D'où vient le terme de pain au chocolat ?

Proposé par
le

Tous les commentaires (73)

a écrit : Et non ! Le pain au chocolat vaincra !!

Pour l’anecdote la chocolatine tirerait son nom de la déformation du mot danois équivalent (je ne l’ai plus :/)
Et 2e info, les gens de la nouvelle Aquitaine : si un pain au chocolat est une chocolatine, qu’est ce que le pain au raisin alors ?! :P
Un escargot aux raisins

Posté le

android

(8)

Répondre

Donc le matin vous vous levez et vous dites: " je vais mangé un pain au chocolat" ça évoque quoi? Un ciel plein de nuages, un paysage gris, une journée pleine de tristesse.
Alors que, si le matin vous dites: " je vais mangé une chocolatine" (avec l'accent du sud) , vous verrez un lever de soleil sur un paysage bucolique rempli de couleurs et ça annoncera une journée dans la joie et la bonne humeur.

a écrit : A tous ceux qui disent "Chocolatine", vous dîtes aussi "Gueulantine" pour "Pain dans la gueule" ?

En tout cas, nous avons la réponse à ce débat : si on écoute le roi de la patisserie, c'est "Pain au chocolat" qui est légitime.
Votre débat de "moi j'ai raison car machin a dit ça", me fait pensé à deux choses:
- Ces personnes qui sont appelées "influenceurs" sur le net qui sont suivis par des décérébrés, ce qui leurs donnent de l'importance. Il doit bien y en avoir un ou deux qui se font appelés roi ou empereur de la pâtisserie.
- Ces personnes qui ont une religion et qui veulent absolument l'imposé au autres, car ils sont persuadés que leur façon d'appelé leur dieu est la seule et la meilleure.
Au final, vous bêlez comme les autres ou pas, ça reste votre choix.

En même temps les amis, les viennoiseries de chez nous, quels que soient leur nom, sont les meilleures du monde. Je pense que là-dessus il n'y a pas débat

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : En même temps les amis, les viennoiseries de chez nous, quels que soient leur nom, sont les meilleures du monde. Je pense que là-dessus il n'y a pas débat C'est vrai, mais alors pourquoi" viennoiseries"? Elles ont été inventées à Vienne?

Non non je fous pas la merde, qu'es ce qui peut vous faire penser une telle chose? ;)

Pour pain au chocolat/chocolatine, peut être que les deux mots existent parce qu'avant il y avait une petite différence de fabrication, enfin, je suppose, m'enfin, qu'es ce que ca peut fiche, qu'on demande l'un où l'autre, on aura ce qu'on veut, même si on se fait reprendre. ^^

On va vraiment devoir analyser tous les mots en "- tine" pour savoir qui est le plus logique?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Votre débat de "moi j'ai raison car machin a dit ça", me fait pensé à deux choses:
- Ces personnes qui sont appelées "influenceurs" sur le net qui sont suivis par des décérébrés, ce qui leurs donnent de l'importance. Il doit bien y en avoir un ou deux qui se font appelés roi ou em
pereur de la pâtisserie.
- Ces personnes qui ont une religion et qui veulent absolument l'imposé au autres, car ils sont persuadés que leur façon d'appelé leur dieu est la seule et la meilleure.
Au final, vous bêlez comme les autres ou pas, ça reste votre choix.
Afficher tout
Bonjour, merci de venir bêler toi aussi.

Merci de venir insulter et montrer ton ignorance. Antonin Carême est mort en 1833 et est reconnu par la profession de pâtissier comme le roi de la pâtisserie, pour être plus précis "le roi des chefs et le chef des rois", rien à voir avec tes influenceurs.
C'est même ce qu'il l'a tué. Il cuisinait au charbon de bois, et à force de respirer les fumés toxiques, il est mort.
C'est même grâce à lui et à son disciple Gouffé que sont apparus les premiers livres de cuisines avec des mesures précises et les temps de cuisson, qui ont permis à des milliers de gens de commencer à cuisiner eux-mêmes. Il a laissé une grande trace dans le monde de la cuisine, comme Paul Bocuse.
Alors oui, j'ai juste mis un post où je précise que si on doit se fier à Carême, Pain au chocolat est à priori le "bon mot". Je n'ai pas dit que Chocolatine ne devait pas être utiliser.

Mais vas-y, insulte les gens en pensant que tu es sacrément intelligent, alors que tu ne connais même pas l'origine de "Chocolatine", tu répètes juste quelque chose sans connaitre son origine.
1 jeu de mot et une phrase ont suffi à te faire monter sur tes grands chevaux, alors mon petit Jean-Kevin, retourne à l'école et va apprendre l'expression : "tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler".

Purée, mais il y en a qui prenne ça carrément au sérieux !!
Je comprends même pas le débat.
Qu'on veuille se chamailler pour la rigolade et un peu de chauvinisme régional, je comprends, qu'on commence à s'invectiver pour ça, ça me dépasse...

a écrit : 1) dans le sud ça veut rien dire on dit meme pain au chocolat dans la plupart des villes du sud (Toulouse est le sud ouest)
2) pas de pâte dans la nougatine donc aucune raison de dire pain au chocolat.
Hum... j aurai plutôt dit, "pain au chocolat se comprends aussi à Toulouse" vu le nombre néo toulousains qui se sont installés ses dernières années. Quand à generaliser c'est une autre histoire...

Posté le

android

(2)

Répondre

*À Valençay
*Antonin Carême

Posté le

android

(1)

Répondre

Antonin Carême a publié son traité sur la pâtisserie au début du XIXe siècle. Cette information assez importante manque à l'anecdote.

Posté le

android

(4)

Répondre

Et sinon vous préférez la galette ou le gâteau, des rois, puisque c'est l'époque ?

a écrit : Bonjour, merci de venir bêler toi aussi.

Merci de venir insulter et montrer ton ignorance. Antonin Carême est mort en 1833 et est reconnu par la profession de pâtissier comme le roi de la pâtisserie, pour être plus précis "le roi des chefs et le chef des rois", rien à voir avec tes influenceurs.

C'est même ce qu'il l'a tué. Il cuisinait au charbon de bois, et à force de respirer les fumés toxiques, il est mort.
C'est même grâce à lui et à son disciple Gouffé que sont apparus les premiers livres de cuisines avec des mesures précises et les temps de cuisson, qui ont permis à des milliers de gens de commencer à cuisiner eux-mêmes. Il a laissé une grande trace dans le monde de la cuisine, comme Paul Bocuse.
Alors oui, j'ai juste mis un post où je précise que si on doit se fier à Carême, Pain au chocolat est à priori le "bon mot". Je n'ai pas dit que Chocolatine ne devait pas être utiliser.

Mais vas-y, insulte les gens en pensant que tu es sacrément intelligent, alors que tu ne connais même pas l'origine de "Chocolatine", tu répètes juste quelque chose sans connaitre son origine.
1 jeu de mot et une phrase ont suffi à te faire monter sur tes grands chevaux, alors mon petit Jean-Kevin, retourne à l'école et va apprendre l'expression : "tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler".
Afficher tout
Je critique juste les gens qui pense avoir raison et qui veulent imposé leur façon de voir. Et pour la culture chocolatine est une déformation sonore de nom autrichien de la viennoiserie de l'anecdote à savoir schokoladencroissant .

a écrit : Et non ! Le pain au chocolat vaincra !!

Pour l’anecdote la chocolatine tirerait son nom de la déformation du mot danois équivalent (je ne l’ai plus :/)
Et 2e info, les gens de la nouvelle Aquitaine : si un pain au chocolat est une chocolatine, qu’est ce que le pain au raisin alors ?! :P
Dans ce cas là, pourquoi vous n’appelez pas le croissant, pain au beurre ? Pour rester dans votre délire (:

Que ce soient le pain au chocolat, le croissant, la profiterole ou même le kouign-aman breton, le beignet et bien d'autres, le terme "pain" est tout à fait correct, tant que la base utilisée soit une pâte (pouvant également être appelée "détrempe") composée de farine (généralement de blé), de levure et d'eau. L'adjonction de beurre ou autre matière grasse animale ou végétale, d'oeuf, de chocolat, de crème pâtissière, etc... Ne modifie pas la terminologie.
Aucun de ceux que je cite plus haut ne déroge à la règle, pas même la profiterole dans ses origines. J'expliquerai pourquoi plus bas pour cette dernière.

À la différence de la pâte feuilletée que vous pouvez acheter dans le commerce -ou fabriquer vous-même, bien que ce soit laborieux- celle utilisée pour les croissants, les pains au chocolat et quelques autres, est une pâte feuilletée LEVÉE, avec donc une incorporation de levure dans la détrempe, avant l'opération de pliages successifs permettant d'obtenir les 1024 couches. De ces 1024 plis, dérive son autre nom: mille-feuilles.
C'est à Antonin Carême, que l'on doit le perfectionnement des techniques précises nécessaires pour obtenir une excellente pâte feuilletée, levée ou non, même s'il n'en est pas l'inventeur en soi.

L'emploi du mot "pain", pour dénommer la profiterole est également correct du temps de Antonin Carême. Son invention est bien antérieure à son temps, et désignait alors un petit pain boule, ouvert et garni d'ingrédients salés, généralement chaud et en sauce. Dans la première moitié du 19eme siècle, apparaissent des recettes sucrées de profiteroles, mais toujours en faisant usage de petits pains boule.
C'est l'équipe culinaire d'Antonin Carême qui apportera le remplacement de la boule de pain par une de "pâte à chaud" (son nom originel), pour devenir la profiterole que nous connaissons actuellement.
La pâte à choux vient d'Italie, apportée en France par Jean Avice, et qui travaillera avec Antonin Carême. "Pâte à chaud", car la cuisson s'effectue en deux temps: une première fois en casserole sur un feu, puis une seconde, après adjonction d'oeuf et "couchage" à la poche à douille, dans un four.

Et pour répondre au post de @Nicontrarie. Le terme "Viennoiserie" provient d'une boulangerie parisienne ouverte vers 1839 à Paris, par un certain officier Autrichien du nom de August Zang. Son établissement s'appelait " boulangerie viennoise". Le succès fut immédiat. Entre autre spécialités, il proposait le croissant.
En 1876, le terme "boulangerie viennoise" apparaît dans le dictionnaire, pour désigner ce que nous connaissons actuellement comme "viennoiserie". Ce mot remplace le précédent au tout début du vingtième siècle, à la paire de voir le croissant obtenir la renommée française puis internationale qu'il possède actuellement.
Au cas où à quelqu'un ceci lui avait échappé. Vienne est la capitale de l'Autriche, et ne se réfère pas à la ville Française homonyme de la région Lyonnaise.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Et sinon vous préférez la galette ou le gâteau, des rois, puisque c'est l'époque ? la frangipane, piting, y'a que ça de vrai! ;)

a écrit : Que ce soient le pain au chocolat, le croissant, la profiterole ou même le kouign-aman breton, le beignet et bien d'autres, le terme "pain" est tout à fait correct, tant que la base utilisée soit une pâte (pouvant également être appelée "détrempe") composée de farine (généralement de blé), de levure et d'eau. L'adjonction de beurre ou autre matière grasse animale ou végétale, d'oeuf, de chocolat, de crème pâtissière, etc... Ne modifie pas la terminologie.
Aucun de ceux que je cite plus haut ne déroge à la règle, pas même la profiterole dans ses origines. J'expliquerai pourquoi plus bas pour cette dernière.

À la différence de la pâte feuilletée que vous pouvez acheter dans le commerce -ou fabriquer vous-même, bien que ce soit laborieux- celle utilisée pour les croissants, les pains au chocolat et quelques autres, est une pâte feuilletée LEVÉE, avec donc une incorporation de levure dans la détrempe, avant l'opération de pliages successifs permettant d'obtenir les 1024 couches. De ces 1024 plis, dérive son autre nom: mille-feuilles.
C'est à Antonin Carême, que l'on doit le perfectionnement des techniques précises nécessaires pour obtenir une excellente pâte feuilletée, levée ou non, même s'il n'en est pas l'inventeur en soi.

L'emploi du mot "pain", pour dénommer la profiterole est également correct du temps de Antonin Carême. Son invention est bien antérieure à son temps, et désignait alors un petit pain boule, ouvert et garni d'ingrédients salés, généralement chaud et en sauce. Dans la première moitié du 19eme siècle, apparaissent des recettes sucrées de profiteroles, mais toujours en faisant usage de petits pains boule.
C'est l'équipe culinaire d'Antonin Carême qui apportera le remplacement de la boule de pain par une de "pâte à chaud" (son nom originel), pour devenir la profiterole que nous connaissons actuellement.
La pâte à choux vient d'Italie, apportée en France par Jean Avice, et qui travaillera avec Antonin Carême. "Pâte à chaud", car la cuisson s'effectue en deux temps: une première fois en casserole sur un feu, puis une seconde, après adjonction d'oeuf et "couchage" à la poche à douille, dans un four.

Et pour répondre au post de @Nicontrarie. Le terme "Viennoiserie" provient d'une boulangerie parisienne ouverte vers 1839 à Paris, par un certain officier Autrichien du nom de August Zang. Son établissement s'appelait " boulangerie viennoise". Le succès fut immédiat. Entre autre spécialités, il proposait le croissant.
En 1876, le terme "boulangerie viennoise" apparaît dans le dictionnaire, pour désigner ce que nous connaissons actuellement comme "viennoiserie". Ce mot remplace le précédent au tout début du vingtième siècle, à la paire de voir le croissant obtenir la renommée française puis internationale qu'il possède actuellement.
Au cas où à quelqu'un ceci lui avait échappé. Vienne est la capitale de l'Autriche, et ne se réfère pas à la ville Française homonyme de la région Lyonnaise.
Afficher tout
Finalement, "viennoiseries", c'est une contraction venue avec le temps, un peu comme "chinoiseries" aujourd'hui (qui peut paraître péjoratif mais qui un jour sera certainement dans le dico s'il ne l'est pas déjà)

J'étais d'accord dès le début avec le terme de "pain" qui se fait à toutes les sauces, tant que c'est fait à partir d'une pâte brute de céréales, d'ailleurs il existe des "baguettes viennoises", un mélange entre le pain classique et la brioche, c'est superbon, mais ça va peut être pas plaire aux boulangers traditionnels^^

Ah l'histoire de la bouffe, c'est une vraie histoire.

pour conclure, si certains ont voulu changer "pain au chocolat" en "chocolatine", pour une raison que visiblement tout le monde ignore vu que le premier terme est le plus ancien, ben, vu que c'est pas une marque déposée, pas de soucis de mon coté. :)

a écrit : Votre débat de "moi j'ai raison car machin a dit ça", me fait pensé à deux choses:
- Ces personnes qui sont appelées "influenceurs" sur le net qui sont suivis par des décérébrés, ce qui leurs donnent de l'importance. Il doit bien y en avoir un ou deux qui se font appelés roi ou em
pereur de la pâtisserie.
- Ces personnes qui ont une religion et qui veulent absolument l'imposé au autres, car ils sont persuadés que leur façon d'appelé leur dieu est la seule et la meilleure.
Au final, vous bêlez comme les autres ou pas, ça reste votre choix.
Afficher tout
Avant qu’on invente les influenceurs, il y avait surtout des professionnels qui ont prouvé par leur savoir faire et leurs grandes connaissances qu’ils méritaient leur titre de roi ou d’empereur d’un domaine. Comme Antonin Carême est devenu les roi de la pâtisserie moderne.
Point final et fin du débat sur les pains au chocolat.