L'île Runit est une poubelle nucléaire

Proposé par
le

L'île Runit, une des Îles Marshall dans l'océan Pacifique, abrite un site controversé d'enfouissement de déchets radioactifs. Sous un dôme de béton situé au niveau de la mer reposent 73 000 m3 de débris radioactifs provenant des essais nucléaires américains effectués entre 1946 et 1958.

Le dôme, qui était censé être provisoire, est fissuré, et les déchets ne sont pas isolés du sol où ils reposent, ce qui peut engendrer des fuites radioactives. Qui plus est, l'ensemble de la structure est menacé par la montée du niveau des eaux. À ce jour, le site n'est pas sécurisé.


Tous les commentaires (62)

J'avais lu l'an passé une synthèse d'un rapport de l'autorité de sûreté nucléaire qu'en 2019, en France, il y avait 1,5 millions de m3 de déchets "moyennement" radioactifs, à enterrer dans des capsules à sur le site de Bure par exemple, s'il devait être opérationnel un jour. Et également 4000 m3 de déchets "hautement" radioactifs, à immerger dans des piscines comme à la Hague. Sauf que ce site est déjà complètement saturé avec 10 000 tonnes de combustible irradié stocké à cet endroit (soit l'équivalent de 110 cœurs de réacteurs). Il faudrait donc continuer à construire toujours plus de nouvelles piscines....
Au delà du manque d'anticipation que dénonce l'ASN qui enjoint l'Etat à avancer plus rapidement sur ses differents plans de gestion des déchets, il faut se demander dans quelles conditions sont temporairement stockées ces montagnes de déchets actuellement ?
Voilà qui rajoute une petite couche de béton au sarcophage de l'angoisse dont il est question sur ce sujet ;)

www.natura-sciences.com/energie/stockage-dechets-nucleaires-cigeo-asn.html

A savoir que le cratère protégé par le dôme est le résultat d’une explosion de bombe atomique lors d’un des tests réalisé par les États-Unis

a écrit : J'avais lu l'an passé une synthèse d'un rapport de l'autorité de sûreté nucléaire qu'en 2019, en France, il y avait 1,5 millions de m3 de déchets "moyennement" radioactifs, à enterrer dans des capsules à sur le site de Bure par exemple, s'il devait être opérationnel un jour. Et également 4000 m3 de déchets "hautement" radioactifs, à immerger dans des piscines comme à la Hague. Sauf que ce site est déjà complètement saturé avec 10 000 tonnes de combustible irradié stocké à cet endroit (soit l'équivalent de 110 cœurs de réacteurs). Il faudrait donc continuer à construire toujours plus de nouvelles piscines....
Au delà du manque d'anticipation que dénonce l'ASN qui enjoint l'Etat à avancer plus rapidement sur ses differents plans de gestion des déchets, il faut se demander dans quelles conditions sont temporairement stockées ces montagnes de déchets actuellement ?
Voilà qui rajoute une petite couche de béton au sarcophage de l'angoisse dont il est question sur ce sujet ;)

www.natura-sciences.com/energie/stockage-dechets-nucleaires-cigeo-asn.html
Afficher tout
Attention, on ne "stocke" pas les combustibles radioactifs à la piscine de la Hague. On les entreposent le temps qu'il refroidissent avant retraitement ou enfouissement.

Donc oui il faudra surement construire de nouveaux bassins mais ce n'est pas tellement problématique. La surface utilisée reste très faible et 4000 m³ c'est bien peu.

a écrit : Attention, on ne "stocke" pas les combustibles radioactifs à la piscine de la Hague. On les entreposent le temps qu'il refroidissent avant retraitement ou enfouissement.

Donc oui il faudra surement construire de nouveaux bassins mais ce n'est pas tellement problématique. La surface u
tilisée reste très faible et 4000 m³ c'est bien peu. Afficher tout
Effectivement, il faut bien noter la nuance.
Mais même temporaire, le volume reste conséquent et comme je le disais, il serait intéressant de savoir dans quelles circonstances, ces matières sont temporairement entreposées avant d'être de nouveau temporairement immergées avant d'être stockées....
enfin fort heureusement tout ceci ne rentre pas dans le bilan carbone de la filière, de même que l'extraction et l'acheminement du combustible, mais c'est un autre débat !!

a écrit : Effectivement, il faut bien noter la nuance.
Mais même temporaire, le volume reste conséquent et comme je le disais, il serait intéressant de savoir dans quelles circonstances, ces matières sont temporairement entreposées avant d'être de nouveau temporairement immergées avant d'être stockées....
enfin fort heureusement tout ceci ne rentre pas dans le bilan carbone de la filière, de même que l'extraction et l'acheminement du combustible, mais c'est un autre débat !! Afficher tout
En France les combustibles sont utilisés 5 ans en moyenne. Ensuite ils sont stockés dans un bassin proche du réacteur pendant environ 1 an pour refroidir et se désactiver. Au terme de cette période ils sont suffisamment stables pour être transférés à la Hague et continuer a refroidir pendant environ 5 ans en bassin. Suite à quoi ils sont retraités à plus de 95% et les déchets radioactifs non valorisables sont vitrifiés puis enfouies. Les bassins de la Hague contiennent 7500t de combustible en attente de traitement. Une fois retraités à 95% ils représenteront une 40ene de tonnes a enfouir.

Si tu veux en savoir plus il y a pleins d'explications sur le net. Sinon j'ai pas compris le lien avec le bilan carbone.

a écrit : En France les combustibles sont utilisés 5 ans en moyenne. Ensuite ils sont stockés dans un bassin proche du réacteur pendant environ 1 an pour refroidir et se désactiver. Au terme de cette période ils sont suffisamment stables pour être transférés à la Hague et continuer a refroidir pendant environ 5 ans en bassin. Suite à quoi ils sont retraités à plus de 95% et les déchets radioactifs non valorisables sont vitrifiés puis enfouies. Les bassins de la Hague contiennent 7500t de combustible en attente de traitement. Une fois retraités à 95% ils représenteront une 40ene de tonnes a enfouir.

Si tu veux en savoir plus il y a pleins d'explications sur le net. Sinon j'ai pas compris le lien avec le bilan carbone.
Afficher tout
Le lien c'est qu'on entend régulièrement le nucléaire comme énergie décarbonnée au motif que dans le processus de réaction au niveau du cœur, il n'y a effectivement pas d'émanation de CO2.
Mais si l'on prend en compte toute la filière : en amont et ici en aval, avec les opérations de manutention des différents déchets, la filière est en réalité energivore et carbonnée.

a écrit : Le lien c'est qu'on entend régulièrement le nucléaire comme énergie décarbonnée au motif que dans le processus de réaction au niveau du cœur, il n'y a effectivement pas d'émanation de CO2.
Mais si l'on prend en compte toute la filière : en amont et ici en aval, avec les opérations de man
utention des différents déchets, la filière est en réalité energivore et carbonnée. Afficher tout
Aucune énergie n'est décarbonnée.
Aucun produit est "zéro carbone".

Par contre, le mieux c'est de comparer ce qui est comparable. Si on compare le nucléaire avec les EnR alors dans tous les cas il faut soit prendre en compte l'énergie grise, soit ne pas la prendre en compte mais il ne faut pas mélanger les deux.

Normalement les chiffres du GIEC utilisent une méthode de référence à savoir l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) qui prend en compte l'ensemble des coûts énergétiques. Pour le nucléaire, c'est compliqué puisque toutes les centrales ne se valent pas (en France on est à 6gCO2/kWh, en Finlande plutôt à 4, en moyenne mondiale plutôt à 12 et les pires centrales au-dessus de 100).

Ils ont cas peindre une croix gammée dessus , comme sa les gens vont pas y aller !

a écrit : Le lien c'est qu'on entend régulièrement le nucléaire comme énergie décarbonnée au motif que dans le processus de réaction au niveau du cœur, il n'y a effectivement pas d'émanation de CO2.
Mais si l'on prend en compte toute la filière : en amont et ici en aval, avec les opérations de man
utention des différents déchets, la filière est en réalité energivore et carbonnée. Afficher tout
Parce que t'as l'impression qu'un transport en camion entre la centrale et la Hague et quelques autres entre la Hague et les sites d'enfouissement vont impacter significativement le bilan carbone de 5 ans de production nucléaire ? Un petit problème d'échelle dans ce raisonnement.

a écrit : C'est drôle ! Ça doit quand même être moins sexy qu'un bikini... Rien ne t'empêche d'en mettre un dessous... En hommage ^^

a écrit : Parce que t'as l'impression qu'un transport en camion entre la centrale et la Hague et quelques autres entre la Hague et les sites d'enfouissement vont impacter significativement le bilan carbone de 5 ans de production nucléaire ? Un petit problème d'échelle dans ce raisonnement. Quelques un en amont aussi, histoire de fabriquer un peut d'uranium enrichi pour les alimenter.

a écrit : Quelques un en amont aussi, histoire de fabriquer un peut d'uranium enrichi pour les alimenter. Oui, mais reste qu'à l'echelle de l'énergie produite les émissions sont faibles. Tybs l'explique bien ci-dessus. Faut arrêter avec les raisonnements manichéens, tout n'est pas blanc ou noir et tout n'est pas un problème de CO2. Ce qui compte est de comparer des choses comparables et si on focalise sur "le bilan carbone" il n'y a pas mieux que le nucléaire aujourd'hui pour alimenter 67 millions de citoyens. Même si c'est ni une solution 100% clean ni une solution idéale c'est la meilleure a notre disposition aujourd'hui. Et si vous pensez pouvoir vivre à l'occidental sans relâcher de CO2 dans l'atmosphère vous vous trompez lourdement. On vous bourre le c** de paille pour vous faire consommer/payer et vous en redemandez.. ça me tue.

a écrit : Parce que t'as l'impression qu'un transport en camion entre la centrale et la Hague et quelques autres entre la Hague et les sites d'enfouissement vont impacter significativement le bilan carbone de 5 ans de production nucléaire ? Un petit problème d'échelle dans ce raisonnement. On n'est pas sur un seul transport, ni un seul camion .... tjs ce même problème d'échelle :-D

a écrit : On n'est pas sur un seul transport, ni un seul camion .... tjs ce même problème d'échelle :-D Je suis d’accord mais la production est gigantesque sur 40 ans voire 60 ans. Rapporté au kWh l’énergie grise est tres faible pour le nucléaire contrairement au EnR dont la durée de vie est plus faible et dont la production est moindre.

a écrit : Je suis d’accord mais la production est gigantesque sur 40 ans voire 60 ans. Rapporté au kWh l’énergie grise est tres faible pour le nucléaire contrairement au EnR dont la durée de vie est plus faible et dont la production est moindre. Le calcul de l'énergie grise prend-il tout l'ensemble de la filière en compte ?
En amont par exemple, les EnR ont un bilan qui s'améliore continuellement (le combustible est illimité et disponible partout, ne reste que le bilan de fabrication et installation de l'équipement). Tandis que pour le nucléaire, l'extraction, la préparation/transformation et transport du combustible est une chose à laquelle il faut ajouter la construction de la centrale). En aval pareil, je ne parle pas simplement des opérations de manutention des déchets mais toute les filières de retraitement et de stockage .... et on découvrira pê un jour le démantèlement (propre) d'une centrale qui risque de nous faire des surprises et alourdir le calcul :-/
Bref, j'essaie de raisonner avec ce qu'on appelle en économie les externalités négatives ; qui par définition, ont tendance à ne pas entrer dans les calculs.

a écrit : Le calcul de l'énergie grise prend-il tout l'ensemble de la filière en compte ?
En amont par exemple, les EnR ont un bilan qui s'améliore continuellement (le combustible est illimité et disponible partout, ne reste que le bilan de fabrication et installation de l'équipement). Tandis que pour
le nucléaire, l'extraction, la préparation/transformation et transport du combustible est une chose à laquelle il faut ajouter la construction de la centrale). En aval pareil, je ne parle pas simplement des opérations de manutention des déchets mais toute les filières de retraitement et de stockage .... et on découvrira pê un jour le démantèlement (propre) d'une centrale qui risque de nous faire des surprises et alourdir le calcul :-/
Bref, j'essaie de raisonner avec ce qu'on appelle en économie les externalités négatives ; qui par définition, ont tendance à ne pas entrer dans les calculs.
Afficher tout
Ne pas oublier non plus, dans le calcul, la production de tous les tracts et affiches des opposants à l'énergie nucléaire, qui sont une conséquence de l'utilisation de cette énergie, et surtout les commentaires suscités sur internet, comme le tien, car l'utilisation d'Internet est très énergivore !

a écrit : Ne pas oublier non plus, dans le calcul, la production de tous les tracts et affiches des opposants à l'énergie nucléaire, qui sont une conséquence de l'utilisation de cette énergie, et surtout les commentaires suscités sur internet, comme le tien, car l'utilisation d'Internet est très énergivore ! Commentaires, tracts et bougies puisque c'est bien connu, tous les anti nucléaires s'éclairent et se chauffent par cet unique moyen...
Merci d'élever le débat :-D

a écrit : Le calcul de l'énergie grise prend-il tout l'ensemble de la filière en compte ?
En amont par exemple, les EnR ont un bilan qui s'améliore continuellement (le combustible est illimité et disponible partout, ne reste que le bilan de fabrication et installation de l'équipement). Tandis que pour
le nucléaire, l'extraction, la préparation/transformation et transport du combustible est une chose à laquelle il faut ajouter la construction de la centrale). En aval pareil, je ne parle pas simplement des opérations de manutention des déchets mais toute les filières de retraitement et de stockage .... et on découvrira pê un jour le démantèlement (propre) d'une centrale qui risque de nous faire des surprises et alourdir le calcul :-/
Bref, j'essaie de raisonner avec ce qu'on appelle en économie les externalités négatives ; qui par définition, ont tendance à ne pas entrer dans les calculs.
Afficher tout
Je t'avoue ne pas connaître exactement les modalités de calcul pour l'énergie grise du nucléaire qui peut tout à fait être sous-évalué. Et si tu trouves des réponses détaillés, je serais intéressé.

Je crains malheureusement que l'énergie grise est sous-évaluée pour toutes les énergies.

a écrit : Oui, mais reste qu'à l'echelle de l'énergie produite les émissions sont faibles. Tybs l'explique bien ci-dessus. Faut arrêter avec les raisonnements manichéens, tout n'est pas blanc ou noir et tout n'est pas un problème de CO2. Ce qui compte est de comparer des choses comparables et si on focalise sur "le bilan carbone" il n'y a pas mieux que le nucléaire aujourd'hui pour alimenter 67 millions de citoyens. Même si c'est ni une solution 100% clean ni une solution idéale c'est la meilleure a notre disposition aujourd'hui. Et si vous pensez pouvoir vivre à l'occidental sans relâcher de CO2 dans l'atmosphère vous vous trompez lourdement. On vous bourre le c** de paille pour vous faire consommer/payer et vous en redemandez.. ça me tue. Afficher tout Très mauvaise analyse de ma personnalité. Je suis plutôt pro nucléaire mais pas comme on nous le vend. Je consomme le moin possible, local et de production personnel. Mon tel à 7ans et pas de raison de changer. Ma voiture en a 25. Il faut arrêter de croire que parceque on critique quelque chose on est forcément contre. Je voulais juste dire par mon com que réduire les émissions de co2 du nucléaire juste au transport des déchets est un biais dangereux. Malgré tout pour moi la solution n'est pas de trouver d'autres sources d'énergie mais plutôt de résonner et diminuer notre consommation.

a écrit : Très mauvaise analyse de ma personnalité. Je suis plutôt pro nucléaire mais pas comme on nous le vend. Je consomme le moin possible, local et de production personnel. Mon tel à 7ans et pas de raison de changer. Ma voiture en a 25. Il faut arrêter de croire que parceque on critique quelque chose on est forcément contre. Je voulais juste dire par mon com que réduire les émissions de co2 du nucléaire juste au transport des déchets est un biais dangereux. Malgré tout pour moi la solution n'est pas de trouver d'autres sources d'énergie mais plutôt de résonner et diminuer notre consommation. Afficher tout Ouais je me suis un peu emporté, ma digression n'était pas spécialement pour toi même si c'est ton commentaire qui m'a fait dévier.