Un avion se transforma en décapotable en plein vol

Proposé par
le

Le 28 avril 1988, un Boeing 737 décolla de Hawaï avec 95 personnes à bord. 23 minutes après le décollage, et à 7300 m d’altitude, 35 mètres carrés de fuselage se détachèrent, transformant littéralement l’avion en décapotable. L’atterrissage en urgence réussi qui s’ensuivit reste à ce jour unique.

Tout le monde survécut excepté une hôtesse de l’air aspirée par la décompression, celle-ci ayant déjà détaché sa ceinture. L’enquête révéla que l’avion construit par Boeing pour faire 75000 vols en était presque à 89000, en plus d’avoir eu un entretien défaillant par la compagnie Alhoa Airlines.


Tous les commentaires (70)

a écrit : Sinon ça choque que moi qu’un avion puisse faire 75 000 vol? Admettons qu’il vol 2 fois par jour 75000 par 2 : 37750 . diviser par 365 ça nous fait environ 103 ans...

Y’a pas un problème ?
Heures de vol je pense, pour 2 vols par jour de 2 à 6h/vol pour ce type de porteur ça ramène le nombre d'année de service à 15 ou 20 ans.
C'est plus déjà plus plausible sachant que les normes régissant l'entretien des avions sont très strictes

a écrit : Sinon ça choque que moi qu’un avion puisse faire 75 000 vol? Admettons qu’il vol 2 fois par jour 75000 par 2 : 37750 . diviser par 365 ça nous fait environ 103 ans...

Y’a pas un problème ?
Ce sont des heures de vols, et non des vols ce qui n'a pas de sens. Un vol Nantes Tours n'a évidemment pas de même qu'un vol Paris Pékin.

Il me semble que l'anecdote existe déjà sur le site mais c'est surement une erreur de ma part
En tout cas, ce phénomène est dû à une decompression explosive.

Le seul vrai problème n'est pas comme on pourrait le comprendre le "nombre absolu" de vols mais le fait que malgré une utilisation intensive (de nombreux vols courts) la maintenance ne suivait pas. Un avion de ligne peut voler 40 ans sans problème.

a écrit : En lisant l'anecdote, j'imaginais qu'une partie du "toit" seulement avait été arraché, mais en fait l'avion est presque coupé en deux ! Je suis surpris qu'il ne se soit pas complètement disloqué lorsque l'air à du s'engouffrer vers l'arrière Très solide les Boeing...
J'imagine que les Airbus aussi, on n'en a juste pas encore eu la démonstration (heureusement !)

a écrit : Ok par contre la mort de l'hôtesse est probablement l'une des pires possibles On n'a jamais retrouvé son corps.
Je pense souvent aux PNC (personnel navigant commercial) qui passe l'essentiel de son temps détaché. À la moindre turbulence brutale ils sont projetés contre le plafond...

a écrit : Sinon ça choque que moi qu’un avion puisse faire 75 000 vol? Admettons qu’il vol 2 fois par jour 75000 par 2 : 37750 . diviser par 365 ça nous fait environ 103 ans...

Y’a pas un problème ?
Pas très rentable un court-courrier qui ne fait que 2 vols par jour.
Un avion au sol coûte des sous, un avion en l'air en rapporte.

a écrit : Sinon ça choque que moi qu’un avion puisse faire 75 000 vol? Admettons qu’il vol 2 fois par jour 75000 par 2 : 37750 . diviser par 365 ça nous fait environ 103 ans...

Y’a pas un problème ?
Remettons les pendules à l’heure... c’est bien en cycles atterrissage/décollage.
Les avions de aloha servait principalement à faire des liaisons inter îles à Hawaï, avec il est pas rare des vols de moins d’une heure, voire 30min. D’où le nombre de cycle élevé de l’avion par jour.

Ceci explique aussi la faible altitude de croisière, avec une faible différence de pression, ce qui en soit à du atténuer l’effet de décompression explosive.

A titre de comparaison ce B717 de Hawaiian Airlines fais en moyenne 12 à 14 vols par jours ces derniers jours :
www.flightradar24.com/data/aircraft/n484ha

a écrit : Sinon ça choque que moi qu’un avion puisse faire 75 000 vol? Admettons qu’il vol 2 fois par jour 75000 par 2 : 37750 . diviser par 365 ça nous fait environ 103 ans...

Y’a pas un problème ?
tout depend du vol.un vol national decolera plus de fois 4 a 5 fois lorsque certain vols internationaux n'en font que 2 mais je croit que l on parle d heure de vol de ce cas

a écrit : Le seul vrai problème n'est pas comme on pourrait le comprendre le "nombre absolu" de vols mais le fait que malgré une utilisation intensive (de nombreux vols courts) la maintenance ne suivait pas. Un avion de ligne peut voler 40 ans sans problème. Le seul vrai problème c'est que tu n'as pas lu les sources qui expliquent que ce sont les décollages et atterrissages qui fatiguent le plus la structure donc un avion peut voler 40 ans sans problème à condition de faire des vols plus longs et donc ne pas solliciter autant sa structure. La maintenance ne peut pas tout réparer.. Ceci dit La maintenance et même l'inspection visuelle auraient dû détecter le défaut et déterminer que l'avion n'était plus en état de voler.

a écrit : En lisant l'anecdote, j'imaginais qu'une partie du "toit" seulement avait été arraché, mais en fait l'avion est presque coupé en deux ! Je suis surpris qu'il ne se soit pas complètement disloqué lorsque l'air à du s'engouffrer vers l'arrière Un avion ce n'est pas que le fuselage: il a une structure beaucoup plus solide sous la peau qui le recouvre et notamment sous le plancher qui porte les sièges. C'est comme les gratte-ciel : ce qu'on voit à l'extérieur c'est seulement de l'habillage, la structure porteuse est à l'intérieur contrairement aux immeubles qui sont portés par de gros murs extérieurs. Ceci dit quand il manque une aussi grosse partie du fuselage il vole forcément moins bien et les systèmes qui permettent de le piloter peuvent avoir été arrachés...

a écrit : Oui, mais je pense que quand tu fais une chute de 7000 pieds, sans parachute, ton cœur lui doit s’emballer avant de s’arrêter. Lors d'un saut en parachute, la pression évolue rapidement certe mais pas explosivement. Dans le cas de l'accident du Boeing, la chute de pression a été extrèmement rapide. A 7500m la pression doit être environ 0,4b, et dans la carlingue il devait y avoir environ 0,75b correspondant à 2500m, soit un delta de 0,35b. C'était suffisant pour créer un énorme courant d'air qui a aspiré la pauvre hotesse. Il est probable que certains passagers on été sonnés par la variation rapide de pression sur les tympans. De plus à 7500m la température extérieure est proche de -30°C, et le courant d'air aidant ils ont dû avoir de sacrés choc thermiques. A mon avis l'hotesse à été tuée presque instantanément par le choc qui l'a broyée.
Il existe des caissons d'essais de decompression explosive pour l'armée de l'air et le spacial. Un caisson métallique vide d'air est relié à un autre à la pression atmosphérique. Entre les deux est fixée une membrane que l'on vient crever lors de l'essai. Le 'cobaye' est sanglé à son siège et porte bien entendu un scaphandre....

a écrit : Sinon ça choque que moi qu’un avion puisse faire 75 000 vol? Admettons qu’il vol 2 fois par jour 75000 par 2 : 37750 . diviser par 365 ça nous fait environ 103 ans...

Y’a pas un problème ?
En fait il faisait beaucoup de vols courts et moyens courriers plusieurs fois par jour. Le canasson s'est finalement tué à la tâche...

a écrit : Ok par contre la mort de l'hôtesse est probablement l'une des pires possibles Tomber dans les pommes des directement j'imagine

a écrit : D'ailleurs je me pose la question, peut-être morbide mais, comment est décédé l'hôtesse à votre avis ? Je suppose que le coeur lâche avant l'écrasement au sol non ? En principe, lorsque tu sautes en parachute tu ne meurs pas d'un arrêt cardiaque. Ça doit sûrement être pareil quand tu n'as pas de parachute. Encore une vieille croyance populaire..

a écrit : Ce que je trouve également incroyable c'est que les passagers ont dû subir un différentiel pression/température immense lors de l'accident! Cet avion aurait bien pu se transformer en morgue volante si il avait été un peu plus haut... Tout à fait d'accord surtout quand on sait que les masques à oxygène tombent du plafond en cas de décompression... quand il y a encore un plafond !

a écrit : Morbide c'est ce qui est relatif à la maladie. Pour la mort il faut dire macabre. Étymologiquement, "morbide" signifie "anormale". Quand on parle d'obésité morbide par exemple, il faut comprendre "obésité anormale", et non mortelle comme on le pense souvent. Donc morbide ne se rapporte pas uniquement à la maladie.
En revanche, même si on peut trouver la question morbide, le terme macabre aurait effectivement été plus approprié.

a écrit : Il a une vidéo qui relate cet accident d'avion spectaculaire et qui surtout l'explique sur youtube. A regarder uniquement si vous n'avez pas peur.

Voici le lien :

www.youtube.com/watch?v=zmxKsjQN5ho
Oui et il y a eu aussi un film (téléfilm ?)