Les avions de ligne actuels vont moins vite que par le passé

Proposé par
le

Les avions de ligne actuels pourraient aller plus vite. Mais à cause de la consommation de kérosène (35% des dépenses des compagnies) qui augmente avec la vitesse pour une même distance parcourue (l'intensité des frottements augmente au carré avec la vitesse), les compagnies préfèrent ralentir leurs avions.

Il s'agit alors de trouver un équilibre de durée de voyage, entre le carburant dépensé, les heures de travail des employés (30% des dépenses) et l'usure liée à l'avion pendant les vols plus longs. Ainsi, la compagnie JetBlue a estimé avoir effectué une économie d'échelle de 13,6 millions de dollars en rallongeant la durée de chacun de ses vols de 2 minutes.


Tous les commentaires (45)

a écrit : C'est peut-être aussi le cas à Mexico (la restriction de circulation en fonction du nombre de passagers à bord), mais je n'y suis jamais allé alors ça existe (ou existait) aussi ailleurs, là où je l'ai découvert, et c'était donc probablement en Indonésie car ça colle à peu près à mes souvenirs de voyage. Il y avait aussi des voies réservées "car pooling" (et elles existent peut-être toujours) permettant d'éviter les bouchons, je crois, aux USA pour favoriser le co-voiturage, mais je ne crois pas qu'ils allaient jusqu'à payer des petits figurants pour pouvoir les emprunter. Quant à Latour, j'ai bien compris que ce sont ses enfants qui l'accompagnent mais la question est : est-ce qu'aller chercher le pain fait aussi office de promenade ? Auquel cas la production de carbone peut effectivement être divisée par le nombre de passagers, sinon il se fourre le doigt dans l'oeil en pensant que c'est plus acceptable d'aller chercher le pain en voiture quand il y a davantage de passagers à bord car on peut toujours diviser par le nombre de passagers, quel que soit le but du trajet. Afficher tout Bon, comme je tiens encore debout, vous n'avez pas eu trop de mal à trouver - presque - l'origine de mon escorte. Je dis presque, car mes enfants n'ont plus l'âge de "je veux venir, je veux venir..." mais mes petits enfants si. C'était aussi du deuxième degré, car on ne les a pas trop souvent.
Par contre, je dois dire que les chiffres que j'ai donnés sont tout à fait consultables, et bien qu'étant trouvés sur Wikipédia, ont, comme source divers rapports de "l'Organisation météorologique mondiale"
Pour expliquer le fameux E=mc² de Nicontrarié, piqué à Einstein (voleur!) ça signifie qu'à chaque fois qu'on veut doubler la vitesse d'un bolide (masse en mouvement), il faut quadrupler la quantité d'énergie qu'on lui fournit...

bon, voilà, c'est tout pour cette fois

En France l'État a baissé la vitesse a 80 sur les routes, ça permet de moins consommer, mais comme il aurait perdu de l'argent, il a augmenté les taxes, c'est là que les gilets jaunes ont foutu le bordel.

a écrit : C'est peut-être aussi le cas à Mexico (la restriction de circulation en fonction du nombre de passagers à bord), mais je n'y suis jamais allé alors ça existe (ou existait) aussi ailleurs, là où je l'ai découvert, et c'était donc probablement en Indonésie car ça colle à peu près à mes souvenirs de voyage. Il y avait aussi des voies réservées "car pooling" (et elles existent peut-être toujours) permettant d'éviter les bouchons, je crois, aux USA pour favoriser le co-voiturage, mais je ne crois pas qu'ils allaient jusqu'à payer des petits figurants pour pouvoir les emprunter. Quant à Latour, j'ai bien compris que ce sont ses enfants qui l'accompagnent mais la question est : est-ce qu'aller chercher le pain fait aussi office de promenade ? Auquel cas la production de carbone peut effectivement être divisée par le nombre de passagers, sinon il se fourre le doigt dans l'oeil en pensant que c'est plus acceptable d'aller chercher le pain en voiture quand il y a davantage de passagers à bord car on peut toujours diviser par le nombre de passagers, quel que soit le but du trajet. Afficher tout Les voies réservées au <car pooling> ce n'est pas réellement pour des raisons écologiques mais pour réduire la congestion automobile et donc de rendre l'usage de la voiture plus attrayant.

Pour faire usage des voies réservées aux véhicules avec plusieurs passagers certains louent des passagers additionnels, d'autres s'équipent de mannequins bien costumés... Le second subterfuge est parfois plus économique.

Dans un autre ordre d'idées, le coût écologique au kilomètre doit être calculé avec la charge utile déplacée. L'équipage doit donc être soustrait du nombre de passagers qu'il soit agents de bord, pilotes ou chauffeurs de taxi. Les passagers dont la présence est justifiée uniquement pour accompagner la charge utile pendant le déplacement doivent être considérés comme de l'équipage. C'est le cas de la progéniture pot de colle et des enfants loués.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : En réalité, l'économie a toujours été fortement liée à l'écologie. Je parle ici d'économie au sens de:
- réduire les coûts
- réduire les déchets dans la production (et donc les pertes et leur traitement financier)
- réduire le gaspillage d'énergie.

Cela a toujours
été ainsi, ce qui a changé c'est notre regard sur ces pratiques:
Avant une famille qui fabriquait sa lessive elle-même, qui filtrait son eau pour ne pas acheter de l'eau de source en bouteille, qui réparer au lieu de jeter, qui surveillait sa consommation d'eau et d'électricité... On appelait ça une famille de radins, aujourd'hui ils sont devenus "éco-responsables" !
Afficher tout
Picsou est le premier citoyen éco-responsable de Canardville.

a écrit : 2% c'est le transport maritime.
Comparer transport en commun et transport individuel est un non sens, d'autant que le transport aérien est touristique dans 90% des cas, voir plus et qu'on pourrait s'en passer, mais bon, c'est un autre débat.

Pour en revenir à l'anecdote,
tous les systèmes de transport en commun font ça, les bateaux, les trains, les bus, peuvent aller plus vite mais ne le font pas (AAPRL a très bien expliqué pourquoi mais j'en rajoute un peu) car la consommation d'énergie augmente de façon exponentielle avec la vitesse (E=mc²) et il arrive un moment où le gain de temps est écrasé par le coût en carburant/énergie, sans compter l'usure plus rapide du matos.
Le Concorde en a d'ailleurs toujours fait les frais, c'est à peine s'il était rentable malgré les tarifs exorbitants des billets. Les trains aussi d'ailleurs, les TGV récents peuvent facilement dépasser les 400kmh à pleine charge mais le jus n'est pas gratuit, et bonjour l'usure des rails et des caténaires!
Afficher tout
Commentaire plutôt juste, mais la formule E=mc^2 n'a rien à voir ici (elle est même totalement fausse si on l'utilise pour expliquer la surconsommation de carburant).

Pour mieux comprendre la consommation supplémentaire d'énergie:
Pour faire avancer un corps, ici l'avion, on lui insuffle de la force, qui est ici une poussée due aux gaz obtenus par combustion du kérosène.
Mais comme on est dans l'air, les frottements ont tendance à ralentir l'avion, jusqu'à le faire s'arrêter si plus aucune force n'y est appliquée.
C'est cette force de frottement qui augmente au carré avec la vitesse de l'avion (f=k*v^2).
Le carburant dépensé en plus sert donc à compenser ces forces de frottement.

Dans un monde sans air, et sans frottement donc cette limitation de vitesse ne serait pas pertinente.

a écrit : Commentaire plutôt juste, mais la formule E=mc^2 n'a rien à voir ici (elle est même totalement fausse si on l'utilise pour expliquer la surconsommation de carburant).

Pour mieux comprendre la consommation supplémentaire d'énergie:
Pour faire avancer un corps, ici l'avion, on l
ui insuffle de la force, qui est ici une poussée due aux gaz obtenus par combustion du kérosène.
Mais comme on est dans l'air, les frottements ont tendance à ralentir l'avion, jusqu'à le faire s'arrêter si plus aucune force n'y est appliquée.
C'est cette force de frottement qui augmente au carré avec la vitesse de l'avion (f=k*v^2).
Le carburant dépensé en plus sert donc à compenser ces forces de frottement.

Dans un monde sans air, et sans frottement donc cette limitation de vitesse ne serait pas pertinente.
Afficher tout
Alors E=mc² est certes invalide pour un objet en mouvement dans une atmosphère, mais il n’empêche que c'est le même principe, pour doubler la vitesse, il ne suffit pas de doubler la consommation. Et c'est ce qui empêche majoritairement d'aller très vite.

Pour les frottements, exact, mais le Concorde volait très haut justement pour les éviter, ce qui n'a pas empêché la surconsommation de carburant par rapport à un vol classique.

Enfin bref je suis pas matheux, merci de m'avoir corrigé. :)

a écrit : Bon, comme je tiens encore debout, vous n'avez pas eu trop de mal à trouver - presque - l'origine de mon escorte. Je dis presque, car mes enfants n'ont plus l'âge de "je veux venir, je veux venir..." mais mes petits enfants si. C'était aussi du deuxième degré, car on ne les a pas trop souvent.
Par contre, je dois dire que les chiffres que j'ai donnés sont tout à fait consultables, et bien qu'étant trouvés sur Wikipédia, ont, comme source divers rapports de "l'Organisation météorologique mondiale"
Pour expliquer le fameux E=mc² de Nicontrarié, piqué à Einstein (voleur!) ça signifie qu'à chaque fois qu'on veut doubler la vitesse d'un bolide (masse en mouvement), il faut quadrupler la quantité d'énergie qu'on lui fournit...

bon, voilà, c'est tout pour cette fois
Afficher tout
E=mc2 représente la quantité d'énergie équivalente à une masse m (énergie que l'on récupère dans une réaction nucléaire en faisant disparaître une masse m convertie en énergie).
L'énergie liée à la vitesse est 1/2mv2.
Le force de résistance au mouvement dans un fluide est proportionnelle au carré de la vitesse, c'est d'elle dont il est question quand on parle de consommation en fonction de la vitesse.

Sur un site comme celui ci, il faut être certain de ce qu'on écrit avant d'affirmer quelque chose, sinon on se fait forcément reprendre.

a écrit : Alors E=mc² est certes invalide pour un objet en mouvement dans une atmosphère, mais il n’empêche que c'est le même principe, pour doubler la vitesse, il ne suffit pas de doubler la consommation. Et c'est ce qui empêche majoritairement d'aller très vite.

Pour les frottements, exact, mais l
e Concorde volait très haut justement pour les éviter, ce qui n'a pas empêché la surconsommation de carburant par rapport à un vol classique.

Enfin bref je suis pas matheux, merci de m'avoir corrigé. :)
Afficher tout
E=MC2 n'a aucun rapport avec le mouvement, où qu'on se trouve.

a écrit : E=MC2 n'a aucun rapport avec le mouvement, où qu'on se trouve. Dans la formule d'Einstein, "c", c'est la vitesse de la lumière dans le vide, si ça c'est pas du mouvement...
dans la formule, il s'agit plus d'une valeur que d'un déplacement, mais à l'origine, c'est bien ce dernier qui donne le "c" (célérité en Français)
faut faire attention à ce qu'on écrit si on ne veut pas se faire reprendre

a écrit : C'est pas parce qu'il y a pire que c'est bien.
D'ailleurs la bagnole c'est aussi un "méchant pas beaux" comme tu dis et la mode c'est de la mer**
Maintenant à chaque fois que l'on critique quelque chose on a droit à l’éternelle rengaine du y'a pire.
Da
ns quelques commentaires on devrait voir apparaitre "bobo/écolo" avec bien sûr une connotation négative.
La critique principale c'était juste que l'écologie les entreprises s'en foutent t'en que ça rapporte pas d'argent.
Afficher tout
Je comprends ton point de vue mais je pense qu’il ne l’entendait pas de la façon « il y a pire ». Enfin en tt cas moi je ne l’ai pas compris comme ça. Mais plus dans l’idée que les gens qui refusent de prendre l’avion pour raison écologique ont parfois un 4x4, mangent des produits importés ou achetent des vêtements toutes les semaines. Alors j’imagine plus le message qu’il a voulu faire passer du genre « si qq’un critique l’idée de prendre l’avion, alors il doit être irréprochable d’un point de vue écolo » enfin je crois.

???
C'est la vitesse de la lumière dans le vide en effet, pas celle de l'objet. C'est une constante.
Le fait suite cette constante soit la vitesse de la lumière ne signifie en rien que la formule soit liée au mouvement de l'objet.

Un objet immobile ou en mouvement aura une équivalence masse énergie constante.

J'ai mangé ce genre de chose abondamment en prepa et école d'ingénieur, donc la dessus je sais de quoi je parle.

Pour compléter mon message précédent, l'énergie totale en relativité restreinte est :
Mc2/RacineCarree(1-v2/c2).
Il s'agit de mécanique relativiste, donc ne concernant pas un avion (même si dans l'absolu les formules fonctionnent quand même).
Bref cette belle formule prend en compte l'énergie de masse intrinsèque de l'objet et sa vitesse (v, pas c, c est une constante, je le rappelle, qui n'a rien à voir avec la vitesse de l'objet).
Donc pour un objet immobile (v=0),la formule donne celle bien connue MC2 qui est l'énergie liée à la seule masse de l'objet et non à sa vitesse.
D'ailleurs la formule que je donne montre qu'un objet ayant une masse non nulle ne peut aller à la vitesse de la lumière (on aurait un dénominateur nul, donc une énergie infinie), si l'homme atteint cette vitesse un jour, c'est que la théorie relativiste n'est pas bonne, ou alors que l'on doit restreindre son champ d'application.

Mais si tu penses que juste parce que dans la formule il y a une constante égale à la vitesse de la lumière il y a un rapport avec la vitesse de l'objet, si tu veux. Et puis comme c'est la vitesse de la lumière, il n'y a qu'à aussi dire que ça ne marche que si l'objet n'est pas dans l'obscurité.

a écrit : Dans la formule d'Einstein, "c", c'est la vitesse de la lumière dans le vide, si ça c'est pas du mouvement...
dans la formule, il s'agit plus d'une valeur que d'un déplacement, mais à l'origine, c'est bien ce dernier qui donne le "c" (célérité en França
is)
faut faire attention à ce qu'on écrit si on ne veut pas se faire reprendre
Afficher tout
Une dernière chose, à ta décharge, c'est très surprenant de trouver une constante égale à une valeur ayant une signification réelle et a priori non liée à la chose mesurée.
Généralement une constante a un nom qui n'est que le nom de constante, et ne se retrouve pas en dehors de l'utilisation dans une formule précise comme Pi pour mesurer les circonférence ou surface des cercles (même si en math avancées on retrouve Pi ailleurs) ou R dans PV=NRT, ou encore G pour la gravité.

Pour E=MC2, la constante est une grandeur qui signifie quelque chose, même en dehors de cette formule, et en plus pour une chose qui n'a rien avoir (pas intuitif que l'équivalence Masse énergie fasse intervenir la vitesse de la lumière dans sa formule, a priori il n'y a aucun rapport)
En fait, on comprend mieux avec la formule complète, la vitesse de la lumière est une vitesse, mais également une limite. MC2 est une forme de cette formule faisant intervenir cette limite.

Bon j'arrête, je suis carrément hors sujet.

a écrit : Le fait de ne pas voler habituellement à la vitesse maximum de l'avion permet aussi de voler plus vite pour rattraper un peu le retard, s'il y a eu plus de 3 h de retard au départ, afin d'arriver avec moins de 3 h de retard et ne pas avoir à payer des pénalités de retard à tous les passagers. Comme pour le coût du carburant, c'est une considération économique qui prime : la compagnie cherche le meilleur compromis, celui qui lui coûtera le moins cher, entre le coût du carburant et le coût des pénalités, donc, comme par hasard, l'avion arrive avec 2h50 ou 2h55 de retard, quel que soit le retard au départ, mais il ne va pas voler encore plus vite pour chercher à rattraper davantage son retard afin de ne pas consommer inutilement du carburant ! Afficher tout Tu racontes ça comme s'il y avait une espèce de contact au cokpit entre la compagnie et le Commandant de bord à chaque retard de près de 3 heures : "voyons, tant de passagers à 600€ ça nous coûterait tant ; en revanche si on accélère il n'y aura plus la pénalité mais on va consommer plus ; calculons combien... etc...";
Mais non, ça ne se passe pas comme ça :) D'abord le Commandant n'est pas en relation avec sa compagnie durant un vol ; il l'est avec les régulations au sol, qui n'ont pas non plus de contact avec les compagnies, et qui vont l'autoriser ou pas, sur sa demande, à accélérer, ralentir, monter, descendre, etc... Parfois lui imposer. Un CDB a des consignes de sa compagnie au départ des vols : la ponctualité en est une importante pour les compagnies aériennes et c'est ça que le CDB va avoir un peu en tête, c'est tout. Jamais de calculs comme tu le décris :)
C'est vrai que les temps de vols allongés en programmation permettent d'arriver à l'heure malgré un retard au départ... La belle affaire ; tout le monde devrait être content ! Les écolos car sur un vol normal on va moins vite et on consomme moins : où est le problème ? Les Cies car elles ont là un moyen d'économiser un peu de pétrole et de réduire les coûts : où est le problème ? Les passagers car au bout du compte ils arrivent à l'heure et leur voyage n'est pas perturbé (voiture qui attend à l'arrivée, hôtels éventuels, etc...) : encore une fois où est le problème ?
Pour finir, ce que tu décris sur le "calcul" des 3 heures de retard est loin d'être la norme : en effet, le top ten des Cies avec retard est composé de low cost. Et même pour elles, les retards de plus d'une heure seulement ne représentent que 10 à 15 % de leurs exploitations.
Bref, ça ne se passe pas comme tu sembles le croire :)

a écrit : ???
C'est la vitesse de la lumière dans le vide en effet, pas celle de l'objet. C'est une constante.
Le fait suite cette constante soit la vitesse de la lumière ne signifie en rien que la formule soit liée au mouvement de l'objet.

Un objet immobile ou en mouvement aura
une équivalence masse énergie constante.

J'ai mangé ce genre de chose abondamment en prepa et école d'ingénieur, donc la dessus je sais de quoi je parle.
Afficher tout
Il y a pas mal d’ingénieur sur ce site et cela ne te donne pas autorité.
Une personne ayant fait de toutes autres études ou ayant un autre parcours peut tout à fait comprendre ces notions.

J’ai mangé des heures de maths et physique en MPSI et MP* puis en école et effectivement je partage ton avis. Toutefois, l’argument de j'ai fait prépa donc j’ai raison ne tient pas pour moi car on peut souvent avoir tort et sur ce forum encore plus.

a écrit : Il y a pas mal d’ingénieur sur ce site et cela ne te donne pas autorité.
Une personne ayant fait de toutes autres études ou ayant un autre parcours peut tout à fait comprendre ces notions.

J’ai mangé des heures de maths et physique en MPSI et MP* puis en école et effectivement je partage ton avi
s. Toutefois, l’argument de j'ai fait prépa donc j’ai raison ne tient pas pour moi car on peut souvent avoir tort et sur ce forum encore plus. Afficher tout
On ne compte plus dans les commentaires les gens qui font état de leur profession ou étude pour appuyer leur propos. Cela n'a jamais été reproché.
En quoi est ce différent pour prepa et ingénieur ?

a écrit : On ne compte plus dans les commentaires les gens qui font état de leur profession ou étude pour appuyer leur propos. Cela n'a jamais été reproché.
En quoi est ce différent pour prepa et ingénieur ?
Je crois que notre ami bien pensa t faisant une remarque générale sur ce genre d'argument, que tu ne dois pas prendre personnellement ;-)

Que ça soit ingénieur ou docteur en histoire de l'art, ça change rien : une formation, en soi, n'est pas preuve de compétence. Encore moins sur internet vu l'anonymat.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : On ne compte plus dans les commentaires les gens qui font état de leur profession ou étude pour appuyer leur propos. Cela n'a jamais été reproché.
En quoi est ce différent pour prepa et ingénieur ?
Il y a une différence entre « être spécialiste d’un domaine » et avoir étudié le sujet parmi ces études.
Si tu me dis que tu es actuellement astrophysicien ou docteur en physique nucléaire, nous pouvons à priori te faire confiance. Avoir fait prépa et être ingénieur ne me semble pas suffire. D’autant plus que tu pourrais très bien être aujourd’hui ingénieur en génie civil ou même ingénieur agronome et on s’éloigne largement du domaine initial de la formule.

Et effectivement c’est une remarque générale qui ne te vise pas du tout personnellement. Le mieux pour être écouté ici est de fournir des sources fiables de ce que tu avances.

a écrit : Le fait de ne pas voler habituellement à la vitesse maximum de l'avion permet aussi de voler plus vite pour rattraper un peu le retard, s'il y a eu plus de 3 h de retard au départ, afin d'arriver avec moins de 3 h de retard et ne pas avoir à payer des pénalités de retard à tous les passagers. Comme pour le coût du carburant, c'est une considération économique qui prime : la compagnie cherche le meilleur compromis, celui qui lui coûtera le moins cher, entre le coût du carburant et le coût des pénalités, donc, comme par hasard, l'avion arrive avec 2h50 ou 2h55 de retard, quel que soit le retard au départ, mais il ne va pas voler encore plus vite pour chercher à rattraper davantage son retard afin de ne pas consommer inutilement du carburant ! Afficher tout A noter qu'avec le TGV c'est pareil, il n'est jamais exploité à son plein potentiel pour là encore, en cas de retard au départ, ne jamais arriver avec le temps de retard donnant droit au remboursement total.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu racontes ça comme s'il y avait une espèce de contact au cokpit entre la compagnie et le Commandant de bord à chaque retard de près de 3 heures : "voyons, tant de passagers à 600€ ça nous coûterait tant ; en revanche si on accélère il n'y aura plus la pénalité mais on va consommer plus ; calculons combien... etc...";
Mais non, ça ne se passe pas comme ça :) D'abord le Commandant n'est pas en relation avec sa compagnie durant un vol ; il l'est avec les régulations au sol, qui n'ont pas non plus de contact avec les compagnies, et qui vont l'autoriser ou pas, sur sa demande, à accélérer, ralentir, monter, descendre, etc... Parfois lui imposer. Un CDB a des consignes de sa compagnie au départ des vols : la ponctualité en est une importante pour les compagnies aériennes et c'est ça que le CDB va avoir un peu en tête, c'est tout. Jamais de calculs comme tu le décris :)
C'est vrai que les temps de vols allongés en programmation permettent d'arriver à l'heure malgré un retard au départ... La belle affaire ; tout le monde devrait être content ! Les écolos car sur un vol normal on va moins vite et on consomme moins : où est le problème ? Les Cies car elles ont là un moyen d'économiser un peu de pétrole et de réduire les coûts : où est le problème ? Les passagers car au bout du compte ils arrivent à l'heure et leur voyage n'est pas perturbé (voiture qui attend à l'arrivée, hôtels éventuels, etc...) : encore une fois où est le problème ?
Pour finir, ce que tu décris sur le "calcul" des 3 heures de retard est loin d'être la norme : en effet, le top ten des Cies avec retard est composé de low cost. Et même pour elles, les retards de plus d'une heure seulement ne représentent que 10 à 15 % de leurs exploitations.
Bref, ça ne se passe pas comme tu sembles le croire :)
Afficher tout
Je n'ai jamais parlé de calcul et encore moins que le calcul du coût des pénalités serait fait par la compagnie pendant le vol pour chaque vol qui risquait d'arriver en retard. Évidemment les instructions sont données aux commandants de bord sous forme de consignes générales qui sont données une fois pour toutes et restent valables pour tous les vols qu'ils commandent : essayer de rattraper un peu le retard si possible, mais sans consommer trop de carburant non plus, mais surtout, s'il y a plus de 3 h de retard au départ, faire le maximum pour avoir moins de 3 h de retard à l'arrivée afin de ne pas avoir à payer de pénalités de retard aux passagers. Mais, comme on n'est jamais trop prudent, les compagnies ne comptent pas seulement sur ces consignes pour éviter de payer des pénalités : elles emploient aussi des juristes chargés de contester les dossiers de demande de paiement des pénalités, déposés par les passagers des vols qui ont eu plus de 3 h de retard, par tous les moyens possibles. A part ça, pour économiser du carburant, les compagnies donnent aussi des consignes aux pilotes concernant les autres phases du vol et notamment l'atterrissage : l'approche a changé il y a quelques années, je ne me souviens plus des détails, mais c'était bien dans le but d'économiser du carburant.

Posté le

android

(0)

Répondre