Une centrale nucléaire au nord du cercle polaire

Proposé par
le
dans

La centrale nucléaire de Bilibino est la centrale nucléaire la plus septentrionale du monde, car elle est située au nord du cercle polaire arctique. Elle est de la génération de celle de Tchernobyl et est construite sur le pergélisol (permafrost), ce qui rend ses fondations potentiellement instables.


Tous les commentaires (100)

a écrit : Et les gens traites certains de nos politiques qui veulent sortir du nucléaire de "fou" et "d'inconscient" (pas besoin de vous citer les parties) Que les Français sortent du nucléaire, c'est une chose, que le reste du monde le fasse, c'est autre chose, nous ne sommes pas à l'abri d'un nuage radioactif venant de l'autre bout du monde bien qu'un commentaire ai rappelé que chez nous, ils s'arrêtent à la frontière ...

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Plus on parle de ces centrales, plus on se rend compte qu'elles ont été construites sans même prendre en compte tous ces facteurs. J'ai juste une petite question, ceux qui les ont construite savaient tout ça ou bien l'être humain est tellement con qu'il aime bien prendre des risques qui mettent en danger la vie de millions de personnes? Afficher tout La fonte du permafrost était inconcevable à cette époque et les terres gelées font partie des sols les plus stable. C'était une bonne idée.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Plus on parle de ces centrales, plus on se rend compte qu'elles ont été construites sans même prendre en compte tous ces facteurs. J'ai juste une petite question, ceux qui les ont construite savaient tout ça ou bien l'être humain est tellement con qu'il aime bien prendre des risques qui mettent en danger la vie de millions de personnes? Afficher tout J'ai moi aussi une question : toi qui as posté ce message, tu sais que la réponse a été donnée dès le troisième commentaire, ou bien tu es tellement [oh, un oiseau !] que tu aimes bien t'exprimer et poser des questions sans lire ce que les autres ont eu à dire ?

Il me semble qu'avant de poser la question, un facteur comme "la réponse a été donnée" est à prendre en compte...

Je ne suis pas aussi patient qu'Olympius qui répond plus gentiment :D

a écrit : J'ai moi aussi une question : toi qui as posté ce message, tu sais que la réponse a été donnée dès le troisième commentaire, ou bien tu es tellement [oh, un oiseau !] que tu aimes bien t'exprimer et poser des questions sans lire ce que les autres ont eu à dire ?

Il me semble qu'avant de pose
r la question, un facteur comme "la réponse a été donnée" est à prendre en compte...

Je ne suis pas aussi patient qu'Olympius qui répond plus gentiment :D
Afficher tout
Et encore, je vous trouve bien cordial avec ce grossier personnage !

a écrit : www.laradioactivite.com/site/pages/Fukushima_Decontamination.htm

De toutes les infos que j'ai lues c'est celle qui me paraît la plus neutre.
La source que tu donnes vient en partie du CNRS, dont la neutralité n'est peut-être pas totale, je mets une source qui la met en doute.

reporterre.net/Nucleaire-au-CNRS-Attention

Dans la source que tu donnes,

www.laradioactivite.com/site/pages/Fukushima_Decontamination.htm

il est dit: "Là où la dose d'exposition est comprise entre 1 et 20 millisieverts par an, le retour proche des populations est prévu."

Et sur une autre page du même site,

www.laradioactivite.com/site/pages/LimitesDoses.htm

il est dit: "La réglementation française fixe à 1 millisievert (mSv) par an la dose efficace maximale admissible résultant des activités humaines en dehors de la radioactivité naturelle et des doses reçues en médecine. Les limites de doses équivalentes pour le cristallin et pour la peau sont fixées respectivement à 15 mSv/an et à 50 mSv/an."

Et on parle de dose pour les adultes, pas pour les enfants, si ont combine aux sources disponibles sur le forum actuellement, ça donne moyennement confiance. Sans compter que les zones considérées habitables sont non loin de zones considérées inhabitables. A la limite, les autorités japonaises font peut-être de leur mieux pour décontaminer, mais ne devrait-on pas, alors que ça n'a pas été fait lors de la catastrophe, appliquer le principe de précaution?

Moi ce que je ne comprend pas, c'est que le kérosène reste gelé alors que le sol dégel!
On est pas plutôt sensé mettre des antigels dans ces types de carburants pour qu'ils ne gèlent pas, ou du moins qu'ils gèlent à de très basses températures ?

a écrit : Ca fait beaucoup de mauvais signes en deux phrases Tu as dû sûrement en parler avec ta femme au préalable pour sortir une réplique de la sorte.

a écrit : Superbe anecdote.
C'est vrai que ça jette un froid.

Je me permet d'ajouter un lien ci-dessous.
Il nous indique que les russes injectent aujourd'hui du kerozene sous la centrale afin de ralentir la fonte du pergélisol au niveau des fondations.
Pire encore, on y apprend égale
ment que dans un grand instant de lucidité... les soviétiques ont bâti ce complexe nucléaire en aval de la réserve d'eau de réfrigération contenue dans un lac et maintenue par un barrage lui même construit sur ce sol qui dégèle...

lebruitdesbottes.com/article/le-prochain-accident-nucleaire-sera-russe
Afficher tout
Et alors? Tu vas me dire que tu détiens le secret de la pérennité ???

a écrit : Le plus flippant dans cette annecdote c'est le fait que le pergélisol fonde !
Selon la troisième source, c'est la plus grosse réserve de méthane du globe. A long terme le relargage du méthane dans l'atmosphère serait bien plus dangereux qu'un potentiel accident nucléaire !

Je r
appelle au passage qu'aujourd'hui le Japon est capable de "dénucléariser" la majorité de la région évacuée après Fukushima. À certain endroit on peut même y travailler en subissant moins de radiations qu'en allant passer un scanner. Afficher tout
En 2013 le coût de la catastrophe était évalué à 90 milliards d'euros. En 2016 on l'évaluait à 190 milliards...
Ça en fait de l'investissement et de la production ďenergie renouvelable pour préserver le climat.

Et sous entendre qu'on peut dépolluer la zone après après un accident nucléaire de cette empleur pour la rendre inoffensive c'est mensonger.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Capable de commettre et réparer ses erreurs. Personne n'est infaillible à part celui qui ne fait rien. Sauf que rien de peut "réparer" un Fukushima ou un Tchernobyl à part le temps sur une échelle qui nous dépasse.

Posté le

android

(7)

Répondre

Annectode qui confime que la fission nucléaire reste la méthode la plus dangereuse pour faire bouillir de l'eau.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : La source que tu donnes vient en partie du CNRS, dont la neutralité n'est peut-être pas totale, je mets une source qui la met en doute.

reporterre.net/Nucleaire-au-CNRS-Attention

Dans la source que tu donnes,

www.laradioactivite.com/site/pages/Fukushima_D
econtamination.htm

il est dit: "Là où la dose d'exposition est comprise entre 1 et 20 millisieverts par an, le retour proche des populations est prévu."

Et sur une autre page du même site,

www.laradioactivite.com/site/pages/LimitesDoses.htm

il est dit: "La réglementation française fixe à 1 millisievert (mSv) par an la dose efficace maximale admissible résultant des activités humaines en dehors de la radioactivité naturelle et des doses reçues en médecine. Les limites de doses équivalentes pour le cristallin et pour la peau sont fixées respectivement à 15 mSv/an et à 50 mSv/an."

Et on parle de dose pour les adultes, pas pour les enfants, si ont combine aux sources disponibles sur le forum actuellement, ça donne moyennement confiance. Sans compter que les zones considérées habitables sont non loin de zones considérées inhabitables. A la limite, les autorités japonaises font peut-être de leur mieux pour décontaminer, mais ne devrait-on pas, alors que ça n'a pas été fait lors de la catastrophe, appliquer le principe de précaution?
Afficher tout
Oui et non. La dose maximale autorisée reste largement en dessous du seuil à partir duquel on peut voir apparaître de manière certaine des effets néfastes. C'est pour ça qu'on précise "hors contexte médicale". Parce que si tu es amené à travailler en radiologie ou à passer de nombreux examen, le seuil maximal sera rehaussé.
C'est justement le principe de précaution qui fixe un seuil volontairement bas. Pour autant les travailleurs sur le terrain, qui œuvrent à décontaminer et à limiter la catastrophe peuvent subir des expositions plus importante que la population générale sans qu'à priori on ne mette leur vie en danger. Le tout sous couvert d'une surveillance médicale bien sûr.

Après c'est comme tu dis, on peut toujours douter.

a écrit : En 2013 le coût de la catastrophe était évalué à 90 milliards d'euros. En 2016 on l'évaluait à 190 milliards...
Ça en fait de l'investissement et de la production ďenergie renouvelable pour préserver le climat.

Et sous entendre qu'on peut dépolluer la zone après après un acciden
t nucléaire de cette empleur pour la rendre inoffensive c'est mensonger. Afficher tout
Euh je le sous-entends pas... Je dis que c'est effectivement possible. Pas à 100% partout et immédiatement mais c'est clair que le travail effectué par le Japon est juste remarquable. C'est prétendre l'inverse qui est mensonger.

Pour votre deuxième affirmation, vous êtes drôlement sûr de vous. Il vous paraît inconcevable qu'à moyen terme on développe une technologie capable de décontaminer efficacement les sites les plus touchés ?

a écrit : La source que tu donnes vient en partie du CNRS, dont la neutralité n'est peut-être pas totale, je mets une source qui la met en doute.

reporterre.net/Nucleaire-au-CNRS-Attention

Dans la source que tu donnes,

www.laradioactivite.com/site/pages/Fukushima_D
econtamination.htm

il est dit: "Là où la dose d'exposition est comprise entre 1 et 20 millisieverts par an, le retour proche des populations est prévu."

Et sur une autre page du même site,

www.laradioactivite.com/site/pages/LimitesDoses.htm

il est dit: "La réglementation française fixe à 1 millisievert (mSv) par an la dose efficace maximale admissible résultant des activités humaines en dehors de la radioactivité naturelle et des doses reçues en médecine. Les limites de doses équivalentes pour le cristallin et pour la peau sont fixées respectivement à 15 mSv/an et à 50 mSv/an."

Et on parle de dose pour les adultes, pas pour les enfants, si ont combine aux sources disponibles sur le forum actuellement, ça donne moyennement confiance. Sans compter que les zones considérées habitables sont non loin de zones considérées inhabitables. A la limite, les autorités japonaises font peut-être de leur mieux pour décontaminer, mais ne devrait-on pas, alors que ça n'a pas été fait lors de la catastrophe, appliquer le principe de précaution?
Afficher tout
La dose d'1 mSv/an est une dose d'irradiation "maximale" pour le public, tu passes un scanner tu dépasses déjà cette dose. Sachant que la moyenne en irradiation naturelle (radon, sol) française est autour de 2,4 mSv/an et dans certaines régions largement plus ... Ça me choque pas du tout, en dessous de 20mSv/an c'est une irradiation naturelle de certaines zone du globe.

Posté le

android

(3)

Répondre

N y a t il pas la possibilité de l arrêter avant un drame ?

Posté le

android

(1)

Répondre

La centrale de Bilibino n'a rien à voir avec celle de Chernobyl. Bilibino est composé de réacteurs de type EGP-6, quant à Chernobyl est composé de RBMK-1000. L'un a 12MegaWatt, l'autre a 1000MegaWatt. On est pas dans les mêmes échelles de risques. Il ne faut pas gober tout ce que les journalistes d'Arte vous racontent sur THEMA du mardi dernier ;)
L'arrêt total de Bilibino est prévu pour 2019.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : La source que tu donnes vient en partie du CNRS, dont la neutralité n'est peut-être pas totale, je mets une source qui la met en doute.

reporterre.net/Nucleaire-au-CNRS-Attention

Dans la source que tu donnes,

www.laradioactivite.com/site/pages/Fukushima_D
econtamination.htm

il est dit: "Là où la dose d'exposition est comprise entre 1 et 20 millisieverts par an, le retour proche des populations est prévu."

Et sur une autre page du même site,

www.laradioactivite.com/site/pages/LimitesDoses.htm

il est dit: "La réglementation française fixe à 1 millisievert (mSv) par an la dose efficace maximale admissible résultant des activités humaines en dehors de la radioactivité naturelle et des doses reçues en médecine. Les limites de doses équivalentes pour le cristallin et pour la peau sont fixées respectivement à 15 mSv/an et à 50 mSv/an."

Et on parle de dose pour les adultes, pas pour les enfants, si ont combine aux sources disponibles sur le forum actuellement, ça donne moyennement confiance. Sans compter que les zones considérées habitables sont non loin de zones considérées inhabitables. A la limite, les autorités japonaises font peut-être de leur mieux pour décontaminer, mais ne devrait-on pas, alors que ça n'a pas été fait lors de la catastrophe, appliquer le principe de précaution?
Afficher tout
Si tu parles anglais je te recommande vivement cette vidéo de thunderfoot (que je recommande de manière générale) :

www.reddit.com/r/thunderf00t/comments/60tfse/fukushima_beyond_urgent_busted/

Ça permet vraiment de dédramatiser tout ce qu'on peut entendre à droite et à gauche.

a écrit : Euh je le sous-entends pas... Je dis que c'est effectivement possible. Pas à 100% partout et immédiatement mais c'est clair que le travail effectué par le Japon est juste remarquable. C'est prétendre l'inverse qui est mensonger.

Pour votre deuxième affirmation, vous êtes drôlement sûr
de vous. Il vous paraît inconcevable qu'à moyen terme on développe une technologie capable de décontaminer efficacement les sites les plus touchés ? Afficher tout
Mais qui peut croire qu'on peut effacer la pollution d'un accident nucléaire majeur ? Les régions autours de Pripiat sont encore interdites, le sarcophage de Tchernobyl n'est pas étanche et Fukushima continue à déverser des éléments radioactif dans le Pacifique...
Sans parler des liquidateurs qu'on a sacrifié pour sauver un partie de l'Europe d'une catastrophe bien plus grave.

Ensuite plutôt que d'investir dans ce qui pourrait décontaminer d'éventuels nouveaux accidents nucléaires il me semble plus judicieux d'investir dans des technologies qui ne datent pas des années 1950 et qui répondent aux enjeux contemporains.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : La dose d'1 mSv/an est une dose d'irradiation "maximale" pour le public, tu passes un scanner tu dépasses déjà cette dose. Sachant que la moyenne en irradiation naturelle (radon, sol) française est autour de 2,4 mSv/an et dans certaines régions largement plus ... Ça me choque pas du tout, en dessous de 20mSv/an c'est une irradiation naturelle de certaines zone du globe. Afficher tout Mange un truc qui a touché le sol dans la région et viens nous reparler des risques.

Posté le

android

(0)

Répondre