Aux Samoa, il existe un troisième genre

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

J'ai toujours trouvé ce débat inutile.
Chacun est libre de se considérer comme il l'entend. Si je me considère comme une femme alors que je sui XY et que j'ai une b***, libre à moi. Par contre si je ressemble à un homme, ce ne sera pas la faute des autres si ils me disent monsieur. Dans ce cas là, je les corrige avec politesse, bienveillance et pédagogie.
Et pour l'état civile on affiche le sexe biologique et dans le cas des transsexuels biologique, on affiche neutre.
Et pour les crétins qui n'acceptent pas que d'autres vivent différemment d'eux on les ignores (dans nos sociétés occidentales, je parle pas des pays ou être différent vous vaut la persécution.)
On ne devrait pas chercher la satisfaction dans l'approbation ou le regard des autres et de la société, suivons Montaigne et les Stoïciens, vivons en tant qu'homme, femme, neutre, trans, queer, non-binaire, bref en tant qu'individu libre des interférences négatives extérieures.

a écrit : J'ai toujours trouvé ce débat inutile.
Chacun est libre de se considérer comme il l'entend. Si je me considère comme une femme alors que je sui XY et que j'ai une b***, libre à moi. Par contre si je ressemble à un homme, ce ne sera pas la faute des autres si ils me disent monsieur. Dans ce cas là,
je les corrige avec politesse, bienveillance et pédagogie.
Et pour l'état civile on affiche le sexe biologique et dans le cas des transsexuels biologique, on affiche neutre.
Et pour les crétins qui n'acceptent pas que d'autres vivent différemment d'eux on les ignores (dans nos sociétés occidentales, je parle pas des pays ou être différent vous vaut la persécution.)
On ne devrait pas chercher la satisfaction dans l'approbation ou le regard des autres et de la société, suivons Montaigne et les Stoïciens, vivons en tant qu'homme, femme, neutre, trans, queer, non-binaire, bref en tant qu'individu libre des interférences négatives extérieures.
Afficher tout
Libre à vous oui.

Mais libre à moi de dire que j’aime pas ça.

Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste.

Libre à moi de dire que lgbt veulent imposer la dictature des minorités.

Libre à moi de dire qu’il y a deux sexes.

Et pour finir libre à moi/ nous d’apprendre à nos enfants que malgré nos différences il faut respecter l’autre et se montrer bienveillant tout en ayant ses opinions lesquelles ne doivent pas être imposées aux autres.

J'aime lire ce genre de débats.
Les gens n'y connaissent rien et parlent de "thèses" qui s'apparentent plus à des fables.

Pour rappelle la magnifique culture des Samoas propose 7ans de prison en cas de rapports sexuels entre personnes de même sexe.

Je dis ça...


Tous les commentaires (177)

Ils ne seraient pas un peu en train de confondre identité de genre et expression de genre nos amis Samoans ?... :p

Posté le

android

(16)

Répondre

J'ai toujours trouvé ce débat inutile.
Chacun est libre de se considérer comme il l'entend. Si je me considère comme une femme alors que je sui XY et que j'ai une b***, libre à moi. Par contre si je ressemble à un homme, ce ne sera pas la faute des autres si ils me disent monsieur. Dans ce cas là, je les corrige avec politesse, bienveillance et pédagogie.
Et pour l'état civile on affiche le sexe biologique et dans le cas des transsexuels biologique, on affiche neutre.
Et pour les crétins qui n'acceptent pas que d'autres vivent différemment d'eux on les ignores (dans nos sociétés occidentales, je parle pas des pays ou être différent vous vaut la persécution.)
On ne devrait pas chercher la satisfaction dans l'approbation ou le regard des autres et de la société, suivons Montaigne et les Stoïciens, vivons en tant qu'homme, femme, neutre, trans, queer, non-binaire, bref en tant qu'individu libre des interférences négatives extérieures.

Et les transgenres non-binaire fluide gay alors?? On pisse où??

Ce débat prend toute son ampleur dans nos sociétés occidentales, où on considère que les jouets camions pompiers ne sont pas réservés aux garçons et les dinettes aux filles :) Et c'est très d'actualité chez nous...
Les Samoas font cette différence chez les enfants garçons assez jeunes, quand ils paraissent aux parents (ou à la société), assez efféminés ; on les cantonne alors à des tâches plus familiales pour aider leurs mères au foyers. Et, JMCMB, c'est un "statut" social semble-t-il.
Ca n'entre pas dans notre vision de la société, c'est sûr :)

a écrit : J'ai toujours trouvé ce débat inutile.
Chacun est libre de se considérer comme il l'entend. Si je me considère comme une femme alors que je sui XY et que j'ai une b***, libre à moi. Par contre si je ressemble à un homme, ce ne sera pas la faute des autres si ils me disent monsieur. Dans ce cas là,
je les corrige avec politesse, bienveillance et pédagogie.
Et pour l'état civile on affiche le sexe biologique et dans le cas des transsexuels biologique, on affiche neutre.
Et pour les crétins qui n'acceptent pas que d'autres vivent différemment d'eux on les ignores (dans nos sociétés occidentales, je parle pas des pays ou être différent vous vaut la persécution.)
On ne devrait pas chercher la satisfaction dans l'approbation ou le regard des autres et de la société, suivons Montaigne et les Stoïciens, vivons en tant qu'homme, femme, neutre, trans, queer, non-binaire, bref en tant qu'individu libre des interférences négatives extérieures.
Afficher tout
Libre à vous oui.

Mais libre à moi de dire que j’aime pas ça.

Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste.

Libre à moi de dire que lgbt veulent imposer la dictature des minorités.

Libre à moi de dire qu’il y a deux sexes.

Et pour finir libre à moi/ nous d’apprendre à nos enfants que malgré nos différences il faut respecter l’autre et se montrer bienveillant tout en ayant ses opinions lesquelles ne doivent pas être imposées aux autres.

D'après moi, je pense qu'on est libre de penser car il est impossible de forcer quelqu’un à penser autre chose...
...pour autant dire ce que l'on pense, si ce sont des choses fausses, je pense que c'est interdit, et je pense, à mon avis, que c'est normal....

Quand par exemple tu écris :"Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste."
D'après moi, tu peux le penser, mais tu n'as pas le droit de l’écrire ni de le dire car c'est faux.

a écrit : D'après moi, je pense qu'on est libre de penser car il est impossible de forcer quelqu’un à penser autre chose...
...pour autant dire ce que l'on pense, si ce sont des choses fausses, je pense que c'est interdit, et je pense, à mon avis, que c'est normal....

Quand par exe
mple tu écris :"Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste."
D'après moi, tu peux le penser, mais tu n'as pas le droit de l’écrire ni de le dire car c'est faux.
Afficher tout
Non Biorelle

Ce n’est pas faux.

C’est une exagération volontaire de ma part, un raccourci pour dire que :

La plupart des lgbt et autres assos qui veulent notre bien, et j’en suis convaincu qu’il y en a , ne pensent pas que hétérosexuel= homophobe et autres épithètes. Néanmoins au sein de ses assos il y a ce que j’appelle des noyaux durs qui essaient d’imposer leurs pensées aux modérés. La réponse de aaprl est le parfait exemple.

Mais j’apprécie ta remarque qui apporte au débat...

a écrit : D'après moi, je pense qu'on est libre de penser car il est impossible de forcer quelqu’un à penser autre chose...
...pour autant dire ce que l'on pense, si ce sont des choses fausses, je pense que c'est interdit, et je pense, à mon avis, que c'est normal....

Quand par exe
mple tu écris :"Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste."
D'après moi, tu peux le penser, mais tu n'as pas le droit de l’écrire ni de le dire car c'est faux.
Afficher tout
Tu es tout simplement contre la liberté d'expression...c'est tellement beau de voir ça en 2020.

Posté le

android

(8)

Répondre

J'aime lire ce genre de débats.
Les gens n'y connaissent rien et parlent de "thèses" qui s'apparentent plus à des fables.

Pour rappelle la magnifique culture des Samoas propose 7ans de prison en cas de rapports sexuels entre personnes de même sexe.

Je dis ça...

Ma liberté s'arrête devant la liberté d'autrui.

Posté le

android

(7)

Répondre

Les modérateurs sont arrivés au max de leurs occupations en cette période de confinement et cherche absolument de du temps à "tuer",bon courage à eux :-)),portez vous tous bien chers lecteurs/trices

Posté le

android

(9)

Répondre

Commentaire supprimé Très intéressant ton commentaire, merci !

Chez nous un faafafine ce serait un travesti qui considère qu'une femme reste à la maison et s'occupe de sa famille et de son mari ! Et y a des deconstrucs qui prennent ça comme argument !.

Commentaire supprimé On voit bien que tu es passionné par la génétique, mais le débat ne se trouve clairement pas sur ce terrain, il se trouve sur celui de la sociologie, de la culture.

L'essentiel de ce qui fait un homme ou une femme est une somme d'apprentissages.
On ne naît pas homme ou femme, on le devient.

C'est souvent vu comme une bénédiction pour la maman voire les parents ou toute la famille, car le faafafine remplace la "vieille fille', secondant la mère dans les soins du foyer et s'occupant plus tard des parents vieillissants.

a écrit : On voit bien que tu es passionné par la génétique, mais le débat ne se trouve clairement pas sur ce terrain, il se trouve sur celui de la sociologie, de la culture.

L'essentiel de ce qui fait un homme ou une femme est une somme d'apprentissages.
On ne naît pas homme ou femme, on le devient.
On naît homme ou femme et aussi le devenons. C'est biologique ET social. Les deux aspects n'étant pas non plus des mondes parallèles.

A la base ça ne posait pas de débat. Je dirai plutôt que le débat a été imposé d'office.

Posté le

android

(0)

Répondre

Forcément qu'il allait partir en couille ce débat, j'avais prévu les pop corn d'ailleurs! ^^

AAPRL, t'as le droit d'avoir des opinions, t'as le droit d'être contre les opinions des autres, t'as même le droit d'insulter les gens, mais c'est pas une raison pour chier dans le ventilo. Tu m'a vraiment habitué à mieux, mais depuis la crise j'ai l'impression que tu cherche à t'enfoncer, c'est triste, je trouve, quand on est dans un lac de merde, de s'attacher des poids aux pieds.


Bon pour en revenir à l'anecdote, j'ai l'impression qu'il est assez courant de retrouver dans les cultures les plus anciennes, autre chose que "mâle et femelle", ca c'est justement une dérive de la science, parce que, certes, il n'y a que deux sexes dans la nature mais justement, il y a aussi le mélange des deux, la conscience, l'identité... c'est très compliqué en vrai, c'est un peu comme cataloguer les étoiles, les planètes et les cailloux, la différence entre tout ça, c'est le bordel, c'est tout, parce que la nature déteste les cases! ;)

a écrit : On voit bien que tu es passionné par la génétique, mais le débat ne se trouve clairement pas sur ce terrain, il se trouve sur celui de la sociologie, de la culture.

L'essentiel de ce qui fait un homme ou une femme est une somme d'apprentissages.
On ne naît pas homme ou femme, on le devient.
Je suis tout à fait d’accord avec toi ! C’est pour ça que je distingue genre et sexe, chez l’humain. De part notre évolution sociale, on peut se détacher du sexe attribué génétiquement. Il n’en demeure pas moins que l’on nait homme (mâle) ou femme (femelle), les fondations sont imposées par notre patrimoine génétique. Mais, l’être humain construit ce qu’il veut sur des fondations, grâce à d’autres variables qui viennent s’associer pour construire une identité.