Opalka a peint ses toiles en ne faisant qu'une suite de nombres

Proposé par
le
dans

Le 6 août 2011, jour de sa mort, Roman Opalka acheva l'oeuvre de sa vie : "le fini défini par le non fini". Peintre français d'origine polonaise, Opalka décida en 1965 d'écrire sur des toiles tous les nombres en ordre croissant de 1 à l'infini sans s'arrêter jusqu'à sa mort. Il réussit à inscrire plus de 5 millions de nombres, dans le but de définir le temps qui nous échappe, un temps insaisissable, irréversible.

Il réalisa en 46 ans 231 tableaux "Détails" et le dernier nombre qu'il a écrit est 5 569 249.


Tous les commentaires (167)

Le temps est la chose la plus précieuse, on ne peut pas l'acheter

A savoir que cette effet de dégradé est dû au fait que Opalka peignait et qu'il tremper son pinceau qu'une fois "à sec".

J'espère me faire comprendre! :-)

Posté le

android

(13)

Répondre

Pour éviter d'oublier un nombre, il disait les chiffres à voix haute et il s'enregistrait.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Quelqu'un a déjà vérifié si il ne manquait pas un nombre ? S'il a vraiment l'esprit d'artiste il en aura oublié un volontairement le contraire me semble inimaginable !

Pauv type. Ça me rappelle le mec qui a corrigé 50000fois la même erreur sur wikipedia. Immense perte de temps ironiquement.

Posté le

android

(2)

Répondre

À la suite d'un RDV où sa femme était en retard, et se rendant compte qu'il ne pouvais influer sur le temps qui passe, il eu l'idée de commencer ces toiles.
Il énonçait chaque nombre pendant qu'il l écrivait.
A noter qu'à l'achèvement de chaque tableau, il se prenait en photo, toujours dans la même position, marquant ainsi le temps qui passe.
Chacun des nombre ayant le même statut ( ils sont tous des nombres à la seule différence qu'il ont une unité de différence avec le précédent et le suivant) il illustre le temps, figé, comme un tout immortalisé dans son entièreté sur papier.
Sa photo quant à elle illustre à proprement parlé la flèche du temps et l'irréversibilité des phénomènes temporels.

Comment reussir sa vie ? Consulter Opalka.

Il faut aussi savoir que:
- Roman Opalka se prenait en photo entre chaque toile, afin d'illustrer le passage du temps sur lui même
- il s'enregistrait dans son atelier, lisant à haute voix les nombres qu'il écrivait
- les toiles sont de plus en plus blanches, également pour montrer l'effet du temps
- cette idée lui est venue en attendant sa femme à un café, car elle était en retard

Les premiers commentaires cassent l'esprit philosophique de son œuvre, je dis ça sans particulièrement apprécier l'art...

Il a dû compter les combinaisons possible sur le megaminx..

J'ai vu ses oeuvres en 2002 à l'expo02 en Suisse.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Quelqu'un a déjà vérifié si il ne manquait pas un nombre ? J'ai travaillé dessus et il se trompais souvent et répétait plusieurs fois le nombre

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : 5 569 249... POURQUOI ?! Il n'aurait pas pu s' arrêter au nombre d'après !!? Ou au moins s' arrêter avant, au nombre 5 569 245... Finir sur un nombre impair stresse, comme pour le volume de ta téloche :-D On a Adrian Monk parmis nous

a écrit : Je trouve ça... Stupide et inutile xD N'est stupide que la stupidité.
Forest Gump.
Profite de ces 43 futures années pour mesurer la bêtise de ton commentaire.