Le TGV, préféré à l'aérotrain

Proposé par
le
dans

Le TGV aurait pu ne pas voir le jour si le procédé d'aérotrain avait donné des résultats satisfaisants. La France étudia à la fin des années 60 cette technologie, qui consistait à propulser les wagons par des turbines, sans contact avec la voie. On peut voir les vestiges de ces expérimentations : un rail en béton sur pilotis long de plusieurs kilomètres a été conservé dans la région d'Orléans.

Lors des essais, on réussit à atteindre les 300 km/h, et 400 km/h étaient théoriquement atteignables. Un des soucis de cette technologie était la nuisance sonore qu'elle engendrait.


Commentaires préférés (3)

Je croyais que tu allais dire que ceux qui ont essayé ont eu des problèmes.. Enfin, c'est vous qui voyez ^^

Posté le

unknown

(110)

Répondre

Qu'est-ce qu'on peut lire comme âneries ! L'Aérotrain ayant été torpillé par les médias à partir de juillet 1974, vous n'y êtes pour pas grand chose. Il est temps de rétablir la vérité.

Non, le rail en béton n'est pas plus cher à fabriquer qu'un rail de TGV. Il est estimé de deux à quatre fois moins cher. De plus, il nécessite peu ou pas d'entretien là où une ligne LGV a besoin de contrôles très fréquents et coûteux.

Non, le film de François Truffaut contient des scènes avec le Safège, autre moyen de transport tout aussi innovant et intéressant expérimenté à Châteauneuf-sur-Loire (45), donc pas très loin du rail d'Aérotrain d'Orléans (d'ailleurs il y en a un autre entre Limours et Gometz-le-Chatel (91).

Non, ce sont des gens qui étaient de mèche avec l'Etat et de puissants lobbies qui ont incendié exprès l'unique engin à l'échelle 1:1 qui était encore stocké dans son hangar à Chevilly, et ce une semaine avant son déplacement dans un musée. Rappelons que l'arrivée au pouvoir de VGE a été la raison de l'arrêt des essais et des études. On lui avait gentiment demandé de faire clapoter le projet pour des raisons infondées mais que les Français, crédules, pouvaient bêtement avaler.

Si, les aiguillages ont été imaginés, et étaient tout à fait réalisables. Les gares ne devaient pas obligatoirement être en altitude, enfin rien n'interdit le contraire. Seule la voie nécessite une certaine altitude pour garantir la sécurité, et encore, seulement dans les secteurs à grande vitesse (>100 km/h).

Les engins qui circulent dans le monde n'ont rien d'un coussin d'air. À vrai dire, l'Aérotrain a été uniquement été étudié en France, et un prototype sous licence Bertin a également été conçu aux États-Unis. Les autres sont magnétiquement sustentés. Et le faux Aérotrain québécois est sur roues, c'est un leurre.

On évoque parfois que l'Aérotrain n'était pas prêt techniquement. C'est en partie faux. Oui, la propulsion électrique demandée par le gouvernement n'était pas encore finalisée, alors que la propulsion thermique était plus que mûre, tout comme le coussin d'air lui-même. L'argument de la motorisation électrique a été un bon moyen de faire couler le projet, alors qu'il suffisait de continuer les études. Regardez l'efficacité des moteurs linaires de nos jours, c'est le jour et la nuit par rapport à l'époque. Pour tous les aspects de mise en service commercial, un bon main dans la main avec la SNCF aurait été une excellente idée. Au lieu de tout cela, la SNCF a vu en l'Aérotrain un danger, un moyen de leur voler la vedette, et les lobbies de l'acier (famille de la femme de VGE) ont vu un grand manque à gagner : rail en béton = pas d'acier. On a mis des bâtons dans les roues de Pompidou, il a résisté, jusqu'à sa mort prématurée. En dehors de tout ça, l'Aérotrain est pourtant le moyen de transport à grande échelle le plus économe qui existe ! C'est le comble !

C'est une histoire très amère, mal connue, qui est pourtant typique de la France. Chaque Président ne pense qu'à sa gueule, et les intérêts du pays passent ensuite. Triste France...

Posté le

unknown

(395)

Répondre

a écrit : Qu'est-ce qu'on peut lire comme âneries ! L'Aérotrain ayant été torpillé par les médias à partir de juillet 1974, vous n'y êtes pour pas grand chose. Il est temps de rétablir la vérité.

Non, le rail en béton n'est pas plus cher à fabriquer qu'un rail de TGV. Il est estimé de d
eux à quatre fois moins cher. De plus, il nécessite peu ou pas d'entretien là où une ligne LGV a besoin de contrôles très fréquents et coûteux.

Non, le film de François Truffaut contient des scènes avec le Safège, autre moyen de transport tout aussi innovant et intéressant expérimenté à Châteauneuf-sur-Loire (45), donc pas très loin du rail d'Aérotrain d'Orléans (d'ailleurs il y en a un autre entre Limours et Gometz-le-Chatel (91).

Non, ce sont des gens qui étaient de mèche avec l'Etat et de puissants lobbies qui ont incendié exprès l'unique engin à l'échelle 1:1 qui était encore stocké dans son hangar à Chevilly, et ce une semaine avant son déplacement dans un musée. Rappelons que l'arrivée au pouvoir de VGE a été la raison de l'arrêt des essais et des études. On lui avait gentiment demandé de faire clapoter le projet pour des raisons infondées mais que les Français, crédules, pouvaient bêtement avaler.

Si, les aiguillages ont été imaginés, et étaient tout à fait réalisables. Les gares ne devaient pas obligatoirement être en altitude, enfin rien n'interdit le contraire. Seule la voie nécessite une certaine altitude pour garantir la sécurité, et encore, seulement dans les secteurs à grande vitesse (>100 km/h).

Les engins qui circulent dans le monde n'ont rien d'un coussin d'air. À vrai dire, l'Aérotrain a été uniquement été étudié en France, et un prototype sous licence Bertin a également été conçu aux États-Unis. Les autres sont magnétiquement sustentés. Et le faux Aérotrain québécois est sur roues, c'est un leurre.

On évoque parfois que l'Aérotrain n'était pas prêt techniquement. C'est en partie faux. Oui, la propulsion électrique demandée par le gouvernement n'était pas encore finalisée, alors que la propulsion thermique était plus que mûre, tout comme le coussin d'air lui-même. L'argument de la motorisation électrique a été un bon moyen de faire couler le projet, alors qu'il suffisait de continuer les études. Regardez l'efficacité des moteurs linaires de nos jours, c'est le jour et la nuit par rapport à l'époque. Pour tous les aspects de mise en service commercial, un bon main dans la main avec la SNCF aurait été une excellente idée. Au lieu de tout cela, la SNCF a vu en l'Aérotrain un danger, un moyen de leur voler la vedette, et les lobbies de l'acier (famille de la femme de VGE) ont vu un grand manque à gagner : rail en béton = pas d'acier. On a mis des bâtons dans les roues de Pompidou, il a résisté, jusqu'à sa mort prématurée. En dehors de tout ça, l'Aérotrain est pourtant le moyen de transport à grande échelle le plus économe qui existe ! C'est le comble !

C'est une histoire très amère, mal connue, qui est pourtant typique de la France. Chaque Président ne pense qu'à sa gueule, et les intérêts du pays passent ensuite. Triste France...
Afficher tout
Merci a toi pour toutes ces explications, je connais aussi bien ce dossier et je trouve incroyable que l on continue aujourd'hui a rouler dans des trains avec des roues en acier qui frottent contre des rails en acier, quelle perte d' énergie! L Aérotrain n avait pas de contact direct avec le rail en béton il parait que le confort était impressionant a l'intérieur, et pas besoin de faire des rails en béton parfaits, les petits défauts étant sans conséquence d' ou un coût moins élevé de fabrication. En plus les rails etant en hauteur les cultivateurs pouvaient continuer a travailler dans leur champs sans etre deranger. Un système d' aiguillage était prévu, nous sommes passe tout près de l aboutissement de ce beau projet, l abandon de celui ci a détruit son inventeur M Bertin...

Posté le

unknown

(123)

Répondre


Tous les commentaires (51)

Ca n'aurait pas été plus mal je pense.
Car avec la nouvelle technologie, on aurait pu reduire les nuisances sonores etc.
Si c'etait plus ecolo, ca serait ca de plus.
Fin bof, apres les compartiments peuvent changer ...
Mais de toutes facons, on ne pourrait changer maintenant vu que ca demanderai des travaux et chantiers interminables et des consequences lourdes pendant le changement.

Posté le

unknown

(15)

Répondre

Le jour ou cela sera privatiser on aura peut être le droit a de nouvelles inventions :-) (ou des anciennes remis au goût du jour !!)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Aujourd'hui il existe un train a substantivation magnétique : le MAGLEV. Il permet d'atteindre plus de 500 km/h (et il va réellement a cette vitesse durant son exploitation commerciale contrairement au TGV qui ne dépasse pas les 350 km/h) et engendre beaucoup moins de nuisances sonores que le TGV. Il est d'origine allemande et est déjà utilisé a certains endroits, comme le Transrapid chine. Aussi, même s'il est plus rapide, plus silencieux et plus confortable que le TGV il possède un inconvénient : son prix. En effet son installation est beaucoup plus couteuse que celle d'un train classique.

Posté le

unknown

(20)

Répondre

Artg77 : l'argent est le nerf de la guerre ;) en France on a également des projets géniaux... Mais qui reste sur papier malheureusement ! Et tout ça a cause de l'argent ! Sinon il y a également un projet de train qui ne s'arrête pas en gare.... Les passagers qui souhaitent descendre doivent se diriger vers une partie du train et en passant la gare, la capsule est lâchée, et pour les voyageur qui souhaite monter, c'est le procédé inverse.
Je trouve ce projet fortement intéressant car aucune attente en gare, pas besoin de freiner.. Donc gain de temps !

Posté le

unknown

(13)

Répondre

En complément d'information, les vestige du monorail se trouvent dans le sud de la région parisienne. On peut l'apercevoir en prenant l'A6.
Autre complément d'information : ce monorail a aussi été utilisé comme scène pour un très grand film de François Truffaud, fareinheit 451.

Posté le

unknown

(7)

Répondre

Je croyais que tu allais dire que ceux qui ont essayé ont eu des problèmes.. Enfin, c'est vous qui voyez ^^

Posté le

unknown

(110)

Répondre

c'est normal le train a ete brulee par les ecologiste a orleans et donc ils ont abandonne le projet!

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Il n'y avait pas que la nuisance sonore qui était à l'origine de l'abandon du projet.
Déjà il aurait fallu construire des gares beaucoup plus hautes que les gares classiques, ce qui aurait été plus onéreux. Avec ce train monorail, il était impossible de créer un changement de voie comme c'est le cas avec un aiguillage. Il ne faut pas oublier que le rail en lui même coutait beaucoup plus cher que la réalisation d'une double voie classique.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

La bonne nouvelle c'est que pour rigoler ils ont rajouté des ailes au train qui servait plus à rien et...ils ont inventé l'avion à réaction qui sert pas mal maintenant!

Posté le

unknown

(5)

Répondre

Le rail est près de chez moi à Orléans le long de la RN20 .
Le brevet à été racheté par des Japponais...

Posté le

unknown

(2)

Répondre

a écrit : Le rail est près de chez moi à Orléans le long de la RN20 .
Le brevet à été racheté par des Japponais...
Pour les japonais, c'est plutôt une aubaine un tel procédé. Eux ont vraiment besoin de construire en hauteur dans leurs villes.

Posté le

unknown

(4)

Répondre

On peut apercevoir cet ouvrage sur la ligne SNCF entre Orléans et Paris.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Artg77 : l'argent est le nerf de la guerre ;) en France on a également des projets géniaux... Mais qui reste sur papier malheureusement ! Et tout ça a cause de l'argent ! Sinon il y a également un projet de train qui ne s'arrête pas en gare.... Les passagers qui souhaitent descendre doivent se diriger vers une partie du train et en passant la gare, la capsule est lâchée, et pour les voyageur qui souhaite monter, c'est le procédé inverse.
Je trouve ce projet fortement intéressant car aucune attente en gare, pas besoin de freiner.. Donc gain de temps !
Afficher tout
Une question comme sa, ou tu a entendu parler de sa ??

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Qu'est-ce qu'on peut lire comme âneries ! L'Aérotrain ayant été torpillé par les médias à partir de juillet 1974, vous n'y êtes pour pas grand chose. Il est temps de rétablir la vérité.

Non, le rail en béton n'est pas plus cher à fabriquer qu'un rail de TGV. Il est estimé de deux à quatre fois moins cher. De plus, il nécessite peu ou pas d'entretien là où une ligne LGV a besoin de contrôles très fréquents et coûteux.

Non, le film de François Truffaut contient des scènes avec le Safège, autre moyen de transport tout aussi innovant et intéressant expérimenté à Châteauneuf-sur-Loire (45), donc pas très loin du rail d'Aérotrain d'Orléans (d'ailleurs il y en a un autre entre Limours et Gometz-le-Chatel (91).

Non, ce sont des gens qui étaient de mèche avec l'Etat et de puissants lobbies qui ont incendié exprès l'unique engin à l'échelle 1:1 qui était encore stocké dans son hangar à Chevilly, et ce une semaine avant son déplacement dans un musée. Rappelons que l'arrivée au pouvoir de VGE a été la raison de l'arrêt des essais et des études. On lui avait gentiment demandé de faire clapoter le projet pour des raisons infondées mais que les Français, crédules, pouvaient bêtement avaler.

Si, les aiguillages ont été imaginés, et étaient tout à fait réalisables. Les gares ne devaient pas obligatoirement être en altitude, enfin rien n'interdit le contraire. Seule la voie nécessite une certaine altitude pour garantir la sécurité, et encore, seulement dans les secteurs à grande vitesse (>100 km/h).

Les engins qui circulent dans le monde n'ont rien d'un coussin d'air. À vrai dire, l'Aérotrain a été uniquement été étudié en France, et un prototype sous licence Bertin a également été conçu aux États-Unis. Les autres sont magnétiquement sustentés. Et le faux Aérotrain québécois est sur roues, c'est un leurre.

On évoque parfois que l'Aérotrain n'était pas prêt techniquement. C'est en partie faux. Oui, la propulsion électrique demandée par le gouvernement n'était pas encore finalisée, alors que la propulsion thermique était plus que mûre, tout comme le coussin d'air lui-même. L'argument de la motorisation électrique a été un bon moyen de faire couler le projet, alors qu'il suffisait de continuer les études. Regardez l'efficacité des moteurs linaires de nos jours, c'est le jour et la nuit par rapport à l'époque. Pour tous les aspects de mise en service commercial, un bon main dans la main avec la SNCF aurait été une excellente idée. Au lieu de tout cela, la SNCF a vu en l'Aérotrain un danger, un moyen de leur voler la vedette, et les lobbies de l'acier (famille de la femme de VGE) ont vu un grand manque à gagner : rail en béton = pas d'acier. On a mis des bâtons dans les roues de Pompidou, il a résisté, jusqu'à sa mort prématurée. En dehors de tout ça, l'Aérotrain est pourtant le moyen de transport à grande échelle le plus économe qui existe ! C'est le comble !

C'est une histoire très amère, mal connue, qui est pourtant typique de la France. Chaque Président ne pense qu'à sa gueule, et les intérêts du pays passent ensuite. Triste France...

Posté le

unknown

(395)

Répondre

a écrit : Qu'est-ce qu'on peut lire comme âneries ! L'Aérotrain ayant été torpillé par les médias à partir de juillet 1974, vous n'y êtes pour pas grand chose. Il est temps de rétablir la vérité.

Non, le rail en béton n'est pas plus cher à fabriquer qu'un rail de TGV. Il est estimé de d
eux à quatre fois moins cher. De plus, il nécessite peu ou pas d'entretien là où une ligne LGV a besoin de contrôles très fréquents et coûteux.

Non, le film de François Truffaut contient des scènes avec le Safège, autre moyen de transport tout aussi innovant et intéressant expérimenté à Châteauneuf-sur-Loire (45), donc pas très loin du rail d'Aérotrain d'Orléans (d'ailleurs il y en a un autre entre Limours et Gometz-le-Chatel (91).

Non, ce sont des gens qui étaient de mèche avec l'Etat et de puissants lobbies qui ont incendié exprès l'unique engin à l'échelle 1:1 qui était encore stocké dans son hangar à Chevilly, et ce une semaine avant son déplacement dans un musée. Rappelons que l'arrivée au pouvoir de VGE a été la raison de l'arrêt des essais et des études. On lui avait gentiment demandé de faire clapoter le projet pour des raisons infondées mais que les Français, crédules, pouvaient bêtement avaler.

Si, les aiguillages ont été imaginés, et étaient tout à fait réalisables. Les gares ne devaient pas obligatoirement être en altitude, enfin rien n'interdit le contraire. Seule la voie nécessite une certaine altitude pour garantir la sécurité, et encore, seulement dans les secteurs à grande vitesse (>100 km/h).

Les engins qui circulent dans le monde n'ont rien d'un coussin d'air. À vrai dire, l'Aérotrain a été uniquement été étudié en France, et un prototype sous licence Bertin a également été conçu aux États-Unis. Les autres sont magnétiquement sustentés. Et le faux Aérotrain québécois est sur roues, c'est un leurre.

On évoque parfois que l'Aérotrain n'était pas prêt techniquement. C'est en partie faux. Oui, la propulsion électrique demandée par le gouvernement n'était pas encore finalisée, alors que la propulsion thermique était plus que mûre, tout comme le coussin d'air lui-même. L'argument de la motorisation électrique a été un bon moyen de faire couler le projet, alors qu'il suffisait de continuer les études. Regardez l'efficacité des moteurs linaires de nos jours, c'est le jour et la nuit par rapport à l'époque. Pour tous les aspects de mise en service commercial, un bon main dans la main avec la SNCF aurait été une excellente idée. Au lieu de tout cela, la SNCF a vu en l'Aérotrain un danger, un moyen de leur voler la vedette, et les lobbies de l'acier (famille de la femme de VGE) ont vu un grand manque à gagner : rail en béton = pas d'acier. On a mis des bâtons dans les roues de Pompidou, il a résisté, jusqu'à sa mort prématurée. En dehors de tout ça, l'Aérotrain est pourtant le moyen de transport à grande échelle le plus économe qui existe ! C'est le comble !

C'est une histoire très amère, mal connue, qui est pourtant typique de la France. Chaque Président ne pense qu'à sa gueule, et les intérêts du pays passent ensuite. Triste France...
Afficher tout
Merci a toi pour toutes ces explications, je connais aussi bien ce dossier et je trouve incroyable que l on continue aujourd'hui a rouler dans des trains avec des roues en acier qui frottent contre des rails en acier, quelle perte d' énergie! L Aérotrain n avait pas de contact direct avec le rail en béton il parait que le confort était impressionant a l'intérieur, et pas besoin de faire des rails en béton parfaits, les petits défauts étant sans conséquence d' ou un coût moins élevé de fabrication. En plus les rails etant en hauteur les cultivateurs pouvaient continuer a travailler dans leur champs sans etre deranger. Un système d' aiguillage était prévu, nous sommes passe tout près de l aboutissement de ce beau projet, l abandon de celui ci a détruit son inventeur M Bertin...

Posté le

unknown

(123)

Répondre

Le projet est toujours faisable, c'est juste une question de courage politique et industriel.

Rien est perdu, bien au contraire.

Posté le

unknown

(5)

Répondre

Quand à l'article, avant de le déclarer "authentique" il faudrait songer à le corriger.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Le projet est toujours faisable, c'est juste une question de courage politique et industriel.

Rien est perdu, bien au contraire.
Oui comme toujour des nouveauté qui peuvent chacune changer et aider le quotidien vont pourrir dans un coin et 10ans plutard on va dire que en faite on aurai du l'utiliser

Posté le

unknown

(4)

Répondre