La dernière parole d'un condamné à mort peut être publicitaire

Proposé par
le

En 1910, la marque de cacao Van Houten aurait selon le poète Maïakovski acheté la dernière volonté d'un condamné à mort dans le but de se faire de la publicité. Celui-ci, avant de se faire guillotiner, devait crier "Buvez du cacao Van Houten". L'homme cria et la société versa de l'argent à la famille du condamné.


Tous les commentaires (91)

Je comprends que ça vous choque, mais on parle d'un CONDAMNÉ À MORT ! Vous en parlez comme d'une victime... Je suis navrée, mais on n'est pas condamné à mort pour des broutilles, en général. C'est déjà bien que sa famille ait eu de l'argent, par le biais de cette pub, je vois pas où est le problème. Bien sûr la démarche est abject, et bien sûr c'est immoral, mais faut arrêter de faire comme si tout était manichéen. Ça n'est pas le cas, et ça ne le sera jamais.

Posté le

iphone

(8)

Répondre

Moi ca me gène pas, j'en boit tout les matins, et je continuerais. Je vois pas du tout en quoi c'est immoral quoi.



Le mec il a fait du mal (tuer je suppose), qu'il doit "Buvez blablablabla" en quoi ca change ? Ca veut dire que des gens sont aller voir sa mort non ? C'est pas eux qui sont un peu immoral ? Enfin, c'est la mentalité de l'époque ("Le dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo montre bien la mentalité de l'époque) donc je vois pas ce qui me choque. C'est pas comme si c'était la société qui le tuait...

Posté le

website

(5)

Répondre

Attendez, c'est peut être abjecte pour la société, mais elle a permis à la famille d'avoir de l'argent et avait tenu sa promesse de verser l'argent. une fois mort qui allait apporter de l'argent à la famille ? ça leur a permis d'assurer le temps de retrouver une source d'argent. alors ouais c'est abjecte à la base mais au final ça a profité à quelqu'un. ça n'a rien coûté au condamné, qui a d'ailleurs peut être fait pire ? bref je vois pas ça comme abominable quand on voit qu'au 21eme siècle en chine on film les condamnés à morts lors d'une interview en leur parlant de leur famille, de leur délit, qui n'est ni plus ni moins qu'une torture morale avant la mort.

Posté le

android

(5)

Répondre

Il y avait beaucoup d'injustices au 20eme siècle:le système judiciaire n'était pas le même qu'aujourd'hui donc peut être il n'était pas coupable.Souviens toi de Dreyfus

Posté le

android

(2)

Répondre

Mouhahahahaha!!
J'adore le principe :-D

Posté le

android

(0)

Répondre

A quand la pierre tombale publicitaire...?

Posté le

iphone

(10)

Répondre

Ceci étant il est vrai que je donnerais cher pour chaque tasse de chocolat chaud venant de chez eux. Il est tellement bon, mais le plus proche est comme à 2 kilomètres de chez moi... Si vous pouvez, faîtes vous en un stock !

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Juste pour faire ch... À la dernière seconde, j'aurai crié "Cacolac !"

Posté le

iphone

(12)

Répondre

a écrit : Malheureusement "la mort ou apparenté" fait toujours recette. Il est plus intéressant pour une société qui sponsorise un coureur cycliste que celui-ci ait un grave accident a 90km/h dans une descente plutôt qu'il ne gagne la course ! Les retombées en sont bien supérieures Ce que tu affirmes n'a aucun sens. Les marques s'associent à des sportifs pour avoir une image prestigieuse de victoire et de réussite. Demande à Adidas si il a envi de miser une petite fortune sur le cycliste qui va s'écraser au fond du ravin et que l'image de sa marque soit associé à un accident, à un échec, à du malheur ...
Si tu cherches ta voie évite consultant en marketing, ce n'est pas vraiment pour toi! ;.) allez, sans rancune!

Posté le

iphone

(8)

Répondre

a écrit : Juste pour faire ch... À la dernière seconde, j'aurai crié "Cacolac !" ça aurait bien fait chier ta famille aussi...

Posté le

android

(2)

Répondre

Je sais pas pourquoi mais moi si j'avais été spectateur, je me serai marré...!

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : 1910... faut peut être se ramener a la mentalité de l'époque. Il était coupable de quelques choses donc n'allait pas parler de moral. Et faut interpréter les choses : leur boisson jusqu'à la mort, et au delà. Aujourd'hui on aurait peur de choquer les gens, mais on ferait passer le même message autrement. Que lui n'ai pas été moral, c'est une chose. Que la société ne l'ai pas été en est une autre.
La peine capitale se discute pour des raisons de nécessité à vivre ensemble et à faire respecter les lois.
Mais le respect des êtres humains, c'est important.
Instrumentaliser la mort, ça n'est pas anodin.

Quand certains disent : ils l'ont pas mis à mort, ils en profitent seulement.
Moi je me dis que certains poussent l'envie du profit un peu trop loin.
Je ne vois pas pourquoi on devrait pouvoir "profiter" de tout, surtout au dépend de la dignité humaine.

Posté le

iphone

(3)

Répondre

De tout façons on aura toujours l'éternel combat entre la raison qui dit :
Et le coeur qui dit :

Etant donné que la raison est plus forte chez moi il est claire que t'en qu'a être utile jusqu'au bout, j'aurais également accepter

Posté le

iphone

(1)

Répondre

Assez morbide pour de la publicité!

Posté le

android

(1)

Répondre



c'est plutôt "sympa" pour sa famille mais moi si j'étais à leur place je crois que j'aurais préféré ne pas gagné d'argent du tout et entendre s'qu'il voulait vraiment dire avant de mourir ...

Posté le

website

(2)

Répondre

Il faut remettre l'anecdote dans son contexte historique : 1910!
A cette epoque les executions publiques sont des divertissements au meme titre que les jeux à Rome en un autre temps...
Donc un intermede publicitaire scandé par un condamné à mort sur l'échaffaud n'était pas choquant.

Posté le

iphone

(4)

Répondre

moi j'aurais plutôt mis comme slogan: "van houten, le chocolat qui vous fait perdre la tête"

c'est plus dans le contexte

Posté le

android

(10)

Répondre