La punition pour haute trahison en Grande Bretagne n'était pas sympathique

Proposé par
le
dans

En Grande-Bretagne, pour punir le crime de haute trahison, un supplice particulier était autrefois pratiqué. Le condamné était traîné nu sur une claie, pendu sans que mort s'en suive puis éventré, éviscéré et émasculé. Ses organes étaient brûlés devant ses yeux, et il était enfin décapité et équarri.

Appelé Hanged, drawn and quartered (littéralement pendu, tiré et équarri), ce supplice fut utilisé pendant près de cinq siècles pour condamner les auteurs de crimes de haute trahison (envers le roi et son domaine), considérés plus vils que l'assassinat et justifiant d'une peine plus exemplaire. Pour les femmes, la peine d’équarrissement était commuée en brûlement de cadavre et dispersion des cendres. Le dernier personnage connu à avoir subi ce supplice fut François Henri de la Motte le 27 juillet 1781, pour espionnage de la flotte britannique pour le compte de la France.


Commentaires préférés (3)

La décapitation doit être le meilleur moment pour le gars là...

Posté le

android

(70)

Répondre

a écrit : Une claie d'après wikipédia ce serait un panier en osier ... Du coup j'ai du mal à me représenter la scène . Si quelqu'un a une autre définition ? Modifie ta recherche en mettant "claie d'infamie", la définition sera plus proche de ce que tu recherches.
En fait, cela ressemble à un "sommier" peu confortable confectionné en métal sur lequel on plaçait le supplicié. Peut être pas dans le but de le "torturer physiquement" mais plus "mentalement" en jetant l'infamie (d'ou le nom de claie d'infamie) sur lui. Car il était exhibé du lieu de détention jusqu'au lieu de supplice.

a écrit : La décapitation doit être le meilleur moment pour le gars là... Par contre, bruler ses viscères et organes, pas convaincu que ca le perturbe plus que ca après avoir été éventré et émasculé.


Tous les commentaires (45)

Une claie d'après wikipédia ce serait un panier en osier ... Du coup j'ai du mal à me représenter la scène . Si quelqu'un a une autre définition ?

Posté le

android

(1)

Répondre

La décapitation doit être le meilleur moment pour le gars là...

Posté le

android

(70)

Répondre

a écrit : Une claie d'après wikipédia ce serait un panier en osier ... Du coup j'ai du mal à me représenter la scène . Si quelqu'un a une autre définition ? Modifie ta recherche en mettant "claie d'infamie", la définition sera plus proche de ce que tu recherches.
En fait, cela ressemble à un "sommier" peu confortable confectionné en métal sur lequel on plaçait le supplicié. Peut être pas dans le but de le "torturer physiquement" mais plus "mentalement" en jetant l'infamie (d'ou le nom de claie d'infamie) sur lui. Car il était exhibé du lieu de détention jusqu'au lieu de supplice.

a écrit : La décapitation doit être le meilleur moment pour le gars là... Par contre, bruler ses viscères et organes, pas convaincu que ca le perturbe plus que ca après avoir été éventré et émasculé.

a écrit : Une claie d'après wikipédia ce serait un panier en osier ... Du coup j'ai du mal à me représenter la scène . Si quelqu'un a une autre définition ? De ce que j'en connais, une claie est un tressage, de bois ou de fer destiné à faire sécher des truc (fruit, teinture, feuille, etc. Avec chacun un type de claie adapté au truc à sécher).
Il existe peut-être plusieurs variantes, mais en gardant ce que je viens de décrire, j'imagine que le supplicié était traîné sur ces grilles un peu comme sur une râpe géante.

Posté le

android

(6)

Répondre

Dans ces histoires sordides sur les châtiments dans les temps anciens, une question reste en suspens :
A partir de quel moment les exécutions publiques et les mutilations publiques ont commencé à être mal vu par la population ? Je suppose que ce moment commence aux lumières jusqu'aujourd'hui.

Pour rappel les exécutions étaient des moments populaires, la foule était parfois euphorique à la vue de la mort donné en publique.

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Dans ces histoires sordides sur les châtiments dans les temps anciens, une question reste en suspens :
A partir de quel moment les exécutions publiques et les mutilations publiques ont commencé à être mal vu par la population ? Je suppose que ce moment commence aux lumières jusqu'aujourd'hui.
/> Pour rappel les exécutions étaient des moments populaires, la foule était parfois euphorique à la vue de la mort donné en publique. Afficher tout
Et bien moi je suis persuadé que dans une bonne dictature qui interdirait les "bien pensants" d'émettre un avis et de réagir, on trouverait beaucoup de monde aux exécutions publiques ! :)
En ce moment même, quelque part sur la planète, des femmes sont enterrées jusqu'aux hanches quelque part, et des hommes leur balancent des cailloux dans la gueule. Bon, c'est vrai que c'est grâve : elles ont trompé leurs maris... Oh la faute ! :)

a écrit : Et bien moi je suis persuadé que dans une bonne dictature qui interdirait les "bien pensants" d'émettre un avis et de réagir, on trouverait beaucoup de monde aux exécutions publiques ! :)
En ce moment même, quelque part sur la planète, des femmes sont enterrées jusqu'aux hanches quelque part,
et des hommes leur balancent des cailloux dans la gueule. Bon, c'est vrai que c'est grâve : elles ont trompé leurs maris... Oh la faute ! :) Afficher tout
Justement ce raisonnement je l'ai aussi eu, mais quand on s'y intéresse, même dans les pays de type dictature ou autoritaire la violence montré publiquement par l'autorité tend à disparaître ou a être rejeter par la population.

On peut citer la fin des lynchages publics et officiel par l'Iran et de nombreux exemple.
D'ailleurs la première démocratie moderne n'est pas en reste. Aux USA la pratique du lynchage publique était répandu. C'est en 1916 qu'un des derniers lynchage de masse a lieu. On parle de milliers d'américains participant à la torture et l'exécution d'un adolescent noir..
fr.m.wikipedia.org/wiki/Lynchage_de_Jesse_Washington

Et d'ailleurs la bien pensance poussé à l'extrême est une dictature. C'est le paradoxe de la tolérance.

Posté le

android

(22)

Répondre

a écrit : Par contre, bruler ses viscères et organes, pas convaincu que ca le perturbe plus que ca après avoir été éventré et émasculé. Je suis pas un expert mais je crois que brûler les organes à une portée religieuse. La croyance voulait que le défunt ait ses organes intact pour accéder au paradis, en les brûlants on lui ferme la rédemption éternelle.

J'avais lu ça quelques part mais je peux me tromper.

Posté le

android

(10)

Répondre

En chine il y avait le supplice du lingchi pour certains crimes exceptionnels. On découpait vivant par petits morceaux un supplicié défoncé à l'opium. Au royaume uni La Reine Brunehaut fut torturée, puis traînée derrière un cheval sauvage jusqu'à ce que mort s'en suive.

On était pas mal en France aussi !
Connaissez vous l'affaire de la tour de Nesle ? En 1314, les deux brus de Philippe le Bel sont accusées d'adultères (qui auraient eu lieux dans la fameuse tour de Nesle, d'où son nom)
Lors d'un séjour de ses frères, la reine d'Angleterre Isabelle (fille de Philippe le Bel) offre des présents à ses frères ainsi que des petites sacoches à ses belles-sœurs. Mais peu de temps après, durant un banquet organisé en Angleterre, la reine remarquera que les sacoches offertes à ses deux belles-sœurs ont elles-mêmes été données et sont accrochées à la ceinture de deux chevaliers normands !

La disgrâce de ses frères et belles-soeurs, pouvant aboutir au reigne en France de son jeune fils Edouard, Isabelle dénonce donc ses belle-soeurs à son père le roi de France.
Les amants de Marguerite et Blanche de France seront alors condamnés à être : "roués, écorchés vifs, émasculés, recouverts de plomb en ébullition, traînés par des chevaux et enfin décapités", le tout devant les yeux de leurs amantes.

Cette histoire (très vite résumée ici) est fabuleusement racontée et détaillée dans Les rois maudits de Maurice Druon que je recommande (très très !) vivement !
L'histoire de notre pays est une saga incroyable !

Posté le

android

(27)

Répondre

a écrit : On était pas mal en France aussi !
Connaissez vous l'affaire de la tour de Nesle ? En 1314, les deux brus de Philippe le Bel sont accusées d'adultères (qui auraient eu lieux dans la fameuse tour de Nesle, d'où son nom)
Lors d'un séjour de ses frères, la reine d'Angleterre Isabelle
(fille de Philippe le Bel) offre des présents à ses frères ainsi que des petites sacoches à ses belles-sœurs. Mais peu de temps après, durant un banquet organisé en Angleterre, la reine remarquera que les sacoches offertes à ses deux belles-sœurs ont elles-mêmes été données et sont accrochées à la ceinture de deux chevaliers normands !

La disgrâce de ses frères et belles-soeurs, pouvant aboutir au reigne en France de son jeune fils Edouard, Isabelle dénonce donc ses belle-soeurs à son père le roi de France.
Les amants de Marguerite et Blanche de France seront alors condamnés à être : "roués, écorchés vifs, émasculés, recouverts de plomb en ébullition, traînés par des chevaux et enfin décapités", le tout devant les yeux de leurs amantes.

Cette histoire (très vite résumée ici) est fabuleusement racontée et détaillée dans Les rois maudits de Maurice Druon que je recommande (très très !) vivement !
L'histoire de notre pays est une saga incroyable !
Afficher tout
les sociétés ont toujours su faire preuve d'inventivité dans l'horreur absolue, dès lors qu'il s'agissait d'empêcher la liberté sexuelle

Citation de William Wallas "Car ils peuvent nous enlever notre vie, mais ils ne pourront jamais enlever, NOTRE LIBERTÉ"
Un grand classique

Posté le

android

(8)

Répondre

Cela me fait penser à la scène de Bravehart... j'en ai encore des frissons rien que d'y penser

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Citation de William Wallas "Car ils peuvent nous enlever notre vie, mais ils ne pourront jamais enlever, NOTRE LIBERTÉ"
Un grand classique
sauf que quand on est mort, on n'a plus rien à faire de sa liberté

Il n'a pas trahi puisqu'il était français !!!

Posté le

android

(1)

Répondre

Tout commence par une dénonciation et fini en torture.
Bon Weekend...

a écrit : Dans ces histoires sordides sur les châtiments dans les temps anciens, une question reste en suspens :
A partir de quel moment les exécutions publiques et les mutilations publiques ont commencé à être mal vu par la population ? Je suppose que ce moment commence aux lumières jusqu'aujourd'hui.
/> Pour rappel les exécutions étaient des moments populaires, la foule était parfois euphorique à la vue de la mort donné en publique. Afficher tout
Je dirais... quand l'école est devenue obligatoire et qu'on s'est mis à mettre autre chose que des conneries dans la tête des gosses? Que la conscience populaire s'est peu à peu élevée et que l'empathie s'est généralisée?

Remarquons qu'aujourd'hui, l'effet inverse se produit, les enfants déscolarisés où en échec scolaire sont de plus en plus nombreux et la connerie déchaînée reprend du poil de la bête...

a écrit : Et bien moi je suis persuadé que dans une bonne dictature qui interdirait les "bien pensants" d'émettre un avis et de réagir, on trouverait beaucoup de monde aux exécutions publiques ! :)
En ce moment même, quelque part sur la planète, des femmes sont enterrées jusqu'aux hanches quelque part,
et des hommes leur balancent des cailloux dans la gueule. Bon, c'est vrai que c'est grâve : elles ont trompé leurs maris... Oh la faute ! :) Afficher tout
Je répète, question d'éducation, rien à voir avec une dictature où un quelconque type de gouvernement.
Ce que tu décris se fait de plus en plus rare, mais bon, quand on explique à un petit garçon dès sa tendre enfance que les filles sont des objets, qu'on peut taper dessus pour un oui où pour un non, et même que c'est recommandé, encouragé, ben, ils finissent par en être sur, c'est tout!
Les meurtres pour l'honneur où pour une question d'ego existent encore, certes, mais pas que dans les pays auxquels on pense en général, y'en a aussi sous nos fenêtres, en France, tous les jours où presque... sauf qu'ici c'est sensé être interdit. :(

Hein?

Oui, ce que tu décris est un meurtre, assaisonné de barbarie.

Il commence bien ce W.E, je vais faire de jolis rêves ce soir! ^^