Pour devenir vietnamien, il faut un nom vietnamien

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

a écrit : Mais si c'est un CV avec photo je pense que nouveau nom ou pas ça se remarque quand même C'est pas faux mais le prénom est quand même source de discrimination (et ça partout), je me demande même si ça en est pas la première cause. Honnêtement, je ne trouve pas que cette loi vietnamienne est surprenante, je trouve même bizarre que la plupart des pays ne l'applique pas.

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
Le but c'est l'intégration.
Aller dans un pays, c'est vouloir s'y intégrer, et prendre ses codes.

Ça peut commencer par le prénom mais en réalité c'est un détail, le plus important est évidemment la culture, et refuser la culture du pays d'accueil entraîne des problèmes d'intégration dans ce dernier.

Pour plus d'informations, visitez certaines villes en France et ailleurs.

a écrit : Le but c'est l'intégration.
Aller dans un pays, c'est vouloir s'y intégrer, et prendre ses codes.

Ça peut commencer par le prénom mais en réalité c'est un détail, le plus important est évidemment la culture, et refuser la culture du pays d'accueil entraîne des problèmes
d'intégration dans ce dernier.

Pour plus d'informations, visitez certaines villes en France et ailleurs.
Afficher tout
Intégration ne veut pas dire renier son histoire et ses origines, le nom est le reflet de nos origines.
On peut tout à fait être intégré sans oublier nos origines.

Et les problèmes d'intégration dans nos villes française est plus compliqué qu'une histoire de prénom.


Tous les commentaires (120)

Ça doit pas être plus mal, au moins ça peux éviter une certaine discrimination par le nom (comme sur un CV par exemple).
Mais par contre qui décide du nouveau nom ?

a écrit : Mais si c'est un CV avec photo je pense que nouveau nom ou pas ça se remarque quand même C'est pas faux mais le prénom est quand même source de discrimination (et ça partout), je me demande même si ça en est pas la première cause. Honnêtement, je ne trouve pas que cette loi vietnamienne est surprenante, je trouve même bizarre que la plupart des pays ne l'applique pas.

a écrit : Ça doit pas être plus mal, au moins ça peux éviter une certaine discrimination par le nom (comme sur un CV par exemple).
Mais par contre qui décide du nouveau nom ?
Mais si c'est un CV avec photo je pense que nouveau nom ou pas ça se remarque quand même

a écrit : C'est pas faux mais le prénom est quand même source de discrimination (et ça partout), je me demande même si ça en est pas la première cause. Honnêtement, je ne trouve pas que cette loi vietnamienne est surprenante, je trouve même bizarre que la plupart des pays ne l'applique pas. Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wagons séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
Le but c'est l'intégration.
Aller dans un pays, c'est vouloir s'y intégrer, et prendre ses codes.

Ça peut commencer par le prénom mais en réalité c'est un détail, le plus important est évidemment la culture, et refuser la culture du pays d'accueil entraîne des problèmes d'intégration dans ce dernier.

Pour plus d'informations, visitez certaines villes en France et ailleurs.

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
Comme l'a dit ThibVV le but d'une telle loi est l'intégration, s'ouvrir au pays dans lequel on vit c'est un peu mieux que de demander au pays dans lequel on vit de s'ouvrir à nous de mon point de vue. Comme vous l'avez si bien dit, le prénom fait parti de l'identité d'une personne et c'est justement ça l'intérêt de cette loi vietnamienne : prouver que l'on se sent bien vietnamien.

Heu, il y a quoi de surprenant ? Ça me paraît logique qui si tu veux acquérir une nationalité tu te soumets à ses traditions, et que tu prennes un nom à consonance dudit pays.

En lisant les commentaires je comprend mieux pourquoi Zemmour est en tête des ventes et pourquoi le RN en tête des sondages ...

Certains oublient que l’intégration n’est pas « façonner les individus à l’image d’une société » mais plutôt « façonner la société à l’image des individus qu’elle contient »

a écrit : Le but c'est l'intégration.
Aller dans un pays, c'est vouloir s'y intégrer, et prendre ses codes.

Ça peut commencer par le prénom mais en réalité c'est un détail, le plus important est évidemment la culture, et refuser la culture du pays d'accueil entraîne des problèmes
d'intégration dans ce dernier.

Pour plus d'informations, visitez certaines villes en France et ailleurs.
Afficher tout
Intégration ne veut pas dire renier son histoire et ses origines, le nom est le reflet de nos origines.
On peut tout à fait être intégré sans oublier nos origines.

Et les problèmes d'intégration dans nos villes française est plus compliqué qu'une histoire de prénom.

a écrit : En lisant les commentaires je comprend mieux pourquoi Zemmour est en tête des ventes et pourquoi le RN en tête des sondages ...

Certains oublient que l’intégration n’est pas « façonner les individus à l’image d’une société » mais plutôt « façonner la société à l’image des individus qu’elle contient »
Non l'intégration ne se définit pas par le fait de façonner la société à l'image de l'individue, ni de façonner l'individu à l'image de la société. L'une comme l'autre n'est qu'une moyen d'arriver à l'intégration. La nuance est importante. Et le choix est politique.

Par exemple le Canada à fait le choix de faconner la société sur les individus en exaltant leurs différences communautaires. Quand tu écoutes les prises de parole de Mitterand c'est très clairement dans ce sens également.

Mais l'autre solution est tout aussi viable. Et c'est traditionnellement celle de la France (malgré mitterand). D'ailleurs le Québec (influence de la culture française est en conflit avec le Canada fédéral sur la question).

Donc faisons du pragmatique pour ne pas tomber dans la politique : je serais incapable de prononcer un nom asiatique ou indien, autant s'il prenne la nationalité, prendre un nom français. Ou solution intermédiaire : franciser son nom pour garder une certaine identité. Pareillement si un français devient vietnamien. Pas la peine de polimiquer si on voit ça par le prisme du pragmatisme.

a écrit : Ça doit pas être plus mal, au moins ça peux éviter une certaine discrimination par le nom (comme sur un CV par exemple).
Mais par contre qui décide du nouveau nom ?
Je ne vois pas en quoi imposer un prénom aide l'intégration. En revanche le fait qu'elle le permette oui, car dans ce cas l'immigré choisit cette démarche. Je pense que cette possibilité est possible en France ?

C'est plutôt bien. À mon sens c'est de l'intégration. Après on peut trouver ça difficile à porter car difficile à prononcer et à écrire (j'en sais quelque chose, mon deuxième prénom est vietnamien), mais quand on fait une demande de nationalité vietnamienne, en général c'est parce qu'on souhaite s'établir au Vietnam, qui n'autorise pas la double nationalité.

a écrit : Mr Zemmour approuve. Comme bcp de gens avec une cervelle

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
Nn absolument pas .
C'est être républicain

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
Et changer de nationalité ce n'est pas être dépossédé de son identité peut-être ? Il ne faudrait quand même pas perdre de vue qu'on parle de naturalisation ici : les intéressés ont le choix, ils ne sont pas obligés de demander à changer de nationalité s'ils veulent garder leur nationalité et leur prénom. De même qu'en France il y a des milliers de gens qui résident avec un passeport étranger et une carte de séjour et n'ont aucune envie de changer de nationalité pour des raisons qui leur sont personnelles.

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
@Miiims il ne me semble pas que l'on demande au nouveau citoyen de renoncer à son précèdent prénom. En tous cas, ce n'est pas que je comprends de l'anecdote. Par ailleurs son prénom brésilien est encore mentionné dans cet article www.talkvietnam.com/2007/12/brazilian-footballer-santos-granted-vietnamese-nationality/
Je pense donc qu'il s'agit plutôt d'un prénom supplémentaire et cela est un facilitateur d'intégration à mon avis

Et inversement les Vietnamiens venant en France choisissent généralement un prénom français. J'ai un ami qui a choisi Frank ce qui lui est très difficile à porter. En effet le son de son prénom est très difficile à prononcer avec son accent ^^

a écrit : Et donc plutôt que de s'efforcer à diminuer les discriminations, à s'ouvrir un peu à d'autres cultures, on préfère réduire les libertés de chacun...
D'une part, même si ce n'est "qu'un prénom", sur le principe c'est exactement la même chose que d'imposer des wago
ns séparés pour que les femmes ne se fasses pas agresser : c'est détourner le problème en cloisonnant encore un peu plus les gens (là je parle de votre commentaire surtout, pas de l'anecdote qui ne fait pas mention de ces raisons).
D'autre part un prénom fait partie de l'identité d'une personne, en changer n'est jamais anodin. On peut se sentir dépossédé de son identité par exemple. Bref, je vois pas l'intérêt d'une telle loi...
Afficher tout
Tu verrais peut-être l'intérêt de cette loi si tu t'intéressait un peu à leur culture. Parce que prétendre défendre la tolérance en arrivant avec ses gros sabots et son raisonnement occidental comme si c'était le seul possible ça rappelle plutôt la colonisation que le respect des peuples et des cultures... Il faut savoir que les Vietnamiens (comme les personnes originaires de beaucoup d''autres pays asiatiques) utilisent systématiquement un prénom local (français en France, anglais aux USA, et ainsi de suite) par respect pour leurs interlocuteurs, alors c'est normal qu'ils trouvent normal que ceux qui veulent acquérir leur nationalité fassent de même dans l'autre sens ! Il faut vraiment être occidental pour être assez grossier et arrogant pour imposer aux autres de s'efforcer d'articuler vos prénoms quel que soit l'endroit où vous décidez de voyager ou de vous installer (c'est ce que pourrait penser un Vietnamien à qui tu voudrait faire plaisir en lui parlant du respect de son prénom (mais il ne le dirait pas parce qu'il est respectueux justement)) !

a écrit : Non l'intégration ne se définit pas par le fait de façonner la société à l'image de l'individue, ni de façonner l'individu à l'image de la société. L'une comme l'autre n'est qu'une moyen d'arriver à l'intégration. La nuance est importante. Et le choix est politique.

Par exemple le Canada à fait le choix de faconner la société sur les individus en exaltant leurs différences communautaires. Quand tu écoutes les prises de parole de Mitterand c'est très clairement dans ce sens également.

Mais l'autre solution est tout aussi viable. Et c'est traditionnellement celle de la France (malgré mitterand). D'ailleurs le Québec (influence de la culture française est en conflit avec le Canada fédéral sur la question).

Donc faisons du pragmatique pour ne pas tomber dans la politique : je serais incapable de prononcer un nom asiatique ou indien, autant s'il prenne la nationalité, prendre un nom français. Ou solution intermédiaire : franciser son nom pour garder une certaine identité. Pareillement si un français devient vietnamien. Pas la peine de polimiquer si on voit ça par le prisme du pragmatisme.
Afficher tout
Je critiquai les commentaires, pas l’anecdote. Et oui on peut être pragmatique et demander de rajouter un prénom. Ça paraît ni difficile ni problématique.