Paint it black des Rolling Stones fit polémique

Proposé par
le
dans

Les Rolling Stones furent accusés de racisme par des militants noirs américains, à la sortie du titre "Paint it, Black" en 1966. C'est pourquoi la virgule fut retirée sur les pochettes vendues aux États-Unis. Le sens du titre en est totalement changé: "Peins ça, Noir" devient "Peins ça en noir". Les membres du groupe affirmèrent que le titre d'origine était bien celui sans la virgule, reflétant la vision d'un homme dépressif qui colore tout en noir.

C'est leur maison de disque qui ajouta la virgule, sans qu'on en sache la raison.


Tous les commentaires (199)

a écrit : Vous mélangez tout, et n'essayez pas du tout de vous mettre à la place de l'autre. C'est triste je trouve ! Comparer le fait d'être gauchère avec du racisme ? Je suis rousse, j'ai été beaucoup moquée petite... Mais comme vous qui êtes gauchère, je n'ai jamais subi de discrimination à l9;embauche en raison de ça, n'ai jamais eu de mal à me procurer un logement à cause de ça, ne subis pas des contrôles policiers à répétition à cause de ça ! Il ne faut pas comparer l'imcomparable...
Et il faut admettre que en tant que blancs, nous ne pouvons pas comprendre ce que subissent les personnes racisées, alors écoutons leur parole et arrêtons de juger leur manière de lutter.
Si vous avez l'ouverture d'esprit pour, je ne peux que vous conseiller de vous informer sur le racisme ordinaire, et sur ces conséquences. Il n'est jamais trop tard pour déconstruire ses à priori et ses préjugés. D'autant plus en tant que prof (ça vous évitera peut être de nouvelles déconvenues avec vos élèves...)
Afficher tout
Ne vous en faites pas pour moi, je côtoie suffisamment de victimes du racisme pour connaître le problème. Mais ces personnes ne vont pas dans la rue pour fo**re le b**del comme d'autres. Ils veulent faire évoluer les mentalités par d'autres moyens que la violence, même s'ils l'a subissent.

Je parle des gauchers car on a des mots qui disent à quel point la gauche c'est mal (sinistre, etc) et parce que mon père subissait de graves sévisses et qu'il est maintenant traumatisé. Et je compare surtout ça aux pseudo féministes qui ne font que parler de leurs rasoirs plus chers etc, pas pour comparer aux personnes de couleur qui souffrent d'un racisme plus profond.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Vous mélangez tout, et n'essayez pas du tout de vous mettre à la place de l'autre. C'est triste je trouve ! Comparer le fait d'être gauchère avec du racisme ? Je suis rousse, j'ai été beaucoup moquée petite... Mais comme vous qui êtes gauchère, je n'ai jamais subi de discrimination à l9;embauche en raison de ça, n'ai jamais eu de mal à me procurer un logement à cause de ça, ne subis pas des contrôles policiers à répétition à cause de ça ! Il ne faut pas comparer l'imcomparable...
Et il faut admettre que en tant que blancs, nous ne pouvons pas comprendre ce que subissent les personnes racisées, alors écoutons leur parole et arrêtons de juger leur manière de lutter.
Si vous avez l'ouverture d'esprit pour, je ne peux que vous conseiller de vous informer sur le racisme ordinaire, et sur ces conséquences. Il n'est jamais trop tard pour déconstruire ses à priori et ses préjugés. D'autant plus en tant que prof (ça vous évitera peut être de nouvelles déconvenues avec vos élèves...)
Afficher tout
Et je n'ai aucun préjugé ni a priori... je n'ai pas été éduquée de la sorte. Peut-être pour ça que je ne comprends pas certaines choses qui se passent actuellement.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Sauf que je me considère moderne et absolument pas réac. Moderne par rapport au début du XXe que tu citais comme référence, sans doute !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ne vous en faites pas pour moi, je côtoie suffisamment de victimes du racisme pour connaître le problème. Mais ces personnes ne vont pas dans la rue pour fo**re le b**del comme d'autres. Ils veulent faire évoluer les mentalités par d'autres moyens que la violence, même s'ils l'a subissent.
r /> Je parle des gauchers car on a des mots qui disent à quel point la gauche c'est mal (sinistre, etc) et parce que mon père subissait de graves sévisses et qu'il est maintenant traumatisé. Et je compare surtout ça aux pseudo féministes qui ne font que parler de leurs rasoirs plus chers etc, pas pour comparer aux personnes de couleur qui souffrent d'un racisme plus profond. Afficher tout
Il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées qui subissent le racisme, pour "connaître le problème". J'en côtoie moi-même depuis toujours, et j'ai mis plusieurs années à comprendre certaines choses, à m'éduquer sur le sujet, et à déconstruire ma vision des choses (et j'imagine que j'ai encore du travail, et que ce ne sera jamais finit).
Et c'est bien parce que vous semblez ne pas comprendre certaines choses qui se passent actuellement, que je vous conseille de vous renseigner sur tout ça.
Encore une fois, nous n'avons pas à juger le ressenti des autres, ni leur moyen de lutter. Le racisme et les discriminations sont dénoncées calmement depuis des années sans que rien ne bouge. Il est légitime de vouloir alors sortir dans la rue pour crier sa colère.
Enfin, c'est assez insupportable de toujours lire des gens qui hiérarchisent l'importance des combats comme vous avec vos "pseudo féministes et leur rasoirs roses". Il y a une époque où les femmes se battaient pour avoir le droit de porter des pantalons, et certaines personnes se moquaient déjà de ces "pseudo féministes" qui se battent pour des futilités alors qu'elles devraient se battre en priorité pour le droit de vote. Laisser les gens se battre pour ce qui leur semble juste, même si ça ne vous touche pas vous.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées qui subissent le racisme, pour "connaître le problème". J'en côtoie moi-même depuis toujours, et j'ai mis plusieurs années à comprendre certaines choses, à m'éduquer sur le sujet, et à déconstruire ma vision des choses (et j'imagine que j'ai encore du travail, et que ce ne sera jamais finit).
Et c'est bien parce que vous semblez ne pas comprendre certaines choses qui se passent actuellement, que je vous conseille de vous renseigner sur tout ça.
Encore une fois, nous n'avons pas à juger le ressenti des autres, ni leur moyen de lutter. Le racisme et les discriminations sont dénoncées calmement depuis des années sans que rien ne bouge. Il est légitime de vouloir alors sortir dans la rue pour crier sa colère.
Enfin, c'est assez insupportable de toujours lire des gens qui hiérarchisent l'importance des combats comme vous avec vos "pseudo féministes et leur rasoirs roses". Il y a une époque où les femmes se battaient pour avoir le droit de porter des pantalons, et certaines personnes se moquaient déjà de ces "pseudo féministes" qui se battent pour des futilités alors qu'elles devraient se battre en priorité pour le droit de vote. Laisser les gens se battre pour ce qui leur semble juste, même si ça ne vous touche pas vous.
Afficher tout
Je laisse les gens lutter pour ce qui leur chante, ce qui me dérange c'est la manière de faire.
Les flics en prennent plein la figure à chaque manifestation...c'est insupportable. J'ai manifesté il y a quelques années avec un collègue, et il se plaignait parce que l'ambiance était trop cordiale avec les flics. Vous imaginez, ils nous souriaient et selon lui c'était un afront, cela signifiait qu'ils se moquaient de notre combat... là j'ai décidé de ne plus fréquenter cette personne et de ne plus manifester.

Les flics sont là pour protéger les manifestants et les autres qui ne manifestent pas. Si ceux qui manifestent n'en sont pas convaincus, qu'ils déménagent.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Moderne par rapport au début du XXe que tu citais comme référence, sans doute ! Cool de juger une personne uniquement sur quelques commentaires postés à la va vite.

Il faudra aussi définir la modernité...

Bref. On s'éloigne énormément du sujet de départ...
Il faut arrêter de penser qu'en arrêtant de dire des termes soi-disant péjoratif on va stopper les discriminations. La suppression de "mademoiselle" dans les documents administratifs est une mauvaise idée et un appauvrissement de la langue, la suppression de "noir" pour dire à la place "personne de couleur" est juste de l'hypocrisie. C'est comme pour malentendant et personne de petite taille. Sourd et nain ne sont des termes péjoratifs que si on y met un ton péjoratif...comme pour noir.
Je vais reparler des gauchers parce que les termes "maladroit", "sinistre", et tant d'autres sont bien là pour rappeler à quel point les gauchers sont mal aimés... mais voilà, on ne va pas changer tous les mots.
Alors appelons un noir, un noir, un blanc, un blanc, un latino un latino... un asiat, un asiat... et arrêtons de vouloir voir le mal partout.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées qui subissent le racisme, pour "connaître le problème". J'en côtoie moi-même depuis toujours, et j'ai mis plusieurs années à comprendre certaines choses, à m'éduquer sur le sujet, et à déconstruire ma vision des choses (et j'imagine que j'ai encore du travail, et que ce ne sera jamais finit).
Et c'est bien parce que vous semblez ne pas comprendre certaines choses qui se passent actuellement, que je vous conseille de vous renseigner sur tout ça.
Encore une fois, nous n'avons pas à juger le ressenti des autres, ni leur moyen de lutter. Le racisme et les discriminations sont dénoncées calmement depuis des années sans que rien ne bouge. Il est légitime de vouloir alors sortir dans la rue pour crier sa colère.
Enfin, c'est assez insupportable de toujours lire des gens qui hiérarchisent l'importance des combats comme vous avec vos "pseudo féministes et leur rasoirs roses". Il y a une époque où les femmes se battaient pour avoir le droit de porter des pantalons, et certaines personnes se moquaient déjà de ces "pseudo féministes" qui se battent pour des futilités alors qu'elles devraient se battre en priorité pour le droit de vote. Laisser les gens se battre pour ce qui leur semble juste, même si ça ne vous touche pas vous.
Afficher tout
Evidemment je suis d'accord avec Agathe.
L'argument " les discriminations sont dénoncées calmement depuis des années sans que rien ne bouge. Il est légitime de vouloir alors sortir dans la rue pour crier sa colère" est la porte ouverte à tous les abus. Qui va juger qu'on en a assez fait calmement ? Qui va juger que maintenant ça suffit et des débordements sont acceptables ? Vous, moi, un extrémiste de droite ou de gauche ? Nous avons chacun une limite différente de l'acceptable. Les lois sont là pour en fixer une qui ne dépend pas du jugement de chacun. Dire qu'au bout d'un moment il est normal qu'on puisse la dépasser revient à dire qu'il faut respecter la loi tant qu'on le veut bien. Ceux qui pensent que parfois la violence est nécessaire pour faire passer les messages sont pour moi des ennemis de la démocratie. Et si moi j'ai une cause qui me semble juste, que je n'obtiens pas gain de cause, je pourrais tout casser ? Dans votre raisonnement vous devriez me répondre oui, même sans connaitre cette cause, ou alors c'est que vous vous érigez en juge des causes pouvant être défendues par la violence.
Si la subjectivité de chacun est une raison valable pour tout casser, c'est la fin de la société.

De plus votre argumentaire revient encore une fois à dire que l'opinion de certains vaut plus que celle d'un autre. Mais de quel droit distribuez vous ces autorisations ? De quel droit dites vous à Agathe que sa légitimité ne vaut rien ?
"Il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées qui subissent le racisme, pour "connaître le problème"" ??? Il faut donc un permis ou une expertise validée par vous pour émettre un avis sur ce sujet ?
Mais dans ce cas, retirons aux chomeurs le droit d'avoir un avis sur l'économie (sauf s'ils sont agrégés d'économie), aux parents d'avoir un avis sur le programme scolaire (sauf s'ils sont prof), ...

a écrit : Je laisse les gens lutter pour ce qui leur chante, ce qui me dérange c'est la manière de faire.
Les flics en prennent plein la figure à chaque manifestation...c'est insupportable. J'ai manifesté il y a quelques années avec un collègue, et il se plaignait parce que l'ambiance était trop cordia
le avec les flics. Vous imaginez, ils nous souriaient et selon lui c'était un afront, cela signifiait qu'ils se moquaient de notre combat... là j'ai décidé de ne plus fréquenter cette personne et de ne plus manifester.

Les flics sont là pour protéger les manifestants et les autres qui ne manifestent pas. Si ceux qui manifestent n'en sont pas convaincus, qu'ils déménagent.
Afficher tout
Là on devie complétement du sujet^^
Il est ridicule de chercher la confrontation avec la police à tout prix (comme votre connaissance), on est d'accord là dessus.
Il est tout aussi ridicule de présenter la police comme ceux qui s'en prennent systématiquement plein la gueule. La police française a été condamnée plusieurs fois ces dernières années par la CEDH et dénoncée par divers organismes (Amnesty International par ex) pour des violences exagérées lors des manifestations (il y a eu de nombreux cas d'interventions policières injustifiées lors de manifs, alors que la foule était calme), ainsi que pour des contrôles au faciès et pour des violences qui sont majoritaires envers les personnes racisées. C'est un fait !
Il y a de nombreux policiers qui font parfaitement bien leur travail, et quelques uns qui font n'importe quoi et qui sont à dénoncer (et malheureusement, ne sont que trop rarement dénoncés par leur collègue, et trop protégés par leur hiérarchie).
De même il y a de nombreux manifestants qui manifestent calmement et sans chercher la confrontation, et quelques uns qui recherchent la violence.
Pourquoi dénoncer les uns, et soutenir les autres à tout prix ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Evidemment je suis d'accord avec Agathe.
L'argument " les discriminations sont dénoncées calmement depuis des années sans que rien ne bouge. Il est légitime de vouloir alors sortir dans la rue pour crier sa colère" est la porte ouverte à tous les abus. Qui va juger qu'on en a assez fait c
almement ? Qui va juger que maintenant ça suffit et des débordements sont acceptables ? Vous, moi, un extrémiste de droite ou de gauche ? Nous avons chacun une limite différente de l'acceptable. Les lois sont là pour en fixer une qui ne dépend pas du jugement de chacun. Dire qu'au bout d'un moment il est normal qu'on puisse la dépasser revient à dire qu'il faut respecter la loi tant qu'on le veut bien. Ceux qui pensent que parfois la violence est nécessaire pour faire passer les messages sont pour moi des ennemis de la démocratie. Et si moi j'ai une cause qui me semble juste, que je n'obtiens pas gain de cause, je pourrais tout casser ? Dans votre raisonnement vous devriez me répondre oui, même sans connaitre cette cause, ou alors c'est que vous vous érigez en juge des causes pouvant être défendues par la violence.
Si la subjectivité de chacun est une raison valable pour tout casser, c'est la fin de la société.

De plus votre argumentaire revient encore une fois à dire que l'opinion de certains vaut plus que celle d'un autre. Mais de quel droit distribuez vous ces autorisations ? De quel droit dites vous à Agathe que sa légitimité ne vaut rien ?
"Il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées qui subissent le racisme, pour "connaître le problème"" ??? Il faut donc un permis ou une expertise validée par vous pour émettre un avis sur ce sujet ?
Mais dans ce cas, retirons aux chomeurs le droit d'avoir un avis sur l'économie (sauf s'ils sont agrégés d'économie), aux parents d'avoir un avis sur le programme scolaire (sauf s'ils sont prof), ...
Afficher tout
Je ne défend pas la violence à tout prix, loin de là. Mais il est utopiste de penser qu'il suffit de dénoncer les choses pacifiquement pour que le monde bouge. De nombreuses avancées n'ont été possibles que parce que les gens se sont révoltés (vous profitez vous même aujourd'hui des acquis de mai 68 par exemple).
Néanmoins, je ne suis pas violente, et préfère utiliser le calme et la parole pour exprimer mon point de vue. Mais là encore, on se retrouve face à des gens qui préfèrent bloquer sur certaines de mes expressions, plutôt que sur le débat de fond, et qui ne cherche pas à le faire avancer...
Oui, il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées pour être informé sur le racisme. Pour cela, il y a des tas de façon de s'éduquer aujourd'hui si on en a envie. Et je n'ai interdit à personne de s'exprimer sur le sujet, ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dit. Libre à chacun de s'exprimer, mais il faut avoir conscience, que les personnes qui vivent les choses directement sont les plus légitimes pour en parler (et je dis ça en tant que blanche). Et je pense, qu'il est important de s'informer sur le sujet. Mais aucune obligation, évidemment, il est certainement plus confortable de ne pas remettre ses certitudes en question...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Cool de juger une personne uniquement sur quelques commentaires postés à la va vite.

Il faudra aussi définir la modernité...

Bref. On s'éloigne énormément du sujet de départ...
Il faut arrêter de penser qu'en arrêtant de dire des termes soi-disant péjoratif on va stopper les di
scriminations. La suppression de "mademoiselle" dans les documents administratifs est une mauvaise idée et un appauvrissement de la langue, la suppression de "noir" pour dire à la place "personne de couleur" est juste de l'hypocrisie. C'est comme pour malentendant et personne de petite taille. Sourd et nain ne sont des termes péjoratifs que si on y met un ton péjoratif...comme pour noir.
Je vais reparler des gauchers parce que les termes "maladroit", "sinistre", et tant d'autres sont bien là pour rappeler à quel point les gauchers sont mal aimés... mais voilà, on ne va pas changer tous les mots.
Alors appelons un noir, un noir, un blanc, un blanc, un latino un latino... un asiat, un asiat... et arrêtons de vouloir voir le mal partout.
Afficher tout
Je me demande bien pourquoi tu n'aimes pas quand c'est moi qui appelle les choses par leur nom ? Alors quelqu'un qui ne peut même pas concevoir qu'il y a un problème quand on associe le blanc à la réussite et le noir à l'échec même quand on le lui a fait remarquer, et qui déplore que c'était mieux avant, est un réac et s'il s'en vante en plus c'est un réac décomplexé et quelqu'un qui déplore de ne pas pouvoir devenir grand mère parce que ses enfants sont gays est un égoïste et s'il s'en vante en plus c'est un égoïste décomplexé ! (là-dessus tu avais tort, ce n'est pas forcément de l'homophobie, mais certainement de l'égoïsme).

a écrit : Je ne défend pas la violence à tout prix, loin de là. Mais il est utopiste de penser qu'il suffit de dénoncer les choses pacifiquement pour que le monde bouge. De nombreuses avancées n'ont été possibles que parce que les gens se sont révoltés (vous profitez vous même aujourd'hui des acquis de mai 68 par exemple).
Néanmoins, je ne suis pas violente, et préfère utiliser le calme et la parole pour exprimer mon point de vue. Mais là encore, on se retrouve face à des gens qui préfèrent bloquer sur certaines de mes expressions, plutôt que sur le débat de fond, et qui ne cherche pas à le faire avancer...
Oui, il ne suffit pas de côtoyer des personnes racisées pour être informé sur le racisme. Pour cela, il y a des tas de façon de s'éduquer aujourd'hui si on en a envie. Et je n'ai interdit à personne de s'exprimer sur le sujet, ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dit. Libre à chacun de s'exprimer, mais il faut avoir conscience, que les personnes qui vivent les choses directement sont les plus légitimes pour en parler (et je dis ça en tant que blanche). Et je pense, qu'il est important de s'informer sur le sujet. Mais aucune obligation, évidemment, il est certainement plus confortable de ne pas remettre ses certitudes en question...
Afficher tout
Désolée mais pour les problèmes de société, tout le monde doit pouvoir s'exprimer et personne ne doit être plus légitime qu'un autre. C'est pas parce qu'on est une femme qu'on est mieux placé pour parler du sexisme, c'est pas parce qu'on est noir qu'on est mieux placé pour parler du racisme. Non, non et non !
Sinon, comme dit Enzo, faisons de la technocratie et laissons uniquement les profs décider des programmes, les économistes de l'économie, les handicapés des handicaps... non mais franchement, il faut arrêter.

C'est en commun qu'on va régler les problèmes, pas en confrontation !

Concernant les luttes, de nos jours il y a des outils bien plus performants que la violence dans notre pays civilisé pour gagner un combat de société. Malheureusement les gens ne vont plus voter...et qu'on ne me dise pas que c'est un manque de confiance, et blablabla...il suffit de se présenter soi-même si on veut se faire entendre, si on ne se sent pas représenté.

Bref, il y a des flics pourris, comme il y a de mauvais profs, des prêtres dégueu, des profs dégueu aussi tiens, il y a dans tous les corps de métier des personnes pas ou peu fréquentables...il y aura toujours des racistes...il y aura toujours des discriminations en tout genre... le principe est de lutter pour que ces discriminations soient réellement punies, et pour essayer de changer les mentalités de certains.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Cool de juger une personne uniquement sur quelques commentaires postés à la va vite.

Il faudra aussi définir la modernité...

Bref. On s'éloigne énormément du sujet de départ...
Il faut arrêter de penser qu'en arrêtant de dire des termes soi-disant péjoratif on va stopper les di
scriminations. La suppression de "mademoiselle" dans les documents administratifs est une mauvaise idée et un appauvrissement de la langue, la suppression de "noir" pour dire à la place "personne de couleur" est juste de l'hypocrisie. C'est comme pour malentendant et personne de petite taille. Sourd et nain ne sont des termes péjoratifs que si on y met un ton péjoratif...comme pour noir.
Je vais reparler des gauchers parce que les termes "maladroit", "sinistre", et tant d'autres sont bien là pour rappeler à quel point les gauchers sont mal aimés... mais voilà, on ne va pas changer tous les mots.
Alors appelons un noir, un noir, un blanc, un blanc, un latino un latino... un asiat, un asiat... et arrêtons de vouloir voir le mal partout.
Afficher tout
Vous démontrez que vous n'êtes pas informé sur le sujet... Les personnes noires ne demandent pas qu'on les appelle "personne de couleur" ou "black" par peur de prononcer le mot noir. Au contraire, nous sommes d'accord, parlons de personnes noires, ou de personnes blanches. Il n'est pas question ici de rendre le mot noir tabou. Il est question ici de faire attention à la façon dont on utilise ce mot, et quand on l'utilise (il n'est par exemple pas nécessaire de toujours ramener une personne à sa couleur).

Pour le reste, tout est une question de point de vu... Je trouve la suppression de Mademoiselle très bien. Pourquoi devoir ramener une femme à sa condition de femme mariée ou célibataire (d'autant plus à une époque où de moins en moins de personnes se marient). Je n'y vois pas d'appauvrissement de la langue, qui a toujours évoluée. Certains mots disparaissent, d'autres naissent.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Désolée mais pour les problèmes de société, tout le monde doit pouvoir s'exprimer et personne ne doit être plus légitime qu'un autre. C'est pas parce qu'on est une femme qu'on est mieux placé pour parler du sexisme, c'est pas parce qu'on est noir qu'on est mieux placé pour parler du racisme. Non, non et non !
Sinon, comme dit Enzo, faisons de la technocratie et laissons uniquement les profs décider des programmes, les économistes de l'économie, les handicapés des handicaps... non mais franchement, il faut arrêter.

C'est en commun qu'on va régler les problèmes, pas en confrontation !

Concernant les luttes, de nos jours il y a des outils bien plus performants que la violence dans notre pays civilisé pour gagner un combat de société. Malheureusement les gens ne vont plus voter...et qu'on ne me dise pas que c'est un manque de confiance, et blablabla...il suffit de se présenter soi-même si on veut se faire entendre, si on ne se sent pas représenté.

Bref, il y a des flics pourris, comme il y a de mauvais profs, des prêtres dégueu, des profs dégueu aussi tiens, il y a dans tous les corps de métier des personnes pas ou peu fréquentables...il y aura toujours des racistes...il y aura toujours des discriminations en tout genre... le principe est de lutter pour que ces discriminations soient réellement punies, et pour essayer de changer les mentalités de certains.
Afficher tout
Une personne qui subit une inégalité, une discriminations, est mieux placée pour en parler que quelqu'un qui ne l'a jamais vécu. Je ne comprends même pas qu'il puisse y avoir débat la dessus.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Une personne qui subit une inégalité, une discriminations, est mieux placée pour en parler que quelqu'un qui ne l'a jamais vécu. Je ne comprends même pas qu'il puisse y avoir débat la dessus. On exclut la personne qui discrimine...qui a en fait aussi le droit de parler. Pourquoi discrimine-t-elle ? Pourquoi a-t-elle peur de l'autre ? Pourquoi est-elle violente ?
Je vais parler des nazis, comme ça on aura atteint notre point Godwin : en France on a vendu nos juifs... car on avait une certaine haine envers eux...haine qui a été manipulée, accentuée... peur qui a été accrue, exploitée. On chassait les juifs parce qu'ils étaient soi-disant responsables de tous nos maux.

Et si on écoutait tout le monde, au lieu de dire que seules les victimes ont le droit de parler ?
Mon fils, il y a peu, a eu un mouvement de peur extrême en voyant un noir. Il n'en avait jamais vu avant. Il a fallu que je le rassure et que je lui explique que dans le monde il n'y avait pas que des blancs. Je vous rasssure, mon fils de 2 ans n'est pas raciste...d'ailleurs il a aussi eu une peur extrême quand il a vu mon cousin très barbu et très brun, car en fait il n'avait jamais vu de monsieur barbu. J'ai aussi dû le rassurer.

Pour changer les mentalités, il ne suffit pas d'écouter les victimes...il faut surtout chercher à comprendre les bourreaux, les mécanismes qui mènent au racisme.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On exclut la personne qui discrimine...qui a en fait aussi le droit de parler. Pourquoi discrimine-t-elle ? Pourquoi a-t-elle peur de l'autre ? Pourquoi est-elle violente ?
Je vais parler des nazis, comme ça on aura atteint notre point Godwin : en France on a vendu nos juifs... car on avait une certaine hai
ne envers eux...haine qui a été manipulée, accentuée... peur qui a été accrue, exploitée. On chassait les juifs parce qu'ils étaient soi-disant responsables de tous nos maux.

Et si on écoutait tout le monde, au lieu de dire que seules les victimes ont le droit de parler ?
Mon fils, il y a peu, a eu un mouvement de peur extrême en voyant un noir. Il n'en avait jamais vu avant. Il a fallu que je le rassure et que je lui explique que dans le monde il n'y avait pas que des blancs. Je vous rasssure, mon fils de 2 ans n'est pas raciste...d'ailleurs il a aussi eu une peur extrême quand il a vu mon cousin très barbu et très brun, car en fait il n'avait jamais vu de monsieur barbu. J'ai aussi dû le rassurer.

Pour changer les mentalités, il ne suffit pas d'écouter les victimes...il faut surtout chercher à comprendre les bourreaux, les mécanismes qui mènent au racisme.
Afficher tout
Je le redis (pour le 3eme fois), je ne dis pas que tout le monde n'a pas le droit de parler. Je dis que ceux qui ne sont pas directement touchés par le racisme, doivent écouter ceux qui le vivent et ne pas remettre leur vécu en question. Tout le monde à le droit de parler, mais ceux qui vivent les choses sont plus légitimes pour le faire. Alors laissons notre égo de côté, et écoutons les.

Si certaines personnes ont des préjugés et discriminent, c'est justement par méconnaissance et parce qu'on vit dans une société aux relents racistes encore bien trop présent. C'est contre tout ça qu'il faut lutter.
Pour changer les mentalités, je suis d'accord avec vous, il ne suffit pas d'écouter les victimes. Il faut essayer de comprendre les mécanismes qui mènent au racisme. Et parler, s'éduquer pour changer tout ça...
Mais dès que l'on aborde le sujet, les gens se braquent, car il est difficile et désagréable de changer ses représentations, et d'admettre que la façon dont on a toujours vu les choses, est à remettre en question (n'est ce pas ? Notre conversation en est typiquement l'exemple...)

Et non, rassurez vous, personne ne traitera un enfant de 2 ans de raciste. Un enfant peut être surpris parce qu'il ne connait pas où n'a pas l'habitude de voir. C'est tout à fait normal. A nous de leur expliquer, et de les éduquer.

Posté le

android

(0)

Répondre

Évidemment, en tant que témoignages, les victimes de racisme sont plus à écouter qu'une autre personne sur le sujet. Mais souffrir du racisme ne fait de personne un spécialiste de la question. Un malade du cancer souffre réellement, je ne le remets pas en cause, mais ça n'en fait pas un spécialiste des maladies cancéreuses.
Ce n'est pas parce qu'on souffre du racisme que la solution qu'on propose, notamment une censure démesurée, est meilleure que celle d'un blanc qui n'en souffre pas.

Par exemple mon avis sur la question : en enlevant cette virgule, je pense qu'on n'a rien traité, que le condition des noirs ne s'est pas amélioré d'un iota, mais on a bonne conscience, et on ne voit pas qu'une partie de la population en a marre que pour la moindre virgule mal placée elle peut être taxée de racisme, qu'elle n'ose plus utiliser le mot noir, alors elle dit Black. Les censeurs de la pensée unique pensent avoir gagné car la parole publique est super aseptisée, mais ça crée des rancœurs auprès de gens qui ne sont légitimes pour parler de rien, qui n'ont qu'à se la fermer. Mais dans l'isoloir, ces personnes ne sont plus soumises aux pressions du politiquement correct.
Mon avis, c'est qu'à force de choisir quoi a le droit de s'exprimer sur un sujet et qui doit se la fermer, on fait un boulevard à l'extrême droite.
C'est toujours mieux de laisser parler les gens librement que de ne leur laisser que le bulletin de vote (qui reste indispensable).

a écrit : Évidemment, en tant que témoignages, les victimes de racisme sont plus à écouter qu'une autre personne sur le sujet. Mais souffrir du racisme ne fait de personne un spécialiste de la question. Un malade du cancer souffre réellement, je ne le remets pas en cause, mais ça n'en fait pas un spécialiste des maladies cancéreuses.
Ce n'est pas parce qu'on souffre du racisme que la solution qu'on propose, notamment une censure démesurée, est meilleure que celle d'un blanc qui n'en souffre pas.

Par exemple mon avis sur la question : en enlevant cette virgule, je pense qu'on n'a rien traité, que le condition des noirs ne s'est pas amélioré d'un iota, mais on a bonne conscience, et on ne voit pas qu'une partie de la population en a marre que pour la moindre virgule mal placée elle peut être taxée de racisme, qu'elle n'ose plus utiliser le mot noir, alors elle dit Black. Les censeurs de la pensée unique pensent avoir gagné car la parole publique est super aseptisée, mais ça crée des rancœurs auprès de gens qui ne sont légitimes pour parler de rien, qui n'ont qu'à se la fermer. Mais dans l'isoloir, ces personnes ne sont plus soumises aux pressions du politiquement correct.
Mon avis, c'est qu'à force de choisir quoi a le droit de s'exprimer sur un sujet et qui doit se la fermer, on fait un boulevard à l'extrême droite.
C'est toujours mieux de laisser parler les gens librement que de ne leur laisser que le bulletin de vote (qui reste indispensable).
Afficher tout
Je pense avoir suffisamment répété que la question n'était pas de faire taire les gens...
Mais la question est de laisser la parole à ceux qui souffrent. Bien sûr que ça n'en fait pas des spécialistes, mais ce sont les premiers concernés et les plus à même de juger ce qui a de l'importance ou pas.

Enlever cette virgule ne va pas changer le monde, évidemment, tout le monde est d'accord là dessus. Mais allerter sur l'utilisation des mots, sur leur conséquences peut avoir de l'importance. Il ne faut pas avoir peur d'utiliser le mot noir, et je ne vois pas l'intérêt de le remplacer par le mot black. Dans cette histoire en l'occurrence, le problème n'est pas l'utilisation du mot noir. Mais le fait que avec la virgule, ce mot ne désigne plus juste un adjectif, mais un nom qui du coup peut désigner un ensemble de personnes (et pour le coup, la phrase signifie un ordre donné à cet ensemble de personnes). Peut être que c'était involontaire et fait sans aucune mauvaise intention. Mais il est aussi important de le dénoncer et de rendre attentif à cela. Et ne pas se contenter de dire que ça n'a pas d'importance.

Je pense que l'on est tous susceptible de faire ou dire quelque chose de raciste, ou de faire une erreur. Sans mauvaise intention, de façon maladroite, sans peut être même s'en rendre compte. Et on pourrait se dire que c'est pas si grave, mais mettons nous à la place de ceux qui subissent ou entendent ces choses qui nous semblent anodines depuis des années. On peut faire une erreur, ça peut arriver à tout le monde. Ce qui me semble grave, c'est l'incapacité à se remettre en question, c'est le fait d'être automatiquement sur la défensive, et décider pour les autres que "c'est bon, vous exagérer toujours, ce n'est pas si grave", "vous vous victimisez tout le temps", "ce n'est qu'une virgule".

Écoutons, sans minimiser les choses, et sans remettre en cause la parole des concernés quand ils nous disent que nous faisons une erreur. Ça arrive de faire une erreur, mais soyons à l'écoute pour ne pas la reproduire.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je pense avoir suffisamment répété que la question n'était pas de faire taire les gens...
Mais la question est de laisser la parole à ceux qui souffrent. Bien sûr que ça n'en fait pas des spécialistes, mais ce sont les premiers concernés et les plus à même de juger ce qui a de l'importance ou pas.


Enlever cette virgule ne va pas changer le monde, évidemment, tout le monde est d'accord là dessus. Mais allerter sur l'utilisation des mots, sur leur conséquences peut avoir de l'importance. Il ne faut pas avoir peur d'utiliser le mot noir, et je ne vois pas l'intérêt de le remplacer par le mot black. Dans cette histoire en l'occurrence, le problème n'est pas l'utilisation du mot noir. Mais le fait que avec la virgule, ce mot ne désigne plus juste un adjectif, mais un nom qui du coup peut désigner un ensemble de personnes (et pour le coup, la phrase signifie un ordre donné à cet ensemble de personnes). Peut être que c'était involontaire et fait sans aucune mauvaise intention. Mais il est aussi important de le dénoncer et de rendre attentif à cela. Et ne pas se contenter de dire que ça n'a pas d'importance.

Je pense que l'on est tous susceptible de faire ou dire quelque chose de raciste, ou de faire une erreur. Sans mauvaise intention, de façon maladroite, sans peut être même s'en rendre compte. Et on pourrait se dire que c'est pas si grave, mais mettons nous à la place de ceux qui subissent ou entendent ces choses qui nous semblent anodines depuis des années. On peut faire une erreur, ça peut arriver à tout le monde. Ce qui me semble grave, c'est l'incapacité à se remettre en question, c'est le fait d'être automatiquement sur la défensive, et décider pour les autres que "c'est bon, vous exagérer toujours, ce n'est pas si grave", "vous vous victimisez tout le temps", "ce n'est qu'une virgule".

Écoutons, sans minimiser les choses, et sans remettre en cause la parole des concernés quand ils nous disent que nous faisons une erreur. Ça arrive de faire une erreur, mais soyons à l'écoute pour ne pas la reproduire.
Afficher tout
Moi aussi ça m'énerve les personnes systématiquement sur la défensive !

a écrit : Vous démontrez que vous n'êtes pas informé sur le sujet... Les personnes noires ne demandent pas qu'on les appelle "personne de couleur" ou "black" par peur de prononcer le mot noir. Au contraire, nous sommes d'accord, parlons de personnes noires, ou de personnes blanches. Il n'est pas question ici de rendre le mot noir tabou. Il est question ici de faire attention à la façon dont on utilise ce mot, et quand on l'utilise (il n'est par exemple pas nécessaire de toujours ramener une personne à sa couleur).

Pour le reste, tout est une question de point de vu... Je trouve la suppression de Mademoiselle très bien. Pourquoi devoir ramener une femme à sa condition de femme mariée ou célibataire (d'autant plus à une époque où de moins en moins de personnes se marient). Je n'y vois pas d'appauvrissement de la langue, qui a toujours évoluée. Certains mots disparaissent, d'autres naissent.
Afficher tout
Perso, j’aurais dit « les marrons » et « les roses » mais personne ici ne semble connaître correctement les couleurs.

a écrit : Moi aussi ça m'énerve les personnes systématiquement sur la défensive ! Quand on subit des stéréotypes, des à priori, des discriminations depuis toujours, je peux comprendre qu'on finisse par être sur la défensive...
Quand on fait parti des privilégiés qui n'avons pas à subir ces discriminations et stéréotypes, et que l'on se retrouve à être sur la défensive parce que les personnes qui souffrent nous demandent de nous remettre en question, alors je trouve ridicule d'être sur la défensive...
Chaque situation est différente, ne comparons pas l'incomparable !

Posté le

android

(0)

Répondre