déjà.

Pour le féminisme, je n'ai pas tellement d'avis. J'imagine que le féminisme à l'extrême dessert la cause des femmes bien plus qu'elle ne la sert et que la fameuse "société patriarcale où l'homme est roi" est un concept un peu étrange et parfois fabriqué de toutes pièces. Mais l'égalité homme/femme sur plusieurs sujets reste un combat à mener dans notre société qui va bien plus loin que la simple question du salaire qui reste un problème multifactoriel quasi insoluble. Je pense plutôt à l'éducation des enfants, à la limitation des objets genrés à tout prix, à la prise de conscience générale que les femmes ont toutes les capacités d'accéder à des fonctions importantes, scientifiques, difficiles ou même dangereuses et que les hommes ont les capacités d'éduquer et élever les enfants ou de s'occuper d'un foyer.

Pour finir, la France n'est pas catholique en soi. Une partie de la population française l'est.

a écrit : Le problème du renouvelable c'est surtout que c'est très polluant à construire en l'état actuel des choses. Oui mais une fois que c'est construit, y'a pas besoin de carburant, c'est relativement simple à réparer et à recycler (c'est quasiment que de la ferraille) le bilan production/pollution est de plus intéressant au fur et à mesure des progrès technologique.
Et en plus ca risque pas d'exploser même si de temps en temps une éolienne se casse la figure^^

a écrit : Fukushima c'est 0 mort et 0 impact sur l'environnement : autorisation de manger des fruits de mer de la baie de Fukushima 6 mois après l'accident.
Alors bien sûr les lobbys se sont déchaînés sur cet incident, arrivant même à faire croire que c'était une "catastrophe". Je pense que le
s 170 milliards dont vous parlez sont du même acabit.
Fukushima, vieille centrale, mal entrenue, qui se prend un tremblement de terre centenal, c'est l'éclatante demonstration de la sûreté nucléaire.
Afficher tout
Pas besoin d'être un spécialiste pour voir que celui qui a écrit ce commentaire ne connait absolument rien à ce sujet, il suffit d'avoir suivi un peu l'actualité. Le problème à Fukushima ce n'était pas le tremblement de terre, c'était le tsunami qui a inondé la centrale, tout ceux qui suivent un peu l'actualité savent ça. Et ce n'était pas un tremblement de terre centennal (avec un double n, soit 3 n en tout, de préférence : si on prétend savoir de quoi on parle, on devrait aussi savoir l'écrire) mais millénal. Quant au prétendu 0 impact sur l'environnement, je n'arrive même pas à imaginer comment on peut écrire des âneries pareilles en espérant être cru par d'autres que ceux qui sont déjà dans le même délire. Il y a quand même sur ce site des gens qui sont sérieusement illuminés et dont je me demande s'ils viennent pour apprendre des choses ou seulement pour essayer de semer la confusion.

Petit correction de l'anecdote: la prise des comprimés n'empêche l'absorption de l'iode radioactif mais son stockage par l'organisme dans la thyroïde. Il sera bien absorbé par l'intestin et passera dans le sang mais sera vite éliminé puisque la thyroïde ne pourra le stocker. Or c'est ce stockage qui est véritablement problématique car il exposerai les cellules thyroïdiennes aux rayonnements de façon prolongée avec un risque, sur la durée, de maladie et de cancer.

a écrit : Personnellement à choisir entre le nucléaire qui est foireux quand ça se passe mal et qui fait du jus pas trop cher et le charbon qui est foireux quoi qu'il arrive et qui fait de l'électricité plus chère j'ai choisi mon poison.

Bien sûr je prie pour qu'on fasse de rapides progrès dans l
e traitement des déchets histoire de faire mieux que les enterrer dans les pays du Sud et qu'on développe de meilleurs réacteurs, genre réacteurs à fusion nucléaire, qui seraient plus sûrs, moins polluants et auraient un bien meilleur rendement. Afficher tout
Mais qu'est ce qu'on ne peut pas lire comme conneries!! Le problème n'est pas que tu choisis TON poison le problème est que tu choisis le poison pour les 10000 prochaines générations !! Et pour quoi ? Parce que Mônsieur ne veut pas payer son électricité un peu plus cher ??? C'est quoi cette façon de penser?? Mônsieur ne veut pas sacrifier une petite partie de son grand confort pour la planète, la nature, les animaux, les futures générations etc.??? C'est quoi cet égoïsme ???
Qu'est ce que tu penserais si tu devais encore protéger des déchets pour quelques égoïstes qui avaient fait du nucléaire au temps des dinosaures ? Tu trouverais ça normal de faire des travaux, de dépenser des milliards pour se protéger parce que quelques égoïstes n'ont pas voulu payer trop cher leur électricité ?? On marche sur la tête !!

Et arrêtons de dire que le nucléaire ne produit pas de CO2 la gestion des déchets sera une catastrophe en terme de CO2, ce sont des machines qui font des bunkers pour éviter qu'il y ait des fuites et ce sur des centaines de millions d'années, allez dire que ces machines ne consomment rien, qu'il ne faut pas des quantités de gazoil gigantesques pour les faire tourner !! Sinon on a qu'à prendre que ce qui nous arrange pour chaque énergie. Moi le photovoltaïque je ne compte pas le recyclage et la fabrication des panneaux, ah là oui c'est parfait comme système!!
C'est pas possible de voir que le bout de son nez !

a écrit : Mais qu'est ce qu'on ne peut pas lire comme conneries!! Le problème n'est pas que tu choisis TON poison le problème est que tu choisis le poison pour les 10000 prochaines générations !! Et pour quoi ? Parce que Mônsieur ne veut pas payer son électricité un peu plus cher ??? C'est quoi cette façon de penser?? Mônsieur ne veut pas sacrifier une petite partie de son grand confort pour la planète, la nature, les animaux, les futures générations etc.??? C'est quoi cet égoïsme ???
Qu'est ce que tu penserais si tu devais encore protéger des déchets pour quelques égoïstes qui avaient fait du nucléaire au temps des dinosaures ? Tu trouverais ça normal de faire des travaux, de dépenser des milliards pour se protéger parce que quelques égoïstes n'ont pas voulu payer trop cher leur électricité ?? On marche sur la tête !!

Et arrêtons de dire que le nucléaire ne produit pas de CO2 la gestion des déchets sera une catastrophe en terme de CO2, ce sont des machines qui font des bunkers pour éviter qu'il y ait des fuites et ce sur des centaines de millions d'années, allez dire que ces machines ne consomment rien, qu'il ne faut pas des quantités de gazoil gigantesques pour les faire tourner !! Sinon on a qu'à prendre que ce qui nous arrange pour chaque énergie. Moi le photovoltaïque je ne compte pas le recyclage et la fabrication des panneaux, ah là oui c'est parfait comme système!!
C'est pas possible de voir que le bout de son nez !
Afficher tout
Désolé pour les fautes j'ai écrit mon commentaire rapidement.

a écrit : Petit correction de l'anecdote: la prise des comprimés n'empêche l'absorption de l'iode radioactif mais son stockage par l'organisme dans la thyroïde. Il sera bien absorbé par l'intestin et passera dans le sang mais sera vite éliminé puisque la thyroïde ne pourra le stocker. Or c'est ce stockage qui est véritablement problématique car il exposerai les cellules thyroïdiennes aux rayonnements de façon prolongée avec un risque, sur la durée, de maladie et de cancer. Afficher tout Effectivement l'anecdote passe un peu vite sur ce sujet par simplification. Tu as absolument raison.

@nicocomputer : J'ai pour habitude de m'intéresser aux deux camps sur les question relative à l'écologie, et même sur bien d'autres sujets. Et avec cette approche je trouve les « conservateurs » plus pertinents que les « progressistes » qui semblent avoir des raisonnements plus proche de la religion dogmatique que de l'étude des faits. Donc dans l'ensemble et d'après les nombreux écrits, rapports, entretiens audio ou vidéo que j'ai pu analyser le nucléaire me semble un moindre mal. Certes, ça n'est pas la panacée à tout ceux qui touche à l'énergie, il y a bien des reproches qui peuvent être fait mais, en attendant, cela reste une valeur sûre à l'heure actuelle et dans notre pays. Je ne suis pas radicalement opposé aux énergies alternatives, certaines méritent de l'attention mais ce sont des systèmes à appliquer à l'échelle personnelle ou par des collectivités, on ne peut pas appliquer du 100 % renouvelable à un grand pays comme la France. Et sinon c'est charbon ou gaz, difficile de tenir un discours écologique après ça.

Mais comme je l'ai dit auparavant, l'écologie est essentiellement un prétexte à des vues bien moins saines que ce qu'elles sont en façade. Comme le dit l'adage : l'Enfer est pavée de bonnes intentions. Avoir une perception naïve de l'Humanité conduit ou à une grande déception et une forte rancœur lorsqu'on lève le voile sur tout ce qui n'est pas dit explicitement ou au suicide, intention ou subi.

En cela je réponds un peu à TybsXckZ, auquel je m'adresse à présent :

je pense qu'on est d'accord sur plusieurs points mais par des approches différentes.

Effectivement l'Occident n'est pas la seule concernée. Il y a un processus d'asservissement qui s'étend à toutes les civilisations de ce monde. Mais son déclin est d'autant plus impressionnant puisqu'il fut un temps ou l'Europe — et plus particulièrement la France — était le centre névralgique du monde. J'ai lu une citation d'un auteur français il y a peu et il me faut remettre la main dessus pour pouvoir la citer. En substance cela disait qu'une civilisation qui renonce à être conquérant finit forcément par disparaître. Et c'est le constat que je fais pour l'Occident. Je me soucie avant tout des Français et des Européens. Et je m'adhère absolument pas à l'idée de village-monde car c'est contraire à mon idéologie. Je suis un partisan d'un monde rempli de frontières (pas que physiques évidemment). L'écologie étant un dogme globaliste, je fais la distinction entre deux écologies qui s'opposent : l'écologie mondialiste et l'écologie nationaliste/locale. Et pour moi la première n'est que du pipeau de A à Z, c'est une technique de subversion pour conduire les veaux à l'abattoir, comme l'écrasante majorité des idées venant de la gauche politique. Or aujourd'hui, nous vivons dans un monde totalitaire où la gauche idéologique domine tout. Si vous croyez qu'un libéral ou qu'un républicain est de droite alors il vous faut encore vous renseigner sur la question.

Si vous voulez vous faire une idée simple de ma pensée, je la résumerais ainsi : opposition au politiquement correct, à la bien-pensance, à la croyance aveugle en des dogmes considérées comme établis et contre lesquels il n'est pas « bien » de s'opposer, car « contrairement au progrès ». Je n'aspire pas au « progrès » comme nouvelle religion mondiale. En cela je ne suis pas très « écolo ». Plus un idée venue d'on ne sait trop où et matraquée jusqu'à devenir un évidence pour tout le monde et plus je trouve cela louche.

a écrit : Personnellement à choisir entre le nucléaire qui est foireux quand ça se passe mal et qui fait du jus pas trop cher et le charbon qui est foireux quoi qu'il arrive et qui fait de l'électricité plus chère j'ai choisi mon poison.

Bien sûr je prie pour qu'on fasse de rapides progrès dans l
e traitement des déchets histoire de faire mieux que les enterrer dans les pays du Sud et qu'on développe de meilleurs réacteurs, genre réacteurs à fusion nucléaire, qui seraient plus sûrs, moins polluants et auraient un bien meilleur rendement. Afficher tout
Enterrer nos dechets dans le sud ? Le sud de la France ? Ou plus au sud. ? Genre Afrique ? Pour info les déchets Français restent en France et pour la quantité on peut toujours faire mieux mais sache qu'aujourd'hui nous avons environ l'équivalent de 2 piscines olympiques donc finalement pas tant que ça pour 50 ans de production.

a écrit : Mais qu'est ce qu'on ne peut pas lire comme conneries!! Le problème n'est pas que tu choisis TON poison le problème est que tu choisis le poison pour les 10000 prochaines générations !! Et pour quoi ? Parce que Mônsieur ne veut pas payer son électricité un peu plus cher ??? C'est quoi cette façon de penser?? Mônsieur ne veut pas sacrifier une petite partie de son grand confort pour la planète, la nature, les animaux, les futures générations etc.??? C'est quoi cet égoïsme ???
Qu'est ce que tu penserais si tu devais encore protéger des déchets pour quelques égoïstes qui avaient fait du nucléaire au temps des dinosaures ? Tu trouverais ça normal de faire des travaux, de dépenser des milliards pour se protéger parce que quelques égoïstes n'ont pas voulu payer trop cher leur électricité ?? On marche sur la tête !!

Et arrêtons de dire que le nucléaire ne produit pas de CO2 la gestion des déchets sera une catastrophe en terme de CO2, ce sont des machines qui font des bunkers pour éviter qu'il y ait des fuites et ce sur des centaines de millions d'années, allez dire que ces machines ne consomment rien, qu'il ne faut pas des quantités de gazoil gigantesques pour les faire tourner !! Sinon on a qu'à prendre que ce qui nous arrange pour chaque énergie. Moi le photovoltaïque je ne compte pas le recyclage et la fabrication des panneaux, ah là oui c'est parfait comme système!!
C'est pas possible de voir que le bout de son nez !
Afficher tout
Quand un commentaire commence énervé comme le tien, on n'a pas envie de le lire, d'ailleurs je ne l'ai pas lu. Tu peux dire les choses en étant courtois, ça ne leur donne pas moins d'importance.

Je n’habite pas à côté d’une centrale nucléaire,mais à chaque rentrée scolaire,je signe un formulaire autorisant l’école à donner un comprimé d’iode à mes enfants si besoin.

a écrit : @nicocomputer : J'ai pour habitude de m'intéresser aux deux camps sur les question relative à l'écologie, et même sur bien d'autres sujets. Et avec cette approche je trouve les « conservateurs » plus pertinents que les « progressistes » qui semblent avoir des raisonnements plus proche de la religion dogmatique que de l'étude des faits. Donc dans l'ensemble et d'après les nombreux écrits, rapports, entretiens audio ou vidéo que j'ai pu analyser le nucléaire me semble un moindre mal. Certes, ça n'est pas la panacée à tout ceux qui touche à l'énergie, il y a bien des reproches qui peuvent être fait mais, en attendant, cela reste une valeur sûre à l'heure actuelle et dans notre pays. Je ne suis pas radicalement opposé aux énergies alternatives, certaines méritent de l'attention mais ce sont des systèmes à appliquer à l'échelle personnelle ou par des collectivités, on ne peut pas appliquer du 100 % renouvelable à un grand pays comme la France. Et sinon c'est charbon ou gaz, difficile de tenir un discours écologique après ça.

Mais comme je l'ai dit auparavant, l'écologie est essentiellement un prétexte à des vues bien moins saines que ce qu'elles sont en façade. Comme le dit l'adage : l'Enfer est pavée de bonnes intentions. Avoir une perception naïve de l'Humanité conduit ou à une grande déception et une forte rancœur lorsqu'on lève le voile sur tout ce qui n'est pas dit explicitement ou au suicide, intention ou subi.

En cela je réponds un peu à TybsXckZ, auquel je m'adresse à présent :

je pense qu'on est d'accord sur plusieurs points mais par des approches différentes.

Effectivement l'Occident n'est pas la seule concernée. Il y a un processus d'asservissement qui s'étend à toutes les civilisations de ce monde. Mais son déclin est d'autant plus impressionnant puisqu'il fut un temps ou l'Europe — et plus particulièrement la France — était le centre névralgique du monde. J'ai lu une citation d'un auteur français il y a peu et il me faut remettre la main dessus pour pouvoir la citer. En substance cela disait qu'une civilisation qui renonce à être conquérant finit forcément par disparaître. Et c'est le constat que je fais pour l'Occident. Je me soucie avant tout des Français et des Européens. Et je m'adhère absolument pas à l'idée de village-monde car c'est contraire à mon idéologie. Je suis un partisan d'un monde rempli de frontières (pas que physiques évidemment). L'écologie étant un dogme globaliste, je fais la distinction entre deux écologies qui s'opposent : l'écologie mondialiste et l'écologie nationaliste/locale. Et pour moi la première n'est que du pipeau de A à Z, c'est une technique de subversion pour conduire les veaux à l'abattoir, comme l'écrasante majorité des idées venant de la gauche politique. Or aujourd'hui, nous vivons dans un monde totalitaire où la gauche idéologique domine tout. Si vous croyez qu'un libéral ou qu'un républicain est de droite alors il vous faut encore vous renseigner sur la question.

Si vous voulez vous faire une idée simple de ma pensée, je la résumerais ainsi : opposition au politiquement correct, à la bien-pensance, à la croyance aveugle en des dogmes considérées comme établis et contre lesquels il n'est pas « bien » de s'opposer, car « contrairement au progrès ». Je n'aspire pas au « progrès » comme nouvelle religion mondiale. En cela je ne suis pas très « écolo ». Plus un idée venue d'on ne sait trop où et matraquée jusqu'à devenir un évidence pour tout le monde et plus je trouve cela louche.
Afficher tout
On est sur une application pour apprendre. Ton discours est l'inverse. Apprend par toi même au lieu réciter les discours d'extrême droite.

a écrit : @nicocomputer : J'ai pour habitude de m'intéresser aux deux camps sur les question relative à l'écologie, et même sur bien d'autres sujets. Et avec cette approche je trouve les « conservateurs » plus pertinents que les « progressistes » qui semblent avoir des raisonnements plus proche de la religion dogmatique que de l'étude des faits. Donc dans l'ensemble et d'après les nombreux écrits, rapports, entretiens audio ou vidéo que j'ai pu analyser le nucléaire me semble un moindre mal. Certes, ça n'est pas la panacée à tout ceux qui touche à l'énergie, il y a bien des reproches qui peuvent être fait mais, en attendant, cela reste une valeur sûre à l'heure actuelle et dans notre pays. Je ne suis pas radicalement opposé aux énergies alternatives, certaines méritent de l'attention mais ce sont des systèmes à appliquer à l'échelle personnelle ou par des collectivités, on ne peut pas appliquer du 100 % renouvelable à un grand pays comme la France. Et sinon c'est charbon ou gaz, difficile de tenir un discours écologique après ça.

Mais comme je l'ai dit auparavant, l'écologie est essentiellement un prétexte à des vues bien moins saines que ce qu'elles sont en façade. Comme le dit l'adage : l'Enfer est pavée de bonnes intentions. Avoir une perception naïve de l'Humanité conduit ou à une grande déception et une forte rancœur lorsqu'on lève le voile sur tout ce qui n'est pas dit explicitement ou au suicide, intention ou subi.

En cela je réponds un peu à TybsXckZ, auquel je m'adresse à présent :

je pense qu'on est d'accord sur plusieurs points mais par des approches différentes.

Effectivement l'Occident n'est pas la seule concernée. Il y a un processus d'asservissement qui s'étend à toutes les civilisations de ce monde. Mais son déclin est d'autant plus impressionnant puisqu'il fut un temps ou l'Europe — et plus particulièrement la France — était le centre névralgique du monde. J'ai lu une citation d'un auteur français il y a peu et il me faut remettre la main dessus pour pouvoir la citer. En substance cela disait qu'une civilisation qui renonce à être conquérant finit forcément par disparaître. Et c'est le constat que je fais pour l'Occident. Je me soucie avant tout des Français et des Européens. Et je m'adhère absolument pas à l'idée de village-monde car c'est contraire à mon idéologie. Je suis un partisan d'un monde rempli de frontières (pas que physiques évidemment). L'écologie étant un dogme globaliste, je fais la distinction entre deux écologies qui s'opposent : l'écologie mondialiste et l'écologie nationaliste/locale. Et pour moi la première n'est que du pipeau de A à Z, c'est une technique de subversion pour conduire les veaux à l'abattoir, comme l'écrasante majorité des idées venant de la gauche politique. Or aujourd'hui, nous vivons dans un monde totalitaire où la gauche idéologique domine tout. Si vous croyez qu'un libéral ou qu'un républicain est de droite alors il vous faut encore vous renseigner sur la question.

Si vous voulez vous faire une idée simple de ma pensée, je la résumerais ainsi : opposition au politiquement correct, à la bien-pensance, à la croyance aveugle en des dogmes considérées comme établis et contre lesquels il n'est pas « bien » de s'opposer, car « contrairement au progrès ». Je n'aspire pas au « progrès » comme nouvelle religion mondiale. En cela je ne suis pas très « écolo ». Plus un idée venue d'on ne sait trop où et matraquée jusqu'à devenir un évidence pour tout le monde et plus je trouve cela louche.
Afficher tout
Vous n'êtes pas seul

a écrit : Personnellement à choisir entre le nucléaire qui est foireux quand ça se passe mal et qui fait du jus pas trop cher et le charbon qui est foireux quoi qu'il arrive et qui fait de l'électricité plus chère j'ai choisi mon poison.

Bien sûr je prie pour qu'on fasse de rapides progrès dans l
e traitement des déchets histoire de faire mieux que les enterrer dans les pays du Sud et qu'on développe de meilleurs réacteurs, genre réacteurs à fusion nucléaire, qui seraient plus sûrs, moins polluants et auraient un bien meilleur rendement. Afficher tout
Il faudrait arrêter de penser que nous avons le choix de la méthode. Même avec tous les réacteurs possibles en même temps, notre système industriel est voué à la disparition dans les 50 ans à venir max.


Le vrai problème c’est que le nucléaire on n’en a plus que pour 30 ou 40 ans avec la consommation actuelle.
Or elle augmente exponentiellement (sans compter qu’on vend et fabrique nos centrales à tours de bras partout dans le monde)
Et quand dans 20 ans il faudra remplacer le pétrole par du nucléaire (ou moins, parce qu’avant de plus en avoir, il coûtera trop cher), je pense qu’on ne fait que reculer le problème de 10 ans grand max. (et encore, je suis gentils)

Ça fait énormément de problèmes à gérer pendant des millénaires pour 10 ans de gagnés.
Je penses qu’on restera dans l’Histoire comme les pires connards que la terre ai porté.
L’Histoire peut pardonner d’avoir manger notre pain blanc du pétrole. Ça pourrait rester comme une époque bénie et regrettée.
Mais elle n’est jamais tendre avec les égoïstes qui pourrissent les générations futures avec des problèmes démesurées pour un niveau de vie qu’on sera de toute façon obliger d’abandonner dans 30 ou 40 ans.

a écrit : Entièrement d'accord avec vous. Le nucléaire est le meilleur compromis. Quand on voit les sommes astronomiques utilisées par le lobby des « énergies renouvelables » et qui serait plus utile d'intégrer dans la recherche sur le nucléaire, on marche sur la tête. La propagande des Verts, venue des libéraux-libertaires d'outre-Rhin, et qui frappe d'un part les baby-boomers et d'autre part les générations Y et surtout Z, est une fumisterie. Le « renouvelable » c'est bien quand c'est bricolé, pour une production personnelle en quête d'autonomie, au-delà c'est une vaste escroquerie.
D'ailleurs, en terme d'émissions de CO² et autres gaz prétendument « nocifs », la France figure parmi les rares pays « propres » et respectant ses engagements, plus serait inutile, aussi inutile que de faire un potager bio entre une usine pétrochimique et une déchetterie. Et les mêmes Allemands sont bien contents lorsqu'ils ont la possibilité d'acheter une peu de notre « vilain nucléaire » pour faire baisser leur chiffre d'émissions de gaz à effet de serre.

À titre personnel, je suis pour une écologie véritable, celle des petits villages autogérés, avec potagers et moulins, celle qui remet en avant les pratiques ancestrales en y apportant quelques évolutions techniques. Mais ce qu'on a coutume d'appeler aujourd'hui « écologie » est une blague. C'est l'un des trois dogmes du triptyque d'extrême-gauche, avec le « vivre-ensemble » et le « féminisme ». Concepts mortifères dont le seul objectif est la décadence et l'asservissement de l'Occident.

Il nous reste encore beaucoup de travail pour maîtriser pleinement l'atome et en exploiter le potentiel énergétique dans son entièreté, même chose avec le traitement de déchets, cependant on voit des innovations poindre de temps à autre et ce n'est pas en diminuant voire en éradiquant les subventions pro-nucléaire qu'on risque de trouver des solutions.

Faute de grives, on mange des merles ; mais cela faut toujours mieux que de se laisser mourir en refusant d'en manger, n'est-ce pas ?
Afficher tout
Je croirais lire Eric Zemmour.
J'adore !