Aux Samoa, il existe un troisième genre

Proposé par
le

Tous les commentaires (166)

a écrit : J'ai toujours trouvé ce débat inutile.
Chacun est libre de se considérer comme il l'entend. Si je me considère comme une femme alors que je sui XY et que j'ai une b***, libre à moi. Par contre si je ressemble à un homme, ce ne sera pas la faute des autres si ils me disent monsieur. Dans ce cas là,
je les corrige avec politesse, bienveillance et pédagogie.
Et pour l'état civile on affiche le sexe biologique et dans le cas des transsexuels biologique, on affiche neutre.
Et pour les crétins qui n'acceptent pas que d'autres vivent différemment d'eux on les ignores (dans nos sociétés occidentales, je parle pas des pays ou être différent vous vaut la persécution.)
On ne devrait pas chercher la satisfaction dans l'approbation ou le regard des autres et de la société, suivons Montaigne et les Stoïciens, vivons en tant qu'homme, femme, neutre, trans, queer, non-binaire, bref en tant qu'individu libre des interférences négatives extérieures.
Afficher tout
Le problème avec ce postulat, c'est que si on peut changer son statut légal en fonction de ce que l'on ressent intérieurement, énormément de pans de la loi deviennent inadaptés au fonctionnement que tu recherches.
Exemple: de plus en plus de records dans les sports féminins sont remportés par des personnes nées biologiquement hommes. Ainsi en handball, haltérophilie, football, il est devenu quasiment impossible pour les femmes de gagner un prix, ce qui est un comble pour les sports féminins.

Il y a également eu des cas d'hommes changeant légalement de sexe pour réduire leur forfait d'assurance auto annuelle aux Etats-Unis.

Ensuite si on pousse le raisonnement plus loin, pourquoi s'arrêter au sexe? Si je me ressens noir, alors rien ne devrait m'empêcher d'accéder à des aides réservées aux noirs (dans le cas des Etats-Unis, toujours).

Et on pourrait aussi de revendiquer non-humain ou poney - ce que fait déjà une communauté aux USA. Si on leur accorde aussi un statut légal d'animal, celà implique donc qu'il est légal de les tuer.

Idem pour l'âge - certaines personnes (toujours aux USA) disent se ressentir enfant et s'habillent comme une petite fille de 5 ans alors qu'ils sont des hommes de 50 ans (je te jure, je n'invente rien). Si leur sentiment suffit à changer leur statut légal, alors celà implique qu'ils doivent avoir le droit de s'inscrire au CP.

Enfin le problème de la reconnaissance des sentiments comme statut légal est qu'il contrevient à toutes les statistiques que les assos adorent regarder, comme le nombre de femmes PDG ou le nombre de noirs dans les conseils d'administration.
Si le sexe ou la race ne sont que le produit du désir, celà invalide tous les chiffres de ces études, puisque rien n'indique qu'un homme n'est pas en fait une femme et qu'un Blanc est en fait un Noir.

Pour résumer, c'est effectivement une démarche bienveillante de laisser chacun libre de se considérer comme il l'entend, mais la loi a le devoir de se baser sur des éléments tangibles et vérifiables. Sinon plus aucune convention sociale n'a de sens

a écrit : Je ne pense pas forcément que c'est le but de ce commentaire, mais pour moi il peut tout à fait être pris comme un appel à la haine.

C'est quand même par ce genre de réflexions qu'on arrive rapidement à faire une inversion de l'oppression. A t'entendre, on pourrait aisément croi
re que les LGBTQ sont en position de domination sur les cis hétéro, et que ce sont eux qui oppressent et dictent les règles.

Or, ce genre de raisonnement est tout simplement faux, et ignore complétement les contraintes structurelles pour ne voir que les contraintes locales. Dans aucun pays on ne peut être condamné à mort pour être hétéro. Dans aucun pays on n'a jamais considéré l'hétérosexualité comme une maladie mentale, avec des traitements pour la soignée. Dans aucun pays on n'a interdit le mariage hétéro, empechant des gens qui s'aiment de s'unir. Dans aucun pays on n'a empêcher un couple d'avoir des enfants parce qu'ils étaient hétéro. Je pense qu'aucune école/collège/lycée n'a victimiser quelqu'un parce qu'il était hétéro, le poussant éventuellement au suicide. Aucune force politique importante n'appelle à la discrimination contre les hétéro. Aucune religion ne veut leur mort. Personne n'a jamais dit (sérieusement) que ça n'était pas naturelle d'être hétéro. Personne, je pense, n'a jamais du cacher son hétérosexualité à ses parents sous peine d'être viré de chez sois. Personne, je pense, n'a perdu de promotion à son job parce qu'on a appris qu'il était hétéro (allé, on peut discuter sur celui là). Enfin, personne ne peux dire que les hétérosexuels sont oppressé au point d'avoir un taux de suicide entre 3 et 4 fois plus élevé que les hétéro (www.huffingtonpost.fr/entry/suicides-homosexuels-explosent-epidemiologiste-pourquoi_fr_5cfa8b24e4b02ee3477640a5).

Non, il n'y a pas de dictature LGBTQ, il n'y a pas d’oppression de leur part, et aucun hétéro n'aura de problème systémique à être hétéro. Des blagues ou même un rejet de la part de certain groupe ? Bien sûr, ça peut arriver. Mais ça ne sera jamais sur la même échelle.

Ensuite, même si je ne veux pas rentrer dans les détailles, l'argument le plus souvent avancé est surtout de dire qu'un homme cis hétéro blanc subit peu d'oppression systémique, ce qui peut aussi le conduire à ne pas reconnaitre celles que d'autres peuvent subir. Ca ne veut pas dire que la vie est forcément simple pour autant et qu'on a tout sur un plateau d'argent, juste qu'il y a des entraves en moins. Mais quand bien même il y aurait un vrai catalogage, libre à toi, justement, de bien montré que tu peux être hétéro sans être homophobe, pro-patriarcat, misogyne et raciste.



Les deux sexes sont un tout autre débat et je n'ai pas envie de refaire un pavé, mais la question est ici assez simple : qu'est ce que ca peut faire à quiconque que des gens s'identifie comme quelque chose de précis ? Ca les regarde non ? Et une fois qu'on s'est trompé et qu'on est corrigé, on sourit, on écoute, et on respecte le choix des autres. Après tout, quel impacte sur ma vie à le choix d'une personne d'être appelé monsieur, madame, ou autre chose ?
Afficher tout
Et oui, moi je me sent opprimé aujourd'hui ! C'est un ressentiment légitime et j'ai aussi le droit de pousser un coups de gueule !

Parce que tout les jours j'en entends parler ! J'ai aujourd'hui l'impression qu'on m'harcèle parce qu'on fait passer le ressentiment d'une minorité pour la voix de la majorité. Et ca vaut pour toutes formes de discrimination : sexisme, racisme, religion, discrimination contre "les gros", les dysléxique, les autistes et handicapé physique, les sdf etc. Les cons qui n'accepte pas les orientations des autres, c'est une goutte d'eau dans un verre remplis !

Si je dis que je n'aime pas ce concept de "gender fluid" que pour moi ce n'est pas quelque chose de sain. J'ai le droit ! Mais on veut nous faire croire le contraire. Ce que veut la loi, ce n'est pas d'être d'accord, c'est d'accepter et de respecter d'égal a égal, point barre ! Je dois le respect en toute circonstance. Mais, de manière subjective je ne suis pas obligé d'être d'accord !

Des gens me prendrons sûrement pour un con, mais moi je leur répond : "arreter de me juger, demain je ferais peut être de même".

PS : Je considère tout le monde comme mon égal même si nos orientations / origines / opinions sont différentes et c'est là l'essentiel !

a écrit : Un peu comme les RaeRae polynésiens non? non pas exactement , c'est un peu comme les MAHU , les raerae c'est différent et un peu pejoratif. mais oui en polynésie ce concept existe

pour preuve encore un recent reportage il y a 3 jours aux US qui parle du troisieme sexe a TAHITI, donc en republique française sachez que a l'autre bout du monde c'est deja parti de la société. alors quand en europe ils decouvrent ça et en font des debats ça leur passe aux dessus.

www.cnn.com/style/article/namsa-leuba-photographer/index.html

a écrit : J'ai toujours trouvé ce débat inutile.
Chacun est libre de se considérer comme il l'entend. Si je me considère comme une femme alors que je sui XY et que j'ai une b***, libre à moi. Par contre si je ressemble à un homme, ce ne sera pas la faute des autres si ils me disent monsieur. Dans ce cas là,
je les corrige avec politesse, bienveillance et pédagogie.
Et pour l'état civile on affiche le sexe biologique et dans le cas des transsexuels biologique, on affiche neutre.
Et pour les crétins qui n'acceptent pas que d'autres vivent différemment d'eux on les ignores (dans nos sociétés occidentales, je parle pas des pays ou être différent vous vaut la persécution.)
On ne devrait pas chercher la satisfaction dans l'approbation ou le regard des autres et de la société, suivons Montaigne et les Stoïciens, vivons en tant qu'homme, femme, neutre, trans, queer, non-binaire, bref en tant qu'individu libre des interférences négatives extérieures.
Afficher tout
wow exactement

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Non, je le répète, on ne naît pas homme ou femme. On naît du sexe mâle ou femelle, là d'accord c'est génétique, mais ceci ne change pas grand-chose dans la sphère sociale où tout est construit, fabriqué, appris.

Prenons d'autres mammifères où la culture n'a que très peu d'importa
nce: par exemple les chats, les chèvres, le dauphins. Est-ce que les dauphins femelles portent des robes ? Est-ce que les chats mâles ont tendance à tabasser les chats femelles ? Est-ce qu'ils ont un salaire supérieur à celui des chattes ? Est-ce que les dauphins femelles ne sortent pas seules le soir, de peur de se faire agresser ? Est-ce qu'on dit aux moutons qui courent lentement qu'ils courent vraiment "comme des brebis" ? Je crois que non. Afficher tout
Vous croyez que non... et c'est ça le problème. Ce n'est qu'une croyance. Chez les animaux les femelles et les mâles ont des rôles et des comportements bien distincts. Ce sont les lionnes qui chassent, pas les lions. Ce sont les femelles qui se font courtiser par les mâles (poissons perroquets, canards et j'en passe), ce sont généralement les mâles qui sont les plus beaux avec de jolies couleurs pour attirer les femelles (le paon, le poisson perroquet, le lion avec sa crinière, et j'en passe). Il n'y a que chez les humains que cela s'est inversé et que les femmes se sentent obligées de se peinturlurer la figure pour plaire aux hommes etc.
Les femelles mammifères ont ancré dans leur gènes le fait qu'elles doivent s'occuper des petits (y compris les bébés mammifères d'autres espèces...), les mâles ont plutôt tendance à vouloir les manger (proies sans défense et tendres sous les dents).

Bref, il faut arrêter de penser que X et Y ne déterminent que les attributs sexuels et pas le comportement. La société peut tenter de modifier certains comportement mais certains resteront ancrés profondément dans nos gènes...et ce pour la survie de l'espèce !

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : C'est un peu délicat de prendre des exemples de mammifères qui ont clairement des comportements différencié selon leur sexe, et qui ont une forme de "culture", avec un apprentissage des gestes et habitudes et des variantes selon les groupes sociaux.

Mais sinon, au final, c'est quand mêm
e un grand débat pour pas grand chose.

On naît male ou femelle (Ou dans de rares cas autre chose difficile à qualifier car dû a une anomalie génétique).

On a une identité sexuelle, qui est clairement issu d'un choix personnel, d'une préférence. Si un autre individu aime autre chose que moi, bah au fond, c'est son problème.

Et on a un genre, qui se construit sur la base de la société, l'apprentissage, le ressenti personnel, bref, quelque chose d'aussi intime que le point précédent, qui peut être ou non en adéquation avec la réalité biologique (male ou femelle). Et la encore, franchement, comment les gens se représentent eux même, c'est clairement pas mon problème.

Au final dans ce débat, ya quand même tout le monde qui essaie de faire comprendre à l'autre qu'il a tord.
Si seulement tout le monde s'en foutait de ce que pensent les autres, on vivrait mieux quand même.
Afficher tout
J'ai répondu avant de lire votre commentaire qui résume ce que je pense...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pas d'accord pour dire qu'il y a d'un côté la génétique, et de l'autre la personnalité et que les deux n'ont rien à voir.
La génétique détermine les hormones présentes dans notre corps (testostérone ou progestérone pas exemple), et les hormones jouent sur notre personnalité.

/> Je préviens les censeurs que je n'ai pas dit que l'environnement n'a rien à voir, mais simplement que même notre sexe ressenti est aussi lié à notre sexe génétique. Afficher tout
Les hormones sont évidemment essentielles. D'ailleurs ceux qui veulent "changer" de sexe en avalent des quantités, et risquent de choper des cancers de dingue... et pourquoi ? Parce que cela n'a rien de naturel !

Posté le

android

(1)

Répondre

Depuis tout gosse j'ai toujours été pour qu'il y ait plus de malléabilité dans les "stéréotypes de genre". Que Papa puisse faire la cuisine et le ménage et que sa fille puisse enrhumer les garçons au foot sans complexe si elle le peut.

Cependant, sur la question du genre et de la transidentité :

- Ça concerne notamment gens qui se suicident beaucoup, mais des mécanismes qui m'échappent probablement font barrage à ce qu'on cherche de vrais traitements. Les hormones et la chirurgie ayant leurs limites.

- Ça concerne un agenda politique qui veut invisibiliser à terme la différence. Donc tromper la majeure partie de la société pour le bien être de quelques-uns.

- Ça concerne un groupe politique qui est dans un déni ferme des caractéristiques innées liées à chaque sexe et desquelles découlent généralement leur meilleur rôle en société. Enfin, un déni d'apparence du moins, si demain la 3ème GM commence et qu'on conscrit toutes les personnes de sexe et/ou de genre féminin, certaines de ces personnes seront très certainement pour l'application des stéréotypes de genre.

Ces trois points exclus, je m'en fous complètement. Du moment que ça n'essaie pas de "déconstruire" (lisez détruire) la société ou de faire obstacle à la prise en charge de patients vulnérables, j'ai mieux à faire que de me préoccuper des comportements des autres.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Non, je le répète, on ne naît pas homme ou femme. On naît du sexe mâle ou femelle, là d'accord c'est génétique, mais ceci ne change pas grand-chose dans la sphère sociale où tout est construit, fabriqué, appris.

Prenons d'autres mammifères où la culture n'a que très peu d'importa
nce: par exemple les chats, les chèvres, le dauphins. Est-ce que les dauphins femelles portent des robes ? Est-ce que les chats mâles ont tendance à tabasser les chats femelles ? Est-ce qu'ils ont un salaire supérieur à celui des chattes ? Est-ce que les dauphins femelles ne sortent pas seules le soir, de peur de se faire agresser ? Est-ce qu'on dit aux moutons qui courent lentement qu'ils courent vraiment "comme des brebis" ? Je crois que non. Afficher tout
Le dauphin mâle viole les femelles (et en groupe il me semble). ;-)

Il y a bien un comportement mâle lié à notre cerveau primitif.

Pour le reste ne dirai que chacun fait comme il veut et peut.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Depuis tout gosse j'ai toujours été pour qu'il y ait plus de malléabilité dans les "stéréotypes de genre". Que Papa puisse faire la cuisine et le ménage et que sa fille puisse enrhumer les garçons au foot sans complexe si elle le peut.

Cependant, sur la question du genre et de la transi
dentité :

- Ça concerne notamment gens qui se suicident beaucoup, mais des mécanismes qui m'échappent probablement font barrage à ce qu'on cherche de vrais traitements. Les hormones et la chirurgie ayant leurs limites.

- Ça concerne un agenda politique qui veut invisibiliser à terme la différence. Donc tromper la majeure partie de la société pour le bien être de quelques-uns.

- Ça concerne un groupe politique qui est dans un déni ferme des caractéristiques innées liées à chaque sexe et desquelles découlent généralement leur meilleur rôle en société. Enfin, un déni d'apparence du moins, si demain la 3ème GM commence et qu'on conscrit toutes les personnes de sexe et/ou de genre féminin, certaines de ces personnes seront très certainement pour l'application des stéréotypes de genre.

Ces trois points exclus, je m'en fous complètement. Du moment que ça n'essaie pas de "déconstruire" (lisez détruire) la société ou de faire obstacle à la prise en charge de patients vulnérables, j'ai mieux à faire que de me préoccuper des comportements des autres.
Afficher tout
Merci Orpheus, d'ailleurs pour le secteur militaire, les personnes prônant la mixité et la chance pour tous et toutes de pouvoir rentrer dans l'armée, sont aussi les mêmes qui demandent à ce que certaines épreuves physiques soient aménagées pour permettre aux constitutions les plus faibles (souvent des femmes) de pouvoir rentrer dans les rangs de certaines sections d'élite, au détriment de la sécurité et de l'efficacité de tout le monde.
C'est assez déroutant d'en arriver là surtout quand on imagine ces mêmes personnes devoir ramener un gaillard blessé de plus de 90kilos avec son barda à travers le feu ennemi.

Et si on admettait que le sujet est bien trop complexe et multidisciplinaire pour avoir une réponse et un avis unique sans contexte préalable.

Cela rappelle une question fondamentale de la science, mais qui peut s’appliquer à n’importe quel domaine, à savoir la contextualisation de la question de départ et c’est ce qui manque grandement à ce débat. Parle-t-on du point de vue génétique, du point de vue social, du point de vue culturel, du point de vue légal, du point de vue de la compétition sportive, du point de vue des moeurs et des dogmes, du point de vue des discriminations, du point de vue de la pensée dominante, etc. Selon le point de vue, vous avez tous raison et tous tort à la fois.

Si on ne pose pas les limites du sujet au départ, on ne pourra jamais débattre sereinement ou apporter un début de réponse aux questions que l’on se pose.

Aurélien Barreau en parle bien mieux que moi pour ceux que ça intéresse : www.youtube.com/watch?v=z70GvczZncs

a écrit : Libre à vous oui.

Mais libre à moi de dire que j’aime pas ça.

Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste.

Libre à moi de dire que lgbt veulent imposer
la dictature des minorités.

Libre à moi de dire qu’il y a deux sexes.

Et pour finir libre à moi/ nous d’apprendre à nos enfants que malgré nos différences il faut respecter l’autre et se montrer bienveillant tout en ayant ses opinions lesquelles ne doivent pas être imposées aux autres.
Afficher tout
Donc vous êtes un homme blanc, hétérosexuel, mécontent d’être catalogué comme homophobe mais vous voulez être libre de dire que vous n’aimez pas les homosexuels. Un peu confus mais essayez de fonder un groupe, pour ne plus vous sentir si seul. Il y a peu être d’autres personnes dans votre situation, et c’est important que la société en soit consciente. Continuez (ou commencez) le combat!

a écrit : Libre à vous oui.

Mais libre à moi de dire que j’aime pas ça.

Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste.

Libre à moi de dire que lgbt veulent imposer
la dictature des minorités.

Libre à moi de dire qu’il y a deux sexes.

Et pour finir libre à moi/ nous d’apprendre à nos enfants que malgré nos différences il faut respecter l’autre et se montrer bienveillant tout en ayant ses opinions lesquelles ne doivent pas être imposées aux autres.
Afficher tout
Je suis parfaitement d’accord.
Après y’a des trucs qui me sortent par les yeux, genre les non binaires; mais merde ca veut dire quoi ?? Au bout d’un moment, il faut consulter et trouver d’où viens le problème d’identité, même pour eux, se sentir femme en étant un homme et vice-versa d’accord. Mais ne se sentir ni l’un ni l’autre, comment ca se passe dans leurs têtes ??? Ça m’effraie vraiment...

a écrit : Libre à vous oui.

Mais libre à moi de dire que j’aime pas ça.

Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste.

Libre à moi de dire que lgbt veulent imposer
la dictature des minorités.

Libre à moi de dire qu’il y a deux sexes.

Et pour finir libre à moi/ nous d’apprendre à nos enfants que malgré nos différences il faut respecter l’autre et se montrer bienveillant tout en ayant ses opinions lesquelles ne doivent pas être imposées aux autres.
Afficher tout
Il y a confusion entre sexe et genre. Ce sont deux facteurs identitaires différents et non liés. Le monde binaire existe, à l'intérieur de quelque chose de plus grand, de plus ouvert

Posté le

android

(0)

Répondre

Finalement j'en conclus qu'homme et femme physiquement ne sont pas égaux. Ça je le savais déjà, et d'ailleurs ce qu'on demande c'est l'égalité des droits entre les hommes et les femmes.
Ce n'est pas pour autant qu'un pays qui autorise certains droits aux femmes avant un autre, implique que sa population soit plus respectueuses de la condition de ses femmes. Et bien sur encore moins des minorités, quel qu'elles soient.

Cela pose aussi débat aux JO où les transgenres explosent les records féminins

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Libre à vous oui.

Mais libre à moi de dire que j’aime pas ça.

Libre à moi de dire qu’être hétérosexuel et vouloir fonder une famille aujourd’hui signifie qu’on est catalogué : pour le patriarcat,homophobe, misogyne et un peu raciste.

Libre à moi de dire que lgbt veulent imposer
la dictature des minorités.

Libre à moi de dire qu’il y a deux sexes.

Et pour finir libre à moi/ nous d’apprendre à nos enfants que malgré nos différences il faut respecter l’autre et se montrer bienveillant tout en ayant ses opinions lesquelles ne doivent pas être imposées aux autres.
Afficher tout
Que vous n'aimiez pas soit une chose, mais activement le dire en est une autre.
Dire que "vouloir fonder une famille = être considéré mysogine, raciste et homophobe", c'est une exagération qui n'a pas sa place dans ce genre de débat.
Dire que les LGBT (qui sont-ils? Y'a-t-il des partis politiques LGBT? Des syndicats LGBT? Des sociétés secrètes, peut-être?) Veulent imposer une "dictature des minorités" dans un monde où c'est l'économie et non les identités qui dirigent, ça relève plus du fantasme victimaire qu'autre chose.
Dire qu'il y a deux sexes témoigne d'une ignorance de ce que dit la science sur le sujet, et l'affirmer comme vous le faites est donc au moins ignorant, au pire un mensonge complètement éhonté en vue de soutenir vos idées d'un autre âge (je me permet une attaque personnelle au vu de la faiblesse de votre argumentaire initial). Ça fait des années que les scientifiques sont d'accord pour dire que le sexe est un spectre et non une dualité XX/XY.
Vous avez cependant tout à fait raison sur le dernier point.
Cordialement.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Le terme « descendant » est évidemment à prendre au figuré puisque généralement les Hijra n’ont pas d’enfant. Je pensais que c’était évident mais apparement non.....
Les Hijra considèrent bien que leurs « ancêtres » sont les eunuques (les 1ères Hijra) qui s’occupaient des femmes dans les palais, et sont très fièr
es de faire ainsi partie de l’Histoire, avec un grand H :-) Afficher tout
Arrêtons de considérer que les choses sont "évidentes". Si il y a une incompréhension, il y a deux possibilités : soit votre interlocuteur est moins cultivé, plus limité et ne comprends pas ce que vous prenez pour des évidences. Soit vous vous exprimez mal et n'utilisez pas le langage à bon escient, c'est à dire de manière à être compris de tous.
La troisième possibilité, malheureuse, serait que les phrases soient tellement obscures et complexes qu'elles soient juste un moyen, pour celui qui les formule, d'écraser les autres d'incompréhension, ce qui lui donnerait la satisfaction d'imaginer que l'autre ne peut comprendre l'étendue de son savoir et de son intelligence. Cela s'appelle de la pédanterie.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Merci Orpheus, d'ailleurs pour le secteur militaire, les personnes prônant la mixité et la chance pour tous et toutes de pouvoir rentrer dans l'armée, sont aussi les mêmes qui demandent à ce que certaines épreuves physiques soient aménagées pour permettre aux constitutions les plus faibles (souvent des femmes) de pouvoir rentrer dans les rangs de certaines sections d'élite, au détriment de la sécurité et de l'efficacité de tout le monde.
C'est assez déroutant d'en arriver là surtout quand on imagine ces mêmes personnes devoir ramener un gaillard blessé de plus de 90kilos avec son barda à travers le feu ennemi.
Afficher tout
Israël a un service militaire pour homme et femme et je doute qu'ils demandent les mêmes exploits pour les hommes et femmes. (Je peux me tromper...).

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Que vous n'aimiez pas soit une chose, mais activement le dire en est une autre.
Dire que "vouloir fonder une famille = être considéré mysogine, raciste et homophobe", c'est une exagération qui n'a pas sa place dans ce genre de débat.
Dire que les LGBT (qui sont-ils? Y'a-t-il de
s partis politiques LGBT? Des syndicats LGBT? Des sociétés secrètes, peut-être?) Veulent imposer une "dictature des minorités" dans un monde où c'est l'économie et non les identités qui dirigent, ça relève plus du fantasme victimaire qu'autre chose.
Dire qu'il y a deux sexes témoigne d'une ignorance de ce que dit la science sur le sujet, et l'affirmer comme vous le faites est donc au moins ignorant, au pire un mensonge complètement éhonté en vue de soutenir vos idées d'un autre âge (je me permet une attaque personnelle au vu de la faiblesse de votre argumentaire initial). Ça fait des années que les scientifiques sont d'accord pour dire que le sexe est un spectre et non une dualité XX/XY.
Vous avez cependant tout à fait raison sur le dernier point.
Cordialement.
Afficher tout
Je doute que les scientifiques soient d'accord sur ça. On enseigne encore à l'école et à la fac qu'il y a physiologiquement des hommes et des femmes.

Posté le

android

(1)

Répondre