Aux Samoa, il existe un troisième genre

Proposé par
le

Tous les commentaires (177)

a écrit : Je ne suis absolument pas d'accord avec votre dernière phrase. On ne peut pas régler le problème des violences sexistes et sexuelles en séparant les hommes et les femmes. Au contraire, cela favorise les inégalités que vous dénonciez auparavant. Par contre, on peut éduquer les gens à ne pas agresser autrui et mettre des caméras dans la zone commune des lavabos...

A moindre échelle par exemple et pour illustrer les inégalités de ces toilettes séparées, je peste contre les toilettes non mixtes quand je dois me rendre dans les toilettes féminins pour changer mon nourrisson car la société a décidé de mettre la table à langer dans les toilettes féminins (encore un bel exemple de "charge mentale inconsciente").

Au Canada, dans les nouveaux établissements scolaires, les toilettes sont ouvertes à toutes et tous justement pour éviter les discriminations envers les personnes transgenres. On parle même de toilettes non-genrés.
www.lesoleil.com/actualite/les-toilettes-non-genrees-en-hausse-bd94c4a45e595b4e8c1b56bcd961b8f9
Afficher tout
Pour l'anecdote, nous avons été agréablement surpris avec mon mari de voir qu'en Irlande, il y a des toilettes avec table à langer dans tous les lieux publics et restaurants. Ces toilettes sont entre ceux des hommes et des femmes. Parfois ce sont les mêmes que ceux réservés aux handicapés (dans les resto surtout). En tout cas, c'était particulièrement agréable... et quand nous sommes revenus de notre voyage, au resto en France on nous a dit de changer le petit sur une banquette au fond de la salle. Honteux.

Posté le

android

(1)

Répondre

Ça arrive souvent à mon mari, et c'est triste.
Un papa doit pouvoir accompagner ses enfants aux WC sans qu'on lui pose de question. Et surtout, ce ne sont pas aux femmes de s'en charger tout le temps !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Ce n est pas une question d homophobie, c est une question de respect. lorsqu un homme refuse une relation avec une femme transgenre, parce qu elle a un penis, c est generalement perçu comme " tu as un pénis, tu es donc un homme", ce qui est un refus de notre genre, de ce que nous sommes reellement. Dans le cas inverse c est tout aussi grave. Quoi que tu en penses, cela reste de la transphobie. c est ce qu on appelle de la transphobie ordinaire. Je fais partie des rares personnes qui ont la chançe de peu la subir au quotidien parce que j'ai su m'entourer des bonnes personnes, mais ce n est pas le cas pour tout le monde. Je suis loin d etre militantiste, je t'avourai meme que je me sens trés peu concernée par la cause lgbtiq+toutcequetuveux. Mais lorsqu il s'agit de respect, j'ouvre ma bouche. Et oui, c est un fait, les personnes "hétéronormées, cis et "européennes" de surcroit" sont privilegiée. Parce qu elles sont la "norme". Je ne remets pas ca en cause, ca me parait meme logique. Je souhaite simplement que les mentalités changent, que les gens se rendent compte que oui, il existe des personnes differentes, mais qu elles sont tout aussi "normales".
"Liberté, Egalité, Fraternité". Pour beaucoup, notre device, ce n'est que des mots. Pour moi, c est un Ideal. Je pense fermement que les gens sont prets, dans la majorité, a accepter les differences. La seule raison qui empeche cela, c est le manque d'information. ( j espere avoir été assez logique et claire dans mon commentaire, je n'ai dormi que deux heures)
Afficher tout
L'égocentrisme des gens est incroyable.

a écrit : L'égocentrisme des gens est incroyable. Egocentrisme comme dans "si tu n'acceptes pas de coucher avec moi en dépit de ma croyance alors tu es mauvais?"

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Egocentrisme comme dans "si tu n'acceptes pas de coucher avec moi en dépit de ma croyance alors tu es mauvais?" Dans le mille.

Et aussi dans "justifier mon existence sur cette terre et mon utilité à l'humanité en parlant de mon entrejambe, parce que ca intéresse tout le monde c'est sur"

a écrit : Dans le mille.

Et aussi dans "justifier mon existence sur cette terre et mon utilité à l'humanité en parlant de mon entrejambe, parce que ca intéresse tout le monde c'est sur"
Pour sa défense elle ne dit pas exactement ça et même si ces premiers commentaires sont peut être mal formulés, ceux d’après explique sa pensée. Libre à vous de sur-interpréter avec le filtre de vos opinions.

a écrit : L'égocentrisme des gens est incroyable. L’égocentrisme non, la volonté de faire évoluer les mentalités pour que tout un chacun soit respecté oui. Et visiblement il y a encore du travail

a écrit : L’égocentrisme non, la volonté de faire évoluer les mentalités pour que tout un chacun soit respecté oui. Et visiblement il y a encore du travail Dans un sens comme dans l'autre de toute évidence.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Non, je le répète, on ne naît pas homme ou femme. On naît du sexe mâle ou femelle, là d'accord c'est génétique, mais ceci ne change pas grand-chose dans la sphère sociale où tout est construit, fabriqué, appris.

Prenons d'autres mammifères où la culture n'a que très peu d'importa
nce: par exemple les chats, les chèvres, le dauphins. Est-ce que les dauphins femelles portent des robes ? Est-ce que les chats mâles ont tendance à tabasser les chats femelles ? Est-ce qu'ils ont un salaire supérieur à celui des chattes ? Est-ce que les dauphins femelles ne sortent pas seules le soir, de peur de se faire agresser ? Est-ce qu'on dit aux moutons qui courent lentement qu'ils courent vraiment "comme des brebis" ? Je crois que non. Afficher tout
Tu peux le répéter autant de fois que tu le souhaite, ça n’en fera jamais une vérité. Nous naissons homme ou femme. A cela rien de mauvais juste les faits.
Penser que l’on est une femme, un homme ou une chaise ne vous transforme pas en la dites choses.
Aussi, arrêter de prendre cette posture arrogante

a écrit : Tu tournes clairement en rond là, tu n'expliques rien du tout. Qu'est-ce que les "gènes sexuellement biaisés", comme tu les appelles, entraînent dans la construction de l'individu dans son identité genrée ? Ce n’est pas parce que tu ne comprends pas que ça signifie que je tourne en rond ... les gènes sexuellement biaisés sont des gènes qui sont plus exprimés chez un sexe par rapport à l’autre. Cette différence de niveau d’expression entraine la mise en place des caractères sexuels différents entre homme et femme.
Par contre, tu tournes en rond. Tu n’apportes pas plus d’explications en continuant de poser ta question de construction de l’individu dans son identité genrée. Si tu connais la réponse, explique toi ! La biologie (que tu le veuille ou non) est la base du vivant. Je peux t’envoyer des centaines d’articles scientifiques. Pour comprendre un phénomène, il faut le prendre dans sa globalité. Comment peux tu espérer avancer dans la compréhension de la construction de l’identité genrée, si tu ne prends pas en compte qu’une partie des gènes exprimés au niveau du cerveau sont différents entre homme et femme, et que l’expression de ces gènes peuvent être influencés par des stimuli externes comme l’éducation, la perception que l’on a de soi dans la société, ect ? Le problème c’est que tout est devenu sujet à débat. Ce n’est pas une guerre entre la science , la psychologie et le social. C’est un tout. J’apporte juste une pièce du puzzle qui me semble très importante. Apporte la tienne.

Je n'ai pas compris car il n'y avait rien à comprendre dans la mesure où tu as balancé un terme sans le développer. Je ne nie absolument pas l'influence biologique dans la construction d'une personne, de sa personnalité et de son genre. J'en nie la prépondérance dans les débats de société. C'est bien différent, ma position n'est pas idéologique, comme tu le crois certainement, mais méthodologique.
"La biologie est la base du vivant", dis-tu et rien n'est plus vrai, mais à partir d'une base commune on peut faire tout un tas choses terriblement différentes les unes des autres. Et à partir d'une base (génétique) différente, on est socialement capable d'avoir des comportements communs et des valeurs communes.

Et si toi, tu ne comprends pas l'influence de la culture dans la construction identitaire en lisant mes coms c'est que tu es de bien mauvaise foi. J'ai donné une pelleté d'exemples.
Alors tu pourras me répondre, si un homme saoudien ou yéménite est différent d'un homme belge ou suédois dans sa conception des genres et dans son rapport à la femme, ce n'est pas à cause de leur différence culturelle mais à cause de leur différence génétique. Et c'est précisément ce discours qui me gène: c'est celui du racisme prétendument "scientifique".
Certes les ethnies sont génétiquement différentes mais pas au point d'être génétiquement prédisposé à la misogynie, à l'intolérance, ou, à l’inverse, à la démocratie, si ? Quand un enfant vietnamien est adopté et élevé dans une famille française, il acquiert des habitudes de Français, il parle français, il a des goûts de Français, non ? Ces gènes vietnamiens ne l'empêche pas d'embrasser pleinement une autre culture. Alors, oui, il aura toujours des traits asiatiques, si tu y tiens. Mais ce n'est pas le plus important, selon moi.
Et c'est de cela précisément dont il y a matière à débattre. Quel est l'image que l'on se fait de la différence des genres ? Doit-on attribuer des droits différents en fonction de la différence sexuelle, et si oui, lesquels ? Doit-on attendre la même chose d'un homme et d'une femme ? Qu'est-ce que c'est qu'être un père, une mère ? Et je le redis, si l'apport de la biologie (en tant que science) peut fournir un éclairage intéressant dans le débat sur les questions identitaires, elle n'est pas principale et n'est en aucun cas le levier le plus important dans la prise de décision politique ou dans la construction de l'opinion publique.

a écrit : euh ... je ne sais pas où tu as pu ressentir cela mais il me semble normal pour un père de changer son fils ou sa fille encore bébé... et c'est plutôt celui qui pense que c'est malsain qui a un gros problème de perception des situations. On m'a deja demandé ce que je venais de faire en sortant des toilettes Hommes avec ma fille.
Je n'ai pas eu de répartie sur le moment et suis resté bloqué sur un "pardon ?" puis j'ai tracé jusqu'à notre table, mais c'était assez désagréable.
Avec la deuxieme, on m'a déja refusé l'accès à la table à langer dans un grand magasin, en attendant "qu'il n'y ai plus de femmes aux toilettes" la fille de la sécurité a fait patienter la longue file d'attente de femmes qui venaient faire pipi le temps que j'étais dedans, et j'avais la mauvaise impression que c'était moi qui était entrain de faire chier tout le monde.

Depuis j'avoue y repenser souvent et me languis que mes filles soient assez grandes pour aller aux cabinets Femme seule.

En effet la perspective de toilettes non genrées serait la meilleure idée pour mettre fin à ces débats inutiles, de meme qu'un vestiaire commun avec quelques box privés ou quelques cabines de douches individuelles.

a écrit : Je n'ai pas compris car il n'y avait rien à comprendre dans la mesure où tu as balancé un terme sans le développer. Je ne nie absolument pas l'influence biologique dans la construction d'une personne, de sa personnalité et de son genre. J'en nie la prépondérance dans les débats de société. C�39;est bien différent, ma position n'est pas idéologique, comme tu le crois certainement, mais méthodologique.
"La biologie est la base du vivant", dis-tu et rien n'est plus vrai, mais à partir d'une base commune on peut faire tout un tas choses terriblement différentes les unes des autres. Et à partir d'une base (génétique) différente, on est socialement capable d'avoir des comportements communs et des valeurs communes.

Et si toi, tu ne comprends pas l'influence de la culture dans la construction identitaire en lisant mes coms c'est que tu es de bien mauvaise foi. J'ai donné une pelleté d'exemples.
Alors tu pourras me répondre, si un homme saoudien ou yéménite est différent d'un homme belge ou suédois dans sa conception des genres et dans son rapport à la femme, ce n'est pas à cause de leur différence culturelle mais à cause de leur différence génétique. Et c'est précisément ce discours qui me gène: c'est celui du racisme prétendument "scientifique".
Certes les ethnies sont génétiquement différentes mais pas au point d'être génétiquement prédisposé à la misogynie, à l'intolérance, ou, à l’inverse, à la démocratie, si ? Quand un enfant vietnamien est adopté et élevé dans une famille française, il acquiert des habitudes de Français, il parle français, il a des goûts de Français, non ? Ces gènes vietnamiens ne l'empêche pas d'embrasser pleinement une autre culture. Alors, oui, il aura toujours des traits asiatiques, si tu y tiens. Mais ce n'est pas le plus important, selon moi.
Et c'est de cela précisément dont il y a matière à débattre. Quel est l'image que l'on se fait de la différence des genres ? Doit-on attribuer des droits différents en fonction de la différence sexuelle, et si oui, lesquels ? Doit-on attendre la même chose d'un homme et d'une femme ? Qu'est-ce que c'est qu'être un père, une mère ? Et je le redis, si l'apport de la biologie (en tant que science) peut fournir un éclairage intéressant dans le débat sur les questions identitaires, elle n'est pas principale et n'est en aucun cas le levier le plus important dans la prise de décision politique ou dans la construction de l'opinion publique.
Afficher tout
Mais on est parfaitement d’accord ! Je te rejoins absolument sur ce que tu viens de dire et je te l’avais déjà dit ! Je n’ai jamais dit le contraires. La biologie n’est que le socle , surtout chez l’être humain (cf mes commentaires précédents). Comme je l’avais déjà dit, ce n’est qu’une fondation et on peut y construire ce que l’on veut sur ces fondations, par des influences sociales, ect ... C’est évident que la science n’explique pas tout. Je voulais juste faire passer comme message que c’était un tout, et qu’il faut prendre toutes les variables possibles. Évidemment que l’influence culturelle est dominante j’ai l’impression que tu n’as pas bien lu mes commentaires et que tu m’as catalogué comme un scientifique qui ne jure que par ça. Ce que je souligne, c’est comment cet impact externe influence notre comportement d’un point de vue biologiques.
Tu as même été d’accord en parti avec ma vison précédemment.
Et évidemment, la science n’a en aucun cas de poids dans la prise de décision, dans notre société concernant ce sujet, ça donnerait des arguments totalement injustifiés à certaines personnes malhonnêtes.
Elle n’a comme vocation qu’à essayer de comprendre des mécanismes biologiques, de façon totalement objectives. Le lien entre influence/facteurs extérieurs et la biologie, c’est ce que je voulais souligner.

Moi qui suis croyant, je trouve égoïste la notion d’homosexualité puisqu’un couple a vocation à procréer et à laisser une descendance derrière lui. Mes propos n’engagent évidemment que moi. Pour autant, j’ai aucune forme de haine ni de dégoût envers ceux qui décident d’avoir une sexualité différente. Je pense que chacun est libre de faire ce que bon lui semble, tant que ça n’empiète pas sur le confort et la liberté de ses voisins. De plus, il faut reconnaître qu’on voit émerger une « dictature des minorités ». Au nom de quoi devrait-on changer l’état civil d’une personne née homme se considérant comme une femme ? Si cette personne est bien dans sa démarche et dans ses bottes, qu’est ce que changerai pour lui un mot sur un papier ?

a écrit : Moi qui suis croyant, je trouve égoïste la notion d’homosexualité puisqu’un couple a vocation à procréer et à laisser une descendance derrière lui. Mes propos n’engagent évidemment que moi. Pour autant, j’ai aucune forme de haine ni de dégoût envers ceux qui décident d’avoir une sexualité différente. Je pense que chacun est libre de faire ce que bon lui semble, tant que ça n’empiète pas sur le confort et la liberté de ses voisins. De plus, il faut reconnaître qu’on voit émerger une « dictature des minorités ». Au nom de quoi devrait-on changer l’état civil d’une personne née homme se considérant comme une femme ? Si cette personne est bien dans sa démarche et dans ses bottes, qu’est ce que changerai pour lui un mot sur un papier ? Afficher tout deux choses deja : c'est pas choisis l'homosexualité.
ensuite si c'est important pour cette personne justement un mot sur un bout de papier.. qu'est ce que ça peut faire si tu pense que chacun est libre . du moment que ça empiete pas sur ta liberté.. pour toi c'est pas important? tant mieux donc si pour certain ça l'est et que il viennent pas te deranger alors tout le monde est content et laissons les gens faire ce qu'il ont besoin pour etre heureux non ?

enfin genre un couple a vocation a procreer ? donc pas de sexe avant mariage , pas de couple avant le mariage ? faut etre cohérent . c'est pas la realité des société ça c'est l'apparence conforme et uniforme.

a écrit : deux choses deja : c'est pas choisis l'homosexualité.
ensuite si c'est important pour cette personne justement un mot sur un bout de papier.. qu'est ce que ça peut faire si tu pense que chacun est libre . du moment que ça empiete pas sur ta liberté.. pour toi c'est pas important?
tant mieux donc si pour certain ça l'est et que il viennent pas te deranger alors tout le monde est content et laissons les gens faire ce qu'il ont besoin pour etre heureux non ?

enfin genre un couple a vocation a procreer ? donc pas de sexe avant mariage , pas de couple avant le mariage ? faut etre cohérent . c'est pas la realité des société ça c'est l'apparence conforme et uniforme.
Afficher tout
J'ai beau relire je ne vois pas le passage où il affirme que c'est un choix.

Pour la partie sur la procréation, je vous rappelle qu'il a mis : "moi qui suis croyant". L'idée du sexe apres mariage et le rapport procréatif sont des valeurs cheres à leurs yeux.

a écrit : J'ai beau relire je ne vois pas le passage où il affirme que c'est un choix.

Pour la partie sur la procréation, je vous rappelle qu'il a mis : "moi qui suis croyant". L'idée du sexe apres mariage et le rapport procréatif sont des valeurs cheres à leurs yeux.
J'ai pas envie de répondre au commentaire samohnona, particulièrement sur la partie de la "dictature de la minorité" (la je suis pas sûr qu'un quelconque argumentaire serve), mais il sous-entend bien un choix quand il dit qu'il trouve "égoïste la notion d'homosexualité" (ca implique quand même d'avoir des possibilités différentes, t'es pas égoïste si t'as qu'une possibilité) ou bien qu'il parle de "ceux qui décident d’avoir une sexualité différente".