Opalka a peint ses toiles en ne faisant qu'une suite de nombres

Proposé par
le
dans

Le 6 août 2011, jour de sa mort, Roman Opalka acheva l'oeuvre de sa vie : "le fini défini par le non fini". Peintre français d'origine polonaise, Opalka décida en 1965 d'écrire sur des toiles tous les nombres en ordre croissant de 1 à l'infini sans s'arrêter jusqu'à sa mort. Il réussit à inscrire plus de 5 millions de nombres, dans le but de définir le temps qui nous échappe, un temps insaisissable, irréversible.

Il réalisa en 46 ans 231 tableaux "Détails" et le dernier nombre qu'il a écrit est 5 569 249.


Tous les commentaires (167)

a écrit : Si tu relis bien mon commentaire tu comprendra que ce que j'ai voulu dire c'est que les nouvelles générations n'ont pas autant de rigueur et de tenacité pour mener à bien des projets d'envergure...ils veulent TOUT avoir sans travailler et dès que ça commence à être difficile ou ennuyant ils lâchent prise... S.V.P...ne prenez pas ça personnel...ce n'est pas TOUS les "jeunes" qui agissent de cette façon. Mais c'est une caractéristiques des jeunes générations. En passant...je connais pleins de gens qui ont travaillé très longtemps...certain même à en crever et je parle en connaissance de cause...je suis infirmière! C'est moi qui prend soin de ces personnes aujourd'hui... Afficher tout Tu fais une grosse généralisation malgré ton "pas tous" à mon humble avis.

Je suis persuadé que la génération de nos grands-parents disait la même chose de celle de nos parents.

On est jeune, impatient, et après on mûrit.

a écrit : Il est intéressant (attristant ?) de noter à quel point le contenu de beaucoup de commentaires montrent que, malgré les siècles ayant passé, Philippe Destouches reste d'actualité : "la critique est aisée, mais l'art est difficile." Je ne vois pas comment tu peux appeler ça "de l'art". Moi j'appelle ça compter. Son œuvre, j'aurais pu la faire en CM2

a écrit : Je ne vois pas comment tu peux appeler ça "de l'art". Moi j'appelle ça compter. Son œuvre, j'aurais pu la faire en CM2 Pardon par avance si je montre un peu incisif, mais ma réponse tiendra en deux mots et un lien :
ignorance , prétention , fr.m.wikipedia.org/wiki/Art

a écrit : 5 569 249... POURQUOI ?! Il n'aurait pas pu s' arrêter au nombre d'après !!? Ou au moins s' arrêter avant, au nombre 5 569 245... Finir sur un nombre impair stresse, comme pour le volume de ta téloche :-D Je suis pas la seule pour le volume de la tv Mdrrr !! Allelujah !!

a écrit : Tu fais une grosse généralisation malgré ton "pas tous" à mon humble avis.

Je suis persuadé que la génération de nos grands-parents disait la même chose de celle de nos parents.

On est jeune, impatient, et après on mûrit.
C'est comme tu dis...c'est ton avis...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est comme tu dis...c'est ton avis... Il a raison:

« C'est la décadence, les enfants n'obéissent plus, le langage s'abîme, les mœurs s'avachissent. Puisse venir le jour où l'humanité coupable finira, où les enfants ne naîtront plus, où tout bruit cessera sur la terre, où il n'y aura plus à lutter contre toutes les nuisances. »
Ipuwer de Gizeh. Sage de l'Égypte pharaonique, 3000 ans avant l'ère chrétienne. Cité par Polybe, historien grec vivant vers 200-120 ans avant Jésus.-Christ.


« La jeunesse d'aujourd'hui est pourrie jusqu'aux tréfonds, mauvaise, irréligieuse et paresseuse. Elle ne sera jamais comme la jeunesse du passé et sera incapable de préserver notre civilisation. »
Trouvé sur une tablette d’argile babylonienne dont l'âge est estimé à plus de 3000 ans

« Ils manqueront d'égards et de respect pour leurs parents, sitôt qu'ils vieilliront et durement, sans redouter la justice divine, ils les accableront des plus cruels reproches au lieu de prendre soin de leur vieillesse. Je n'ai plus aucun espoir en l'avenir de notre pays si les jeunes d'aujourd'hui doivent être les dirigeants de demain, car ils sont insupportables, inconscients voire effrayants. Si l'avenir de notre peuple est entre les mains de la jeunesse frivole d'aujourd'hui, il y a de quoi désespérer. Cette jeunesse se conduit avec une suffisance vraiment
intolérable. Elle croit avoir la science infuse. Quand moi j'étais jeune, on nous apprenait les bonnes manières et le respect que l'on doit à ses parents. Mais la nouvelle génération n'a de cesse de contester et elle veut avoir raison. Il est un fait certain que les jeunes sont d'une extrême insouciance. »
Lu dans Les travaux et les jours d’Hésiode' de Thèbes, un poète grec ayant vécu au milieu du Vllle siècle av. J.C.


« Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe, méprisent l'autorité et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu'un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société, se hâtent à table d'engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans. » Socrate, 470-399 av. J.C.


« Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois, parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux, l'autorité de rien et de personne, alors, c'est là, en toute beauté et toute jeunesse, le début de la tyrannie. »
Platon, vers 427 - 348/347 av. J.C.

« Les jeunes d'aujourd'hui aiment le confort, l'argent et la paresse par-dessus le marché. Ils ne veulent plus se marier ou, s'ils sont mariés, élever une famille. C'est tout au plus s'ils consentent à avoir un ou deux enfants, afin de mieux savourer le moment présent. »
Polybe, vers 200-120 av. J.C.


Je n'ai pas l'habitude de citer de gros textes mais j'ai fait un copier coller de cette page : www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=37&t=3402

Donc au delà de nos grand parents, dit toi qu'il y a 3000 ans on disait déjà ça des jeunes générations.

a écrit : Et c'est la qu'on se rend compte qu'aujourd'hui nous avons perdu le sens réel des nombres. Non sincèrement au début de l'anecdote je m'attendais à ce que son dernier chiffre soit de l'ordre du milliard ou de la dizaine de milliard. Une jolie baffe qui remet les pieds sur terre et appel à réfléchir aux sens et à la valeur des nombres Afficher tout Imaginez un instant que certains géants de ce monde mettent 1,5 secondes pour compter plus haut que cet artiste ne l'a fait en une vie.. Effectivement la vraie valeur des nombres se perd.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Comparer l'oeuvre d'une vie a de la merde est franchement pitoyable, comme toi apparemment j'ai du mal a comprendre la motivation de ce monsieur mais je souhaite a tout le monde d'avoir un jour une motivation, une passion pour quelques chose qui puisse être aussi forte qu'il a put avoir pour son oeuvre.
A mes yeux ce tableau est inestimable vu le temps nécessaire a sa réalisation et il serais malvenue de me vendre si ce n'est a un musée qui pourras après les avoir mit toute les une a côté des autre et rajouter une frise chronologique a côté mettre une claque temporel au visiteurs
Afficher tout
Ce qui est "artistique" dans ce tableau, je pense que c'est surtout le dégradé de couleur des nombres, et non pas les nombres en eux mêmes, qui ne sont que des nombres.
Cela dit le plus impressionnant est quand même la volonté du peintre !

Posté le

android

(0)

Répondre

On pouvait compter sur cet homme !

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Il a raison:

« C'est la décadence, les enfants n'obéissent plus, le langage s'abîme, les mœurs s'avachissent. Puisse venir le jour où l'humanité coupable finira, où les enfants ne naîtront plus, où tout bruit cessera sur la terre, où il n'y aura plus à lutter contre toutes l
es nuisances. »
Ipuwer de Gizeh. Sage de l'Égypte pharaonique, 3000 ans avant l'ère chrétienne. Cité par Polybe, historien grec vivant vers 200-120 ans avant Jésus.-Christ.


« La jeunesse d'aujourd'hui est pourrie jusqu'aux tréfonds, mauvaise, irréligieuse et paresseuse. Elle ne sera jamais comme la jeunesse du passé et sera incapable de préserver notre civilisation. »
Trouvé sur une tablette d’argile babylonienne dont l'âge est estimé à plus de 3000 ans

« Ils manqueront d'égards et de respect pour leurs parents, sitôt qu'ils vieilliront et durement, sans redouter la justice divine, ils les accableront des plus cruels reproches au lieu de prendre soin de leur vieillesse. Je n'ai plus aucun espoir en l'avenir de notre pays si les jeunes d'aujourd'hui doivent être les dirigeants de demain, car ils sont insupportables, inconscients voire effrayants. Si l'avenir de notre peuple est entre les mains de la jeunesse frivole d'aujourd'hui, il y a de quoi désespérer. Cette jeunesse se conduit avec une suffisance vraiment
intolérable. Elle croit avoir la science infuse. Quand moi j'étais jeune, on nous apprenait les bonnes manières et le respect que l'on doit à ses parents. Mais la nouvelle génération n'a de cesse de contester et elle veut avoir raison. Il est un fait certain que les jeunes sont d'une extrême insouciance. »
Lu dans Les travaux et les jours d’Hésiode' de Thèbes, un poète grec ayant vécu au milieu du Vllle siècle av. J.C.


« Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe, méprisent l'autorité et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu'un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société, se hâtent à table d'engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans. » Socrate, 470-399 av. J.C.


« Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois, parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux, l'autorité de rien et de personne, alors, c'est là, en toute beauté et toute jeunesse, le début de la tyrannie. »
Platon, vers 427 - 348/347 av. J.C.

« Les jeunes d'aujourd'hui aiment le confort, l'argent et la paresse par-dessus le marché. Ils ne veulent plus se marier ou, s'ils sont mariés, élever une famille. C'est tout au plus s'ils consentent à avoir un ou deux enfants, afin de mieux savourer le moment présent. »
Polybe, vers 200-120 av. J.C.


Je n'ai pas l'habitude de citer de gros textes mais j'ai fait un copier coller de cette page : www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=37&t=3402

Donc au delà de nos grand parents, dit toi qu'il y a 3000 ans on disait déjà ça des jeunes générations.
Afficher tout
Tu me rassure alors...je ne suis pas la seule à le dire! Plus ça change...plus c'est pareil!!! Mais ne vous en faites pas...je sais reconnaître aussi ceux qui ont du coeur au ventre, ceux qui ont de la volonté et aussi le désir d'avancer et le courage de se lever pour changer les choses!

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Pardon par avance si je montre un peu incisif, mais ma réponse tiendra en deux mots et un lien :
ignorance , prétention , fr.m.wikipedia.org/wiki/Art
Ton lien explique que la notion d'art est subjective. C'edt pour cela que j'ai écrit "Pour moi ...".
Donc ta remarque est tout à faut mpertinente.

PS: c'est très facile de taper Art sur wikipedia puis de se permettre d'insulter quelqu'un en le disant ignorant.

a écrit : Ton lien explique que la notion d'art est subjective. C'edt pour cela que j'ai écrit "Pour moi ...".
Donc ta remarque est tout à faut mpertinente.

PS: c'est très facile de taper Art sur wikipedia puis de se permettre d'insulter quelqu'un en le disant ignorant.
Mon but n'était pas de t'insulter, donc toutes mes excuses.
L'article donne quelque autres informations quand même... Subjectif, certes. Mais dans un certain cadre, à savoir des siècles de tentatives de définition de ce qu'est l'art. S'abriter derrière la subjectivité pour dire "peu importe ce qui a été dit depuis des siècles, moi je pense que ce n'est pas..." ne me semble pas correct d'un point de vue du raisonnement et de l'argumentation.
Dans le cas d'Opalka, il y a une réflexion sur des thèmes loin d'être triviaux (le temps, l'infini), une démarche intellectuelle expliquée et maitrisée, une production sensible qui interpelle l'imaginaire et l'émotion du spectateur (dans des degrés très variables).
Il s'agit d'une production artistique, je ne vois pas comment mettre cela en doute.
Chacun va recevoir cette production de manière différent, mais ne pas y être réceptif ne change pas la nature de son travail.
Mais bon, on ne va pas régler ce sujet débattu depuis si longtemps en 3 commentaires :) Et rien de personnel... C'est juste que tous ces jugements si définitifs sur un sujet aussi ancien et complexe me paraissent manquer d'humilité et de recul.

Désolé d'être si peut instruit mais c'est quoi un nombre premier?

a écrit : Désolé d'être si peut instruit mais c'est quoi un nombre premier? C'est un nombre qui n'admet que deux diviseurs entiers positifs. Qui est divisible par lui même et par 1. Le résultat doit être lui aussi un entier naturel
2-3-5-7-11-13-17 etc...

a écrit : Quelle perte de temps... C est peut être aussi ce genre de remarque typiquement contemporaine que questionne sa pratique.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le pire c est que cette daube peut prendre de la valeure. Encore faut il que l on s entende sur le sens que tu souhaites donner au mot "valeur". La valeur d un acte se résume t elle à son potentiel "marchand" ?

Posté le

android

(1)

Répondre

C'est donc de là qu'ils se sont inspiré pour Matrix .. :|

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : 5 569 249... POURQUOI ?! Il n'aurait pas pu s' arrêter au nombre d'après !!? Ou au moins s' arrêter avant, au nombre 5 569 245... Finir sur un nombre impair stresse, comme pour le volume de ta téloche :-D Mmm... Tu te demandes simplement pourquoi il s'est arrêté sur un nombre impair. Et tu te poserais la même question s'il était tombé sur un nombre pair. Réfléchir à la raison pour laquelle il a arrêté à ce nombre-ci équivaut à réfléchir à la raison pour laquelle nous vivons. Il n'y aucune réponse connue à ce jour.
Sincèrement désolée pour ton stress vis-à-vis de cette problématique. Personne ne peut y remédier scientifiquement parlant, aujourdhui.

Posté le

android

(0)

Répondre