Les compagnies aériennes allongent volontairement les durées de vols

Proposé par
Invité
le

Selon la réglementation, les passagers dont le vol arrive au moins 3 heures en retard peuvent obtenir jusqu'à 600€ d'indemnité de la part de la compagnie aérienne. C'est pourquoi les compagnies aériennes rallongent artificiellement les durées de vol, afin que les avions soient plus ponctuels. Par exemple, un vol New York-Los Angeles prenait 5 heures dans les années 1960, et prend plus de 6 heures aujourd'hui avec des avions pourtant plus rapides.

30% des vols en avion arrivent en retard. Le Règlement Européen (CE) 261/2004 protège les passagers aériens, leur garantissant entre 250 et 600€ par passager quand leur vol est retardé, annulé, ou "surbooké" (à condition que la compagnie aérienne soit responsable pour le délai.


Commentaires préférés (3)

Les avions ne font donc pas un vol direct mais prennent des routes plus ou moins longues selon le retard/avance qu'ils ont. L'impact sur l'environnement est réel puisque les avions volent plus longtemps que ce qu'ils ne devraient. Les prix aussi sont impactés puisque les compagnies consomment plus de carburant et le répercute sur le prix des billets.

Posté le

android

(124)

Répondre

Je confirme cette indemnisation. Je rentrais de Tokyo en avril 2018, en pleine gréve Air France (pléonasme ?) J'ai obtenu dans les 1250€ d'indemnité, pour deux personnes, ce qui m'a remboursé les prix des billets d'avions.

Je suis aussi en mesure de confirmer qu'il n'y à pas que la durée des vols qui est rallongé artificiellement : Ça a pris plus de 6 mois pour avoir une indemnisation, et ils me laissaient dans le flou total. Ils font ça pour que les gens abandonnent et renonce à leur indemnité.

Malgré ça, ils me doivent encore 300€, mais refusent de me les payer, on verra bien si j'obtiens gain de cause... ^^

a écrit : Récemment, un de mes vols a été reporté au lendemain pour cause d'intempéries. Je n'ai rien obtenu, pas même le remboursement des frais de parking supplémentaires, ni même un dédommagement du fait de mon arrivée avec 14h de retard et du fait que j'ai dû poser une demi journée de congé. Tu as tout dit « pour cause d’intempéries », du coup la compagnie aérienne applique les règlements relatifs à la sécurité, elle n’est pas responsable!
As-tu une assurance privée? Certaines prennent en charge ce genre de situations (ex. Visa pour autant que tu aies réglé par carte)


Tous les commentaires (90)

Les avions ne font donc pas un vol direct mais prennent des routes plus ou moins longues selon le retard/avance qu'ils ont. L'impact sur l'environnement est réel puisque les avions volent plus longtemps que ce qu'ils ne devraient. Les prix aussi sont impactés puisque les compagnies consomment plus de carburant et le répercute sur le prix des billets.

Posté le

android

(124)

Répondre

Je confirme cette indemnisation. Je rentrais de Tokyo en avril 2018, en pleine gréve Air France (pléonasme ?) J'ai obtenu dans les 1250€ d'indemnité, pour deux personnes, ce qui m'a remboursé les prix des billets d'avions.

Je suis aussi en mesure de confirmer qu'il n'y à pas que la durée des vols qui est rallongé artificiellement : Ça a pris plus de 6 mois pour avoir une indemnisation, et ils me laissaient dans le flou total. Ils font ça pour que les gens abandonnent et renonce à leur indemnité.

Malgré ça, ils me doivent encore 300€, mais refusent de me les payer, on verra bien si j'obtiens gain de cause... ^^

Récemment, un de mes vols a été reporté au lendemain pour cause d'intempéries. Je n'ai rien obtenu, pas même le remboursement des frais de parking supplémentaires, ni même un dédommagement du fait de mon arrivée avec 14h de retard et du fait que j'ai dû poser une demi journée de congé.

a écrit : Récemment, un de mes vols a été reporté au lendemain pour cause d'intempéries. Je n'ai rien obtenu, pas même le remboursement des frais de parking supplémentaires, ni même un dédommagement du fait de mon arrivée avec 14h de retard et du fait que j'ai dû poser une demi journée de congé. Tu as tout dit « pour cause d’intempéries », du coup la compagnie aérienne applique les règlements relatifs à la sécurité, elle n’est pas responsable!
As-tu une assurance privée? Certaines prennent en charge ce genre de situations (ex. Visa pour autant que tu aies réglé par carte)

Il n'y a pas vraiment de corrélation entre le remboursement d'un montant au delà de 3h de retard et le fait de rallonger un peu les temps de vol... A 3h, les Cies n'auraient de toutes façons pas les moyens de rattraper le temps perdu.
En revanche, comme l'explique si mal la 4ème source (article un brin tendentieux et dirigé) elles essayent de juguler les petits retards aux départs, afin de tenter de limiter les retards à l'arrivée et d'être le plus "ponctuelles" officiellement possibles. Dans une mesure quand même relative, au poste de pilotage, on peut parfois "accélérer" un peu pour rattrapper le temps perdu au départ. Mais il ne faut pas croire que c'est toujours possible et dans des conditions importantes.
Je dirais que c'est de "bonne guerre", sans plus... Au fond, qu'est-ce qui est important ? C'est de pouvoir organiser son voyage, les transfert éventuels, les gens qui viennent vous chercher à l'arrivée, etc... Si l'avion arrive "à l'heure" tout va bien et tout le monde est content.
Ces retards peu importants ne sont d'ailleurs pas souvent dûs aux Cies, mais à la saturation des aéroports et/ou des normes de sécurité/sureté. Prendre une "marge" dans ces conditions me paraît être plutôt une bonne chose.

a écrit : Récemment, un de mes vols a été reporté au lendemain pour cause d'intempéries. Je n'ai rien obtenu, pas même le remboursement des frais de parking supplémentaires, ni même un dédommagement du fait de mon arrivée avec 14h de retard et du fait que j'ai dû poser une demi journée de congé. Fallait pas prendre l'avion :)

Posté le

android

(0)

Répondre

Non... les vols ne vole pas moins vite pour des problème d'amende potentiel... La vitesse des avions est, depuis les années 60 au même point (entre 800 et 850 km/h)

Les vole civil ne cherche pas a accélérer. Un mur existe en aéronautique, il s'agit du mur du son. Les frottements à mach 0.8 commence à augmenter méchamment. Les

Les moteurs civils de nouvelle génération vise a augmenter les rendements (plus de miles par littre consommer) afin de consommer moins. (le coût de l'avion pour un vol est de l'ordre de 5 K$; là ou le coût du biberon est de 19 k$).

Par contre les aéroport sont surchargé et c'est cette congestion qui retarde les avions dont parle l’anecdote. (après, quant au coté legal des remboursements et autres, là, c'est plus mon domaine ^^")

Je persiste à croire que les vols en avions sont aujourd'hui complètement inutiles et qu'il est aberrant de continuer à faire croître cette activité pour le simple plaisir des gens au détriment d'un grand nombre de choses.
Prendre l'avion pour le travail peut largement être substitué par les moyens technologiques informatiques dont nous disposons aujourd'hui.

a écrit : Les avions ne font donc pas un vol direct mais prennent des routes plus ou moins longues selon le retard/avance qu'ils ont. L'impact sur l'environnement est réel puisque les avions volent plus longtemps que ce qu'ils ne devraient. Les prix aussi sont impactés puisque les compagnies consomment plus de carburant et le répercute sur le prix des billets. Afficher tout Parce que tu crois que les pilotes font ce qu'ils veulent ? Que le Captain peut se dire "tiens, je suis en avance aujourd'hui, je vais rallonger mon trajet et changer de route" ? Ca ne se passe pas comme ça ; le plan de vol est déposé au départ et les modifs en cours de vols doivent être bigrement argumentées (climat, incident, etc...).
Et concernant la consommation et "l'impact écologique" : si tu restes plus longtemps en l'air mais en consommant moins parce que tu ralentis, ça ne change pas grand chose au schmilblic...

a écrit : Les avions ne font donc pas un vol direct mais prennent des routes plus ou moins longues selon le retard/avance qu'ils ont. L'impact sur l'environnement est réel puisque les avions volent plus longtemps que ce qu'ils ne devraient. Les prix aussi sont impactés puisque les compagnies consomment plus de carburant et le répercute sur le prix des billets. Afficher tout Ce n'est pas ce que je comprends de l'anecdote. Elle dit qu'elle augmente ARTIFICIELLEMENT l'heure d'arrivée pour ne pas avoir à te rembourser si l'avion est en retard.

Ex.
Si l'avion doit normalement faire le vol en 5h, on te dira qu'il en mettra
7h... ;-)

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : Ce n'est pas ce que je comprends de l'anecdote. Elle dit qu'elle augmente ARTIFICIELLEMENT l'heure d'arrivée pour ne pas avoir à te rembourser si l'avion est en retard.

Ex.
Si l'avion doit normalement faire le vol en 5h, on te dira qu'il en mettra
7h... ;-)
Et si il part avec une heure de retard ? Les pilotes emprunteront une route plus directe que si ils étaient parti en avance.
Le retard est une mauvaise chose mais l'avance aussi (et c'est valable dans tout les domaines du transport). Arriver trop tôt à destination peut vouloir dire devoir attendre avant d'avoir l'autorisation d'atterrir ou bien ne pas avoir sa porte d'embarquement disponible. Les pilotes s'adaptent donc afin de coller le plus possible à l'heure annoncé par les compagnies.

Posté le

android

(2)

Répondre

À préciser aussi (sans qu’il y est forcément un rapport) que les avions ont également pour obligation de volé en se rapprochant toujours de possible aéroport en cas de problème durant le vol,de ce fait un avion ne vole jamais en ligne droite

Le montant de l’indemnisation est en fonction de la distance entre la ville de départ et celle d’arrivée :
- pour une destination se trouvant à moins de 1500km : 250€
- entre 1501 et 3000 km : 300€
- plus de 3000 km : 600€

Il suffit d’envoyer les cartes d’embarquement - le billet électronique - une demande de remboursement écrite et votre RIB à la compagnie.

Euuuh c'est aussi qu'en 1960 a JFK ou Los Angeles on roulait 10 Ou 15min avant décollage et après atterrissage. Maintenant on passe parfois 30 ou 50min à rouler au sol avant que ça soit notre tour de décoller ou avant d'atteindre enfin le point de stationnement après l'atterrissage. Quant au commentaire qui nous raconte qu'on rallonge en prenant des chemins plus long il est tout simplement faux. On prend le "chemin" le moins cher. Aux USA ça dépendra quasiment uniquement des vents en altitude. Par contre sur un Paris Bangalore par exemple les espaces aériens traversés sont parfois trop chers en taxes de survol ce qui fera que le service dispatch préparera un plan de vol évitant ces espaces. En Europe l'Espagne se distingue avec des redevances très élevées. On évite très souvent d'ecorner leur espace en allant en Amérique du Sud, on passe légèrement au nord directement de l'espace français à celui portugais de Santa Maria.

Posté le

android

(28)

Répondre

a écrit : Et si il part avec une heure de retard ? Les pilotes emprunteront une route plus directe que si ils étaient parti en avance.
Le retard est une mauvaise chose mais l'avance aussi (et c'est valable dans tout les domaines du transport). Arriver trop tôt à destination peut vouloir dire devoir attendre avant
d'avoir l'autorisation d'atterrir ou bien ne pas avoir sa porte d'embarquement disponible. Les pilotes s'adaptent donc afin de coller le plus possible à l'heure annoncé par les compagnies. Afficher tout
C'est le retard qui est pénalisé, pas l'avance. Si l'avion arrive en avance, l'aéroport en sera prévenu et s'adaptera en vu de son atterrissage, même s'il doit attendre un peu pour atterrir.
L'important pour la compagnie est que son avion n'ait pas de retard...

Posté le

android

(8)

Répondre

Il existe d’ailleurs des entreprises qui font les demarches a votre place afin d’obtenir les remboursements auxquels vous avez droit...

a écrit : Récemment, un de mes vols a été reporté au lendemain pour cause d'intempéries. Je n'ai rien obtenu, pas même le remboursement des frais de parking supplémentaires, ni même un dédommagement du fait de mon arrivée avec 14h de retard et du fait que j'ai dû poser une demi journée de congé. Sauf que la compagnie aérienne n'y est pour rien. C'est sûrement pour ça.

a écrit : Les avions ne font donc pas un vol direct mais prennent des routes plus ou moins longues selon le retard/avance qu'ils ont. L'impact sur l'environnement est réel puisque les avions volent plus longtemps que ce qu'ils ne devraient. Les prix aussi sont impactés puisque les compagnies consomment plus de carburant et le répercute sur le prix des billets. Afficher tout Absolument pas. D'une part, les routes sont les plus directes possible. Nous payons nous aussi le carburant que l'on met dans nos avions et cherchons a économiser le moindre litre sur un vol (rouler jusqu'au parking sur un seul moteur ou attendre le dernier moment pour commencer la descente afin de faire l'approche les moteurs au ralenti) également, le temps de vol augmenté est surtout du au fait que les infrastructures aéroportuaires n'ont pas évolué aussi vite que le trafic et souvent l'attente pour le décollage dure jusqu'à une demie heure (cf l'aéroport de Londres Gatwick). Alors oui, il est plaisant de relayer les gros titres des médias et de prôner l'écologie mais avant de lancer des énormités a la limite du conspirationnisme, autant demande aux gens concernés. Sources: je suis pilote de ligne.

Posté le

android

(24)

Répondre

a écrit : Je persiste à croire que les vols en avions sont aujourd'hui complètement inutiles et qu'il est aberrant de continuer à faire croître cette activité pour le simple plaisir des gens au détriment d'un grand nombre de choses.
Prendre l'avion pour le travail peut largement être substitué par les
moyens technologiques informatiques dont nous disposons aujourd'hui. Afficher tout
On a déjà eu ce débat. Tu dis que l'avion ne sert à rien car les gens peuvent se voir en vocal. Tu vas traverser l'Atlantique la nage toi ? Tu vas signer un contrat de plusieurs milliards sur Skype ?

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : On a déjà eu ce débat. Tu dis que l'avion ne sert à rien car les gens peuvent se voir en vocal. Tu vas traverser l'Atlantique la nage toi ? Tu vas signer un contrat de plusieurs milliards sur Skype ? Oui. Et cela se produit déjà toutes les 100 microsecondes avec le trading haute fréquence. Je ne vois pas le problème.

Pour la question du tourisme et du voyage particulier, les gens ont vraiment tendance à oublier que le voyage fait partie de l'aventure et ne doit pas être simplement une contrainte. Je compte bien faire le tour du monde et je le ferais en train et en voilier car je prendrais mon temps pour le faire. J'accorde plus d'importance au voyage qu'à la destination.
Faire du Costa croisière, 10 jours en méditerranée, une ville et un lieu touristique par jour, c'est stupide.
Partir en avion à New York, 15 jours sur place, voir une dizaine de lieux touristiques sans avoir le temps de rencontrer des gens ou de voir autre chose que ce qu'on a envie de te montrer, c'est stupide. A vouloir toujours aller plus vite, on ne regarde plus rien mais ce n'est que mon point de vue.