Carl Gauss, un génie des mathématiques à 9 ans

Proposé par
le
dans

La formule permettant de calculer la somme de nombres allant de 1 à n fut découverte par le "prince des mathématiciens" Carl Gauss alors qu'il n'avait que 9 ans ! Alors à l'école, son professeur lui demanda de calculer la somme de nombres allant de 1 à 100, et il trouvera facilement la formule : n*(n+1)/2.

Il agit astucieusement, en additionnant, les nombres les plus extrêmes, remarquant qu'à chaque fois le résultat est 101. (1+100 = 101, 99+2 = 101, 98+3 = 101 etc.). Il remarque donc qu'il existe 50 paires ayant pour résultat 101. Il en conclue facilement que 50*101 est la réponse. Ainsi, il développe la formule en partant du principe que 50*101 = 100*101/2.


Tous les commentaires (127)

a écrit : Merci d'avoir corrigé ce commentaire mettant en doute la surdouance... Je suis moi-même surdouée, j'ai 16 ans et j'ai été diagnostiquée comme tel à l'âge de 6 ans environ. Depuis j'ai bien trop entendu et lu des remises en cause de ce fait. Ce n'est pas toujours facile car c est à l'origine de beaucoup de problèmes (scolaires, sociaux, épisodes dépressifs...) et comme on l'associe à une intelligence plus haute que la moyenne (ce qui est vrai mais la surdouance ne se limite pas à ça ), on m'a souvent dit, en gros "te plains pas, t'es intelligente donc t'as pas de problèmes ". En effet, les capacités de compréhension, d'analyse et de mémoire sont élevées, ce qui me permet d'avoir de bonnes notes sans beaucoup d'effort, j'ai aussi appris à lire seule... Mais en contre partie, je suis hypersensible, j'ai des tendances dépressives (car je pense trop, me pose trop de questions existentielles..) et du mal à me lier d'amitié avec les autres, et surtout une grosse difficulté à fournir des efforts. Ce n'est pas parce qu'on est plus intelligent que l'on est plus heureux, au contraire.

Autre chose pour éclairer ceux que cela intéresse : le QI est utilisé comme un outil, une piste qui aide a confirmer le diagnostic psychologique du surdoué. Par convention, on considère surdoué une personne avec un QI supérieur ou égal à 130. Cela concerne environ 2% de la population. Mais cela ne suffit pas à déterminer la surdouance. C est avant tout une façon de penser: l'intelligence n'est pas seulement supérieure mais surtout différente ! C est ce qui fait qu'un surdoué se sent différent, il pense différemment des autres... Il faut donc à diagnostic psychologique.
(Le lien QI-surdouance reste important, par exemple, j'ai un QI de 150 )

Si quelqu'un veut des précisons, demandez moi je suis ravie d'en parler, mais pas la peine de me dire que la surdouance n'existe pas... Ce serait renier ce que nous sommes.
Afficher tout
Oui je confirme effectivement plus le QI est bas plus on est heureux comme le disais si bien brassens :
Mon dieu, qu'il ferait bon sur la terre des hommes
Si on n'y rencontrait cette race incongru’,
Cette race importune et qui partout foisonne :
La race des gens du terroir, des gens du cru.
Que la vi’ serait belle en toutes circonstances
Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards,
Preuve, peut-être bien, de votre inexistence :
Les imbécil’s heureux qui sont nés quelque part,

Moi j'ai beau avoir 14 ans j'ai compris dès que je l'ai lue... Et je suis pas surdouée !
C'est vrai que c'est bien pratique quand on doit faire ça sans calculatrice...

a écrit : Le principe d'enfants surdoué ne repose sur rien. Et est fortement remis en cause par nombre de scientifiques. Par ailleurs Einstein... A eu une scolarité médiocre..... Einstein n'a pas eu une scolarité médiocre mais brillante. Cette rumeur disant qu'il était nul en math date d'ailleurs de son époque puisqu'il se demandait lui meme d'où elle venait. Sans doute du fait qu'il a longtemps ouvertement négligé l'importance des math dans son travail, privilégiant la physique. Je vous conseille sa bio par Walter isaacson, bon bouquin.

a écrit : Les surdoues n'existent pas !!!
Selon Albert Jacquard
Que vient faire le descendant de Jacquouille là dedans ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Les enfants "intellectuellement précoce" ne sont ni plus intelligents ni plus bêtes que les autres. Ils pensent différemment.
Mon petit frère à 7 ans résolvait ses problèmes de maths (niveau CE1) en posant des équations mais trouver des décimales alors qu'on compte des oeufs ou des enfants ne le ch
oquait pas. Il ne rigole jamais en entendant une blague mais en expliquant pourquoi elle est drôle. En maternelle il battait toute sa classe en course d'obstacle (bien que pas spécialement rapide) car il analysait le parcours avant le départ et n'avait pas besoin de ralentir entre les obstacles.
Beaucoup de ces enfants se retrouvent ensuite en échec scolaire pour deux raisons. Ils s'ennuient dans les petites classes car ils assimilent les connaissances très vite et remplacent la technique par l'instinct. Ensuite ils se frustrent souvent au collège car ils n'ont jamais pris l'habitude de travailler pour assimiler et car leur instinct finit par ne plus suffire à résoudre des problèmes complexes.
Ça n'a aucun rapport avec l'autisme qui est un handicap de la communication. Cependant les précoces ont souvent des intérêts très différents des enfants de leur âge ce qui peut les conduire à s'isoler.
Afficher tout
Bravo à vous, je trouve que vous avez parfaitement résumé ce qu'est un enfant précoce, notamment l'utilisation de l'instinct par rapport aux techniques.

Posté le

android

(0)

Répondre

il existe 100 paires et non pas 50 sinon le calcul n'est pas juste !

Posté le

android

(0)

Répondre

Désolé, je ne trouve pas cela vraiment extraordinaire, en tous cas comparé à toutes ses autres découvertes.
Faites faire le même exercice plusieurs fois à des gamins de quelques années de plus, je suis sûr que certains vont finir par trouver l'astuce, même s'ils ne seront pas capables d'en faire un modèle mathématique.
Donc précoce, oui.
Unique, extraordinaire, ça me semble exagéré.
D'autant plus que le principe était déjà connu.

Posté le

android

(0)

Répondre