On peut fluidifier un trafic en réduisant le nombre de routes

Proposé par
le

Bien que cela semble contre-intuitif, le meilleur moyen de fluidifier un trafic n'est pas toujours de rajouter une voie ou une route, mais parfois au contraire d'en supprimer. Il s'agit du paradoxe de Braess, démontré en 1968 par le mathématicien Dietrich Braess, avec des exemples réels dans plusieurs réseaux routiers.

L'un des exemples les plus connus fut la fermeture de la 42e rue de New York, un axe très emprunté, à l’occasion de la journée de la Terre. Contrairement a ce que l'on craignait, le trafic des rues parallèles fut plus fluide que d'habitude. Ce phénomène est dû a un équilibre de Nash non optimal : chaque personne a individuellement intérêt a prendre une route raccourcissant son trajet, mais les bouchons qui en découlent augmentent le temps de trajet moyen.


Tous les commentaires (81)

a écrit : "le meilleur moyen de fluidifier un trafic n'est pas toujours de rajouter une voie ou une route" --> "pas toujours", c'est important de le rappeler. Dans de nombreuses villes des USA, au contraire de la 42ème, on détruit des immeubles pour agrandir les routes, et ça marche très très bien.
En France, la plupart des Métropoles n'ont pas retenu le "pas toujours", et réduisent les voies des voitures pour construire d'autres choses : voies vélos pour 10 personnes par jour max, et voies pour les bus qui à part de rares exceptions sont toujours vides...
Afficher tout
J'habitais à Paris, une partie de mes collègues de bureau (pas tous évidement) préférait prendre leur voiture pour se rendre au bureau.
Certains habitaient à 15 min à pieds. Ils mettaient plus de temps à se garer que de prendre simplement le bus , le métro ou leur vélo.
Mais bon, faut les excuser, a force de rester assis toute la journée c'était crevant pour eux de marcher 15 min.

a écrit : La vidéo de lê, qui tient la chaîne youtube science4all explique très bien ce paradoxe. A la base c'est un mathématicien, mais il fait des vidéos sur des sujets assez divers, et notamment deux séries de vidéos, l'une sur l’intelligence artificielle, et l'autre sur la démocratie, dans un sens assez large et vu par le biais de la théorie des jeux. Foncez, ses vidéos sont passionnantes, et ne demande pas de notions mathématiques particulières. Fin de la minute pub d'une chaîne qui le mérite (la vidéo en question n'a "que" 50.000 vues, un peu triste quand on voit la qualité de certaines vidéos dépassant le million de vues...)

Pour ce qui est de l’équilibre de Nash non optimal, on peut prendre un exemple avec deux pays rivaux : ils ont chacun deux choix, faire une armée, ou utiliser l'argent autre part, améliorant l'économie. Il y a trois situations possibles :
- Aucun des deux états ne fait d'armée, et leur économie prospère (bénéfique pour les deux pays)
- Un seul des deux pays fait une armée, et envahie l'autre (très bénéfique pour un pays mais désastreux pour l'autre)
- Les deux pays font une armée ( néfaste pour les deux pays car le budget alloué a l'armée ne va pas dans l'économie "utile", mais c'est toujours mieux qu'une invasion)
On risque de tomber très souvent dans le troisième cas, ou le risque de se faire envahir est tellement grand (et le bénéfice d'envahir tellement élevé) que les deux pays décident de s'armer. Or, pour les deux pays, c'est une situation moins bonne que la première situation. On appelle ça un équilibre de Nash non-optimal, équilibre car aucun des deux pays ne veut changer de situation (arrêter de financer une armée, et c'est direct l'invasion), et non-optimal car bien moins bénéfique pour l'économie que la première situation.
Afficher tout
Merci pour cette explication très utile à la compréhension de l'anecdote.

Les vidéos dont tu parles sont-elles en anglais ?

a écrit : "le meilleur moyen de fluidifier un trafic n'est pas toujours de rajouter une voie ou une route" --> "pas toujours", c'est important de le rappeler. Dans de nombreuses villes des USA, au contraire de la 42ème, on détruit des immeubles pour agrandir les routes, et ça marche très très bien.
En France, la plupart des Métropoles n'ont pas retenu le "pas toujours", et réduisent les voies des voitures pour construire d'autres choses : voies vélos pour 10 personnes par jour max, et voies pour les bus qui à part de rares exceptions sont toujours vides...
Afficher tout
De quelle métropole parlez vous, car pour avoir bossé dans beaucoup d'entre elle je peux vous dire qu'aux heures de pointes les transports son toujours blindés.
Alors évidemment vers 11h ou 15h il y a forcement une petite baisse d’affluence mais sur la route aussi. Et soyer content que toutes les personnes qui prennent des transports alternatifs ne prennent pas eux aussi leurs voitures sinon vous n’avanceriez plus.

a écrit : Je pensais que la vasoconstriction avait pour but de diminuer le volume des cornets.
Par quel mécanisme l'écoulement est-il modifié ?

Les vasoconstricteurs pour déboucher le nez, c'est le truc dangereux pour pas grand-chose ... risque de poussée d'HTA, angor, AVC ... j'ai un d
oute sur la balance bénéfice/risque !
D'ailleurs la pseudoéphédrine, ce n’est pas une amphétamine ?
J'avais entendu qu'on en retrouvait dans certaines poudres pour la musculation ...
Afficher tout
Le mécanisme est le même que celui d'une route congestionnée.
1. La route est bouchée (comme un nez)
2. On réduit le nombre de voies de circulation en en fermant quelques une: le "calibre" de la route est ainsi réduit.
3. On a donc un effet "goulot d'étranglement", mais passé ce point, cela roule beaucoup mieux que dans la situation initiale.

Je suis d'accord pour la rapport bénéfice/risque très douteux.

La poudre pour la muscu ou encore "weigh gain" c'est essentiellement des protéines (de lait souvent) et des acides aminés.

Enfin la pseudoéphédrine est un précurseur chimique de l'amphétamine et de la meth.

a écrit : L'anecdote et le paradoxe ne concerne pas la réduction du nombre de voies d'une route mais la suppression d'une route entière dans un réseau. Ce sont les routes que beaucoup de monde souhaite emprunter car c'est leur chemin le plus court mais qu'en fait chacun ne va pas au même endroit et aurait pu emprunter des chemins un peu plus longs mais moins fréquentés. Afficher tout Oui, tu as raison mais j'avais envie de parler de mes routes néerlandaises.

a écrit : C'est ce que font d'ailleurs les Pays-Bas sur l'autoroute en supprimant progressivement et provisoirement une puis deux voies en cas de bouchon.

D'ailleurs la pseudoéphédrine, utilisée pour déboucher le nez, réduit (et ne dilate pas) le calibre des vaisseaux sanguins pour fluidifier l'écoulement nasal.
Je comprends pourquoi tu emploies cet exemple mais je trouve que justement il n’est pas paradoxal comme ce qui est mis en avant dans l’anecdote.

a écrit : Je comprends pourquoi tu emploies cet exemple mais je trouve que justement il n’est pas paradoxal comme ce qui est mis en avant dans l’anecdote. Oui, oui, il s'agit d'autre chose en fait mais je voulais en parler car je trouve ça contre-intuitif également.

a écrit : La vidéo de lê, qui tient la chaîne youtube science4all explique très bien ce paradoxe. A la base c'est un mathématicien, mais il fait des vidéos sur des sujets assez divers, et notamment deux séries de vidéos, l'une sur l’intelligence artificielle, et l'autre sur la démocratie, dans un sens assez large et vu par le biais de la théorie des jeux. Foncez, ses vidéos sont passionnantes, et ne demande pas de notions mathématiques particulières. Fin de la minute pub d'une chaîne qui le mérite (la vidéo en question n'a "que" 50.000 vues, un peu triste quand on voit la qualité de certaines vidéos dépassant le million de vues...)

Pour ce qui est de l’équilibre de Nash non optimal, on peut prendre un exemple avec deux pays rivaux : ils ont chacun deux choix, faire une armée, ou utiliser l'argent autre part, améliorant l'économie. Il y a trois situations possibles :
- Aucun des deux états ne fait d'armée, et leur économie prospère (bénéfique pour les deux pays)
- Un seul des deux pays fait une armée, et envahie l'autre (très bénéfique pour un pays mais désastreux pour l'autre)
- Les deux pays font une armée ( néfaste pour les deux pays car le budget alloué a l'armée ne va pas dans l'économie "utile", mais c'est toujours mieux qu'une invasion)
On risque de tomber très souvent dans le troisième cas, ou le risque de se faire envahir est tellement grand (et le bénéfice d'envahir tellement élevé) que les deux pays décident de s'armer. Or, pour les deux pays, c'est une situation moins bonne que la première situation. On appelle ça un équilibre de Nash non-optimal, équilibre car aucun des deux pays ne veut changer de situation (arrêter de financer une armée, et c'est direct l'invasion), et non-optimal car bien moins bénéfique pour l'économie que la première situation.
Afficher tout
La comparaison est faussée car elle s'appuie sur une prémisse fausse, à savoir que construire une armée ne contribue pas à l'économie utile. Or, c'est faux. Une armée créé des emplois (que ce soit directement ou par les sous-traitants qu'elle fait travailler), contribue à l'aménagement du territoire et surtout a un rôle majeur dans l'évolution des progrès techniques. Les principales avancée en aéronautique et en informatique ont été faites dans un but militaire. De même, en médecine, de nombreux progrès ont été réalisés en période de conflit, que ce soit en chirurgie viscérale, en chirurgie réparatrice, en chirurgie orthopédique ou en psychiatrie (gestion du stress post- traumatique notamment).

a écrit : Ce qui est drôle c est que ce schémas s appliquent à des contextes précis non révélateurs... bref comme pour les 80kmh on passe d un aspect théorique et pseudo scientifique pour justifier n importe quoi. Et bien merci... Je pense exactement la même chose.
Je trouve les exemples cités "vaseux" : je vais souvent à New York et je peux dire que quand une voie est en travaux, par exemple, donc en rétrécissement, c'est rapidement un bordel indescriptible partout !
Il n'est que voir les routes qui passent de trois à deux voies (ou une !) génératrices partout à certaines heures de bouchons énormes connus de tous...
Et d'accord avec toi sur la supercherie du passage à 80km/h qui n'a pour seul but que de caresser dans le sens du poil des associations lobyistes.

a écrit : J'habitais à Paris, une partie de mes collègues de bureau (pas tous évidement) préférait prendre leur voiture pour se rendre au bureau.
Certains habitaient à 15 min à pieds. Ils mettaient plus de temps à se garer que de prendre simplement le bus , le métro ou leur vélo.
Mais bon, faut les excuser, a
force de rester assis toute la journée c'était crevant pour eux de marcher 15 min. Afficher tout
Je ne connais plus le chiffre exact, mais à Paris il y a genre 10% du trafic total qui est juste des gens qui cherchent à se garer ! Quelle folie !

Cette anecdote tombe à point nommé.
Ma route habituelle (un axe d'entrée depuis la périphérie vers la ville) est en travaux depuis quelques jours (deux voies devenues une).
C'est d'ordinaire le chemin le plus court et le plus rapide, mais en ce moment il multiplie la durée du trajet par 6 (sur la portion concernée).
Du coup je suis passé par des ruelles pour contourner les travaux et j'ai retrouvé ma durée de trajet habituelle (à peu près) car il semble que la majorité des autres automobilistes continuent de vouloir aller tout droit quitte à rester bloqué. Probablement parce que cet axe est limité à 70 alors que les ruelles sont limitées à 50 voire 30 et oblige à s'arrêter à des feux... et pourtant, ça roule mieux. ^^

Cela me fait penser à la politique de la ville de Paris, suppression des voies sur berges, mise à une voie de la rue Rivoli, idem une voie les quais au niveau porte de Saint Cloud, les maréchaux sur deux voies ultra étroites pour des trottoirs ultra larges, avec des feux rouges ultra optimisés. C'est statistiquement prouvé et d'ailleurs les utilisateurs de véhicule à moteur ont pu le remarquer, les rues parisiennes sont aujourd'hui bien plus fluides qu'avant. On respire enfin.

a écrit : Le mécanisme est le même que celui d'une route congestionnée.
1. La route est bouchée (comme un nez)
2. On réduit le nombre de voies de circulation en en fermant quelques une: le "calibre" de la route est ainsi réduit.
3. On a donc un effet "goulot d'étranglement", ma
is passé ce point, cela roule beaucoup mieux que dans la situation initiale.

Je suis d'accord pour la rapport bénéfice/risque très douteux.

La poudre pour la muscu ou encore "weigh gain" c'est essentiellement des protéines (de lait souvent) et des acides aminés.

Enfin la pseudoéphédrine est un précurseur chimique de l'amphétamine et de la meth.
Afficher tout
Tu n'as pas compris comment fonctionne ton nez apparemment. Ce n'est pas le sang qui ne s'écoule pas quand on a le nez bouché. Un produit qui agit sur la taille des vaisseaux sanguins n'agit pas directement sur l'écoulement des sécrétions nasales. Donc ça n'a rien à voir avec des voitures sur une route.

a écrit : La vidéo de lê, qui tient la chaîne youtube science4all explique très bien ce paradoxe. A la base c'est un mathématicien, mais il fait des vidéos sur des sujets assez divers, et notamment deux séries de vidéos, l'une sur l’intelligence artificielle, et l'autre sur la démocratie, dans un sens assez large et vu par le biais de la théorie des jeux. Foncez, ses vidéos sont passionnantes, et ne demande pas de notions mathématiques particulières. Fin de la minute pub d'une chaîne qui le mérite (la vidéo en question n'a "que" 50.000 vues, un peu triste quand on voit la qualité de certaines vidéos dépassant le million de vues...)

Pour ce qui est de l’équilibre de Nash non optimal, on peut prendre un exemple avec deux pays rivaux : ils ont chacun deux choix, faire une armée, ou utiliser l'argent autre part, améliorant l'économie. Il y a trois situations possibles :
- Aucun des deux états ne fait d'armée, et leur économie prospère (bénéfique pour les deux pays)
- Un seul des deux pays fait une armée, et envahie l'autre (très bénéfique pour un pays mais désastreux pour l'autre)
- Les deux pays font une armée ( néfaste pour les deux pays car le budget alloué a l'armée ne va pas dans l'économie "utile", mais c'est toujours mieux qu'une invasion)
On risque de tomber très souvent dans le troisième cas, ou le risque de se faire envahir est tellement grand (et le bénéfice d'envahir tellement élevé) que les deux pays décident de s'armer. Or, pour les deux pays, c'est une situation moins bonne que la première situation. On appelle ça un équilibre de Nash non-optimal, équilibre car aucun des deux pays ne veut changer de situation (arrêter de financer une armée, et c'est direct l'invasion), et non-optimal car bien moins bénéfique pour l'économie que la première situation.
Afficher tout
C’est exactement le même principe que pour les négociations commerciales.
Soit chacun fait des compromis pour satisfaire les deux parties quitte à gagner chacun un peu moins que prévu, soit l’un fait le forcing pour s’imposer et crée alors une insatisfaction chez l’autre partie (plus de négociation possible à l’avenir), soit les deux parties font du forcing et n’obtiennent alors aucun accord et tout le monde est alors perdant.

a écrit : "le meilleur moyen de fluidifier un trafic n'est pas toujours de rajouter une voie ou une route" --> "pas toujours", c'est important de le rappeler. Dans de nombreuses villes des USA, au contraire de la 42ème, on détruit des immeubles pour agrandir les routes, et ça marche très très bien.
En France, la plupart des Métropoles n'ont pas retenu le "pas toujours", et réduisent les voies des voitures pour construire d'autres choses : voies vélos pour 10 personnes par jour max, et voies pour les bus qui à part de rares exceptions sont toujours vides...
Afficher tout
Ce n’est pas pour fluidifier le trafic mais pour réduire le nombre de voitures, en favorisant transport public et mdr de transport propre.
Et apparemment tu fais partie de ceux que ne l’acceptes pas !

a écrit : Les conducteurs (humains) ne se comportent pas exactement comme des électrons donc c'est pas si c... que ça... beaucoup d’électrons se comporte de façons bien plus intelligentes que les « pilotes »
et ce sont ces lapins cretins qui créent les bouchons , mais pour savoir ça il faut éteindre son ordi

a écrit : "le meilleur moyen de fluidifier un trafic n'est pas toujours de rajouter une voie ou une route" --> "pas toujours", c'est important de le rappeler. Dans de nombreuses villes des USA, au contraire de la 42ème, on détruit des immeubles pour agrandir les routes, et ça marche très très bien.
En France, la plupart des Métropoles n'ont pas retenu le "pas toujours", et réduisent les voies des voitures pour construire d'autres choses : voies vélos pour 10 personnes par jour max, et voies pour les bus qui à part de rares exceptions sont toujours vides...
Afficher tout
Ce que tu ne comprends apparemment pas, c’est que le but, à terme, de ces métropoles que tu critiques, c’est de réduire voire interdire les voitures dans ces villes. Il faut donc « préparer le terrain » en proposant de plus en plus de solutions alternatives AVANT de supprimer les voitures.

a écrit : Tu n'as pas compris comment fonctionne ton nez apparemment. Ce n'est pas le sang qui ne s'écoule pas quand on a le nez bouché. Un produit qui agit sur la taille des vaisseaux sanguins n'agit pas directement sur l'écoulement des sécrétions nasales. Donc ça n'a rien à voir avec des voitures sur une route. Les contours de ta fosse nasale, de tes narines, de tes sinus sont couverts de vaisseaux. Et que se passe-t-il quand ils sont contractés ? À ton avis ? Leur calibre/volume est réduit.

Alors on supprime toutes les voies et magie plus de bouchons!!! Lol

a écrit : Je vis actuellement à Bordeaux et bien que le centre contienne des rues très petites à une seule voie, de nombreux feux c'est belle et bien la rocade qui est la plus bouchée et la plus impraticable. Je ne sais pas si cela peut servir d'exemple mais au moins en centre ville je ne met pas 1h pour 15km :) J’approuve, je suis de Bordeaux aussi. Et maintenant la rocade est bouchée à n’importe quelle heure !