La chouette au secours des éoliennes

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (32)

a écrit : Pour compléter le commentaire précédent, la chambre anechoïque de l’IRCAM de paris, ces espèces de pièces munis de formes triangulaires pour absorber au maximum le son possède un bruit de fond résiduel de 15 dB.
Les chambres anechoiques de la NASA sont dotés de micros et d’enceintes afin de « supprimer » le son
à la manière des casques antibruit électroniques. On estime que le bruit à l’intérieur de cette chambre est de -10 dB (oui en négatif). Mais cette valeur est calculée et non mesurée. Afficher tout
Pour expliquer d’où vient le « - », parce que c’est compliqué de visualiser un bruit « négatif » : les valeurs de l’intensité en déciBell ont été créees pour s’adapter à l’oreille humaine.
En gros, on a fixé 0 dB=valeur minimale que l’oreille humaine peut entendre.
L’oreille est un capteur, qui capte les variations de pression de l’air qu’est le son.
À -10 dB, on a bien un bruit avec des surpressions dans l’air, sauf que l’oreille ne les percevra jamais.

Posté le

android

(1)

Répondre

Les éoliennes qui sont, rappelons-le, une gigantesque farce écologique en France.

Mais pour en revenir à l’anecdote : est-ce que cette technologie n’entraînerait pas une perte d’efficacité ?

a écrit : Les éoliennes qui sont, rappelons-le, une gigantesque farce écologique en France.

Mais pour en revenir à l’anecdote : est-ce que cette technologie n’entraînerait pas une perte d’efficacité ?
Eh bien justement non, vu qu'il y a moins de déperdition d'énergie en vibrations/son car réduction des frottements. Par contre, pour la chouette, il y a peut être une perte de performance au niveau vitesse, mais vu que son but n'est pas de voler vite mais de voler discrètement, ca colle.

Pour les éoliennes, c'est pareil, leur but n'est pas de tourner vite mais de tourner en permanence (autant que faire se peut), donc un meilleur profil de pales, qui fait en plus moins de bruit, permettra à l'hélice de capter des vents encore plus faibles tout en gênant moins les voisins.
Une farce? Cette technologie est encore balbutiante, il y a tellement de progrès envisageables à faire, la vraie farce c'est d'entendre à longueur de journée que ça ne marchera jamais (je ne dis pas ça pour toi mais de manière générale). D'ailleurs c'est un peu comme avec les trains, les profils des TGV et autres sont tellement travaillés qu'un passager consomme moins d'électricité dans un TGV à 300kmh que s'il faisait le même trajet en vélo électrique... Merci, les chouettes! :)

a écrit : Si ces pales d'éoliennes ont été développées, pourrait-on savoir où elles ont été mises en service?
Je n'ai rien trouvé sur ce sujet
Par contre, l'étude des ailes de "chouettes" a largement participé à la mise au point des winglets, qui réduisent la traînée induite par la portance sans augmenter l'envergure de l'aile
Oui oui ces pales existent bien, en tout cas au moins pour certains fabricants. Elles ne sont pas systématiquement utilisées, ça va dépendre de l'analyse faite en phase projet sur l'impact acoustique des machines. Je ne connais pas très bien le sujet, mais je suppose qu'on ne les met pas systématiquement parce qu'elles coûtent plus cher et peuvent nécessiter plus d'entretien.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Oui oui ces pales existent bien, en tout cas au moins pour certains fabricants. Elles ne sont pas systématiquement utilisées, ça va dépendre de l'analyse faite en phase projet sur l'impact acoustique des machines. Je ne connais pas très bien le sujet, mais je suppose qu'on ne les met pas systématiquement parce qu'elles coûtent plus cher et peuvent nécessiter plus d'entretien. Afficher tout C'est surtout parce que c'est une nouvelle génération d'éoliennes, on ne va pas remplacer les anciennes aussi facilement, quoi. Y'en a qui tournent depuis quinze ans, faut les rentabiliser, comme n'importe quelle autre machine, mais ce qui est sur, c'est que ces nouvelles technologies vont se généraliser de plus en plus, en commençant par les gros générateurs, et en allant vers les plus petits, y'a des projets d'éoliennes en pleine ville, petites, horizontales, silencieuses, sur les toits de Paris... le monde change, faut juste ouvrir les yeux pour le voir. ;)

a écrit : La chouette et le hibou (tous sans exception) ont cette sublime capacité à voler silencieusement. Impossible de les entendre.
Rajoutez un talent pour le camouflage incroyable pour certains (le Grand-Duc ou le Moyen-Duc sont littéralement invisibles dans les sapins) et vous obtenez des espèces très difficiles à o
bserver.
Et c'est logique quand on y pense : la chouette vit dans un environnement nocturne, avec beaucoup d'obstacles (grenier, forêt, bocage...). Elle a besoin de ne pas se faire repérer par ses proies, car il y a peu de distance entre les deux. Le faucon s'en fiche du bruit, il a pour terrain de jeu le ciel, son unique but est de prendre de vitesse ses proies. Le pigeon se déplace en groupe : plus ils battent des ailes, plus ils facilitent le vol pour les individus à l'arrière.

La chouette de la vidéo est une chouette effraie (ou Dame Blanche). C'est une espèce très commune en France et pour ceux qui se demande : "Pourquoi un tel nom ?" et bien je vous invite à écouter son cri dans la vidéo à partir de 1min50.
Imaginez entendre cela à 0h00 dans votre grenier en pleine campagne.

La vidéo est bien pour voir le vol silencieux, par contre la voix off elle aurait au moins pu se renseigner : les ailes du faucon pèlerin n'ont pas l'utilité qu'il énonce.
Elles ne servent en aucun cas à lui donner de la vitesse. C'est même l'inverse.
Petit résumé : le faucon pèlerin se sert de ses ailes uniquement pour monter très haut dans le ciel. Une fois bien en hauteur, il repère ses potentiels proies (colvert, étourneau, pigeon...) et sélectionne - s'il y a- une proie faible en priorité (en un coup d’œil, il repère les vieux/malades/blessés). La il fait son piqué (comme un stuka) atteignant une vitesse de pointe entre 180 km/h et 394 km/h. C'est uniquement son piqué qui lui donne la vitesse pour sa chasse, car peu avant sa proie, environ 50m avant, il déploie ses ailes pour arriver à une vitesse de 50 km/h et percuter ou saisir sa proie. Si la proie ne meurt pas avec le choc, il lui brise la colonne vertébrale avec son bec (c'est d'ailleurs un des rares rapaces à tuer automatiquement avant de manger). En plus du piqué, ce faucon utilise un camouflage de mouvement : il ne suit pas sa proie en étant derrière elle, mais avec un angle de 20° à 40°. De cette manière la proie n'a pas l'impression d'être pourchassée, le seul moyen de s'en rendre compte c'est la taille du prédateur qui grossit à mesure qu'il se rapproche.
Donc une chasse impressionnante mais qui 7/10 se solde par un échec : bah oui manœuvrer à de telles vitesses, ce n'est pas facile pour être précis surtout que la proie ne va pas se laisser faire.
Afficher tout
Bravo et merci, on scmb... 394 km/h, fichtre !

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : JMCMB grâce à l'anecdote, la vidéo et grâce aux commentaires. Ton com rentre juste ce qu'il faut dans le détail pour le profane tel que moi, il est clair et en français correct, pas trop de jargon et des exemples parlants. Et donc il est intéressant. De la bonne vulgarisation en somme, c'est parfait merci :)

En tout cas je m'attendais à ce que la chouette ait quelques atouts de côté, normal c'est un prédateur nocturne, mais là quand même la vidéo est assez bluffante, pas un bruit, rien !
Afficher tout
T'a pas mis le son ???

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Bravo et merci, on scmb... 394 km/h, fichtre ! 394 km/h semble être une vitesse finale maximale calculée... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : 394 km/h semble être une vitesse finale maximale calculée... ;-) Non les vitesses calculées sont de 600 km/h... :)
Il pique en général entre 130 et 180 km/h, 390 km/h est le record.
Époustouflant.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Non les vitesses calculées sont de 600 km/h... :)
Il pique en général entre 130 et 180 km/h, 390 km/h est le record.
Époustouflant.
Je dirais même plus : incroyable X0

Posté le

android

(2)

Répondre

Pas tellement.. la vitesse en bout de pâle augmente au carré du rayon. Vu qu'on essaye de faire les éoliennes les plus grandes possible pour améliorer le rendement on est forcément pas loin de la vitesse du son dans les scénario de gros temps.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Eh bien justement non, vu qu'il y a moins de déperdition d'énergie en vibrations/son car réduction des frottements. Par contre, pour la chouette, il y a peut être une perte de performance au niveau vitesse, mais vu que son but n'est pas de voler vite mais de voler discrètement, ca colle.

Pou
r les éoliennes, c'est pareil, leur but n'est pas de tourner vite mais de tourner en permanence (autant que faire se peut), donc un meilleur profil de pales, qui fait en plus moins de bruit, permettra à l'hélice de capter des vents encore plus faibles tout en gênant moins les voisins.
Une farce? Cette technologie est encore balbutiante, il y a tellement de progrès envisageables à faire, la vraie farce c'est d'entendre à longueur de journée que ça ne marchera jamais (je ne dis pas ça pour toi mais de manière générale). D'ailleurs c'est un peu comme avec les trains, les profils des TGV et autres sont tellement travaillés qu'un passager consomme moins d'électricité dans un TGV à 300kmh que s'il faisait le même trajet en vélo électrique... Merci, les chouettes! :)
Afficher tout
Ce n’est pas lié à l’âge de la technologie. L’énergie éolienne est d’ailleurs une des plus anciennes maîtrisées par notre espèce.
C’est une farce car elle ne répond que très partiellement à notre besoin. Nous avons déjà un mix électrique extrêmement décarbonné, grâce notamment à la technologie la plus sure (si si, les chiffres sont formels), rentable, et fiable qui plus est : le nucléaire.
Son coût exorbitant de construction (qui est amorti en quelques années) est principalement lié la perte d’expertise. La gestion des déchets est un point noir même si le stockage en couche géologique profonde me va.

Les éoliennes ont besoin de plus de matières premières (si si), ont une durée de vie plus courte, et ont besoin d’un back up (aujourd’hui c’est du gaz, et donc c’est cadeau pour le climat, demain on nous vend un stockage sans avoir conscience que les ordres de grandeur sont démentiel)
Elles coûtent un pognon de dingue au contribuable alors qu’elles n’aident en rien à améliorer la situation, au contraire. Elles font doublon, et donc son une émission de CO2 net d’intérêts
La priorité n’est pas la (en France encore une fois)