Paint it black des Rolling Stones fit polémique

Proposé par
le
dans

Les Rolling Stones furent accusés de racisme par des militants noirs américains, à la sortie du titre "Paint it, Black" en 1966. C'est pourquoi la virgule fut retirée sur les pochettes vendues aux États-Unis. Le sens du titre en est totalement changé: "Peins ça, Noir" devient "Peins ça en noir". Les membres du groupe affirmèrent que le titre d'origine était bien celui sans la virgule, reflétant la vision d'un homme dépressif qui colore tout en noir.

C'est leur maison de disque qui ajouta la virgule, sans qu'on en sache la raison.


Tous les commentaires (197)

a écrit : Les quelques personnes racistes que je connais sont dans ma famille, et je peux vous dire que je sais pourquoi ils sont racistes. Ils sont racistes la plupart parce que peu éduqués, pour l'autre parce qu'ils sont dans une telle misère qu'ils cherchent un responsable de tous leurs maux, mais aussi parce qu'ils sont isolés et qu'ils n'ont jamais mis leurs pieds au délà de 50 km de chez eux. Il y a aussi des racistes de par leur éducation religieuse.

En tout cas, on ne peut pas dire que les racistes sont tous des méchants. Ces personnes de ma famillle sont très tendres...juste dans un mal être profond qui les mène à une haine des autres.

On ne peut pas lutter contre le racisme sans lutter contre cette détresse.

Concernant les violeurs, pour violer une femme il faut être malade. Il faut avoir un truc dans la tête qui tourne pas rond. C'est parce qu'il y a un problème dans leur rapport aux femmes. C'est pas un homme normalement constitué qui va se réveiller un matin et se dire : tient, je vais violer quelqu'un. Des mécanismes énormes sont en jeu, et je le répète, avant que le drame ait lieu, la personne est en détresse. Après aussi. Même si certains font les fiers.
Afficher tout
Renseignez vous sur le viol. La plupart des violeurs ne souffrent d'aucune pathologie mentale ! Ce sont des hommes "normalement constitué", qui ne souffrent d'aucune pathologie psychiatrique (la psychiatrie c'est mon domaine professionnel, je sais de quoi je parle).

Renseignez vous sur le racisme ordinaire. Je ne parle pas des vrais racistes qui se revendiquent comme tel (qui existent aussi bien évidemment). Je parle de tous ces actes et ces propos racistes, que l'on est tous susceptible de commettre sans s'en rendre compte. Des choses qui peuvent sembler anodines quand on les prend individuellement, mais qui peuvent pourrir la vie des gens qui le subissent au quotidien : toucher les cheveux crépus d'un inconnu, demander à une personne noire française d'où elle vient (alors qu elle a toujours vécu en France, mais parce qu'on suppose que forcément un noir est étranger), imiter sans cesse l'accent africain "pour rire", plaisanter sur le fait que "tous les arabes sont des voleurs", imiter les asiatiques en se plissant les yeux et en disant "tching tchang tchong"... Etc

J'imagine déjà que vous allez me dire que tout ça c'est pas si grave, pas méchants, juste pour rigoler et qu'on peut plus rien dire. Mais si la personne en face en souffre (parce qu'elle le vit tous les jours, depuis sa naissance) alors il faut le remettre en question. Tout simplement !
Et non, ce n'est pas à la victime de faire un travail sur elle, c'est à nous d'admettre que nos comportements sont problématiques et de les changer.

En tant que blanc, on a le privilège de ne pas avoir à penser qu'on est blanc (la plupart du temps en tout cas). Les personnes racisées sont sans cesse ramenées à leurs couleurs, à leurs origines.
En tant que blanc, on peut rencontrer des difficultés dans la vie, mais (sauf très rares exception) ses difficultés ne seront pas liées à notre couleur de peau.
Ce sont des privilèges, et en tant que privilégiés, nous pouvons faire le choix d'écouter et de prendre en compte le ressenti de ceux qui ne le sont pas. Ou on peut choisir d'entretenir ce système.

Vraiment, renseignez vous sur tout ça (en tant que prof en plus, c'est vraiment essentiel !)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Renseignez vous sur le viol. La plupart des violeurs ne souffrent d'aucune pathologie mentale ! Ce sont des hommes "normalement constitué", qui ne souffrent d'aucune pathologie psychiatrique (la psychiatrie c'est mon domaine professionnel, je sais de quoi je parle).

Renseignez vous
sur le racisme ordinaire. Je ne parle pas des vrais racistes qui se revendiquent comme tel (qui existent aussi bien évidemment). Je parle de tous ces actes et ces propos racistes, que l'on est tous susceptible de commettre sans s'en rendre compte. Des choses qui peuvent sembler anodines quand on les prend individuellement, mais qui peuvent pourrir la vie des gens qui le subissent au quotidien : toucher les cheveux crépus d'un inconnu, demander à une personne noire française d'où elle vient (alors qu elle a toujours vécu en France, mais parce qu'on suppose que forcément un noir est étranger), imiter sans cesse l'accent africain "pour rire", plaisanter sur le fait que "tous les arabes sont des voleurs", imiter les asiatiques en se plissant les yeux et en disant "tching tchang tchong"... Etc

J'imagine déjà que vous allez me dire que tout ça c'est pas si grave, pas méchants, juste pour rigoler et qu'on peut plus rien dire. Mais si la personne en face en souffre (parce qu'elle le vit tous les jours, depuis sa naissance) alors il faut le remettre en question. Tout simplement !
Et non, ce n'est pas à la victime de faire un travail sur elle, c'est à nous d'admettre que nos comportements sont problématiques et de les changer.

En tant que blanc, on a le privilège de ne pas avoir à penser qu'on est blanc (la plupart du temps en tout cas). Les personnes racisées sont sans cesse ramenées à leurs couleurs, à leurs origines.
En tant que blanc, on peut rencontrer des difficultés dans la vie, mais (sauf très rares exception) ses difficultés ne seront pas liées à notre couleur de peau.
Ce sont des privilèges, et en tant que privilégiés, nous pouvons faire le choix d'écouter et de prendre en compte le ressenti de ceux qui ne le sont pas. Ou on peut choisir d'entretenir ce système.

Vraiment, renseignez vous sur tout ça (en tant que prof en plus, c'est vraiment essentiel !)
Afficher tout
Dans mon lycée se sont plutôt les blancs qui se font maltraiter... mais bon, passons.

Concernant le viol, je reste persuadée qu'il faut qu'un homme ait un problème dans sa tête pour violer une femme. Ce n'est pas un comportement normal, cela vient nécessairement de quelque part. Il y a une explication à ce genre de chose. Un homme lambda ne se réveille pas un matin en se disant, tiens je vais violer cette femme... ou ce n'est pas l'occasion qui fait le larron. Pour qu'un homme viole un femme il faut nécessairement un processus dans sa tête qui ne tourne pas rond.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Renseignez vous sur le viol. La plupart des violeurs ne souffrent d'aucune pathologie mentale ! Ce sont des hommes "normalement constitué", qui ne souffrent d'aucune pathologie psychiatrique (la psychiatrie c'est mon domaine professionnel, je sais de quoi je parle).

Renseignez vous
sur le racisme ordinaire. Je ne parle pas des vrais racistes qui se revendiquent comme tel (qui existent aussi bien évidemment). Je parle de tous ces actes et ces propos racistes, que l'on est tous susceptible de commettre sans s'en rendre compte. Des choses qui peuvent sembler anodines quand on les prend individuellement, mais qui peuvent pourrir la vie des gens qui le subissent au quotidien : toucher les cheveux crépus d'un inconnu, demander à une personne noire française d'où elle vient (alors qu elle a toujours vécu en France, mais parce qu'on suppose que forcément un noir est étranger), imiter sans cesse l'accent africain "pour rire", plaisanter sur le fait que "tous les arabes sont des voleurs", imiter les asiatiques en se plissant les yeux et en disant "tching tchang tchong"... Etc

J'imagine déjà que vous allez me dire que tout ça c'est pas si grave, pas méchants, juste pour rigoler et qu'on peut plus rien dire. Mais si la personne en face en souffre (parce qu'elle le vit tous les jours, depuis sa naissance) alors il faut le remettre en question. Tout simplement !
Et non, ce n'est pas à la victime de faire un travail sur elle, c'est à nous d'admettre que nos comportements sont problématiques et de les changer.

En tant que blanc, on a le privilège de ne pas avoir à penser qu'on est blanc (la plupart du temps en tout cas). Les personnes racisées sont sans cesse ramenées à leurs couleurs, à leurs origines.
En tant que blanc, on peut rencontrer des difficultés dans la vie, mais (sauf très rares exception) ses difficultés ne seront pas liées à notre couleur de peau.
Ce sont des privilèges, et en tant que privilégiés, nous pouvons faire le choix d'écouter et de prendre en compte le ressenti de ceux qui ne le sont pas. Ou on peut choisir d'entretenir ce système.

Vraiment, renseignez vous sur tout ça (en tant que prof en plus, c'est vraiment essentiel !)
Afficher tout
Hello, de retour (désolé de vous avoir lâché pour la nuit).
ben toujours pas d'accord. Ce n'est pas parce que quelqu'un à souffert de racisme qu'il a le monopole de définir ce qui est raciste ou ne l'est pas. En faisant cela on accepte toute les accusations, et on fait croire à la personne en face que tout vraiment tout est défini par sa couleur de peau, puisqu'on n'a pas le droit de la contredire quand elle l'affirme. On fait croire à ces personnes que l’échec est inéluctable, puisqu'à chaque fois qu'elles crient au racisme, on est obligé de dire amen. Ces personnes souffrent réellement, mais elles ne détiennent pas pour autant plus la vérité qu'une autre. Elles aussi peuvent se tromper et voir le mal où il n'est pas, et je ne vois pas pourquoi on ne doit pas leur dire. Malek Boutih, président de SOS racisme, était le premier à s'opposer à la victimisation systématique que certains adoptaient.

Quand à l'exemple des noirs à qui on demande d'ou ils viennent, je ne vois pas le problème. Quand on s'appelle le Guedec, on vous demande si vous êtes breton, quand on a un accent du sud, on nous demande de quelle région on vient. Moi j'ai un nom à connaissance italienne, et très souvent quand on me présente on me demande quelles sont mes origines, et je ne vois pas le problème.
Il n'y a pas longtemps j'étais au téléphone en haut parleur avec un client avec un accent antillais. une collègue, elle même d'origine antillaise, me dit alors "houla il vient des Antilles lui". Mais où est le problème ????

a écrit : Hello, de retour (désolé de vous avoir lâché pour la nuit).
ben toujours pas d'accord. Ce n'est pas parce que quelqu'un à souffert de racisme qu'il a le monopole de définir ce qui est raciste ou ne l'est pas. En faisant cela on accepte toute les accusations, et on fait croire à la person
ne en face que tout vraiment tout est défini par sa couleur de peau, puisqu'on n'a pas le droit de la contredire quand elle l'affirme. On fait croire à ces personnes que l’échec est inéluctable, puisqu'à chaque fois qu'elles crient au racisme, on est obligé de dire amen. Ces personnes souffrent réellement, mais elles ne détiennent pas pour autant plus la vérité qu'une autre. Elles aussi peuvent se tromper et voir le mal où il n'est pas, et je ne vois pas pourquoi on ne doit pas leur dire. Malek Boutih, président de SOS racisme, était le premier à s'opposer à la victimisation systématique que certains adoptaient.

Quand à l'exemple des noirs à qui on demande d'ou ils viennent, je ne vois pas le problème. Quand on s'appelle le Guedec, on vous demande si vous êtes breton, quand on a un accent du sud, on nous demande de quelle région on vient. Moi j'ai un nom à connaissance italienne, et très souvent quand on me présente on me demande quelles sont mes origines, et je ne vois pas le problème.
Il n'y a pas longtemps j'étais au téléphone en haut parleur avec un client avec un accent antillais. une collègue, elle même d'origine antillaise, me dit alors "houla il vient des Antilles lui". Mais où est le problème ????
Afficher tout
Quoi, il y en a qui dorment la nuit ?!? Moi j'ai peur la nuit...il fait tout de couleur ! ;p

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Quoi, il y en a qui dorment la nuit ?!? Moi j'ai peur la nuit...il fait tout de couleur ! ;p Ha ben bravo, c'est bien une blague de rose ça !

a écrit : Hello, de retour (désolé de vous avoir lâché pour la nuit).
ben toujours pas d'accord. Ce n'est pas parce que quelqu'un à souffert de racisme qu'il a le monopole de définir ce qui est raciste ou ne l'est pas. En faisant cela on accepte toute les accusations, et on fait croire à la person
ne en face que tout vraiment tout est défini par sa couleur de peau, puisqu'on n'a pas le droit de la contredire quand elle l'affirme. On fait croire à ces personnes que l’échec est inéluctable, puisqu'à chaque fois qu'elles crient au racisme, on est obligé de dire amen. Ces personnes souffrent réellement, mais elles ne détiennent pas pour autant plus la vérité qu'une autre. Elles aussi peuvent se tromper et voir le mal où il n'est pas, et je ne vois pas pourquoi on ne doit pas leur dire. Malek Boutih, président de SOS racisme, était le premier à s'opposer à la victimisation systématique que certains adoptaient.

Quand à l'exemple des noirs à qui on demande d'ou ils viennent, je ne vois pas le problème. Quand on s'appelle le Guedec, on vous demande si vous êtes breton, quand on a un accent du sud, on nous demande de quelle région on vient. Moi j'ai un nom à connaissance italienne, et très souvent quand on me présente on me demande quelles sont mes origines, et je ne vois pas le problème.
Il n'y a pas longtemps j'étais au téléphone en haut parleur avec un client avec un accent antillais. une collègue, elle même d'origine antillaise, me dit alors "houla il vient des Antilles lui". Mais où est le problème ????
Afficher tout
C'est bien là le souci, tu ne vois pas le problème et tu mets tout sur le même plan.

a écrit : C'est bien là le souci, tu ne vois pas le problème et tu mets tout sur le même plan. OK, donc tu me demandes d'avoir un comportement différent avec une personne noire que celui que j'aurais pu avoir avec une autre ?
Je pense en effet qu'on touche le problème. Pour moi être non raciste c'est de ne pas sortir de blague raciste, que ce soit avec un blanc ou un noir, mais c'est également avoir le même comportement, quel que soit mon interlocuteur. Je pense qu'on touche une question de principe, et que vos belles leçons de morales vont avoir du mal à les changer.
Vous me compterez dans les réac irrécupérables, et moi je vous mettrai dans les progressistes autoproclamés.

a écrit : Hello, de retour (désolé de vous avoir lâché pour la nuit).
ben toujours pas d'accord. Ce n'est pas parce que quelqu'un à souffert de racisme qu'il a le monopole de définir ce qui est raciste ou ne l'est pas. En faisant cela on accepte toute les accusations, et on fait croire à la person
ne en face que tout vraiment tout est défini par sa couleur de peau, puisqu'on n'a pas le droit de la contredire quand elle l'affirme. On fait croire à ces personnes que l’échec est inéluctable, puisqu'à chaque fois qu'elles crient au racisme, on est obligé de dire amen. Ces personnes souffrent réellement, mais elles ne détiennent pas pour autant plus la vérité qu'une autre. Elles aussi peuvent se tromper et voir le mal où il n'est pas, et je ne vois pas pourquoi on ne doit pas leur dire. Malek Boutih, président de SOS racisme, était le premier à s'opposer à la victimisation systématique que certains adoptaient.

Quand à l'exemple des noirs à qui on demande d'ou ils viennent, je ne vois pas le problème. Quand on s'appelle le Guedec, on vous demande si vous êtes breton, quand on a un accent du sud, on nous demande de quelle région on vient. Moi j'ai un nom à connaissance italienne, et très souvent quand on me présente on me demande quelles sont mes origines, et je ne vois pas le problème.
Il n'y a pas longtemps j'étais au téléphone en haut parleur avec un client avec un accent antillais. une collègue, elle même d'origine antillaise, me dit alors "houla il vient des Antilles lui". Mais où est le problème ????
Afficher tout
"si tu ne vois pas le problème, c'est certainement que tu en fais parti" (c'est pas de moi, mais je trouve cette phrase très juste)

Quand on parle du nom de famille de quelqu'un de breton, ou de l'accent du sud d'un autre, on ne suppose pas par là qu'il est forcément étranger. On sait qu'il est français, qu'il est "l'un des nôtres", et on lui parle de sa région... Le mécanisme est complètement différent. J'ai moi même un accent typique de ma région, et un nom de famille à consonnance étrangère (mais européen). Si mon interlocuteur me demande d'où je viens, il ne supposera pas par là que je suis étrangère ou non française, de même s'il me demande l'origine de mon nom de famille. Et honnêtement, je le vis quand même beaucoup moins souvent qu'une personne noire, qui se verra poser cette question tout le temps, souvent même avant tout autre question.
Et JAMAIS quelqu'un ne se permettra, s'il m'avisait un jour de critiquer mon pays la France, de me dire "si t es pas contente tu peux rentrer chez toi". Je peux vous dire que cette phrase, j'ai tous mes amis noirs qui l'on déjà entendu... Même les noirs Français nés en France et qui ont toujours vécu ici (c'est où "chez eux" du coup ?)

Bref, toujours à essayer de comparer l'incomparable, et a essayer de se justifier. Si de nombreuses personnes te disent que ça les saoule d'être toujours ramenée à leurs origines, pourquoi essayer de le justifier, au lieu d'essayer de le changer ?
Et le mot "victimisation", qu'est ce qu'il est insupportable. En tant que blanc, on ne vit pas de racisme systémique, pas de discriminations liées à notre couleur, on entend pas des stéréotypes (négatives la plupart du temps évidemment) sur nos origines à longueur de temps. Pour qui se prend on, pour décider que ceux qui le vivent tous les jours de leur vie depuis toujours, se victimisent ??! Alors qu'on n'a aucune idée de ce que c'est, et comment on le prendrait à leur place.
(Et tu vas me dire oui mais c'est pas moi qui le dit, c'est Malek Boutih... Ce n'est pas LA référence, je peux te dire qu'il a beaucoup de détracteurs concernant la lutte contre le racisme)

Et il faut arrêter de présenter les personnes racisées comme des personnes qui ne réfléchissent pas, et crient au racisme à tout bout de champ sans raison. Oui, ce sont les mieux placés pour définir ce qui est raciste, parce que ce sont les premiers concernés. "En faisant cela, on accepte toutes les accusations"... Ne vous inquiétez pas, je fonctionne comme ça, et pourtant je ne me vois pas accusée de racisme régulièrement. Loin de là, et au contraire même. Laisser la parole à l'autre et être capable de se remettre en question, ça a plutôt tendance à faire baisser la tension, et favoriser le dialogue et la compréhension. Et si par hasard, quelqu'un me traitait de "raciste" un peu gratuitement et de façon injustifiée, c'est pas plus grave que ça si ? En tout cas pas plus grave que de dire à quelqu'un "qu'il se victimise", ou qu'elle doit "faire un travail sur elle pour supporter les remarques racistes"^^

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : "si tu ne vois pas le problème, c'est certainement que tu en fais parti" (c'est pas de moi, mais je trouve cette phrase très juste)

Quand on parle du nom de famille de quelqu'un de breton, ou de l'accent du sud d'un autre, on ne suppose pas par là qu'il est forcément
étranger. On sait qu'il est français, qu'il est "l'un des nôtres", et on lui parle de sa région... Le mécanisme est complètement différent. J'ai moi même un accent typique de ma région, et un nom de famille à consonnance étrangère (mais européen). Si mon interlocuteur me demande d'où je viens, il ne supposera pas par là que je suis étrangère ou non française, de même s'il me demande l'origine de mon nom de famille. Et honnêtement, je le vis quand même beaucoup moins souvent qu'une personne noire, qui se verra poser cette question tout le temps, souvent même avant tout autre question.
Et JAMAIS quelqu'un ne se permettra, s'il m'avisait un jour de critiquer mon pays la France, de me dire "si t es pas contente tu peux rentrer chez toi". Je peux vous dire que cette phrase, j'ai tous mes amis noirs qui l'on déjà entendu... Même les noirs Français nés en France et qui ont toujours vécu ici (c'est où "chez eux" du coup ?)

Bref, toujours à essayer de comparer l'incomparable, et a essayer de se justifier. Si de nombreuses personnes te disent que ça les saoule d'être toujours ramenée à leurs origines, pourquoi essayer de le justifier, au lieu d'essayer de le changer ?
Et le mot "victimisation", qu'est ce qu'il est insupportable. En tant que blanc, on ne vit pas de racisme systémique, pas de discriminations liées à notre couleur, on entend pas des stéréotypes (négatives la plupart du temps évidemment) sur nos origines à longueur de temps. Pour qui se prend on, pour décider que ceux qui le vivent tous les jours de leur vie depuis toujours, se victimisent ??! Alors qu'on n'a aucune idée de ce que c'est, et comment on le prendrait à leur place.
(Et tu vas me dire oui mais c'est pas moi qui le dit, c'est Malek Boutih... Ce n'est pas LA référence, je peux te dire qu'il a beaucoup de détracteurs concernant la lutte contre le racisme)

Et il faut arrêter de présenter les personnes racisées comme des personnes qui ne réfléchissent pas, et crient au racisme à tout bout de champ sans raison. Oui, ce sont les mieux placés pour définir ce qui est raciste, parce que ce sont les premiers concernés. "En faisant cela, on accepte toutes les accusations"... Ne vous inquiétez pas, je fonctionne comme ça, et pourtant je ne me vois pas accusée de racisme régulièrement. Loin de là, et au contraire même. Laisser la parole à l'autre et être capable de se remettre en question, ça a plutôt tendance à faire baisser la tension, et favoriser le dialogue et la compréhension. Et si par hasard, quelqu'un me traitait de "raciste" un peu gratuitement et de façon injustifiée, c'est pas plus grave que ça si ? En tout cas pas plus grave que de dire à quelqu'un "qu'il se victimise", ou qu'elle doit "faire un travail sur elle pour supporter les remarques racistes"^^
Afficher tout
En même temps, c’est super difficile d’être un blanc privilégié car on n’a pas grand chose à se plaindre à part le prix du pain et des impôts.
Heureusement qu’on peut accuser les autres de se victimiser, ça permet d’avoir un petit combat pour nous pour remplir un vide. ;)

a écrit : En même temps, c’est super difficile d’être un blanc privilégié car on n’a pas grand chose à se plaindre à part le prix du pain et des impôts.
Heureusement qu’on peut accuser les autres de se victimiser, ça permet d’avoir un petit combat pour nous pour remplir un vide. ;)
J'ai presque de la peine pour eux du coup ;)

Posté le

android

(0)

Répondre

Ça fait parler cette histoire de racisme...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : "si tu ne vois pas le problème, c'est certainement que tu en fais parti" (c'est pas de moi, mais je trouve cette phrase très juste)

Quand on parle du nom de famille de quelqu'un de breton, ou de l'accent du sud d'un autre, on ne suppose pas par là qu'il est forcément
étranger. On sait qu'il est français, qu'il est "l'un des nôtres", et on lui parle de sa région... Le mécanisme est complètement différent. J'ai moi même un accent typique de ma région, et un nom de famille à consonnance étrangère (mais européen). Si mon interlocuteur me demande d'où je viens, il ne supposera pas par là que je suis étrangère ou non française, de même s'il me demande l'origine de mon nom de famille. Et honnêtement, je le vis quand même beaucoup moins souvent qu'une personne noire, qui se verra poser cette question tout le temps, souvent même avant tout autre question.
Et JAMAIS quelqu'un ne se permettra, s'il m'avisait un jour de critiquer mon pays la France, de me dire "si t es pas contente tu peux rentrer chez toi". Je peux vous dire que cette phrase, j'ai tous mes amis noirs qui l'on déjà entendu... Même les noirs Français nés en France et qui ont toujours vécu ici (c'est où "chez eux" du coup ?)

Bref, toujours à essayer de comparer l'incomparable, et a essayer de se justifier. Si de nombreuses personnes te disent que ça les saoule d'être toujours ramenée à leurs origines, pourquoi essayer de le justifier, au lieu d'essayer de le changer ?
Et le mot "victimisation", qu'est ce qu'il est insupportable. En tant que blanc, on ne vit pas de racisme systémique, pas de discriminations liées à notre couleur, on entend pas des stéréotypes (négatives la plupart du temps évidemment) sur nos origines à longueur de temps. Pour qui se prend on, pour décider que ceux qui le vivent tous les jours de leur vie depuis toujours, se victimisent ??! Alors qu'on n'a aucune idée de ce que c'est, et comment on le prendrait à leur place.
(Et tu vas me dire oui mais c'est pas moi qui le dit, c'est Malek Boutih... Ce n'est pas LA référence, je peux te dire qu'il a beaucoup de détracteurs concernant la lutte contre le racisme)

Et il faut arrêter de présenter les personnes racisées comme des personnes qui ne réfléchissent pas, et crient au racisme à tout bout de champ sans raison. Oui, ce sont les mieux placés pour définir ce qui est raciste, parce que ce sont les premiers concernés. "En faisant cela, on accepte toutes les accusations"... Ne vous inquiétez pas, je fonctionne comme ça, et pourtant je ne me vois pas accusée de racisme régulièrement. Loin de là, et au contraire même. Laisser la parole à l'autre et être capable de se remettre en question, ça a plutôt tendance à faire baisser la tension, et favoriser le dialogue et la compréhension. Et si par hasard, quelqu'un me traitait de "raciste" un peu gratuitement et de façon injustifiée, c'est pas plus grave que ça si ? En tout cas pas plus grave que de dire à quelqu'un "qu'il se victimise", ou qu'elle doit "faire un travail sur elle pour supporter les remarques racistes"^^
Afficher tout
Quand je demande à un élève ce que signifie son nom et d'où il vient, ce n'est pas du racisme, c'est de l'intérêt. Je me suis rendue compte que pas mal ne savaient pas du tout. Ils reviennent le lendemain avec plaisir le dire ce que ça signifie. Parfois je fais la recherche avant eux car ce sont des internes. J'ai eu droit à un garçon dont le prénom signifie "aurore" en arabe, une autre qui s'appelle "petite pluie" dans une autre langue... je trouve ça super poétique. Pour les prénoms latins ou grecs, je leur donne la signification. Une fois, méga fou rire dans la classe car je ne connaissais pas les élèves, et je cherchais l'élève qui avait un prénom et un nom bien bretons...mais il était maghrébin. J'aurais pu le chercher longtemps !
Bref...on peut s'intéresser aux origines des gens uniquement parce qu'on s'intéresse à eux...pas pour leur dire "tu viens d'ailleurs, bouh, c'est nul". Et pour le coup, je ne comprends pas pourquoi les noirs avec leurs noms de famille à consonnance africaine devraient être vexés qu'on leur demande d'où ça vient. Idem avec les maghrébins, les asiatiques... j'ai pas mal d'élèves issus de la 3ème génération d'immigrés...certains utilisent des mots arabes sans savoir exactement ce qu'ils signifient.

Ils se victimisent constammment... une fois une élève maghrébine m'a dit que c'était parce qu'elle était algérienne que je ne l'aimais pas. Je venais de la punir parce qu'elle utilisait un miroir en plein cours. Quand elle est sortie de la salle, elle m'a sorti une insulte en arabe. Sauf que si je l'avais encore plus punie on m'aurait traitée de raciste. J'ai laissé couler en faisant croire que je n'avais rien entendu. Ça aurait été une "blanche" qui m'aurait insultée, j'aurais dû la punir sévèrement.

Bref, si vous me dites maintenant que demander ses origines à quelqu'un ayant un prénom ou un nom qu'on ne connait pas est raciste, alors là ...je ne comprends plus rien et je n'oserai plus rien demander à personne.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il ne faut pas tout mélanger. Le problème n'est pas d'utiliser le mot "blanc" ou "noir" : vous pouvez parler de votre voiture noire ou de votre chat blanc. Le problème ici, est que le mot "blanc" est utilisé comme à argument marketing concernant la couleur de peau... Et suggère implicitement qu'une peau blanche ou claire est un idéal de beauté. Le fait d'utiliser d'autres termes comme "uniformiser" est non seulement beaucoup plus juste (car le but de ces crèmes n'est pas d'éclaircir la peau, mais de diminuer les tâches, etc) mais également beaucoup moins problèmatique. Afficher tout Je trouve qu'il y ait quand même polémique pour rien car comme vous l'avez dit c'est pour enlever les tâches et ce, en éclaircissant la peau pour faire disparaître les tâches qui elles sont colorées. "Uniformiser" est moins précis car ça peut être pour avoir une peau lisse par exemple.
Le terme est approprié. Certes c'est certainement plus fait pour les peaux claires mais et alors? Il faut des crèmes pour tout le monde au même titre que les crèmes pour peau sèche, grasse, sensible...
Il faut arrêter de se rebeller pour n'importe quoi c'est devenu vraiment ridicule. Ces gens là ne font que décrédibiliser le vrai racisme et c'est vraiment dommage.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je trouve qu'il y ait quand même polémique pour rien car comme vous l'avez dit c'est pour enlever les tâches et ce, en éclaircissant la peau pour faire disparaître les tâches qui elles sont colorées. "Uniformiser" est moins précis car ça peut être pour avoir une peau lisse par exemple.
Le
terme est approprié. Certes c'est certainement plus fait pour les peaux claires mais et alors? Il faut des crèmes pour tout le monde au même titre que les crèmes pour peau sèche, grasse, sensible...
Il faut arrêter de se rebeller pour n'importe quoi c'est devenu vraiment ridicule. Ces gens là ne font que décrédibiliser le vrai racisme et c'est vraiment dommage.
Afficher tout
Et encore, heureusement qu'il n'y a pas de CRS arabe ici..... ;)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Quand je demande à un élève ce que signifie son nom et d'où il vient, ce n'est pas du racisme, c'est de l'intérêt. Je me suis rendue compte que pas mal ne savaient pas du tout. Ils reviennent le lendemain avec plaisir le dire ce que ça signifie. Parfois je fais la recherche avant eux car ce sont des internes. J'ai eu droit à un garçon dont le prénom signifie "aurore" en arabe, une autre qui s'appelle "petite pluie" dans une autre langue... je trouve ça super poétique. Pour les prénoms latins ou grecs, je leur donne la signification. Une fois, méga fou rire dans la classe car je ne connaissais pas les élèves, et je cherchais l'élève qui avait un prénom et un nom bien bretons...mais il était maghrébin. J'aurais pu le chercher longtemps !
Bref...on peut s'intéresser aux origines des gens uniquement parce qu'on s'intéresse à eux...pas pour leur dire "tu viens d'ailleurs, bouh, c'est nul". Et pour le coup, je ne comprends pas pourquoi les noirs avec leurs noms de famille à consonnance africaine devraient être vexés qu'on leur demande d'où ça vient. Idem avec les maghrébins, les asiatiques... j'ai pas mal d'élèves issus de la 3ème génération d'immigrés...certains utilisent des mots arabes sans savoir exactement ce qu'ils signifient.

Ils se victimisent constammment... une fois une élève maghrébine m'a dit que c'était parce qu'elle était algérienne que je ne l'aimais pas. Je venais de la punir parce qu'elle utilisait un miroir en plein cours. Quand elle est sortie de la salle, elle m'a sorti une insulte en arabe. Sauf que si je l'avais encore plus punie on m'aurait traitée de raciste. J'ai laissé couler en faisant croire que je n'avais rien entendu. Ça aurait été une "blanche" qui m'aurait insultée, j'aurais dû la punir sévèrement.

Bref, si vous me dites maintenant que demander ses origines à quelqu'un ayant un prénom ou un nom qu'on ne connait pas est raciste, alors là ...je ne comprends plus rien et je n'oserai plus rien demander à personne.
Afficher tout
C'est bien parce que vous ne comprenez pas que je vous conseille de vous renseigner sur tout ça...
Et ce n'est absolument pas une critique ou un jugement.

Comme je le disais, on est tous susceptible d'être maladroit, ou de faire preuve de racisme ordinaire sans aucune mauvaise intention, en pensant même que c'est bien ce qu'on fait "c'est parce que je m'intéresse à la personne". Et ce n'est pas un jugement. Moi même, il m'est arrivé de faire la même chose.
Le jour où un ami noir m'a fait remarqué que ça le dérangeait qu'on lui demande sans cesse ses origines (parfois des gens qui le connaissent à peine, c'est une des premières questions), et bien je vous avoue que j'ai eu la même réaction que vous. Je me suis dit qu'il exagérait, que c'était pas méchant, et que c'était certainement par intérêt pour la personne, etc. Et puis j'en ai discuté avec plusieurs personnes, qui toutes m'ont dit la même chose... C'est désagréable de se faire ramener sans cesse à ses origines, de se faire rappeler qu'on est différent, désagréable que les gens supposent d'emblée en nous rencontrant qu'on n'est pas français, qu'on est étranger. Même si ça ne part pas d'une mauvaise intention de la personne.

Vous demandez à vos élèves la signification de leur prénom, et ils sont contents de l'apprendre. Demandez vous la même chose aux enfants aux prénoms français ? J'imagine que beaucoup d'entre eux n'en connaissent pas la signification, et vous non plus d'ailleurs...
Je ne suis pas prof, je ne connais pas votre relation avec vos élèves, et je ne me permettrait pas de vous jugez la dessus. Selon vos rapports avec eux, vous pouvez discuter des origines de leur prénom bien évidemment. Je parlais de façon générale, il n'y a pas de vérité absolue mais des tas de cas particulier. Poser la question à quelqu'un qu'on connait bien, c'est pas du tout la même chose que de poser la question à quelqu'un qu'on connait à peine, comme première question parfois. A vous d'évaluer, il n'existe pas de liste des choses à faire et à ne pas faire.
Par contre, votre "ils se victimisent constamment" me fait bondir. Ce sont des ados, ou des enfants. J'imagine qu'ils cherchent la faille, c'est le jeu, c'est des ados. Et je ne sais pas quels sont les propos que vous tenez avec eux, mais vu la nature de ceux que vous avez tenu avec moi, je peux tout à fait comprendre qu'ils soient sur la défensives.

Encore une fois, on est tous susceptible de poser un acte ou une parole raciste. Ce n'est pas grave, si on est capable de se remettre en question et de changer ces comportements.
C'est désagréable de réaliser tout ça. Ça met mal à l'aise de se rendre compte qu'on est privilégié, ça met mal à l'aise de réaliser que l'on a pu avoir des paroles ou des actes problématiques sans s'en rendre compte. Je vous souhaite de réussir un jour à prendre conscience de tout ça.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je trouve qu'il y ait quand même polémique pour rien car comme vous l'avez dit c'est pour enlever les tâches et ce, en éclaircissant la peau pour faire disparaître les tâches qui elles sont colorées. "Uniformiser" est moins précis car ça peut être pour avoir une peau lisse par exemple.
Le
terme est approprié. Certes c'est certainement plus fait pour les peaux claires mais et alors? Il faut des crèmes pour tout le monde au même titre que les crèmes pour peau sèche, grasse, sensible...
Il faut arrêter de se rebeller pour n'importe quoi c'est devenu vraiment ridicule. Ces gens là ne font que décrédibiliser le vrai racisme et c'est vraiment dommage.
Afficher tout
Si vous ne voyez pas quel est le problème dans le fait que les peaux claires ou blanches aient toujours été présentées comme un idéal de beauté, contrairement aux peaux noires, alors vraiment je ne peux rien pour vous...

En tout cas, je suis toujours surprise de voir qu'il y a toujours des personnes pour déterminer ce qui est du vrai racisme, ou du faux racisme !
Vous trouverez peut être un début de réponse à votre question dans les nombreux messages déjà postés. Désolée, mais j'ai pas le courage de recommencer le débat.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est bien parce que vous ne comprenez pas que je vous conseille de vous renseigner sur tout ça...
Et ce n'est absolument pas une critique ou un jugement.

Comme je le disais, on est tous susceptible d'être maladroit, ou de faire preuve de racisme ordinaire sans aucune mauvaise intenti
on, en pensant même que c'est bien ce qu'on fait "c'est parce que je m'intéresse à la personne". Et ce n'est pas un jugement. Moi même, il m'est arrivé de faire la même chose.
Le jour où un ami noir m'a fait remarqué que ça le dérangeait qu'on lui demande sans cesse ses origines (parfois des gens qui le connaissent à peine, c'est une des premières questions), et bien je vous avoue que j'ai eu la même réaction que vous. Je me suis dit qu'il exagérait, que c'était pas méchant, et que c'était certainement par intérêt pour la personne, etc. Et puis j'en ai discuté avec plusieurs personnes, qui toutes m'ont dit la même chose... C'est désagréable de se faire ramener sans cesse à ses origines, de se faire rappeler qu'on est différent, désagréable que les gens supposent d'emblée en nous rencontrant qu'on n'est pas français, qu'on est étranger. Même si ça ne part pas d'une mauvaise intention de la personne.

Vous demandez à vos élèves la signification de leur prénom, et ils sont contents de l'apprendre. Demandez vous la même chose aux enfants aux prénoms français ? J'imagine que beaucoup d'entre eux n'en connaissent pas la signification, et vous non plus d'ailleurs...
Je ne suis pas prof, je ne connais pas votre relation avec vos élèves, et je ne me permettrait pas de vous jugez la dessus. Selon vos rapports avec eux, vous pouvez discuter des origines de leur prénom bien évidemment. Je parlais de façon générale, il n'y a pas de vérité absolue mais des tas de cas particulier. Poser la question à quelqu'un qu'on connait bien, c'est pas du tout la même chose que de poser la question à quelqu'un qu'on connait à peine, comme première question parfois. A vous d'évaluer, il n'existe pas de liste des choses à faire et à ne pas faire.
Par contre, votre "ils se victimisent constamment" me fait bondir. Ce sont des ados, ou des enfants. J'imagine qu'ils cherchent la faille, c'est le jeu, c'est des ados. Et je ne sais pas quels sont les propos que vous tenez avec eux, mais vu la nature de ceux que vous avez tenu avec moi, je peux tout à fait comprendre qu'ils soient sur la défensives.

Encore une fois, on est tous susceptible de poser un acte ou une parole raciste. Ce n'est pas grave, si on est capable de se remettre en question et de changer ces comportements.
C'est désagréable de réaliser tout ça. Ça met mal à l'aise de se rendre compte qu'on est privilégié, ça met mal à l'aise de réaliser que l'on a pu avoir des paroles ou des actes problématiques sans s'en rendre compte. Je vous souhaite de réussir un jour à prendre conscience de tout ça.
Afficher tout
Je l'ai dit, je fais pareil avec tout le monde. Quels que soient les prénoms, leurs origines. Les origines de mes élèves ne me préoccupent pas plus que ça. Je demande en début d'année pour faire connaissance.
Le "ils se victimisent constamment", ce n'est pas qu'avec moi. C'est partout, tout le temps. Entre eux, même. Les élèves ne font que chercher un moyen de nous (les profs) faire passer pour les méchants. Vous ne le vivez pas... peut-être ne pouvez-vous pas le comprendre ? ;)
Franchement, il faut aussi que les personnes arrêtent de se sentir visés négativement quand on leur demande d'où ils viennent. C'est quasiment la 2ème question que je pose à n'importe quelle personne que je rencontre... et ce n'est pas du racisme, c'est pour mieux échanger. "Ah, toi tu viens de Toulouse, je comprends mieux ton accent !", "Ah toi, tu viens de Bretagne, je ne connais pas... c'est joli ? C'est vrai qu'il pleut pas tant que ça ? ", "ah, toi tu viens de Côte d'Ivoire, je rêve d'y aller un jour, ça doit être sublime"... "ah toi, tu viens d'Algérie ? Ma maman y est née, elle aimerait y retourner un jour, mais c'est difficile".

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je l'ai dit, je fais pareil avec tout le monde. Quels que soient les prénoms, leurs origines. Les origines de mes élèves ne me préoccupent pas plus que ça. Je demande en début d'année pour faire connaissance.
Le "ils se victimisent constamment", ce n'est pas qu'avec moi. C'est
partout, tout le temps. Entre eux, même. Les élèves ne font que chercher un moyen de nous (les profs) faire passer pour les méchants. Vous ne le vivez pas... peut-être ne pouvez-vous pas le comprendre ? ;)
Franchement, il faut aussi que les personnes arrêtent de se sentir visés négativement quand on leur demande d'où ils viennent. C'est quasiment la 2ème question que je pose à n'importe quelle personne que je rencontre... et ce n'est pas du racisme, c'est pour mieux échanger. "Ah, toi tu viens de Toulouse, je comprends mieux ton accent !", "Ah toi, tu viens de Bretagne, je ne connais pas... c'est joli ? C'est vrai qu'il pleut pas tant que ça ? ", "ah, toi tu viens de Côte d'Ivoire, je rêve d'y aller un jour, ça doit être sublime"... "ah toi, tu viens d'Algérie ? Ma maman y est née, elle aimerait y retourner un jour, mais c'est difficile".
Afficher tout
J'abandonne... Libre à vous de rester encrer dans vos certitudes, c'est certainement plus confortable. Peut être un jour vous déciderez-vous à les remettre en question. Bonne continuation

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Il ne faut pas tout mélanger. Le problème n'est pas d'utiliser le mot "blanc" ou "noir" : vous pouvez parler de votre voiture noire ou de votre chat blanc. Le problème ici, est que le mot "blanc" est utilisé comme à argument marketing concernant la couleur de peau... Et suggère implicitement qu'une peau blanche ou claire est un idéal de beauté. Le fait d'utiliser d'autres termes comme "uniformiser" est non seulement beaucoup plus juste (car le but de ces crèmes n'est pas d'éclaircir la peau, mais de diminuer les tâches, etc) mais également beaucoup moins problèmatique. Afficher tout Tu dis beaucoup de choses sensées mais tu as raté un truc sur les crèmes blanchissantes ou éclaircissantes : non seulement quand il s'agit de crèmes type fond de teint, le but recherché par les femmes noires est bien de mettre une nuance plus claire pour paraitre avoir une peau plus claire mais il existe effectivement des crèmes blanchissantes qui changent vraiment la couleur de la peau durablement avec un effet qui ne part pas avec du savon. Concernant ces dernières je ne sais pas si l'Oréal en fabrique car elles utilisent souvent des principes actifs interdits car dangereux donc ce sont plutôt des crèmes qui se vendent sous le manteau, à moins que l'Oréal ait mis au point un crème qui prétend avoir le même effet sans ingrédients interdits. Et toutes ces crèmes font partie du même problème : la société a mis dans la tête de beaucoup de femmes noires que plus la peau se rapproche de la peau blanche et plus c'est beau, et elles sont prêtes à mettre sur leur peau des produits dangereux (dont certains connus pour être concérigènes) pour tendre vers cet objectif. Il y a même eu un dessin animé qui a fait polémique récemment (sur un site grand public contenant toutes sortes d'histoires pour jeunes enfants, pas sur un site de propagande raciste !) : il raconte l'histoire d'une princesse à laquelle une méchante sorcière a jeté un sort pour la rendre laide et le résultat est que la princesse blonde est transformée en une femme noire avec les cheveux crépus ! (toujours avec le même visage et le même corps très beaux mais le commentaire explique bien aux enfants qui voient cette belle femme noire que c'est la version laide de la princesse !). Et quand le sort est levé, elle redevient blanche et blonde et le commentaire explique bien qu'elle a retrouvé sa beauté ! Et le pire c'est que ça n'a pas forcément été fait dans un but de propagande, c'est ce que certaines personnes pensent naturellement et mettent dans la tête des jeunes enfants dès le plus jeune age ! Et quand l'Oréal prétend qu'il s'agit d'"uniformiser le teint" et pas de le blanchir, il ne faut pas tomber dans le panneau ! C'est de l'hypocrisie marketing. Tout le monde devrait savoir que ces crèmes sont utilisées pour blanchir la peau, quel que soit le nom qu'on leur donne, politiquement correct ou non ! Eh oui, ce phénomène est partout alors il ne faut donc pas le sous-estimer !