La grippe espagnole tuait les jeunes adultes

Proposé par
le

Alors que le Covid-19 fait plus de victimes sur la tranche d'âge supérieure à 65 ans, a contrario la grippe espagnole de 1918 faisait le plus de victimes dans la tranche d'âge 20 à 40 ans (c'est-à-dire les adultes en bonne santé) qui représentaient 50% des décès. L'explication fait toujours débat.


Tous les commentaires (55)

a écrit : Ah bon ? Pourtant io me semble bien qu’on dit le choléra, le paludisme etc... Tous les noms de maladie ne sont pas féminins. L’usage a choisi de dire « le covid », je ne vois pas en quoi ce serait une faute étant donné que ce n’est pas un mot qui existait réellement auparavant, c’est un néologisme, c’est donc l’usage qui prévaut. Et l’usage est majoritairement masculin. :) Afficher tout L'usage veut également que les gens utilisent le subjonctif après "après que", c'est pas pour ça que c'est juste et que ça ne pique pas les yeux... Et je passerai sur les "ils croivent" ou les "si j'aurais su"... Ce n'est pas parce que notre langue est complexe et souvent malmenée par certains qu'ils faut rabaisser le niveau de tout le monde.
Les exemples de maladies que tu cites n'ont aucun intérêt dans le débat qui nous concerne, on dit bien UNE maladie, or la covid est la contraction anglaise de maladie liée au coronavirus. Ça fait des années que les féministes extrémistes nous cassent les bonbons à vouloir féminiser ridiculement des noms epicènes (chef, professeur, maire, etc.), on pourrait déjà commencer par respecter le féminin de base.

Posté le

android

(0)

Répondre

J'attends la réponse avec impatience disant qu'il n'y a pas d'extrémisme féministe et que si tous les bonbons étaient cassés il y aurait un peu plus d'égalité...J'ai hâte.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Disons que je pointais du doigt le côté « ma femme doit me rappeler de vider le lave-vaisselle » en rapport à la charge mentale dont tu parlais.
Et sur l’anecdote précédente, tu lâches un truc comme « malheureusement elles ont des shorts sous leur jupe qui ne laissent rien entrevoir », c’était l’accumulation de
sous-entendus lourds de sens qui sont un peu saoulant. Honnêtement, je trouve - sans te manquer de respect - que ça ne vole pas bien haut comme humour et en tant que femme: c’est fatiguant de lire ce genre de commentaire désobligeant, même sous couvert d’humour.

Néanmoins, merci pour le commentaire sur le reste du mien. :)
Afficher tout
Si il avait été en couple avec un homme et dit "mon mari me dit que..." ou "dommage que les footballeurs portent pas de slips", on t'aurait pas entendu, mais bref, passons.

a écrit : Toi qui aime bien corriger les fautes :
* comment allaient réagir les lecteurs :-)
Oui je m'en suis rendu compte trop tard, je ne pouvais malheureusement plus éditer mon commentaire. :(

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : L' une des meilleures études sur la grippe espagnole de 1918, est probablement celle de Mickaël Woroley de l' Université de l'Arizona.
amp-sante.lefigaro.fr/actualite/2014/04/29/22281-lorigine-virus-grippe-espagnole-1918-enfin-precisee
Selon son étude, le taux de mortalité élevé des
populations les plus jeunes, se justifie par le manque d'anticorps face à la souche de 1918 (H1N1), vu que les épidémies saisonnières de la fin du 19eme et début du vingtième, étaient issues de souche H3N8.
Par contre, les populations plus âgées, qui avaient été confrontées à d'autres souches, (à peu près antérieures à 1880), possédaient une relative immunité, face à la grippe Espagnole.
Il est également signalé un point intéressant, relatif aux cas de grippe Espagnole, dans les îles du Pacifique: Le taux de mortalité (tous âges confondus) fut bien supérieur que dans les pays Occidentalisés, car ces populations n'avaient que très peu été confrontées à des épidémies de grippe, avant 1918.
Si, sur la base de ces données, se rajoute de plus le facteur cytokines, tel et comme @Dylane nous l'a très bien expliqué, il n'est guère surprenant que cette épidémie de 1918, fut tellement contagieuse et mortifère.

À propos du Covid 19.
Les cas de contagion repartent à la hausse, par ici. Malheureusement.
De plus il a aussi été certifié que dans un élevage de visons de la province de Teruel, 86% des animaux sont porteurs du virus du Covid 19, sans aucun symptôme apparent. Les 92 700 animaux de l'élevage vont être sacrifiés et incinérés.
Les élevages Néerlandais de visons, sont dans la même situation.
Afficher tout
Incroyable. Quel drame. On en parle pas beaucoup dans les media

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Si il avait été en couple avec un homme et dit "mon mari me dit que..." ou "dommage que les footballeurs portent pas de slips", on t'aurait pas entendu, mais bref, passons. C’est normal ça. On ne peut pas être désobligeant avec un homme. Et si on l’est c’est qu’il le mérite sûrement.

a écrit : Il me semblait que cette pandémie était surtout liée à la proximité des soldats revenant du front à la fin de la guerre. Est-ce que cette mortalité des jeunes peut être expliquée par cette proximité "entre jeunes" ?

Concernant la Covid-19, on remarque dans certains pays, une seconde vague avec de
s malades beaucoup plus jeunes qu'auparavant (34 ans de moyenne au Luxembourg par exemple). Ce sont les vacances scolaires et la fin du déconfinement qui ont amené les jeunes à se retrouver en grand nombre et donc à se contaminer bien plus qu'avant.

C'est une simple hypothèse.
Afficher tout
Je répondrais volontiers à cette hypothèse par une autre. En considérant que le virus a réduit significativement la population agée et qu’il l’a contaminée plus aisément, il est vraisemblable de penser qu’une certaine immunité se soit développée dans cette tranche d’âge (je ne dis pas qu’avoir eu le virus empêche une contamination future, j’affirme cependant qu’elle en réduit le risque statistique).
De plus, le confinement est resté très strict pour toutes les personnes les plus agées ; les jeunes sont plus enclins à en faire fi.

Ce faisant, il est logique que l’âge moyen de contamination diminue avec le temps, vers les populations qui ont moins été touchées, avec tout de même un plancher bas difficile à franchir du fait de la faiblesse des symptômes.

On observerait donc grosso modo la même maladie, mais dans un contexte immunitaire et social différent.

Mais cela reste une hypothèse... :)

a écrit : Non,pas au États-Unis pour la maladie en elle même mais les troupes US ont été le vecteur de propagation en Europe. L’origine de cette grippe est inconnue mais la Chine est soupçonné d’avoir connu les premiers cas ou l’Asie continental comme souvent pour les grandes pandémies. Sûrement du à la concentration de population. Afficher tout Tu tape grippe espagnole origine sur Google et tu vois qui a raison qui a tort.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Si il avait été en couple avec un homme et dit "mon mari me dit que..." ou "dommage que les footballeurs portent pas de slips", on t'aurait pas entendu, mais bref, passons. Ce que vous faites est un procès d’intention, vous n’en savez rien. Et d’ailleurs, détrompez-vous.

Ce genre de commentaire sert à quoi au final ? Dire qu’on ne doit pas dénoncer le sexisme si d’autres ne dénoncent pas son versant ? Quelle finalité dans votre propos ?

a écrit : Il y a deux raisons avancées, pour expliquer cette mortalité "juvénile", durant la pandémie de grippe de 1918.

L'une est l'explosion de cytocines. N'ayant pas les connaissances médicales sur le sujet, je laisse à un professionnel de médecine pour développer le sujet.

La deuxième est l'immunité que la population mondiale âgée de plus de 25-30 ans avait développée, suite à la pandémie Russe de 1889-90, qui était aussi un virus grippal de type A. ( H3N8 ) exactement. Afficher tout
Ça et l utilisation de l aspirine notamment a outrance car effets mal connus. De plus l aspirine facilitait l augmentation de la cytocine... Qui est plus forte de base sur des personnes en bonne santé et jeunes. J avais lu un article la dessus il y a longtemps... Et ça serait le même principe avec le/la covid 19: soigner a tous prix la fièvre est pas forcément une bonne solution (sans parler du côté augmentation de la pandémie car on est en meilleur forme donc pense que c est moins grave.). Les cas grave de covid sont notamment de ce que j ai lu(me tapez pas ) sont chez les personnes jeunes des personnes jeunes en bonne santé car en effet la cytocine aurait un effet dévastateur sur le corps a haute dose.bref pour éviter de mourrir du covid restez dans votre canap ne faites pas d efforts.... Perso j ai de l avance j ai tjs écouté Coluche : le dernier qui m'a vu courir il est pas jeune.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ça et l utilisation de l aspirine notamment a outrance car effets mal connus. De plus l aspirine facilitait l augmentation de la cytocine... Qui est plus forte de base sur des personnes en bonne santé et jeunes. J avais lu un article la dessus il y a longtemps... Et ça serait le même principe avec le/la covid 19: soigner a tous prix la fièvre est pas forcément une bonne solution (sans parler du côté augmentation de la pandémie car on est en meilleur forme donc pense que c est moins grave.). Les cas grave de covid sont notamment de ce que j ai lu(me tapez pas ) sont chez les personnes jeunes des personnes jeunes en bonne santé car en effet la cytocine aurait un effet dévastateur sur le corps a haute dose.bref pour éviter de mourrir du covid restez dans votre canap ne faites pas d efforts.... Perso j ai de l avance j ai tjs écouté Coluche : le dernier qui m'a vu courir il est pas jeune. Afficher tout Ça semble en effet exact: l'aspirine n'est pas conseillée comme antipyrétique en cas de symptôme grippal - chose que j'ignorais - et donnant préférence au paracétamol.

Quant au Covid 19, où l'on trouve un vaccin effectif rapidement, où il faut s'attendre à une seconde vague de contagion... et de confinement.
Bien que ce ne soit pas aussi brutal qu'au 14 mars, ici, dans le nord-est de l'Espagne, nous nous dirigeons lentement vers ce cas de figure. Malheureusement.

Posté le

android

(1)

Répondre

La covid !


Je ne comprends pas pourquoi certains de mes commentaires s'effacent donc je me permets de le remettre...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : La covid !


Je ne comprends pas pourquoi certains de mes commentaires s'effacent donc je me permets de le remettre...
Les Académiciens de la RAE ( Royale Académie de la langue Espagnole) ont fait encore plus fort !

Covid est masculin, quand on se réfère au virus en soi : LE virus, LE coronavirus.
Covid est cependant féminin, quand on se réfère à LA maladie.

De toute manière, masculin ou féminin, ça ne change rien au schmilblick : ceci reste une pandémie dont on parlera probablement pendant bien longtemps, quel qu'en soit le genre.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Les Académiciens de la RAE ( Royale Académie de la langue Espagnole) ont fait encore plus fort !

Covid est masculin, quand on se réfère au virus en soi : LE virus, LE coronavirus.
Covid est cependant féminin, quand on se réfère à LA maladie.

De toute manière, masculin ou féminin,
ça ne change rien au schmilblick : ceci reste une pandémie dont on parlera probablement pendant bien longtemps, quel qu'en soit le genre. Afficher tout
le COVID restera dans l'histoire au masculin, comme le SIDA.

Et ce qu'en dit l'académie française, rien que leur costard est ridicule, alors ce qu'ils pensent...

Covid, je l'écris avec une majuscule, je fais qu'es ce que je veux et si j'ai zéro en dictée, je l'en fous, j'ai 41 ans ! ;)
BREF, passons

a écrit : Ce que vous faites est un procès d’intention, vous n’en savez rien. Et d’ailleurs, détrompez-vous.

Ce genre de commentaire sert à quoi au final ? Dire qu’on ne doit pas dénoncer le sexisme si d’autres ne dénoncent pas son versant ? Quelle finalité dans votre propos ?
Mais justement, où est le sexisme dans les propos de tyb ?

Il donne un exemple de ce qu'est la charge mentale, qui en effet se réfère à la lourdeur de certaines situations mettant en péril un couple, réellement ou pas.
C'est un peu comme les gens qui reprochent à leurs conjoints de se cantonner à un simple "tu veux un coup de main", et font passer ca pour du sexisme au lieu de la fainéantise.

Pour ce qui est des propos sur les jupes de tenniswomen, navré mais je travaille avec des femmes depuis 17ans, et elles ne sont pas en reste car les "je lui croquerais bien son petit cul miam miam" et autres "je prefere quand ils portent tels short/tshirt..." on l'entend toute la semaine et pourtant j'assimile pas ca à du sexisme non plus, surtout quand c'est dit sur le ton de la plaisanterie.. Grivois surement, sexiste non.Désolé.