Il existe des chiens pour personnes victimes de violences conjugales

Proposé par
le
dans

La Fundación Mariscal de Madrid dresse des chiens de protection destinés à accompagner des femmes victimes de violences conjugales. Ils sont destinés à intimider l'agresseur et à s'interposer physiquement (sans mordre) le cas échéant. L'amélioration psychologique de la victime est spectaculaire.

Après une formation de 170 heures, ces chiens protecteurs sont confiés à leur nouvelle propriétaire, qui sont invariablement d’anciennes compagnes d'agresseurs présentant un risque élevé de rupture d'ordre judiciaire d'éloignement.
La protection apportée prend tout son effet, quand la victime se trouve sur la voie publique et donc en situation de grande vulnérabilité. Le chien porte une muselière d'impact, destinée à porter des coups à la poitrine et au cou de l'ex-conjoint, si les ordres verbaux et physiques d'éloignement (appris durant la formation par la femme) sont insuffisants.


Tous les commentaires (79)

a écrit : Les espagnols sont tres en avance sur la prise en charge et le suivi des victimes de violences conjugales. Les Téléphones Grand Danger et les cellules de déchocages francais sont très inspirés de là bas (dans le sud de la France en tout cas) Tu parles du pays où il faut prouver que la femme s'est suffisamment débattu lors de l'agression pour qu'elle soit caractérisé en tant que viole ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Vraiment ?!

Je vous renvoi à l’affaire du viol d’une ado par « la meute » , comme ils se prénommaient. Sur le papier ils ont fait des progrès c’est indéniable, mais la réalité demeure plus cruelle envers leurs femmes.

Le concept du chien je trouve ça très bien. Une question : pourquoi leur mettre une muselière ;)?
On parle de victimes de violence conjugale. Pas d'un viol en réunion.
Pour la muselière ... la réponse est dans l'anecdote.
Et une question : j'interprète ou tu parles des espagnols comme s'il s'agissait d'un peuple avec d'autre mœurs qu'en France ? Parce le viol en réunion en France, ça existe. Tu te souviens de l'époque où les médias paraient des "tournantes" dans les caves des cités. Ca m'étonnerait que ça ait complètement disparu.

a écrit : Tu parles du pays où il faut prouver que la femme s'est suffisamment débattu lors de l'agression pour qu'elle soit caractérisé en tant que viole ? Non ça c'est en France si le policier accepte de prendre sa plainte.
Oui je sais ça ne vaut rien comme commentaire, j'essaye de me mettre au niveau.

a écrit : mais pourquoi " sans mordre"? Car il s'agit bien d'un chien de protection et non pas de défense ni encore moins d'attaque.
Le chien porte une muselière, car son rôle est de protéger la victime, de s' interposer entre les deux parties et de dissuader l'agresseur, mais en aucun cas de le blesser, le neutraliser. Si un militaire se trouve sur le forum, il nous l'expliquerait à merveille.
De plus, si le chien arrivait à blesser l'agresseur de forme minime que ce soit, celui-ci pourrait se retourner judiciairement contre la propriétaire du chien.
Il faut par ailleurs prendre bien en compte que le lieu d'une éventuelle agression, se situera sur la voie publique, et non pas au sein d'un domaine privé. Cette subtilité est fondamentale au sein de la Législation Espagnole, car il n'y aurait aucune violation d'espace privé.

Note que les chiens de défense travaillent dans des Instalations considérées privées ( même s'il s'agit d'une zone estatale: base militaire, par exemple) ou dans des lieux privés ouverts au public ( les quais et couloirs de métro, un centre commercial, une foire, etc...) Or dans le cas présent, la protection par le chien est surtout recherchée, quand la femme se trouve dans la rue.

Posté le

android

(5)

Répondre

Il faut fournir un tazer à chaque femme en danger , çe serait bien plus efficace et plus economique qu'un chien en muselière ...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : mais pourquoi " sans mordre"? Pour que le chien ne puisse être considéré comme une arme.

a écrit : Il faut fournir un tazer à chaque femme en danger , çe serait bien plus efficace et plus economique qu'un chien en muselière ... Le port et usage du Tazer est totalement interdit en Espagne, pour les personnes n'exerçant pas la profession de policier ou de militaire, dont la Guardia civil qui a le rôle équivalent de gendarme, en France.
De plus, si l'agresseur arrive à prendre le contrôle du Tazer, la première chose qu'il fera, sera de l'utiliser contre son ex-compagne. Par contre, retourner le chien contre sa propriétaire, lui sera impossible.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Qui parle de fusiller qui que ce soit ? Les peines intermédiaires ça existe tu sais :) Mais la question n'est pas celle des peines, c'est celle de la protection. A part tuer l'agresseur, tu proposes quoi pour assurer durablement la sécurité de la victime ?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est génial ! Il faut absolument adapter cela ici en France et partout ailleurs. De fait quand ma femme sors avec le iench (faut voir le modèle) le harcèlement de rue ça existe plus. Si, mais sur le chien du coup : "comme il est beau !", "qu'il est bien élevé", "je peux lui faire une câlin ?"

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ça dépend du risque que tu prends dans ton infraction.

Quand j'étais enfant et que j'ai volé des gâteaux dans un magasin, je n'ai pas vu mes amis pendant les 2 mois de vacances scolaires. Je n'ai plus jamais recommencé et surtout je n'ai plus jamais eu l'idée de le faire. Auj
ourd'hui quand je me fais contrôler à 128 au lieu de 110 sur autoroute, je recommence la semaine suivante car la sanction (1 point) ne me fait pas suffisamment peur pour que j'arrête.

Le mec qui tape une femme (ou inversement) si aujourd'hui il se dit "au pire je ne pourrais plus l'approcher et elle aura un chien" c'est quand même moins décourageant que "si je la touche je pars en prison pour 7ans, je serais enfermé avec des tueurs, des violeurs etc"
Afficher tout
Il te reste 3 mois de permis. ;)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est génial ! Il faut absolument adapter cela ici en France et partout ailleurs. De fait quand ma femme sors avec le iench (faut voir le modèle) le harcèlement de rue ça existe plus. Je confirme que depuis que j'ai mon chien je me fais moins embêter dans la rue le soir (bien que du coup je sors le soir uniquement pour ses besoins... Du coup heureusement que je me fais pas embêter non plus, sale bête !). C'est marrant cela dit, mon chien (beauceron x Rottweiler) est assez... Peureux. Du coup de manière générale il se cache derrière moi quand quelqu'un s'approche, mais il m'a fait la bonne surprise de se mettre devant moi le soir où des mecs louches m'ont abordée, il a lâché un grognement assez menaçant, du coup ils sont partis... Comme quoi un chien peut quand même être dissuasif.
Cela étant, je ne sais pas si c'est possible mais ne serait-il pas plus productif de le dresser à ne pas mordre, histoire de pouvoir lui enlever la muselière, ce qui serait vachement plus impressionnant ? Ou alors c'est quand même trop risqué, genre "ça reste un animal si son instinct lui dit d'attaquer il le fera"?

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ça dépend du risque que tu prends dans ton infraction.

Quand j'étais enfant et que j'ai volé des gâteaux dans un magasin, je n'ai pas vu mes amis pendant les 2 mois de vacances scolaires. Je n'ai plus jamais recommencé et surtout je n'ai plus jamais eu l'idée de le faire. Auj
ourd'hui quand je me fais contrôler à 128 au lieu de 110 sur autoroute, je recommence la semaine suivante car la sanction (1 point) ne me fait pas suffisamment peur pour que j'arrête.

Le mec qui tape une femme (ou inversement) si aujourd'hui il se dit "au pire je ne pourrais plus l'approcher et elle aura un chien" c'est quand même moins décourageant que "si je la touche je pars en prison pour 7ans, je serais enfermé avec des tueurs, des violeurs etc"
Afficher tout
Mais du côté de la victime (la personne battue) il y a un grand changement ! Parce qu'elle se sent en sécurité et protégé par ce chien ! Savoir son agresseur en prison pendant 7 ans ça rassure, mais la sortie de prison fait peur aux victimes qui craignent une vengeance. Un chien qui est toujours présent, au quotidien, ça change alors la donne

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je confirme que depuis que j'ai mon chien je me fais moins embêter dans la rue le soir (bien que du coup je sors le soir uniquement pour ses besoins... Du coup heureusement que je me fais pas embêter non plus, sale bête !). C'est marrant cela dit, mon chien (beauceron x Rottweiler) est assez... Peureux. Du coup de manière générale il se cache derrière moi quand quelqu'un s'approche, mais il m'a fait la bonne surprise de se mettre devant moi le soir où des mecs louches m'ont abordée, il a lâché un grognement assez menaçant, du coup ils sont partis... Comme quoi un chien peut quand même être dissuasif.
Cela étant, je ne sais pas si c'est possible mais ne serait-il pas plus productif de le dresser à ne pas mordre, histoire de pouvoir lui enlever la muselière, ce qui serait vachement plus impressionnant ? Ou alors c'est quand même trop risqué, genre "ça reste un animal si son instinct lui dit d'attaquer il le fera"?
Afficher tout
Je rebondis sur ton commentaire, car ceci va ( j'espère) répondre à tes doutes et tes questions.

Le but du chien de protection n'est ni d'attaquer ou défendre sa propriétaire, au début d'une éventuelle rencontre avec son ex-conjoint. Le chien n'est appelé à intervenir, QUE si le premier échange de paroles entre les deux personnes ( des phrases courtes, du genre "va t-en", "éloignes-toi", etc... ) n'ont pas été suffisantes pour mettre un terme à la situation. Dans ce cas, le chien interviendra, si l'ordre lui est donné, mais pas avant l'échange de paroles.
Le suivi de ce protocole est fondamental, car il inverse les rôles de dominateur et dominé, qui étaient présents dans leur ancienne relation. Il est enseigné et essayé en parallèle du dressage du chien,durant la formation, pour que le jour où la rencontre se présenterait, la femme garde la maîtrise de la situation.
C'est cet apprentissage de la propriétaire, qui est le plus bénéfique au niveau psychologique. Avoir suffisamment de cran d'affronter par les paroles - mais aussi et surtout le regard-, à son agresseur. Ensuite le chien ne sera qu'un appoint appelé à la rescousse, si la situation l'exige. De toute manière, savoir la présence du chien à ses côtés, joue déjà un rôle lui permettant de briser l'éventuel refoulement de contestation qu'elle aurait gardé durant tant d'années de violences.
A titre informatif: la principale recherche de domination d'un conjoint violent, est d'arriver à que sa victime n'ait plus le courage ou la force de le défier du regard. Ceci sera la phase de maltraitance psychologique, assortie de celle de maltraitance physique, si l'agresseur estime que sa victime ne lui est toujours pas assez à sa merci et bon vouloir.

Quant à ce qu'il en est de la muselière.
Il semble qu'en français, elle porte le nom de "muselière panier". Le chien est donc tout à fait capable d'aboyer, de japper, de grogner, de montrer des dents, etc... sans restriction. Cependant, ce qu'il lui a été appris, c'est surtout la capacité à pouvoir porter des coups au niveau de la gorge et de la poitrine, sans chercher à blesser physiquement l'agresseur, par morsure.
Au besoin je me répète de ce que j'ai écrit dans d'autres posts de cette anecdote, mais vaut mieux deux fois qu'aucune. L'agresseur ne doutera pas un instant à dénoncer son ex-conjointe, en cas de la moindre morsure que le chien lui provoquerait. Ce serait une victoire de sa part, lui permettant de jouir encore quelque temps, du rôle de dominateur duquel il avait été déchu.

Dans le cas concret que tu nous écris. Ton chien ( avec qui tu as probablement une connection d'égal à égal) a perçu et analysé une situation de risque pour tous les deux, en une fraction de secondes. L'allure, la démarche et peut-être les sons, l'ont déjà mis sur ses gardes. Il s'en est suivi d'une observation de la dilatation des iris de leurs yeux, ainsi que l'observation du niveau de hérissement de leurs poils, sur les mains et/ou les bras. Ceci lui a été suffisant pour percevoir un niveau de danger, et d'agir pour prévenir qu'il est prêt pour combattre, si ses signes d'intimidation émis ne sont pas suffisants.
Ce jour-là, ton chien t'a démontré qu'il n'est pas ton ami, mais que vous êtes amis.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Ça dépend du risque que tu prends dans ton infraction.

Quand j'étais enfant et que j'ai volé des gâteaux dans un magasin, je n'ai pas vu mes amis pendant les 2 mois de vacances scolaires. Je n'ai plus jamais recommencé et surtout je n'ai plus jamais eu l'idée de le faire. Auj
ourd'hui quand je me fais contrôler à 128 au lieu de 110 sur autoroute, je recommence la semaine suivante car la sanction (1 point) ne me fait pas suffisamment peur pour que j'arrête.

Le mec qui tape une femme (ou inversement) si aujourd'hui il se dit "au pire je ne pourrais plus l'approcher et elle aura un chien" c'est quand même moins décourageant que "si je la touche je pars en prison pour 7ans, je serais enfermé avec des tueurs, des violeurs etc"
Afficher tout
La prison est effectivement un bon moyen de dissuasion mais qui ne fonctionne pas sur tout le monde (et j ai notamment un doute sur les personnes violentes).

Hurricanne à raison le taux de récidive est important, car la prison est avant tout la pour punir et non rééduquer ou permettre la réinsertion par la suite.

On le voit notamment avec les islamistes dans les prisons, ils auront plus tendance à se radicaliser entre eux, en se rapprochant des personnes qui ont les mêmes idées, plutôt que de se repentir.

Posté le

android

(4)

Répondre

J'ai appris par l'anecdote la définition de muselière impactante. J'espère quand même que les femmes dans cette malheureuse situation sont un peu soulagée (le mot est faible).
Et ça ne tiens qu'à moi mais la muselière est en option, le ba***d qui attaque prendra la bonne leçon avec une couille en moins !! Et j'irais pas accuser le chien ni son maître. 170h c'est ÉNORME.
Profondes pensées aux personnes victime de violence.. Même en période actuelle, pas d'excuses !! Baltringue de crevure..

Posté le

android

(3)

Répondre

Victime de violences conjugales, mon chien s'est mis à me défendre, se retournant petit à petit contre son maître initial... il m'a probablement sauvé la vie plus d'une fois. Personne ne lui avait appris et pourtant il lui sautait automatiquement dessus pour lui mordre les parties...! C'est fou de voir comment un chien est prêt à tout pour défendre son maître ! Quand l'humain est lui capable des pires horreurs, ce sont encore ces boules de poils qui font preuve de davantage d'humanité !

Posté le

android

(5)

Répondre

Messieurs les laches qui profites de l’intimité du foyer pour sévir et frapper les femmes sachet que en 170h de formation les chiens on compris ce que vous vous êtes pas mis dans le crâne en plusieurs années on ne frappe pas au pire ça propre tête contre un mur mais pas les membres de son foyer

a écrit : Je rebondis sur ton commentaire, car ceci va ( j'espère) répondre à tes doutes et tes questions.

Le but du chien de protection n'est ni d'attaquer ou défendre sa propriétaire, au début d'une éventuelle rencontre avec son ex-conjoint. Le chien n'est appelé à intervenir, QUE si l
e premier échange de paroles entre les deux personnes ( des phrases courtes, du genre "va t-en", "éloignes-toi", etc... ) n'ont pas été suffisantes pour mettre un terme à la situation. Dans ce cas, le chien interviendra, si l'ordre lui est donné, mais pas avant l'échange de paroles.
Le suivi de ce protocole est fondamental, car il inverse les rôles de dominateur et dominé, qui étaient présents dans leur ancienne relation. Il est enseigné et essayé en parallèle du dressage du chien,durant la formation, pour que le jour où la rencontre se présenterait, la femme garde la maîtrise de la situation.
C'est cet apprentissage de la propriétaire, qui est le plus bénéfique au niveau psychologique. Avoir suffisamment de cran d'affronter par les paroles - mais aussi et surtout le regard-, à son agresseur. Ensuite le chien ne sera qu'un appoint appelé à la rescousse, si la situation l'exige. De toute manière, savoir la présence du chien à ses côtés, joue déjà un rôle lui permettant de briser l'éventuel refoulement de contestation qu'elle aurait gardé durant tant d'années de violences.
A titre informatif: la principale recherche de domination d'un conjoint violent, est d'arriver à que sa victime n'ait plus le courage ou la force de le défier du regard. Ceci sera la phase de maltraitance psychologique, assortie de celle de maltraitance physique, si l'agresseur estime que sa victime ne lui est toujours pas assez à sa merci et bon vouloir.

Quant à ce qu'il en est de la muselière.
Il semble qu'en français, elle porte le nom de "muselière panier". Le chien est donc tout à fait capable d'aboyer, de japper, de grogner, de montrer des dents, etc... sans restriction. Cependant, ce qu'il lui a été appris, c'est surtout la capacité à pouvoir porter des coups au niveau de la gorge et de la poitrine, sans chercher à blesser physiquement l'agresseur, par morsure.
Au besoin je me répète de ce que j'ai écrit dans d'autres posts de cette anecdote, mais vaut mieux deux fois qu'aucune. L'agresseur ne doutera pas un instant à dénoncer son ex-conjointe, en cas de la moindre morsure que le chien lui provoquerait. Ce serait une victoire de sa part, lui permettant de jouir encore quelque temps, du rôle de dominateur duquel il avait été déchu.

Dans le cas concret que tu nous écris. Ton chien ( avec qui tu as probablement une connection d'égal à égal) a perçu et analysé une situation de risque pour tous les deux, en une fraction de secondes. L'allure, la démarche et peut-être les sons, l'ont déjà mis sur ses gardes. Il s'en est suivi d'une observation de la dilatation des iris de leurs yeux, ainsi que l'observation du niveau de hérissement de leurs poils, sur les mains et/ou les bras. Ceci lui a été suffisant pour percevoir un niveau de danger, et d'agir pour prévenir qu'il est prêt pour combattre, si ses signes d'intimidation émis ne sont pas suffisants.
Ce jour-là, ton chien t'a démontré qu'il n'est pas ton ami, mais que vous êtes amis.
Afficher tout
Et si tu dresse le chien à lui bouffer les couilles. Il se sentira tellement humiliés qu’il n’osera même pas porter plainte.

Et le chien se sera drôlement amusé avec les baballes.

Ceci dit ce n’est qu'une simple idée.

a écrit : Si, mais sur le chien du coup : "comme il est beau !", "qu'il est bien élevé", "je peux lui faire une câlin ?" Faire un câlin à un chien qui a une muselière? A ta place, je me méfierais! ^^