L'hélicoptère est un des modes de transport les plus dangereux

Proposé par
Invité
le

Tous les commentaires (99)

a écrit : Pas du tout et si tu me relis bien, je me réjouis de sa mort (dont je n'ai cure) car elle permet d'avoir une super anecdote aujourd'hui.
Dommage pour lui qu'il n'ait pas eu connaissance de ces statistiques avant d'organiser ces journées.

PS: "Bryant" effectivement.
C’est assez triste de se « rejouir » du décès de quelqu’un (connu ou non) quelqu’en soit les motifs... 9 morts ne valent pas une anecdote aussi intéressante soit elle.

a écrit : C’est assez triste de se « rejouir » du décès de quelqu’un (connu ou non) quelqu’en soit les motifs... 9 morts ne valent pas une anecdote aussi intéressante soit elle. Ils étaient 9 ? C'est marrant car les journalistes ne parlent pas beaucoup du reste des occupants...

Personnellement, ce que je trouve tragique, c'est la façon étrange et un peu hypocrite que les humains ont de pleurer la mort de gens qu'ils ne connaissent pas personnellement et qui sont "connus". Mais de manière globale, je n'ai jamais tellement compris le fanatisme. Bref, je préfère pleurer mes proches.

Puis, c'est également assez hypocrite d'oublier aujourd'hui, en pleine tempête Weinstein que ce cher monsieur Bryant a été accusé de viol avec un procès réglé à coup de gros chèque.

85 fois plus/moins dangereux ? Cela dépend de l'endroit où vous conduisez. Si vous vous trouvez dans un pays où la sécurité routière est une question de "volonté de Dieu" ou dans lequel vous pouvez choisir de conduire à gauche ou à droite...

a écrit : Mais quelle est l'origine de cette dangerosité ? L'hélicoptère est probablement utilisé dans des situations beaucoup plus difficile (montagne, pleine mer,...)? manque de fiabilité mécanique intrinsèque ? pilote du "dimanche" ? Merci pour l'anecdote On a essayé d'installer des sièges éjectables, mais ça n'a pas bien marché

Tout ça pour dire que les SAMU, le summum de la sécurité en France, déplacent leur personnel et les accidentés en hélico (le choix se fait sur la durée du trajet, par rapport à un véhicule routier - 15000 interventions/an),

La source en Anglais précise que l'article a 7 ans, que les données n'ont jamais été versifiées et qu'il n'a pas été mis à jour...
pas sérieux, ça

a écrit : Il me semble qu'une panne moteur d'un hélicoptere n'est pas "fatal", l'appareil descendant en sustentation grace à l'autoration, et permet au pilote de se poser quasi normalement.
Des plus calés que moi l'expliqueront mieux, mais de source sure, les appareils monomoteurs
sont tenus d'être certifié de l'autorotation.

Les bimoteurs eux ont plus de chance d'échapper au probleme, la panne des deux moteurs étant relativement faible.

Je rejoindrais l'avis de Doublephil, l'hélico est amené à évoluer dans des circonstances plus dangereuses et est beaucoup plus utilisé en terrain escarpés ou présentant un risque (mer, forêt...).
Je crois qu'une panne du rotor de queue est la cause la plus fréquente de crash, ainsi que la résonance, mais là aussi mes connaissances sont limitées, si un connaisseur veut bien confirmer ou non ;)
Afficher tout
Merci pour ce complément de commentaire très juste : la perte d'un moteur n'est pas systématiquement fatale, même pour un appareil monomoteur qui peut effectivement se poser sans encombre s'il se situe à une altitude suffisante. L'atterrisage en autorisation reste une manoeuvre délicate, mais elle fait partie de la formation de tout pilote de monomoteur. L'autorotation est la sustentation relative de l'hélicoptère liée à la rotation des pales sous l'effet de la perte d'altitude. En gros, le flux d'air lié à la "chute" de l'helico entraîne les pales en rotation. Le pilote peut alors mettre du pas = donner une légère incidence aux pales pour générer de la portance et donc ralentir cette "chute". A l'approche de l'atterrissage, le pas est augmenté pour réduire drastiquement la vitesse de descente et donc atterrir plutôt que s'écraser.
Pour les bimoteurs, les performances sont affectées de façon significatives (on parle d'OEI " One Engine Inoperative") mais l'événement n'impose pas forcément de mettre un terme à la mission.
La perte des commandes de vol est plus critique encore que la perte d'un moteur.
Pour en revenir au taux d'accidents, l'hélicoptère est en effet victime de sa principale force : accéder là où aucun autre engin n'accède (sauvetage en montagne, en mer, proximité avec l'environnement (poteau / câble électrique, ...) ce qui entraîne une forte exposition au danger et explique une partie de ce taux d'accidents.
Autre phénomène, le pilotage d'un hélicoptère est complexe (3chaines de commande de vol, roulis/tangage et lacet) : combiné avec une utilisation dans des environnements complexes, ça explique une partie des choses
Et enfin, la durée de vie des hélicoptères est énorme : environ 40ans contre une vingtaine à la louche pour les avions de ligne et entre dix et vingt pour les voitures. Se rajoute à celà des flottes plus petites et donc une maintenance peut être moins organisée que pour les avions et vous avez une autre explication.

Il faut parfois faire attention aux effets d'échelle...
Au nombre de mort par km parcourus, l'avion est moins dangereux que l'ascenseur ;)

a écrit : Il faut parfois faire attention aux effets d'échelle...
Au nombre de mort par km parcourus, l'avion est moins dangereux que l'ascenseur ;)
Tout à fait ! N'oublions pas que le concorde est passé en 1 seul crash d'avion le plus sûr au monde à avion très dangereux, statistiquement parlant...

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Il me semble qu'une panne moteur d'un hélicoptere n'est pas "fatal", l'appareil descendant en sustentation grace à l'autoration, et permet au pilote de se poser quasi normalement.
Des plus calés que moi l'expliqueront mieux, mais de source sure, les appareils monomoteurs
sont tenus d'être certifié de l'autorotation.

Les bimoteurs eux ont plus de chance d'échapper au probleme, la panne des deux moteurs étant relativement faible.

Je rejoindrais l'avis de Doublephil, l'hélico est amené à évoluer dans des circonstances plus dangereuses et est beaucoup plus utilisé en terrain escarpés ou présentant un risque (mer, forêt...).
Je crois qu'une panne du rotor de queue est la cause la plus fréquente de crash, ainsi que la résonance, mais là aussi mes connaissances sont limitées, si un connaisseur veut bien confirmer ou non ;)
Afficher tout
Oui, c’est ça : l’appareil tombe et l’air fait alors tourner les hélices. En approche du sol, le pilote incline les pales dans l’autre sens : la rotation des pales accumulée par la descente sert alors pour ralentir considérablement la vitesse de chute et il peut se poser quasiment en douceur.

En inclinant jouant sur l’inclinaison des pâles, il peut contrôler la vitesse du rotor et la poussée produite.

(en temps normal, c’est aussi l’inclinaison des pales qui permet d’aller plus ou moins vite : le rotor tourne à vitesse constante et seule l’inclinaison des pales permet de modifier la poussée. Posé au sol, les pales sont à l’horizontale et ne produisent pas de poussée).

a écrit : Oui exactement, un hélicoptère peut atterrir en autorotation. D’après ce que j’ai lu, il y a deux conditions :
- être à plus de 100m du sol
- le pilote doit relever le nez de l’appareil juste avant de toucher le sol. Sil ne relève pas le nez cela entraine un crash.

Le problème avec l’hélicoptèr
e c’est aussi l’altitude de vol plus faible qu’un avion. Il est susceptible de rencontrer plus d’obstacles :
- ligne haute tension
- immeuble
- construction en hauteur etc ...

A proximité d’un obstacle, quelques secondes d’inattention suffisent pour entraîner un crash.

Je pense aussi que le pilotage d’un hélicoptère est plus compliqué qu’un avion. Je me souviens avoir tester de piloter des hélicoptères sur Flight Simulator ... je me suis écrasé dans 90% des cas ...
Afficher tout
Il faut aussi ajouter que, contrairement à un avion qui se comporte comme une flèche fendant l'air, ce qui stabilise plus où moins le vol, dans un hélico, et ceux quelles que soient les conditions météo et l'altitude, le pilote doit agir plus minutieusement sur les commandes en permanence pour stabiliser l'appareil.
Il existe bien des pilotes automatiques, mais ils ne sont capables que d'effectuer quelques manœuvres d'assistance au pilotage/stabilisation mais pas de maintenir une trajectoire de vol comme sur un avion de ligne car les paramètres à gérer sont trop nombreux et surtout trop aléatoires.

Après, l'hélico, c'est comme tout, ca a des avantages et des inconvénients, cela dit, je ne savais pas que c'était aussi dangereux. A mon avis, ça restera un gadget pour friqués pendant longtemps. Ca m'étonnerait fort que les voitures volantes à rotors se généralisent, on est déjà pas foutus de conduire sans faire une faute toute les 5 minutes (moyenne pour un BON conducteur) sur du plat, alors au milieu des immeubles... ^^

a écrit : Des gros chiffres pour faire le buzz...
Les deux sources plus que douteuses extrapolent des données et donnent leur avis.
A tous les coups, un gars a donné son avis, pondu un article buzz et tous les sites de buzz l'on repris...

Si vous voulez avoir des infos, n'allez pas sur des
sites dont le slogan est "Actualités, conseils et bien-être en santé".
Allez plutôt voir le rapport de la sécurité aérienne de la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile) :
www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/rapport_securite_aerienne_2018.pdf (vous pouvez changer l'année dans l'url)

En France, Il y a eu 5 accidents d'hélicoptères pour 8 morts en 2018 et un seul accident pour un mort en 2017.

Peut-on réellement, avec si peu d'accidents, extrapoler et dire que cette machine est 85 fois plus dangereuse qu'une voiture ?
Sans parler qu'on ne sait pas vraiment de quoi on parle... Pour les deux véhicules, on inclue la santé/l'expérience des conducteurs ? L'état du véhicule ? Les condition météorologiques ? On ne pondère pas en fonction des mentalités de conduite différentes selon les pays ?
Afficher tout
Ben jvais te dire, au dessus de ma tête, y'a un hélico qui passe... disons... une fois tous les 15 jours mais y'a en permanence au moins 5 où 6 avions de ligne avec 300 pommes à bord, et les bagnoles... n'en parlons même pas.
Les hélicos, y'en a pas lourd dans le ciel, et le rapport passager/kilomètre parcouru n'a rien à voir, d'autant que l'anecdote parle bien de "transport", donc de passagers qui paient pour voler dedans, pas des vols en hélicos exclusivement professionnels (armée, police, secours)

a écrit : On a essayé d'installer des sièges éjectables, mais ça n'a pas bien marché Bien que tu m'ait bien fait rigoler, les sièges éjectables sur hélico, ça existe ... mais uniquement sur certains hélicoptères de combat.
Bon, c'est pas vraiment un siège mais... les pales sont dégagées via boulons explosifs et force centrifuge et la cabine s'éjecte après (et surtout pas avant quoi^^), on le voit dans James Bond, Goldeneye.

a écrit : *Bryant

Bryan c'est celui qu'on cherchait dans la cuisine quand on était en 6ème.
D’ailleurs on l’a pas trouvé.

a écrit : "En faisant le rapport du nombre de morts par heure de vol"
L'extrapolation s'est faite vers l'unité utilisée pour les hélicoptères.

Heureusement que Kobe Bryan était dans l'hélico d'ailleurs sinon l'accident et cette anecdote seraient passés inaperçus.
Personnellement j’aurais préféré que TU sois dans l’appareil mais là aussi l’anecdote serait passée inaperçue

a écrit : Parmi les différents mode de transport, les jambes sont les moins dangereuse. En faisant le rapport du nombre de morts par kilomètres parcourue, il est par exemple 85 fois moins dangereux que l'automobile... Sauf si l'automobiliste vous roule dessus. Elle es bonne celle là. Comme quoi très facile d'extrapoler

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Le gros problème de l'hélicoptere, c'est qu'il tombe en cas d'avarie moteur.

Au moins, l'avion, même le plus petit, planera un minimum en cas de panne et permettra aux occupants d'atterrir sur la terre ferme avec un peu de chance voire d'amerrir sans couler tout de sui
te.

D'ailleurs, je vous conseille, au lieu d'acheter un hélicoptère, d'investir dans un Cirrus Vision Jet (cirrusaircraft.com/visionjet/). En plus d'être un avion compact, rapide et "bon marché", ce dernier est doté d'un parachute en cas de panne ou de décrochage. Plutôt pratique quand les conditions sont mauvaises.
Afficher tout
Merci pour le tuyau... Évidemment il est magnifique et à l'air super léger !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On a essayé d'installer des sièges éjectables, mais ça n'a pas bien marché Le kamov ka50/ka52 est doté d'un siège éjectable. Bien entendu les pales du rotor sont détachées avant l'éjection du pilote. Ces pales qui partent alors à grande vitesse doivent être très dangereuses.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Personnellement j’aurais préféré que TU sois dans l’appareil mais là aussi l’anecdote serait passée inaperçue Ça ne risque pas, je préfère prendre un jet.

a écrit : "En faisant le rapport du nombre de morts par heure de vol"
L'extrapolation s'est faite vers l'unité utilisée pour les hélicoptères.

Heureusement que Kobe Bryan était dans l'hélico d'ailleurs sinon l'accident et cette anecdote seraient passés inaperçus.
Humour ? Kobe machin ou pas, cette anecdote ne serait pas passée plus inaperçue que les tiennes...