Dans les écoles démocratiques, les enfants font ce qu'ils veulent

Proposé par
le

Il existe en France plusieurs écoles dites démocratiques. Ce système éducatif est basé sur un principe : la liberté. Les enfants y font ce qu'ils veulent de leurs journées avec l'aide des membres adultes, sans programme établi. L'idée est que l'apprentissage doit venir de l'enfant.


Tous les commentaires (105)

J'aimerais ajouter aussi, que critiquer le système actuel, même si il n'est pas parfait (on en a tous souffert hein) tout en prônant des idées raccourcies comme "les enfants apprennent mieux seuls" "il faut laisser les enfants choisir ce qu'ils veulent faire" et autres poncifs du genre, en dehors de l'ineptie en soit, révèle une idée extrêmement égoïste et malsaine car si l'on suit ce raisonnement, et imaginons qu'on l'applique réellement dans une société : dans 40 ans on a quoi :
Des artistes (tout art confondu de la peinture au cinoche ou jeux vidéos), des policiers et pompiers, des chirurgiens et avocats, des politiques et ???
Les greffiers de tribunaux ou ton conseiller à la CAF ? Ton proctologue et ton éboueur ? de l'ouvrier qui assemble ma voiture à celui qui répare les rues ?
On les trouve où ? On les forme comment ?
Inscrire son gamin dans ces cursus en espérant que les autres s'occuperont de la merde, c'est un peu hypocrite et égoïste oui...

Désolé pour les pavés :)

a écrit : L'école n'est pas faite que pour apprendre des savoirs, elle est aussi faite pour apprendre à vivre en société avec toutes les règles et tous les interdits que cela comporte.
Un enfant qui apprend seul (à la maison par exemple), apprend plus vite et peut-être mieux qu'à l'école mais il n'
apprend pas à attendre les autres, à ralentir pour permettre à tous de suivre. Il va à son rythme sans s'occuper des autres.
Ensuite, l'école n'est pas que faite pour enseigner des savoirs utiles dans la vie professionnelle. Ce n'est pas une antichambre de l'entreprise.
De plus, si on apprend que ce que l'on a envie d'apprendre, on risque de fermer des portes que l'on aura du mal à rouvrir plus tard. À 18 ans, on n'a plus forcément les mêmes envies que celles qu'on avait à 6 ou 7 ans.
L'école est loin d'être parfaite ou égalitaire mais tout n'est pas à jeter non-plus.
Afficher tout
Mais qui te dit que l'école démocratique n'apporte pas ces règles ?
Si tu as lu les sources, ces écoles apprennent également ces règles de vie en société.

Je ne suis pas d'accord sur la fin de ton message.
Quand on force quelqu'un, qu'il soit un enfant ou un adulte à apprendre quelque chose qu'il n'aime pas, c'est tout simplement contre productif.
Si on laisse une personne, qu'il soit un enfant ou un adulte à apprendre quelque chose qu'il aime, c'est productif et AUCUNE porte n'est fermée.

D'ailleurs, plus la personne sera âgée, plus elle sera mature et sera motivée dans le fait d'aboutir dans sa formation. C'est justement là que l'envie est la plus forte!! C'est d'ailleurs pour ca qu'il y a des "formations continues". Lors de ma reprise d'études j'étais dans une formation continue et avec des personnes de 20 à 40 ans. Il y avait une partie en reconversion mais toujours dans leurs études, et une partie en formation continue, donc des pères et mères de famille de domaines totalement différents. Il y avait par exemple une infirmière, il y avait un caissier qui n'avait aucun diplôme, des personnes autodidactes comme moi. Mais la plupart avaient les mêmes points en commun : elles faisaient un métier qui ne leur plaisait pas, le cursus général de l'enseignement n'était pas pour eux.
Les professeurs eux avaient tout compris : retirer de la formation le maximum de ce qui est inutile et de ce que tout le monde se fiche, et nous faire apprendre avec pédagogie et d'une manière qui nous donne envie de travailler (mais avec une certaine limite : ce qui était obligatoire pour l'obtention du diplôme). Le taux de réussite sur cette année était de 100%. Sur la plupart des années il était d'au moins 90%.
Comment on peut en arriver là : apprendre ce qui est utile et surtout ce qui est intéressant.

Lisez un peu les sources, je pense que vous vous mettez à l'idée que ces enfants sont laissés seuls à ne rien faire toute la journée et qu'ils ont en plus rien envie de faire. Mais ce n'est pas le cas...

Pour finir je n'ai jamais dit que tout était à jeter. C'est pas faute d'avoir écrit "(avec des enseignements parfois inutiles, mais attention, je n'ai pas dit que tout était inutile)"

a écrit : J'aimerais ajouter aussi, que critiquer le système actuel, même si il n'est pas parfait (on en a tous souffert hein) tout en prônant des idées raccourcies comme "les enfants apprennent mieux seuls" "il faut laisser les enfants choisir ce qu'ils veulent faire" et autres poncifs du genre, en dehors de l'ineptie en soit, révèle une idée extrêmement égoïste et malsaine car si l'on suit ce raisonnement, et imaginons qu'on l'applique réellement dans une société : dans 40 ans on a quoi :
Des artistes (tout art confondu de la peinture au cinoche ou jeux vidéos), des policiers et pompiers, des chirurgiens et avocats, des politiques et ???
Les greffiers de tribunaux ou ton conseiller à la CAF ? Ton proctologue et ton éboueur ? de l'ouvrier qui assemble ma voiture à celui qui répare les rues ?
On les trouve où ? On les forme comment ?
Inscrire son gamin dans ces cursus en espérant que les autres s'occuperont de la merde, c'est un peu hypocrite et égoïste oui...

Désolé pour les pavés :)
Afficher tout
En fait, tu n'as strictement rien compris au message qui est passé ?

Ce qui est expliqué, c'est que l'enseignement peut être différent sans pour autant être inexistant. Il doit juste être ADAPTE.

Combien de génies ont été des cancres à l'école car le système ne leur plaisait guère ou n'était pas adapté ? Le premier qui me vient à l'esprit c'est Einstein dont il disait même : "incapable de suivre les cours, de prendre des notes et de les travailler de façon scolaire" par exemple à apprendre par cœur bêtement des foutus textes etc.

Là on n'est pas en train de dire que l'école est inutile, mais on est en train de dire qu'il y a une autre façon de voir l'école en poussant les élèves à apprendre ce qu'ils veulent, ce qui les orientera plus tard vers leur destinée.
Il est pas question de supprimer l'enseignement, mais de l'adapter !

Franchement, je me revois encore à apprendre des foutues poésies et à écouter mes camarades les réciter. A apprendre à calculer je ne sais pas quoi sur les triangles, losanges qui ne me serviront jamais dans ma vie. Que du temps de perdu !!

Dans ces écoles démocratiques il y a un programme !! c'est ensuite à l'enfant de choisir ce qu'il a envie d'apprendre et les cours qu'il a envie de suivre. Alors c'est peut être un extrême par rapport à l'école que nous connaissons. Les parents pourraient être impliqués. Mais au moins ca le mérite de pas apprendre des foutues poésies.

Dans l'ensemble ton message est de toute façon totalement incohérent et n'a aucune logique.
Ces écoles ont un programme, dont les enseignements pour l'obtention des diplômes d'état. L'enfant, s'il le souhaite, peut les passer et obtenir ces diplômes, tout comme il peut suivre ensuite les cursus pour être pompier, policier, conseiller à la CAF, avocat, etc... Bref, les parents ne laissent pas la "merde" aux autres, ils laissent juste le choix à l'enfant d'apprendre ce qu'il a envie, et de justement suivre l'enseignement qu'il souhaite, et donc le métier qu'il souhaite faire.

A mon avis, tu n'as pas lu les sources et tu n'as strictement rien compris. Mais vraiment rien compris.
Des flics il y en aura toujours, des pompiers il y en aura toujours, des chirurgiens aussi, des avocats aussi, des paysagistes aussi, par ce qu'il y a des gens qui AIMENT et VEULENT faire ces métiers. Donc même avec ce système, des gens feront ces métiers par ce qu'ils vont apprendre leur métier, ce qu'ils ont envie de faire ! et c'est ce que ce système encourage !

Je suis pompier volontaire, j'ai suivi toute la formation, si tu connais un pompier volontaire autour de toi, demande lui comment était sa formation ;) il te dira qu'il a adoré ca. Car on apprend que ce qui est utile pour être pompier, et vu que c'est vocation, une passion, tu prends un maximum de plaisir.

a écrit : en tous cas, je suis bien content de ne pas avoir d'enfants, parce que çà leur évite d'avoir à subir l'humanité Veux tu dire : il vaut mieux accepter une pseudo fatalité que de se battre pour les choses importantes ? Ou les enfants ne sont- ils pas importants ?

a écrit : J'aimerais ajouter aussi, que critiquer le système actuel, même si il n'est pas parfait (on en a tous souffert hein) tout en prônant des idées raccourcies comme "les enfants apprennent mieux seuls" "il faut laisser les enfants choisir ce qu'ils veulent faire" et autres poncifs du genre, en dehors de l'ineptie en soit, révèle une idée extrêmement égoïste et malsaine car si l'on suit ce raisonnement, et imaginons qu'on l'applique réellement dans une société : dans 40 ans on a quoi :
Des artistes (tout art confondu de la peinture au cinoche ou jeux vidéos), des policiers et pompiers, des chirurgiens et avocats, des politiques et ???
Les greffiers de tribunaux ou ton conseiller à la CAF ? Ton proctologue et ton éboueur ? de l'ouvrier qui assemble ma voiture à celui qui répare les rues ?
On les trouve où ? On les forme comment ?
Inscrire son gamin dans ces cursus en espérant que les autres s'occuperont de la merde, c'est un peu hypocrite et égoïste oui...

Désolé pour les pavés :)
Afficher tout
Ce type de méthode d'enseignement est alternatif et n'est pas voué à remplacer le système traditionnel, seulement à le compléter. Plusieurs établissements, avec différentes méthodes, peuvent cohabiter.
Personnellement, je préfère l'enseignement classique, tout simplement parce que je trouve les autres risqués puisqu'il est difficile d'évaluer les résultats. Ça ne me m'empêche pas d'être un peu critique. Par exemple mon comportement est plus égoïste (socialement) que celui des parents favorables à cette méthode, puisqu'en refusant de prendre le risque de la nouveauté, je passe peut-être à côté d'un progrès. En appliquant systématique un comportement conservateur, on peut même dire que l'évolution de la société est plus lente.

a écrit : En fait, tu n'as strictement rien compris au message qui est passé ?

Ce qui est expliqué, c'est que l'enseignement peut être différent sans pour autant être inexistant. Il doit juste être ADAPTE.

Combien de génies ont été des cancres à l'école car le système ne leur pla
isait guère ou n'était pas adapté ? Le premier qui me vient à l'esprit c'est Einstein dont il disait même : "incapable de suivre les cours, de prendre des notes et de les travailler de façon scolaire" par exemple à apprendre par cœur bêtement des foutus textes etc.

Là on n'est pas en train de dire que l'école est inutile, mais on est en train de dire qu'il y a une autre façon de voir l'école en poussant les élèves à apprendre ce qu'ils veulent, ce qui les orientera plus tard vers leur destinée.
Il est pas question de supprimer l'enseignement, mais de l'adapter !

Franchement, je me revois encore à apprendre des foutues poésies et à écouter mes camarades les réciter. A apprendre à calculer je ne sais pas quoi sur les triangles, losanges qui ne me serviront jamais dans ma vie. Que du temps de perdu !!

Dans ces écoles démocratiques il y a un programme !! c'est ensuite à l'enfant de choisir ce qu'il a envie d'apprendre et les cours qu'il a envie de suivre. Alors c'est peut être un extrême par rapport à l'école que nous connaissons. Les parents pourraient être impliqués. Mais au moins ca le mérite de pas apprendre des foutues poésies.

Dans l'ensemble ton message est de toute façon totalement incohérent et n'a aucune logique.
Ces écoles ont un programme, dont les enseignements pour l'obtention des diplômes d'état. L'enfant, s'il le souhaite, peut les passer et obtenir ces diplômes, tout comme il peut suivre ensuite les cursus pour être pompier, policier, conseiller à la CAF, avocat, etc... Bref, les parents ne laissent pas la "merde" aux autres, ils laissent juste le choix à l'enfant d'apprendre ce qu'il a envie, et de justement suivre l'enseignement qu'il souhaite, et donc le métier qu'il souhaite faire.

A mon avis, tu n'as pas lu les sources et tu n'as strictement rien compris. Mais vraiment rien compris.
Des flics il y en aura toujours, des pompiers il y en aura toujours, des chirurgiens aussi, des avocats aussi, des paysagistes aussi, par ce qu'il y a des gens qui AIMENT et VEULENT faire ces métiers. Donc même avec ce système, des gens feront ces métiers par ce qu'ils vont apprendre leur métier, ce qu'ils ont envie de faire ! et c'est ce que ce système encourage !

Je suis pompier volontaire, j'ai suivi toute la formation, si tu connais un pompier volontaire autour de toi, demande lui comment était sa formation ;) il te dira qu'il a adoré ca. Car on apprend que ce qui est utile pour être pompier, et vu que c'est vocation, une passion, tu prends un maximum de plaisir.
Afficher tout
Woho tout doux bijoux !

Manifestement tu as pris mon pavé pour toi, et pourtant je suis désolé mais c'est dommage car ce n'est pas du tout toi que je visais (je ne vise d'ailleurs personne relis les commentaires, c'est plutôt équilibré), bien au contraire j'ai trouvé ton argumentation sur CES ECOLES très intéressantes et constructives, contrairement à d'autres qui se sont permit de juger en bien ou en mal (le coup des "mongoles")

Bref on va reprendre rapidement ensemble :

Mon avis sur CES ECOLES : je suis sceptique (pas comme une fosse merci DEANCORSO :) ).
Je comprends la démarche et l'intérêt de ces établissements tout en doutant de leur réel efficacité. Je me suis pris en exemple, d'autres l'on fait et j'imagine ne pas être le seul à me dire que sans l'école "normale" je serais à la rue...

D'expérience personnel (j'ai travaillé en lycée et travaille aujourd'hui en tribunal) j'ai constaté que des enfants "laissés à eux mêmes" étaient souvent heureux de se retrouver dans un système cadrant et "parquant" . Je ne sais pas comment t'expliquer ça mais ils sont soulagés de se dire "ouf j'ai pas à choisir ou à me guider seul"
Je sais déjà que tu vas me dire qu'ils ne sont pas seuls dans cette école et que je n'ai pas lu les sources (ce que j'ai fait d'ailleurs) mais le fait est que j'ai rencontré et rencontre ces jeunes et qu'on est pas tous fait pour être entrepreneur (au double sens qui entreprend ^^) mais qu'on a besoin d'être entrepris.
Et ca je crois que c'est la majorité des enfants, d'où le système d'éducation actuel !

Maintenant, mon commentaire était adressé aux idéalistes "à la Gérard Miller" (pour faire court) que j'entends parfois autour de moi me vanter le mérite de CES ECOLES ou simplement me dire combien leur enfant s'en sort beaucoup mieux depuis qu'ils s'occupent de leur éducation.



En conclusion, tu parles de CES ECOLES là où moi j'extrapole simplement sur les gens que j'ai cotoyé ou qui se sont fait connaitre médiatiquement et crachaient allègrement sur ce système qui a ses tares certes, mais qui, de mon point de vue, est essentiel et équilibré. En clair j'étais un peu hors sujet (je faisais trop cas de mon expérience personnelle) là où tu étais ancré dans l'anecdote, désolé ;)

PS : j'ai écrit en gros ces écoles car je ne sais pas faire en italique (pas possible ici je pense)

a écrit : Tu trouveras toujours des exemples de réussite qui iront dans un sens (chacun fait ce qu'il veut) ou dans l'autre (des règles fixes à suivre). Ça dépend aussi de la personnalité de l'enfant.
Combien d'enfants, dans ta situation, se seraient laissé vivre, et auraient plus tard une vie de margin
al sans éducation ?
L'école, c'est pas que des contraintes et des leçons débiles, c'est aussi apprendre à vivre en collectivité, apprendre des choses intéressantes, dont on ne mesure pas forcément tout de suite l'utilité.
Et puis, tout dépend aussi de la façon d'enseigner. Je suis prof des écoles, et je suis bien placé pour dire qu'il y a du très bon comme du très mauvais dans l'enseignement "traditionnel", tout dépend comment on le pratique.
Afficher tout
Le but n'est pas de laisser les enfants en roues libres non plus. Tout comme dans les écoles montessori les adultes sont la pour accompagner les enfants.
Éducation bienveillante ne veut pas non plus dire éducation sans règles ni limite...

a écrit : Sachez que les mongoles sont un peuple d’asie de l’est situé dans un territoire enclavé entre la Fédération de Russie et la République Populaire de Chine.

Après je suppose que vous vouliez plutôt parler de mongoliens dont vous faites un très bel exemple, en critiquant sans source ni Arguments, qui demontr
ent un certains retard au niveau mental. Syndrome majeur de la maladie génétique trisomie 21, dont les malades sont désignés par ce termes péjoratif.

A bon entendeur
Afficher tout
le mongol est fier et après il s’envole dans un ballon gonflé à l’air chaud

a écrit : L'idée est très intelligente.
Néanmoins je n'ai pu trouver de statistiques sur ce que sont devenus les élèves de Summerhill, fondée en 1921, quels ont été leurs résultats dans la vie professionnelle (entre autres). Il y a quand même des professeurs, mais les cours ne sont pas obligatoires.
Si quel
qu'un peut me le dire, merci. Afficher tout
Bonjour dans ma ville, il y a une école comme ça. Le prix est un peu cher, ils ont de bonnes réussite et ils apprennent l'anglais des l'âge de 1 ans 1/2.

a écrit : J'ai cherché aussi, et j'aurais aimé trouver des traces de ce que sont devenus les enfants qui ont suivis ce cursus. Pas forcement en terme de performances, mais au moins des témoignages de leur épanouissement, des statistiques sur les conditions psychologique etc.
Refuser en bloc cette idée ne peut êtr
e signe que d'étroitesse d'esprit, mais l'accepter sans vérifier qu'elle a un impact négatif est tout aussi stupide.
En tout cas, si le parcours de vie n'est pas plus mauvais qu'avec le système classique, ça le supplante largement, vu le potentiel traumatique de l'éducation nationale.
Afficher tout
Cherchez l'école Montessori de labege.

Cela me fait penser à l'université de Vincennes, qui prenait les étudiants sans le bac et qui avait un fonctionnement très libre. Cet enseignement doit cependant avoir une limite. Il me semble pas que dans le monde du travail on soit libre de tout faire,même pour un patron. Ce système conviendrait peut être en effets plus a des artistes...

a écrit : Woho tout doux bijoux !

Manifestement tu as pris mon pavé pour toi, et pourtant je suis désolé mais c'est dommage car ce n'est pas du tout toi que je visais (je ne vise d'ailleurs personne relis les commentaires, c'est plutôt équilibré), bien au contraire j'ai trouvé ton argumentat
ion sur CES ECOLES très intéressantes et constructives, contrairement à d'autres qui se sont permit de juger en bien ou en mal (le coup des "mongoles")

Bref on va reprendre rapidement ensemble :

Mon avis sur CES ECOLES : je suis sceptique (pas comme une fosse merci DEANCORSO :) ).
Je comprends la démarche et l'intérêt de ces établissements tout en doutant de leur réel efficacité. Je me suis pris en exemple, d'autres l'on fait et j'imagine ne pas être le seul à me dire que sans l'école "normale" je serais à la rue...

D'expérience personnel (j'ai travaillé en lycée et travaille aujourd'hui en tribunal) j'ai constaté que des enfants "laissés à eux mêmes" étaient souvent heureux de se retrouver dans un système cadrant et "parquant" . Je ne sais pas comment t'expliquer ça mais ils sont soulagés de se dire "ouf j'ai pas à choisir ou à me guider seul"
Je sais déjà que tu vas me dire qu'ils ne sont pas seuls dans cette école et que je n'ai pas lu les sources (ce que j'ai fait d'ailleurs) mais le fait est que j'ai rencontré et rencontre ces jeunes et qu'on est pas tous fait pour être entrepreneur (au double sens qui entreprend ^^) mais qu'on a besoin d'être entrepris.
Et ca je crois que c'est la majorité des enfants, d'où le système d'éducation actuel !

Maintenant, mon commentaire était adressé aux idéalistes "à la Gérard Miller" (pour faire court) que j'entends parfois autour de moi me vanter le mérite de CES ECOLES ou simplement me dire combien leur enfant s'en sort beaucoup mieux depuis qu'ils s'occupent de leur éducation.



En conclusion, tu parles de CES ECOLES là où moi j'extrapole simplement sur les gens que j'ai cotoyé ou qui se sont fait connaitre médiatiquement et crachaient allègrement sur ce système qui a ses tares certes, mais qui, de mon point de vue, est essentiel et équilibré. En clair j'étais un peu hors sujet (je faisais trop cas de mon expérience personnelle) là où tu étais ancré dans l'anecdote, désolé ;)

PS : j'ai écrit en gros ces écoles car je ne sais pas faire en italique (pas possible ici je pense)
Afficher tout
Bonjour à tous et toutes,

Personnellement je n'ai globalement rien à dire système actuel en France.

Je ne vais trop en rajouter car ton commentaire exprime aussi bien mon idée de la chose. Étant un grand rêveur je n'aurai pas réussi à m'entreprendre seul. Savoir gérer son apprentissage et ses connaissances seul me semble difficile mais réalisable par les plus doutés ou plutôt les plus rigoureux des enfants. Je vois un problème avec ce système Nous n'avons pas parlé du risque de mimétisme de l'enfant sur les activités de ses proches? Un enfant ou adolescent n'est il pas susceptible de suivre des chemins connus ? (Papa fait médecin donc moi aussi par exemple? )

Juju

J'ai découvert ce système il y a quelques jours avec la vidéo des YouTubers Le Tatou.
Je suis partagée sur la question. Je comprends très bien les deux points de vue et je pense que l'on pourrait trouver un juste milieu qui conviendrait à beaucoup d'enfants.

Je suis d’accord sur le principe de liberté accordé aux enfants, cette liberté peut amener à de la créativité, l’épanouissement personnel. Mais je ne suis pas convaincu que l’apprentissage apporté par des enfants soit réellement une bonne chose. Un enfant manque d’expérience, de logique, l’encadrement doit forcément se faire avec un adulte au risque de faire perdre du temps très précieux à ces enfants

a écrit : Selon moi, ça reste à l'école de t'apprendre à lire. Ce n'est pas ma mère qui me l'a appris, bien qu'elle m'ait donné des livres. Je ne pense pas que la mère de l'enfant dont je parle doive (et ait le temps de) donner des leçons de lecture à son gosse. "Je ne pense pas que la mère de l'enfant [...] doive [...] donner des leçons de lecture à son gosse."
Moi si; je suis très reconnaissant à mes parents de m'avoir enseigné à compter à deux ans jusqu'à 1000 (donc après), à lire un journal à quatre, de me laisser accès à leur très grande bibliothèque où j'ai appris des notions de calcul différentiel à dix.
Pas de forçage (au contraire, leur attitude était plutôt "on verra ça plus tard"), je n'ai jamais reçu de gifle ni de récompense, ils ne faisaient que répondre à ma soif de connaissances. Mes délices ont toujours été de lire des livres, encore des livres, par exemple sur Kindle (souvent gratuits, réclame non rémunérée) ou des articles de Wikipedia.
Inconvénients: après avoir sauté plusieurs classes, se retrouver avec des camarades beaucoup plus "âgés", donc physiquement petit par rapport à eux, et trouver les enseignants incompétents (du genre: mais de quoi ils parlent, ils n'ont jamais entendu parler de physique quantique ni relativiste?).

Heureusement que ma mère ne m'a pas mis dans une école comme celle-ci, l'école aurait été desintégrée !

a écrit : Pourquoi stupide ? est-ce que tu pourrais argumenter ?
Ton message me semble tout autant stupide, à mon humble avis tu dois penser que les enfants n'ont qu'une envie : ne rien apprendre et faire n'importe quoi.
Un enfant à envie d'apprendre, sauf qu'au lieu d'apprendre tout u
n tas de choses inutiles dans nos écoles ils pourraient apprendre ce dont ils ont envie.
J'ai pour ma part toujours détesté l'école pour cette raison. J'ai rapidement été déscolarisé pour apprendre ce qui me plaisait.
Je ne regrette pas mon choix d'avoir été autodidacte : ma situation aujourd'hui est confortable avec un poste important dans une entreprise. Et ca, par ce que mes parents m'ont laissé apprendre ce que je souhaitais.
Et par ce qu'en France on ne peut rien faire sans diplôme (malgré l'expérience, qui devrait être le plus important aux yeux des entreprises) j'ai tout de même passé un diplôme d'ingénieur sans aucune difficulté. Mais ce qui est triste, c'est que ce diplôme ne m'a pas appris grand chose. J'ai le sentiment d'avoir juste perdu 3 ans pour satisfaire les entreprises d'avoir un salarié avec un diplôme.

J'ai souvent vu des personnes autodidactes bien plus autonomes et compétentes que des personnes diplômées. Je pense que c'est l'éducation et le système qui est simplement mal fait.

Pour mes enfants, je préférerais nettement leur donner une éducation moi-même.
Ca me fait penser à un sketch de Gad Elmaleh su les cours de maths qui reflète ma pensée.
Afficher tout
Ton parcours fait rêver... Est-ce que tu pourrais nous en dire plus ? A partir de quand as-tu arrêté ? Quels ont été les "remplacements" (CNED, parents, bibliothèque?)? Est-ce que tu penses qu'on pourrait appliquer ton parcours à d'autres ?

a écrit : Future génération de mongoles en vue ! Mongoles ? Tu veux dire trisomiques ? C'est toujours très drôle de se moquer des handicapés mentaux.

Vous savez, l'école n'a jamais forcé qui que ce soit. L'école n'est pas obligatoire en France, et tous ceux non content du système classique ont tout à fait le droit d'en faire sortir leur enfant. Par contre, l'instruction est obligatoire, et remettre en question ceci, c'est simplement faire un bond en arrière.

Instruire nos enfants, ça n'a pas pour but premier de donner à nos enfants des clés pour vivre leur quotidien, ça a pour but principal de transmettre à tous les savoirs que nos ancêtres ont développés depuis 3000 ans, et grâce auxquels - dans leur ensemble et non pris séparément - nous ne sommes plus à l'âge de pierre.

Alors oui, 3000 ans ça fait énormément de trucs à brasser, et encore, jusqu'au lycée ce qu'on enseigne, en science ou en littérature notamment, ne dépasse rarement le XIXème siècle. Donc forcément, pour nos jeunes têtes pensantes, c'est leur en demander beaucoup, ils se sentent submergés et acculés, mais c'est un effort qui est nécessaire pour assurer que notre espèce continue d'évoluer, de créer, de progresser.

Il me semble peu productif, d'un point de vue collectif, de considérer que l'apprentissage scolaire tourne autour de son propre épanouissement individuel et social, confondre l'Ecole avec une formation au travail et à la société, c'est selon moi ce qui explique son état actuel (car malheureusement, il semblerait que notre Education Nationale entretienne cette mauvaise conception, et pire, qu'elle l'assume).

En conclusion, il me semble bien que laisser aux enfants la liberté du savoir, c'est laisser le savoir s'éparpiller, au risque de le perdre, et il me semble plus important d'assurer sa sauvegarde au prix de notre enfance plutôt que de risquer sa perte au gain d'une prétendue liberté individuelle sans intérêt commun.

a écrit : Ah l'école.... ce drame personnel.
Plusieurs rdv chez le psy de 7 à 18 ans avec a la clé des tests psychotechnniques et de QI. Des questions, des tests de logique, de mémoire. Des paliers suivant l'âge pour "ranger" nos resultat. Un verdict. 130. Un nombre ? A quoi cela correspond ? 130,
a 8 ans c'est abstrait. Comme si l'intelligence se limitait a ça. A une expérience entre un enfant et 2 adultes dans une salle remplis de livres poussiéreux.

Des resultats en berne pendant la scolarisation, des proches qui ne comprennent pas le mal-être. Tout ceci est loin mais proche, comme une cicatrice faite par le feu qui se reveille quand on l' éclaire .

L'intelligence ne sert qu'à mesurer notre tristesse. Car beaucoup de gens croient aux clichés du précoces génies qui a un Nobel a 12 ans, la réalité n est que remise en question, echec, refus de cette situation et souvent une vie bien fade comparé a la soit disante " intelligence" possèdé....
Afficher tout
Taux de réussite au bac: 85% environ.
Taux de réussite des enfants intellectuellement précoces: 70%
Merci d'avoir rappelé cette réalité.