L.'université d'Haverford n'a pas regretté d'offrir ses études à un de ses étudiants

Proposé par
le

Howard Lutnick est un homme d'affaires américain qui devint orphelin peu après être entré à l'université d'Haverford. Incapable de financer ses études, l'université décida de lui offrir ses 4 ans de scolarité. Ayant réussi dans les affaires, il est aujourd'hui le plus grand donateur de l'université avec 65 millions de dollars de dons.


Tous les commentaires (75)

Commentaire supprimé Et il manque une virgule, en plus!

Posté le

android

(0)

Répondre

J'ai arrêté de lire les commentaires parceque vous êtes trop nombreux à dire que vous avez de l'expérience en matière d'université us et France que j'ai du mal à croire qu'il n'y est pas quelques fakes et trolls dans le lot (mais le débat à l'air intéressant sinon).
Par contre si certains ont une vrai expérience avec les universités d'Angleterre ça m'intéresserait grandement (même si je sais que c'est un peu HS avec le sujet pour le coup).

Après concernant "l'échelle" de shangai (entre guillemets parceque pas sur de la dénomination exacte), il m'a semblé entendre de la bouche d'un présidentiable dernièrement, que la France était mal classé dedans parceque les universités et les centres de recherches n'étaient pas "jumelées" comme dans la plupart des pays présent dans le dit classement. (Après attention je dis ça c'est peut être des bullshit)

Il faudrait nous donner les critères utiliser pour les classements. Par exemple, pour celui de Shanghai, ils prennent le nombre de prix nobel et medaille fields des anciens etudiants et des professeurs. Les autres critères ( toujours pour Shanghai) sont basés sur le niveau des professeurs-chercheurs, et il faut pas ce mentir, nos meilleurs chercheurs partent à l'étranger, ils y sont bien mieux payer que en France.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ah? Et par qui? Mais bon sang il faut allez voir en dehors de son tout petit microcosme! La France c'est pas le monde. Peut être que Polytechnique, ENA & co c'est la crème de la crème en France et que ça fait pétiller les yeux de ceux qui ne connaissent pas plus mais parlez de ces écoles à Hong Kong, à Dubaï, à Singapour, à New York - C'est le bide assuré ! En France par contre, attention c'est sacré - on ne touche pas - et on rabat les oreilles des quidams qu'il s'agit de joyaux de renommée internationale voire intersidérale que le monde entier envie - et tout le monde fini par être persuadé qu'en effet le système universitaire français est reconnu dans le monde entier. Pendant ce temps le reste du monde fait son chemin en ignorant magistralement jusqu'à l'existence de ces institutions. Ces écoles ne servent qu'à se faire engager en France où leur renommée est surfaite (de toute façon il n'y a pas mieux). A l'étranger on engage pas quelqu'un qui sort de Science Po! On connaît même pas! Yale, Harvard, Stanford, Princeton, Oxford, Cambridge... La on connaît! Une piqûre de réalisme est de mise! Afficher tout Ma foi, j'ai étudié en France et à l'université, et je travaille pour une organisation internationale. Donc, oui, je confirme que mes études en France ont été suffisamment reconnues pour que je sois embauchée à l'international. Arrêtons de dénigrer un peu.

a écrit : Aux USA, la scolarité coûte très cher, contrairement à la France.
Pour exemple, les étude de médecine coûtent 450 000 dollars aux USA (source : de la famille américaine), tandis qu'elles sont gratuites en France ...
Sûrement pas gratuite. Mais oui c'est beaucoup moins cher.

a écrit : Oui, et il est honteux d'exiger de la future génération qu'elle s'endette quasiment à vie afin de s'instruire. Il s'agit tout de même du future même du pays - qu'il n'investisse pas dans son propre future est symptomatique d'un système capitaliste de l'extrême. Cela dit, le système universitaire américain, bien que très onéreux, compte parmi les meilleures universités du monde alors que les universités françaises ne compte pas du tout sur le plan international. Afficher tout Un prêt de 450k est rembourser en 1 ou 2 ans dans la vie active pour un médecin américain.
La France a quelques universités classées dans le top 100 aussi.

a écrit : Oui, et il est honteux d'exiger de la future génération qu'elle s'endette quasiment à vie afin de s'instruire. Il s'agit tout de même du future même du pays - qu'il n'investisse pas dans son propre future est symptomatique d'un système capitaliste de l'extrême. Cela dit, le système universitaire américain, bien que très onéreux, compte parmi les meilleures universités du monde alors que les universités françaises ne compte pas du tout sur le plan international. Afficher tout bon d'un autre côté, c'est aussi le cas sauf que la dette est étatique.

Cela dépend de la spécialisation des médecins. Mais en général un médecin met entre 10 et 15 ans à rembourser son crédit. Si on prend le cas extrême d'un chirurgien thoracique en pédiatrie qui a l'un des plus hauts salaires en médecine (env. 700'000/an pour 12 ans d'étude) alors eux oui ils peuvent rembourser en 1 an (mais souvent ne le font pas). Mais c'est une grande minorité qui arrive à rembourser en moins de 10 ans.

a écrit : Ma foi, j'ai étudié en France et à l'université, et je travaille pour une organisation internationale. Donc, oui, je confirme que mes études en France ont été suffisamment reconnues pour que je sois embauchée à l'international. Arrêtons de dénigrer un peu. Tout d'abord, travailler dans une organisation/ entreprise internationale en France ou à l'étranger ce n'est pas du tout pareille - je ne présumerai pas de savoir quel est ton cas et de toute façon ça n'a aucune importance... évidemment qu'on peut travailler avec un papier français - on retrouve des français dans tous les domaines à l'étranger. Ce que je dis - il me semblait que c'était évident mais je vais preciser - c'est que les plus hauts postes, ceux prisés par les diplômés des meilleures écoles du monde sont en règles générale hors de portée pour les diplômés français. Y-a-t-il des exceptions? Certainement. Mais à un entretien d'embauche, si le recruteur a 3 dossiers en mains dont un diplômé d'Harvard, un de MIT et un de Polytechnique, les chances pour que les dossiers Harvard et MIT soient écartés au profit de Polytechnique sont quasiment nulle.
Et j'ajouterai qu'il n'y a pas beaucoup de gens qui, pouvant se permettre une université du top 30, se dirait "ah ben je vais faire une fac française, ça m'ouvrira des portes."
Ce que je dis n'est pas un blasphème, c'est une vérité - et le fait que je doive l'expliciter souligne bien que certains vivent dans une bulle de fierté mal placée. (Ce n'est pas dirigé contre toi, c'est une constatation permanente).
Tout ce que mes commentaire ont souligner c'est que 1. Contrairement à ce que certains voudraient tant croire, non le monde se s'incline pas devant la "grandeur" du système universitaire français. 2. Il y a des moyens pour rendre les universités français plus compétitives sans en faire un gouffre financier pour pour les étudiants.

a écrit : Aux USA, la scolarité coûte très cher, contrairement à la France.
Pour exemple, les étude de médecine coûtent 450 000 dollars aux USA (source : de la famille américaine), tandis qu'elles sont gratuites en France ...
C'est clair! Ils ne se rendent pas compte! En France les couts d'inscription à l'université sont dérisoires! Tellement dérisoires que c'est gratuits par rapport aux usa.

a écrit : Aux USA, la scolarité coûte très cher, contrairement à la France.
Pour exemple, les étude de médecine coûtent 450 000 dollars aux USA (source : de la famille américaine), tandis qu'elles sont gratuites en France ...
Dire que les études de médecine sont gratuites en France c'est à la fois vrai et faux. On ne paye pas la fac qui est en effet gratuite mais à partir de la 4eme année les étudiants en médecine travaillent de très nombreuses heures payées environ 1€/heure (et parfois les gardes ne sont même pas payées) si on laissait le choix aux étudiants je pense sincèrement qu'une grande partie d'entre eux préféreraient payer leurs études mais être payés normalement au smic horaire pour chacune de leurs gardes

a écrit : Aux USA, la scolarité coûte très cher, contrairement à la France.
Pour exemple, les étude de médecine coûtent 450 000 dollars aux USA (source : de la famille américaine), tandis qu'elles sont gratuites en France ...
Je me permet de te dire que les études de médecine coûte environ 180€ par an (frais d'université). Même si c'est bien moins cher qu'aux usa, ce n'est pas pour autant gratuit.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et pourtant! Certains pays y arrivent. Notamment la Suisse qui possède un système éducatif tout à fait unique et d'une grande efficacité et pourtant méconnu. Le rapport qualité/prix de l'éducation suisse n'a pas de commune mesure. Les frais d'écolage s'élèvent à 1000 euros par an et offre l9;une des meilleure éducation au monde. A titre d'exemple, l'Ecole Polytechnique de Zurich est classée comme meilleure université d'Europe continentale par tous les classements. Cette université se classe également meilleure université de langue non-anglaise au monde (derrière les universités américaines évidente tels Harvard & co ainsi que les université anglaises de Oxford et Cambridge - tout aussi onéreuses que les universités américaines).
Offrir une éducation de premier plan tout en ne demandant pas à la jeune génération de se saigner est donc une réalité atteignable.
A noter que d'autres pays y sont parvenus mais leurs universités de brillent pas autant dans les classements internationaux d'où mon choix de prendre la Suisse comme exemple de réussite.
Afficher tout
Je ne suis pas certain que les Universités suisses arrivent à survivre avec les frais de scolarité.
Sans subventions, elles fermeraient!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Et pourtant! Certains pays y arrivent. Notamment la Suisse qui possède un système éducatif tout à fait unique et d'une grande efficacité et pourtant méconnu. Le rapport qualité/prix de l'éducation suisse n'a pas de commune mesure. Les frais d'écolage s'élèvent à 1000 euros par an et offre l9;une des meilleure éducation au monde. A titre d'exemple, l'Ecole Polytechnique de Zurich est classée comme meilleure université d'Europe continentale par tous les classements. Cette université se classe également meilleure université de langue non-anglaise au monde (derrière les universités américaines évidente tels Harvard & co ainsi que les université anglaises de Oxford et Cambridge - tout aussi onéreuses que les universités américaines).
Offrir une éducation de premier plan tout en ne demandant pas à la jeune génération de se saigner est donc une réalité atteignable.
A noter que d'autres pays y sont parvenus mais leurs universités de brillent pas autant dans les classements internationaux d'où mon choix de prendre la Suisse comme exemple de réussite.
Afficher tout
Et puis avec les dettes engendrées par les Etats pour payer/subventionner tout cela, ce n'est pas la génération présente mais toutes celles qui suivent qui vont payer l'addition.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Parmis les dix plus grandes écoles supérieures de commerce au monde, il y en juste huit françaises. Les facultés de médecine de paris et de Lyon sont dans le top 10. Les beaux arts de paris sont troisième. Les conservatoires de musique de paris est dans le top 10. L'école Boulle est la première en artisanat d';art. La Sorbonne est dans le top 10 en philosophie...il n'y a que les français pour se dénigrer à ce point !!! Afficher tout Ah si on est dans le top en Philo, le pays est sauvé!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je ne suis pas certain que les Universités suisses arrivent à survivre avec les frais de scolarité.
Sans subventions, elles fermeraient!
En effet, elles sont subventionnées par l'état mais aussi par les entreprises, quasiment à part égale.

a écrit : Certes... mais aux États Unis, les universités sont un gros business, une véritable pompe à fric. L'étudiant n'est pratiquement jamais avantagé (comparé à la France où l'on trouve des réductions partout et où il peut bénéficier d'autres aides du gouvernement comme les bourses ou l'APL : il n�39;y a pas de bourses sur le revenu ou très peu aux US, ce qui rend la situation de ce monsieur totalement extraordinaire). Les frais de scolarité s'élèvent à des prix exorbitants et ça ne comprend pas que les frais d'inscription (qui dans une fac peu cotée s'élèvent tout de même à environ $7000 le semestre...) il faut bien sûr également acheter son matériel soi même et les manuels coutent très chers, entre 130 et 250 dollars chacun (et pas moyen de photocopier le livre du voisin car aujourd'hui il s'agit de "packages" où les devoirs se font en ligne et il faut un code personnel pour y accéder qu'il faut donc payer...). Encore quelques exemples de la façon dont sont gérées les facs américaines : beaucoup d'entres elles exigent que les premières années vivent directement sur le campus... et les dortoirs sont extrêmement chers.
Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un mémoire ou une thèse, il faut payer des frais pour passer votre soutenance. Quand, enfin vous pensez avoir terminé vos études et qu'il ne reste plus que votre cérémonie de graduation et à récupérer votre diplôme, il faut payer votre "cap and gown" pour y participer et payer (encore et toujours) pour récupérer vos relevés de notes (obligatoires dans la recherche de travail aux US...)
Bref, tout est prétexte à payer et rien n'est gratuit, et cela a tendance à empirer de plus en plus. Les frais d'études ont explosé entre les années 1970 et aujourd'hui (augmentation de 1120% !!! Source : www.google.com/amp/attn-google-amp.herokuapp.com/stories/197/how-much-you-need-work-cover-tuition-1978-vs-2014 ). Donc en France, on n'est quand même pas si mal loti...

Source : ma propre expérience, j'ai moi même étudié en France et aux USA et j'habite actuellement aux US où j'enseigne dans une fac.
Afficher tout
Ca je suis d'accord, si tu relis mon commentaire tu verras que je n'ai jamais prétendu le contraire et fait attention à bien préciser qu'en France les frais étaient sans commune mesure avec ceux des Etats-Unis :)
Comme d'autres personnes ici, je voulais simplement souligner que dire que les études médicales en France sont gratuites est un lieu commun qu'on entend de plus en plus, et qui est rageant quand on est concernés :) Rien de plus !

Oui, les universités américaines (et anglo-saxonnes en général) sont plus renommées que les Françaises, oui, le niveau à Harvard ou Oxford et hallucinant.Cependant les élèves des grandes écoles françaises sont loin d'être des chèvres.

Mais quant on sait que Obama a finit de rembourser son prêt étudiant à 42 ans, je me demande encore pourquoi certains veulent débattre, la supériorité du système français saute aux yeux.
Surtout qu'ils payent également le lycée (college) et qu'ils en ressortent avec un niveau proche du néant.
À cela il faut ajouter que les taux d'intérêts des prêts étudiants augmentent considérablement d'année en année la bas (de 100% d'une année sur l'autre parfois !).

Moi au contraire ce qui m'attriste c'est que de plus en plus d'écoles françaises deviennent payantes ainsi que de plus en plus chère et que ce prix ne soit principalement justifier que par le prestige de l'école plutôt que par une vrai valeur ajoutée (coucou les écoles de commerce).

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Oui, les universités américaines (et anglo-saxonnes en général) sont plus renommées que les Françaises, oui, le niveau à Harvard ou Oxford et hallucinant.Cependant les élèves des grandes écoles françaises sont loin d'être des chèvres.

Mais quant on sait que Obama a finit de rembourser son prêt étudia
nt à 42 ans, je me demande encore pourquoi certains veulent débattre, la supériorité du système français saute aux yeux.
Surtout qu'ils payent également le lycée (college) et qu'ils en ressortent avec un niveau proche du néant.
À cela il faut ajouter que les taux d'intérêts des prêts étudiants augmentent considérablement d'année en année la bas (de 100% d'une année sur l'autre parfois !).

Moi au contraire ce qui m'attriste c'est que de plus en plus d'écoles françaises deviennent payantes ainsi que de plus en plus chère et que ce prix ne soit principalement justifier que par le prestige de l'école plutôt que par une vrai valeur ajoutée (coucou les écoles de commerce).
Afficher tout
Tu as décidé qu'il ne fallait pas débattre parce que tu as forcément raison?
Je n'ai peut-être pas lu 100% des commentaires mais il ne me semble pas que quelqu'un ait argumenté la supériorité d'un système sur l'autre... sauf toi.
La préférence d'un système ou l'autre, dépend de ce que chacun recherche et des sacrifices éventuels qu'il est prêt à faire pour atteindre son but.
D'un côté on a un système quasi gratuit qui offre une bonne éducation sans d'énormes disparités entre les institutions mais qui n'a pas du tout le niveau d'excellence qu'il revendique (ni la renommée qui va avec).
De l'autre côté on a un système capitaliste inégalitaire qui profite de ce qui devrait être un droit pour s'enrichir et qui dévoile des disparités de niveaux d'instruction abyssals - avec, d'un côté des universités nullissimes (les diplômés ont au mieux un niveau de collégien - c'est même pas exagéré) et de l'autre côté, les IVY League et autres universités d’excellence qui elles produisent certes beaucoup de médiocrités aussi mais parmi ses étudiants il y a la crème de la crème qui deviendront les vraies pontes de leur domaine.
Pour toi le système français est supérieur, pour un américain ce sera son système car pouvoir accéder à l'excellence est très important pour eux et ils y travaillent dès la maternelle.

A noter que la France est le choix de seulement 6% des américains qui choisissent d'étudier (1 ou 2 semestres) à l'étranger. La proportion des étudiants français qui choisissent les États-Unis comme destination est bien plus haute. Il faut croire que le coût exorbitant des études ne les rebutent pas tant que ça. (A pondéré aussi car les bourses d'études sont monnaie courante).