Un espèce de est incorrect

Proposé par
le

Tous les commentaires (47)

En fait ça peut marcher dans une phrase du genre
Un espèce de petit sacripant
Mais ça marche mieux avec une phrase québécoise
Un espèce de p’tit criss

Pour prendre un exemple qui n'a concrètement pas beaucoup de points communs, je tique à chaque fois que j'entends "malgré que" ou bien "malgré le fait que", qu'il convient de remplacer simplement par "même si". Ou bien s'il s'agit d'énoncer un ou des éléments, nous pouvons simplement dire "malgré (le/la/les...)".

a écrit : J'ai aussi remarqué que de plus en plus de gens mettent verbalement toutes les phrases au masculin, du style "tous les phrases". Est-ce de la paresse ou une vraie méconnaissance des genres?
Pourtant, certains d'entre eux ne font pas cette faute à l'écrit.
Peut être un léger problème d’audition ?

a écrit : Je me coucherais moins bête de savoir qu’il faille une anecdote de la sorte pour que certaines personnes s’en rendent compte . On emploie la langue française depuis notre naissance,à quel moment c’est parti en sucette ??? De savoir qu’il FAILLE ?
Voici un lien sur le bon usage du subjonctif.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Subjonctif

a écrit : Merci d'apporter tes lumières à ce monsieur qui évidemment n'est absolument pas au courant. Je me suis rendu compte tardivement que c'était de l'ironie.
Déjà que j'ai du mal à déceler l'ironie dans une conversation, alors dans un texte écrit... :/

C'est pas comme ça que ça marche. Une langue est faite par les gens qui la parlent, pas par quarante vieillards qui choisissent arbitrairement ce qui leur plaît. "Un espèce de" est une expression très courante, elle fait donc partie du français.

Ça doit sûrement dépendre des régions car je ne l'ai jamais entendu masculinisé chez moi (Lyon). J'ai toujours dis "une espèce de camion"...

a écrit : Étant donné que le mot genre est un nom masculin, ce sera plutôt "un genre de voiture", pareil pour le mot type, "un type de voiture". Non mais sérieux ?? "Genre" et "type" sont des mots masculins donc heureusement que tu utilises "un"...

C'est moi ou c'est parfaitement évident quand on sait parler sa langue... ? -_-

La dégradation de la langue Française vient cette fois... de l’anecdote. Qui est juste fausse.

UN espèce de est parfaitement valable mais indique l’insulte.
Alors que UNE espèce indique l’espèce.
La langue Française, ça sert à ça : faire des nuances.

Un espèce = une sorte de
Une espèce = le regroupement d’individus dont la descendance est biologiquement interféconde.


C’est seulement que celui qui a rédigé l’anecdote ne consulte que des règles « pêtes sec » qui ne spécifie pas les usages des insultes ou le langage grossier.

Qui reste du Français quand même ! Il n’y a même rien de plus marrant que de corriger les fautes dans une insulte :p
En l’occurrence quelqu’un qui dit « une espèce de connard » se trompe, on ne parle pas du groupe mais de l’individu.
c’est « un espèce de connard » qu’il faut dire pour insulter correctement le type.

a écrit : Avec un peu de raisonnement, c'est évident... Évident, comme pour autoradio ?

a écrit : La dégradation de la langue Française vient cette fois... de l’anecdote. Qui est juste fausse.

UN espèce de est parfaitement valable mais indique l’insulte.
Alors que UNE espèce indique l’espèce.
La langue Française, ça sert à ça : faire des nuances.

Un espèce = une sorte de
Une espèce = le regroupement d’individus dont la descendance est biologiquement interféconde.


C’est seulement que celui qui a rédigé l’anecdote ne consulte que des règles « pêtes sec » qui ne spécifie pas les usages des insultes ou le langage grossier.

Qui reste du Français quand même ! Il n’y a même rien de plus marrant que de corriger les fautes dans une insulte :p
En l’occurrence quelqu’un qui dit « une espèce de connard » se trompe, on ne parle pas du groupe mais de l’individu.
c’est « un espèce de connard » qu’il faut dire pour insulter correctement le type.
Afficher tout
Quelles sont tes sources, stp ?

a écrit : C'est bien entendu beaucoup moins simple que cela ; l'usage de "un espèce de" est attesté depuis des siècles (Voltaire, Diderot, tout de même !). En français, l'accord purement grammatical n'est pas toujours la règle (penser à "une multitude de personnes ont participé" plutôt que "a participé"). J'ai tendance à continuer à préférer "une espèce de", mais je ne me braque pas face à l'usage inverse, qui fait de la locution "espèce de" une forme de qualificatif, et accorde donc le pronom avec le nom.

On pourra utilement consulter le Grévisse, mais la reproduction qui en est faite sur le lien qui suit est un très bon début : www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?pid=36497#p36497
Afficher tout
Un, espèce de camion...sera français. Un espèce de camion ne le sera pas. La virgule faisant office de guillemets. Un '' espèce de camion '' mais ça marche aussi avec les tracteurs, ou les détracteurs...

a écrit : La dégradation de la langue Française vient cette fois... de l’anecdote. Qui est juste fausse.

UN espèce de est parfaitement valable mais indique l’insulte.
Alors que UNE espèce indique l’espèce.
La langue Française, ça sert à ça : faire des nuances.

Un espèce = une sorte de
Une espèce = le regroupement d’individus dont la descendance est biologiquement interféconde.


C’est seulement que celui qui a rédigé l’anecdote ne consulte que des règles « pêtes sec » qui ne spécifie pas les usages des insultes ou le langage grossier.

Qui reste du Français quand même ! Il n’y a même rien de plus marrant que de corriger les fautes dans une insulte :p
En l’occurrence quelqu’un qui dit « une espèce de connard » se trompe, on ne parle pas du groupe mais de l’individu.
c’est « un espèce de connard » qu’il faut dire pour insulter correctement le type.
Afficher tout
Alors là , tu viens de battre le record de « je raconte n’importe quoi »
Même pour une insulte, espèce est féminin.
www.larousse.fr/dictionnaires/francais/espèce/31030

a écrit : Alors là , tu viens de battre le record de « je raconte n’importe quoi »
Même pour une insulte, espèce est féminin.
www.larousse.fr/dictionnaires/francais/espèce/31030
Donc la dégradation de la langue française ne viendrait-elle pas des commentaires affirmatifs et non sourcés dénonçant une dégradation de la langue française ? :D

Une anecdote qui reprend une règle de français... Quel intérêt ?
J'ai malheureusement de plus en plus le sentiment qu'on commence à tourner en rond...
Le nombre de personnes qui le savaient déjà en est le reflet

a écrit : Les fautes sont des fautes jusqu'à ce que cela rentre dans le langage courant. C'est ça l'évolution de la langue sinon on parlerait latin. Ce n'est pas simplement ajouter de nouveau mot pour une nouvelle invention. On change l'orthographe, on change les expressions etc...
C'est log
ique d'écrire onion pourquoi rester sur oignon ? Parce qu'on l'a appris comme ça et tant pis si ça ne se prononce pas comme ça s'écrit ? Si on applique ça pour tout viendra un jour où l'écrit ne ressemblera plus du tout à l'oral. A terme ça deviendra onion on n'y peut rien, les gens le prononcent comme ça. De même le "ne" de la négation disparaîtra, on ne le prononce presque plus. C'est inévitable. C'est le peuple qui décide de l'évolution de la langue dans sa façon de parler et pas l'académie, elle ne fait qu'essayer de coller à la réalité du terrain.
Les gens s'offusquent et ont l'impression que ça se dégrade mais à mon avis c'est pas si évident. On se plaint aujourd'hui du langage SMS comme on se plaignait avant du verlan. Je pense que le langage sms apportera quelques changements d'orthographe mais peu. Ca m'étonnerait qu'on finissent par tous écrire comme ça, comme le verlan d'ailleurs (à part truc de ouf, meuf et keuf il n'y a pas 50 expressions qui soient vraiment beaucoup utilisées dans le langage courant de manière générale, c'est plus rare).
Pavé César.
Afficher tout
Bien que follement amoureux de ma langue maternelle il faut accepter l’évolution des langues. Parler est un acte issu d’une interaction sociale et est de ce fait tributaire et influencé (qu’on le souhaite ou non( par ceux qui parlent.
On est encore loin d’un novlangue imposél

Ça ne suffisait plus de corriger l'orthographe et la grammaire dans les commentaires, maintenant il faut une anecdote pour soi-disant nous apprendre quelque chose que tout un chacun devrait savoir depuis la primaire. Triste époque pour notre langue française...
Pour la leçon de demain, nous apprendrons que les participes passés s'accordent avec l'emploi du verbe "être".

a écrit : Pour ma part, je me coucherai moins bête surtout de savoir que certaines personnes disent ça, je ne l'ai jamais entendu... Et ces personnes disent aussi "une genre / une type de voiture" ? Ou c'est juste dû à une mauvaise interprétation de la liaison orale possible entre "un" et "espèce" qui induit les gens en erreur (un peu à la manière du "comme même"...) ? Afficher tout Je suis d'accord avec vous, et en même temps, si les gens prenaient le temps de s'écouter un peu plus, l'absurdité du "comme même" leur serait évidente. Car pardon, mais même oralement, il y a tout de même une sacrée différence entre "quand même" et "comme même"...
Bon après, c'est généralement les mêmes qui disent "c'est qu'est-ce que je voulais" ou "ils croivent". Dans le genre "agression des oreilles", c'est champion...