Les particularités du verbe gésir

Proposé par
le

En français, le verbe gésir désigne notamment le fait d'être étendu, inerte. La particularité de ce verbe est de ne pouvoir être conjugué qu'au présent ("il gît"), à l'imparfait ("il gisait") et au participe et gérondif présent ("gisant" et "en gisant"). Aucun autre temps ne peut être utilisé.


Commentaires préférés (3)

C’est un verbe défectif (auquel il manque des conjugaisons). Il y en a une trentaine en français (absoudre, oindre, ouïr, stupéfaire, pleuvoir, neiger, issir...).

"Je giserai !" Anarchie for even ! Ni Dieu ni règle de grammaire !

Posté le

android

(76)

Répondre

a écrit : J’avoue ne pas comprendre comment on peut empêcher quelqu’un de le conjuguer au temps qu’il désire. Attention aux foudres de la Sainte Académie Française!!! ^^


Tous les commentaires (54)

J’avais même jamais fais attention au fait que c’était un verbe.

Idem en Espagnol, de par leur similitude linguistique.

Ils sont appelés "verbos defectivos" et plus précisément "verbes terciopersonales ou bipersonales".
Il y en a bien plus qu'en Français, car il s'en compte 19: acaecer, obstar, terciar, etc...
Source: www.wikilengua.org/index.php/Verbo_defectivo

C’est un verbe défectif (auquel il manque des conjugaisons). Il y en a une trentaine en français (absoudre, oindre, ouïr, stupéfaire, pleuvoir, neiger, issir...).

"Je giserai !" Anarchie for even ! Ni Dieu ni règle de grammaire !

Posté le

android

(76)

Répondre

a écrit : "Je giserai !" Anarchie for even ! Ni Dieu ni règle de grammaire ! J’avoue ne pas comprendre comment on peut empêcher quelqu’un de le conjuguer au temps qu’il désire.

a écrit : J’avoue ne pas comprendre comment on peut empêcher quelqu’un de le conjuguer au temps qu’il désire. Attention aux foudres de la Sainte Académie Française!!! ^^

a écrit : Attention aux foudres de la Sainte Académie Française!!! ^^ La sainte académie qui est composée d aucun grammairien ou linguiste... ça en dit long je trouve !

a écrit : Attention aux foudres de la Sainte Académie Française!!! ^^ Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empêcher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique.

a écrit : Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empê
cher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique. Afficher tout
Il faut bien des outils pour distinguer "l'homme simple d'esprit et la simple femme de l'homme de lettres"

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empê
cher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique. Afficher tout
Rien n'est figé ! L'orthographe évolue avec l'usage, il se modifie constamment... Heureusement !
Quand je pense à toutes ces dictées où on m'a imposé des règles absconses et des orthographes fantaisistes sans aucune justification, j'en suis encore en rage.
Mort à l'orthographe, vive la phonétique !

a écrit : J’avoue ne pas comprendre comment on peut empêcher quelqu’un de le conjuguer au temps qu’il désire. Pour le moment l'usage s'est cantonné à ceetaines personnes et temps pour les verbes défectifs, mais si un auteur veut raconter l'histoire d'un nuage à la première personne du singulier, il faudra bien qu'il écrive "Je pleus, je pleuvrai, je neigeai, que je neigeasse, etc.".

a écrit : C’est un verbe défectif (auquel il manque des conjugaisons). Il y en a une trentaine en français (absoudre, oindre, ouïr, stupéfaire, pleuvoir, neiger, issir...). Je ne comprends pas ton commentaire... (Suis peut être pas bien réveillée !) Mais on peut dire "il neigera" par exemple ? Merci

a écrit : J’avoue ne pas comprendre comment on peut empêcher quelqu’un de le conjuguer au temps qu’il désire. C’est l’usage qui veut ça...
Personne ne peut empêcher quelqu’un de conjuguer pleuvoir à toutes les personnes non plus.
A noter que les mots défectifs existent aussi dans les noms (ex. : ténèbres qui n’existe qu’au pluriel).

a écrit : Pour le moment l'usage s'est cantonné à ceetaines personnes et temps pour les verbes défectifs, mais si un auteur veut raconter l'histoire d'un nuage à la première personne du singulier, il faudra bien qu'il écrive "Je pleus, je pleuvrai, je neigeai, que je neigeasse, etc.". "Je suis la pluie, et ne te lâcherai plus, Achille. […] Je pleus, je pleus. Entends-tu la pluie sur ton casque luisant, la vois-tu roulant comme un torrent à tes pieds qui furent agiles ?" — (René Sédillot, D’Achille à Astérix : 25 pastiches d’histoire à la façon de Homère, César, Virgile, Plutarque, Flammarion, 1968)

a écrit : C’est l’usage qui veut ça...
Personne ne peut empêcher quelqu’un de conjuguer pleuvoir à toutes les personnes non plus.
A noter que les mots défectifs existent aussi dans les noms (ex. : ténèbres qui n’existe qu’au pluriel).
"La ténèbre était opaque. Rien ne troublait le bourdonnement du dégel." — (Louis Pergaud, « L’horrible délivrance », dans De Goupil à Margot, éd. 1921)

Je suis heureux de constater que les auteurs et autrices sont là pour nous montrer que l'on fait ce que l'on veut. D'ailleurs l'anecdote n'est pas tout à fait exacte finalement, certains dictionnaires évoquent le fait qu'aucun autre temps n'est usité mais pas forcément que les autres temps ne "doivent" pas l'être.

a écrit : Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empê
cher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique. Afficher tout
Ben parce que ça n'existe pas, tout simplement. Tu peux inventer des mots si ça te chante, mais ça n'en reste pas moins des fautes de français. Et ce n'est pas seulement le cas des verbes défectifs, mais aussi des verbes impersonnels qui ne se conjuguent qu'à la 3e pers. du singulier neutre.
Alors même si tu trouves ça illogique et que tu n'en vois pas la raison valable, tu ne pourras jamais falloir, ni peuvoir, ni neiger,...

a écrit : Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empê
cher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique. Afficher tout
Personne ne t’empêche de conjuguer. Cependant la littérature c’est comme en science , il y a des règles, tu peux les enfreindre mais tu ne feras pas de la littérature française mais autre chose c’est tout.

"Si je ne loupe pas mon coup, il gira au sol avant le coucher du soleil !" Moi j'trouve que ça sonne bien *rire sadique*

a écrit : Ce que je veux dire c’est que si j’écris « pattatte » c’est une faute d’orthographe et c’est figé par le dictionnaire à cause de son histoire, de son étymologie, etc.
Pour la conjugaison, j’ai d’un côté des verbes qui sont des mots et des temps qui sont des outils. Je ne vois pas la raison valable pour nous empê
cher d’utiliser les mots avec tous les outils à notre disposition. Je trouve ça illogique. Afficher tout
En gardant en-tête que l'orthographe n'est pas tjs lié à l'étymologie mais simplement parfois à l'envie de certains de compliquer les choses ou de trouver une étymologie inexistante. ( pour se rendre intéressant).

D'autre part, les italiens et les espagnols écrivent farmacia et pour autant peuvent en connaitre l'origine grecque.

Comme déjà discuté l'orthographe française vient surtour de l'envie de qq hommes d'exclure une grand majorité du bas peuple et les femmes

a écrit : Personne ne t’empêche de conjuguer. Cependant la littérature c’est comme en science , il y a des règles, tu peux les enfreindre mais tu ne feras pas de la littérature française mais autre chose c’est tout. Je trouve juste qu'il y a une différence entre enfreindre une règle établie et "empêcher" l'utilisation d'un outil selon les mots. Et finalement j'ai eu ma réponse en cherchant un peu.
Il ne s'agit pas du tout d'une règle mais d'une habitude établie par l'usage. La plupart des verbes défectifs sont des termes anciens qui ne sont utilisés que dans des locutions toutes faites. On peut donc les conjuguer comme on le souhaite mais cela ne se fait pas à l'usage.

Pour ceux qui veulent la liste complète : www.espacefrancais.com/les-verbes-defectifs/