Le seul japonais du Titanic fut un homme détesté par son pays

Proposé par
Invité
le
dans

Masabumi Hosono fut le seul passager japonais à bord du Titanic. Après que le paquebot a percuté l'iceberg, Hosono prit une place dans l'un des derniers canots de sauvetage. Lorsqu'Il rentra au Japon, il y fut considéré comme un lâche par la population et détesté tout le reste de sa vie. Il figurait même dans les manuels scolaires qui le décrivaient comme un exemple de déshonneur pour le Japon, et certains considéraient qu'il devait se faire hara-kiri.


Tous les commentaires (134)

Lors du naufrage il y aurait apparement eu des hommes qui auraient refusés de monter dans certains bateaux de sauvetage. (Surement pour laisser leur place à d'autres). Malgré cela, et la fameuse règle "les femmes et les enfants d'abord", 162 femmes et enfants perdront la vie et 338 hommes survivèrent.

Le peuple Japonais qui est connu pour possèder un sens de l'honneur très fort (Et je pense que à cette époque cela devait-être encore plus "stricte") à donc consideré cela comme un déshoneur pour cet homme qui à survécu là où d'autres ce sont apparement sacrifiés dans ce tragique accident (Environ 700 suirvivants pour 2200 passagers).
Egalement, cela à été mal vu pour le pays entier qu'un Japonais ne montre pas ce sens de l'honneur et de sacrifice de soi au yeux du monde entier.

C'est une question de culture mais néanmoins il est clair que les réactions du Japon vis à vis de cet homme semblent abusives.

Si un bateau plein de japonais fait naufrage et qu'il n'y a pas assez de cannots de sauvetage au bout du compte tout le monde doit mourir soit par noyade soit par hara kiri pour avoir pris une place sur un cannot. Mais si quelqu'un laisse sa place à quelqu'un d'autre, il condamne cet autre au déshonneur...

Posté le

android

(54)

Répondre

C est sûr que c est extreme, mais on ne peut pas vraiment juger cette mentalité. La culture japonaise était à l époque éxtrêmement différente de la culture occidentale (elle l est toujours mais beaucoup moins) en tant qu occidentaux on ne peut pas vraiment juger une mentalité comme celle ci car on manque d informations sur le sujet. Ce qui me surprend le plus est le fait que le pays entier ait été au courant de son acte.

Posté le

android

(38)

Répondre

a écrit : Lors du naufrage il y aurait apparement eu des hommes qui auraient refusés de monter dans certains bateaux de sauvetage. (Surement pour laisser leur place à d'autres). Malgré cela, et la fameuse règle "les femmes et les enfants d'abord", 162 femmes et enfants perdront la vie et 338 hommes survivèrent.

Le peuple Japonais qui est connu pour possèder un sens de l'honneur très fort (Et je pense que à cette époque cela devait-être encore plus "stricte") à donc consideré cela comme un déshoneur pour cet homme qui à survécu là où d'autres ce sont apparement sacrifiés dans ce tragique accident (Environ 700 suirvivants pour 2200 passagers).
Egalement, cela à été mal vu pour le pays entier qu'un Japonais ne montre pas ce sens de l'honneur et de sacrifice de soi au yeux du monde entier.

C'est une question de culture mais néanmoins il est clair que les réactions du Japon vis à vis de cet homme semblent abusives.
Afficher tout
Merci infiniment pour ces precisions claires. Simples et objectives. Sincerement je commencais a etouffer sous les jugements de valeurs des cultures qu'on ne cherche pas comprendre et qu" on juge a l'" emporte piece. Merci mon ami pour cet oxygene.

Posté le

android

(27)

Répondre

En réalité en japonais, on doit utiliser le terme de "seppuku" et non "hara-kiri", qui est moins formel et n'est utilisé qu'à l'oral. Les deux termes signifient "découpage de ventre".

Traditionnellement, le seppuku était réalisé dans un temple en s'ouvrant l'abdomen à l'aide d'un wakizashi (sabre court) ou d'un poignard de type tantō, ce qui libère l'âme. Dans certaines morts moins honorables, c'est une autre personne qui s'en chargeait en lui coupant la tête. Cf. Wikipedia.

Posté le

android

(44)

Répondre

a écrit : Donc si je comprends bien, si un navire rempli de japonais coule, pas 1 seul ne tentera de sauver sa peau ? Ils feront quoi en attendant la mort ? Un sudoku ? Je pense que les japonais lui en ont voulu parce qu'il a pris une place qui aurait pu profiter a un enfant ou a une femme et qu'en tant qu'homme il aurait dû laisser passer les femmes et les enfants d'abord !

Si il y avait eut plus de japonais sur le titanic, y'aurait surement eut plus de survivants ou plus de morts ?

Posté le

android

(5)

Répondre

C'est le sort qu'aurait du subir le capitaine du Concordia franchement. Lui a mit la vie de passagers en péril alors que le japonais en question n'a fait appel qu'à son instinct de survie. Mouarf. Pas la même époque... Pas la même culture !

a écrit : Il aurait du faire quoi exactement ?! Sauver des gens ? Ou mourrir tout simplement ?! C'est louche :/ La culture japonaise a longtemps été marqué par son héritage de valeurs, en particulier du Bushido, code moral du Samourai qui exigeait loyauté, bravoure et honneur jusqu'à la mort. La peur de la honte et du déshonneur supplantait alors celle de la mort.
Si celui qui empruntait cette voie échouait à garder son honneur, il pouvait le regagner en commettant le seppuku (ou Hara kiri), suicide rituel par éventration.

" Le vrai courage consiste à vivre quand il est juste de vivre, à mourir quand il est juste de mourir ", extrait du Bushido

a écrit : En réalité en japonais, on doit utiliser le terme de "seppuku" et non "hara-kiri", qui est moins formel et n'est utilisé qu'à l'oral. Les deux termes signifient "découpage de ventre".

Traditionnellement, le seppuku était réalisé dans un temple en s'ouvrant
l'abdomen à l'aide d'un wakizashi (sabre court) ou d'un poignard de type tantō, ce qui libère l'âme. Dans certaines morts moins honorables, c'est une autre personne qui s'en chargeait en lui coupant la tête. Cf. Wikipedia. Afficher tout
Oui enfin, Wikipédia hein... Si je me souviens bien, la personne se faisant hara-kiri plante la lame, la remonte le long du ventre puis la tourne. La douleur étant atroce, la majorité se "contentais" de planter la lame. Ensuite, le meilleur ami de la personne devait la décapité. Ce n'était pas moins honorable.
Je ne suis pas certain mais il me semble que c'est ça.

a écrit : En réalité en japonais, on doit utiliser le terme de "seppuku" et non "hara-kiri", qui est moins formel et n'est utilisé qu'à l'oral. Les deux termes signifient "découpage de ventre".

Traditionnellement, le seppuku était réalisé dans un temple en s'ouvrant
l'abdomen à l'aide d'un wakizashi (sabre court) ou d'un poignard de type tantō, ce qui libère l'âme. Dans certaines morts moins honorables, c'est une autre personne qui s'en chargeait en lui coupant la tête. Cf. Wikipedia. Afficher tout
Plus précisément, dans le cas d'un homme de haut rang contraint de se faire sepuku, c'est un assistant qui devait achever ses souffrances en le décapitant. Enfin je crois

a écrit : Décidément la culture japonaise m'étonnera toujours... Eux qui font le culte de la "Zen attitude" sont aussi capables d'avoir les pires problèmes d'égo... Ca me parait pourtant pas compliqué de comprendre la détresse de cette personne, de la terreur qui l'a du ressentir etc... C'est de la compassion qu'ils devraient ressentir pour cette personne et son attitude, et non de l'aversion...

Un exemple de "déshonneur" dans les manuels scolaire ? Mais d'où vient cet "honneur" justement ? Cette fierté ? Sinon d'un culte de l'égo ?... Contrairement à ce qu'on pourrait croire au premier abord vu leur richesse matérielle et culturelle, le Japon n'est pas non plus à mon sens un modèle de société à suivre quand je lis ce genre d'anecdote... C'est vraiment un peuple très étonnant en tout cas... Eux qui dénigrent souvent les occidentaux et leur façon de vivre... Là franchement dans ce cas je ne serai pas "fier" d'être japonnais...
Afficher tout
Personnellement, je ne sais pas de quelle culture il faut être le plus fier :
1) De celle qui fustige un homme d'avoir survécu, là ou il aurait pu laisser sa place a quelqu'un d'autre dans un navire.
2) De celle construit un navire "insubmerssible", négligeant la sécurité, laissant mourir des centaines de personnes dans les eaux glacées, a cause de l'égo de ses concepteurs.

a écrit : Oui enfin, Wikipédia hein... Si je me souviens bien, la personne se faisant hara-kiri plante la lame, la remonte le long du ventre puis la tourne. La douleur étant atroce, la majorité se "contentais" de planter la lame. Ensuite, le meilleur ami de la personne devait la décapité. Ce n'était pas moins honorable.
Je ne suis pas certain mais il me semble que c'est ça.
Afficher tout
Wikipédia est unanimement reconnue comme étant une source fiable, plus que n'importe quelle autre encyclopédie.

blogs.rue89.com/les-coulisses-de-wikipedia/2013/03/08/wikipedia-est-elle-fiable-229821

Pour la grammaire les gens :

"Avant que" est toujours suivie d'un subjonctif, pour la simple raison que cette conjonction introduit un fait qui n'est pas encore survenu. C'est un aspect hypotétique.

"Après que" est suivie la plupart du temps d'un indicatif. Puisqu'elle réfère à un évenement passé et donc certains.
Certains écrivains en revanche ont utilisé le subjonctif pour des raisons diverses... rapport causal/temporel, justification grammaticale...
L'indicatif est donc fortement conseillé mais pas obligatoire.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Ce n'est pas qui AIT percuté l'iceberg ? Non après "après que" on emploie, ou plutôt on devrait employer l'indicatif soit : après qu'il a. Pour "avant que" par contre, on utilise bien le subjonctif. Si la tournure choque c'est parce que nos oreilles ont l'habitude d'entendre "après que + subjonctif", mais c'est une erreur. Édit : pardon, je n'avais pas vu qu'il y avait déjà des réponses !

En gros ca ne sert a rien de mettre des canots de sauvetages sur les paquebots japonais..

a écrit : Lors du naufrage il y aurait apparement eu des hommes qui auraient refusés de monter dans certains bateaux de sauvetage. (Surement pour laisser leur place à d'autres). Malgré cela, et la fameuse règle "les femmes et les enfants d'abord", 162 femmes et enfants perdront la vie et 338 hommes survivèrent.

Le peuple Japonais qui est connu pour possèder un sens de l'honneur très fort (Et je pense que à cette époque cela devait-être encore plus "stricte") à donc consideré cela comme un déshoneur pour cet homme qui à survécu là où d'autres ce sont apparement sacrifiés dans ce tragique accident (Environ 700 suirvivants pour 2200 passagers).
Egalement, cela à été mal vu pour le pays entier qu'un Japonais ne montre pas ce sens de l'honneur et de sacrifice de soi au yeux du monde entier.

C'est une question de culture mais néanmoins il est clair que les réactions du Japon vis à vis de cet homme semblent abusives.
Afficher tout
Tes premiers chiffres ne veulent pas dire grand-chose. Si on considère le nombre de victimes totales, il y a eu 711 survivants pour 1490 victimes. Or on a eu 1329 victimes hommes pour 161 victimes femmes +enfants et 338 survivants hommes pour 373 survivants femmes pour enfants. Ce qui fait que 90% des victimes sont masculines et plus de la moitié des survivants sont des femmes ou enfants (80% de chance de mourir si homme contre 25% chez les femmes). Donc oui la "fameuse" règle du : "les femmes et les enfants d'abord" a été extrémement bien respectée. D'ailleurs, parce que des hommes ont préférer sauver leur vie et celle de leur femme plutot que d'aider les autres femmes, enfants rester à bord, il y a eu des divorces (eh oui) et certains se sont fait traiter de "femmelettes" ou de "lâche" (voir William Carter par exemple).

Seppuku consiste en 3 entailles rituelles au ventre coupant les principaux organes vitaux . Un samurai pouvait eventuellement couper la tete de la personne procédant au Seppuku si elle s etait montrée honorable pendant le rituel , c est un honneur que de se faire couper la tête car c est la preuve que l on a sut mourrir la tete haute si je peux me permettre (ok blague vaseuse ...)

Posté le

android

(13)

Répondre

Triste histoire du peuple japonais. Etant un grand fan de son histoire ne pas faire face a son destin ou echouer dans une tache est bien pire que toute chose qui existe.
Il aurait fallu des canneaux pour tous et quil soit vraiment le dernier a monter dedans (et encore en perdant une jambe) pour quil soit reconnu en heros.

Posté le

android

(6)

Répondre